Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

(Excellente) Présentation

  • : Blog de Georges Flipo, auteur
  • Blog de Georges Flipo, auteur
  • : Dans ce blog : chroniques sur l'actualité littéraire (la mienne et celle des autres), sur l'écriture, sur l'édition, sur les auteurs, et tout ce qui se réclame de lalittérature.
  • Contact

Actualité brûlante

Blog au repos

Mais rien ne vous empêche d'aller faire un tour sur le site www.georges-flipo-auteur.com  

Recherche

Avant d'entrer ou de sortir

Pour une lecture plus structurée, cliquez juste en dessous : pavé "pages" ou pavé "catégories".

Pour des informations pérennes, impitoyablement classées, allez faire un saut sur mon site d'auteur

Il vient d'être entièrement remanié. Tout y est très beau, très chic. Même le chien.

Archives

Des attaches et des liens

Des blogs que je fréquente souvent ou parfois, mais avec plaisir, sans forcément y laisser de commentaires, des blogs dont le tenancier vient parfois faire un coucou en dessous de mes billets, des blogs qui aiguillent vers le mien, des blogs qui ont donné un coup de pouce à un ou plusieurs de mes livres, tout cela crée des liens.

Si vous pensez que votre absence dans cette liste est un scandale, faites un scandale. Ou, plus simple, faites-moi signe.

-------
 
813
Actu du noir (Jean-Marc Laherrère)
Actualitte.com, Nicolas
Alex (Mot à mots)
Amanda Meyre
Annick Dor
Antigone (Les écrits d’Antigone)
Armande 22,  Les livres-bonheur
Aude (Mots dits)
Balmeyer
Biblioblog (Laurence)
BibliObs
Bibliophagie (Sybilline)
Bibliosurf
Biffures chroniques
Blog de Thomas Clément
Bloghotel
Blog-o-book
Boojum
Bookingdom
Bric à book, Leiloona
Brigit Hache
BSC News
C’était demain, Dominique Boudou
Cabinet de curiosités d’Eric Poindron
Cafebook (Emma)
Calipso,
Calibre 47 (Claude Mesplède)
Calou, L’Ivre de lectures
Carnet de lectures
Carnets de Pierre
Carnets de sel (Essel)
Caro[line] 5ème de couverture, 
Catherine (La culture se partage)
Cathulu
Chaperlipopette
Chez Lo
Chiffonnette
Chimère (A livre ouvert)
Choupynette (Y'a d'la joie)
Chroniques littéraires
Clair et net
Clarinesse (L'œil du vent)
Claude Le Nocher
Clopin-clopant (Clopine)  
Comme dans un livre
Cozop
Critico-blog
CulturesFrance
Cunéipage (Cuné)
Daniel Fattore
Danielle, Maux d’auteurs
Dasola
De livres en livres
Digressions (Joseph Vebret)
Ecrivains-voyageurs
Eireann (Yvon)
Eloah (À lire, à croquer)
Emmanuelle Urien
En lisant, en voyageant, (Keisha)
Encres vagabondes, Patricia Châtel
Enna lit, Enna vit
Eric Fouassier
Espaces, CNES
Eulalie
Evene
Extra-ball, (Dorham)
Fabelire
Fabula Bovarya,
Flof 13 (Lire et délires)
Florinette, Les lectures de Florinette,
Fluctuat.net
Forum A vos plumes
Forum Tir Na N’Og et Cie
Frédérique Martin
Gaëlle Pingault
Géothèque
Géraldine (Les coups de cœur)
Gwenaelle (Skriban)
Happy Few, Fashion Victim
Hautefort, club Littérature
Hebdo des notes,
Indications
Initiales
Interlignage
Jean Calbrix
Journal  d’une lectrice (Papillon)
Kalistina
Kathel, Lettres exprès
Kheops
La bibliothèque du dolmen
La caverne d'Ankya
La cuisine des mots (Ciorane)
La Factory
La liseuse (au fil de mes lectures)
La Mère Castor
La Péniche.net ( Bureau des Arts de Sc. Po )
La pile à lire d'Hécléa
La plume et le citoyen
La Revue Littéraire (Blog Leo Scheer)
La scribouillarde
La tête dans les pages
Labyrinthes avec vue
Le bibliomane
Le blog d’Ameleia,
Le goût des livres (Aifelle)
Le retour de l'être aimé
Le Scribe
Lechoixdesbibliothécaires
Lecture & Ecriture
Lectures et autres (Sylvie)
Leo Scheer (La revue littéraire)
Les chroniques de Mandor
Les jardins d’Hélène
Les lectures de Martine,
Les livres de l'Arrajou
Les penchants du roseau
Levraoueg (La tourneuse de pages)
Librairie des voyageurs, Les 5 continents.
Lignes de fuite
L'île, la petite île
Lili (Des livres et moi)
Liliba
Lily et ses livres
Lire et délires (Flof13)
Litote en tête
Livres pour vous
Livres et Cinéma (Yohann)
Lou, My Loubook 
LVE, Lire Voir Entendre
Lyvres (Yv)
Magali Duru
Maïté Bernard (sur Bibliosurf)
Malice
Manu Causse
Marc Sefaris
Mary's colors
Maud et les mots
Mercedes G.F.
Mes lectures (Phil)
Mille et une pages (Stephie)
Miss Orchidée 
Monde du livre.com,
Mot Compte Double (Françoise Guérin)
Mots en bouche
N.U.L.L.E., Erzebeth
Nicolas Ancion
Nuit blanche
Obiwi
Oceanicus in folio
One big day
Pages à pages
Parfum de livres
Pascal, Le disque 
Pickendorf (Qui hodie agisti)
Pimprenelle
Posuto
Pralineries (Pralines)
Pr'Ose (Emma Bovary)
Prudence
Quichottine,
Quoi de 9 Cécile ?
Roseau
Rue des Livres
Salondulivre.net
Saxaoul
Scriptural (Schlabaya)
Serial lecteur
Site de Brigitte Niquet
 
Sylire
Tamara (Tamacultire)
Thaïs, Arc-en-ciel, 
Turquoise (Un moment Turquoise)
Valérie (Un fil à la page)
Vers Minuit, Franck Garot
Voyage au bout de la lettre (Pitou)

Yspaddaden

Yves Mabon, Prix Orange du Livre
Zoé Lucider
Zoridae

Copinage éhonté.

Voici une rubrique dans laquelle je présente des livres écrits par des auteurs avec lesquels j'entretiens d'amicales relations. Bien entendu, il ne s'agit pas ici d'emplacement publicitaire. C'est beaucoup plus honorable, c'est du copinage. Les livres présentés dans cette rubrique ne seront pas toujours les mêmes : à défaut de renouveler mes copains, mes amis, mes relations, je vais renouveler leurs parutions.

 

Cherche-jeunes-filles-200-x315.jpg

  Le tout dernier de Françoise Guérin

virages-dangereux-copie-1.jpg

La-vieille-dame-du-riad.jpg


Frederique-Martin-Belfond-Le-Vase-ou-meurt-cette-verveine-3.jpg
Tu-ne-mourras-plus-demain.jpg

 

Les pays

Moulins A paroles


L-eau-des-reves.jpg

Lotus Seven

Un homme perdu-copie-1


Langue-de-pub-copie-1.jpg

Livre-Magali-Duru.jpgLe tout dernier de Magali Duru

tous-nos-petits-morceaux.jpg

      Le tout dernier d'Emmanuelle Urien

Fouad.jpg

Dominique-Guerin.jpg

 

Quatre carnages..

 

 

 

  Teignes

 

 

 

 

Un escarpin de soie bleue

 

 

Est-ce ainsi

15 juin 2012 5 15 /06 /juin /2012 11:33

 

Ouverture de la 13ème Chambre des requêtes

 

 Nous rappelons que toutes les requêtes sont citées dans leur formulation et leur orthographe d’origine.

 

 

Préalable.

Beaucoup de visiteurs arrivent sur ce blog porteurs d’une noble requête : se faire éditer. Je leur recommande vivement un livre qui les en dégoûtera à jamais, « Le Vertige des auteurs », édité par le Castor Astral. Si nonobstant cette excellente lecture, ils persistent à se lancer dans l’aventure, ils trouveront de bons conseils un peu plus graves en allant, sur ce blog, dans la série de billets « Arduité de la publication ». Ou sur mon site d’auteur. Ils y découvriront que la chose est possible, même si l’on est moche, triste, franchement plouc, sans réseau de copains bien placés. Même si l’on habite la Creuse. Il suffit d’écrire un bon manuscrit et de le déposer à la Poste.

 

Et maintenant, passons à la Chambre !

visu chambre des requêtes


 

 Huissiers, faites entrer les requérants !

 

 

Comment choisir pantoufles écrivain flipo

 

Je suis très honoré de votre visite, vous semblez être un connaisseur. En effet, ce blog d’écrivain est particulièrement réputé pour l’expérience que je propose en matière de pantoufles, et plus précisément de pantoufles d’écrivain, en commençant par les plus fameuses : les miennes.

Je vous recommande la pantoufle écossaise, plus recherchée que la pantoufle unie que vous réserverez pour vos sorties à la campagne. La pantoufle écossaise est très bien portée dans les soirées littéraires, notamment à Saint-Germain-des-Prés. On peut aussi l'arborer au Salon du Livre, mais il convient alors d'y ajouter un pompon.

 

arrive t-il que les éditions de minuit ne donne aucune réponse au sujet d'un manuscrit envoyé ?

 Non, jamais au grand jamais. Cette histoire me paraît impensable, ne me dites pas qu’elle vous est arrivée. Comment ? Si ? Je ne vois qu’une explication : ils vont vous répondre, mais cherchent d’abord un jeune normalien capable de rédiger une lettre de réponse à la hauteur de votre prose. C’est difficile à trouver : il fait beau, les examens sont finis, les jeunes agrégés sont partis courir le guilledou au Jardin du Luxembourg. Mais, l’automne venu, quand ils devront affronter le grésil, quand l’amour et l’eau fraîche ne suffiront plus à les nourrir, quand ils rêveront de jarret de veau aux lentilles avec un pichet de languedoc, ils arriveront, la tête basse et la plume à la main, et se présenteront tout penauds devant les Editions de Minuit. Le temps de sélectionner le plus valeureux des candidats, le plus apte à vous répondre, ce sera l’hiver. Les jeunes normaliens écrivent lentement, surtout s’ils n’ont pas de pantoufles d’écrivain pour leur chauffer les pieds. Votre réponse devrait être prête au printemps. Ce n’est pas au jeune agrégé de partir la poster, il faudra engager un saute-ruisseau. Cela ne se trouve plus comme ça, il faudra bien trois mois. Et là, vous avez toutes vos chances. D’ici là, ne bougez plus de chez vous, et guettez dès maintenant l’arrivée du saute-ruisseau, on ne sait jamais.

 

assez parlé de moi, parlons de vous

 

Je suis bien d’accord, assez parlé de moi. Parlons de vous. Faites court, c'est l'heure de mon bouillon Viandox.

 

aujourdhui je n'est rien a dire

Et vous êtes venu tout spécialement pour nous le dire, c’est vraiment très gentil…  au revoir, merci, merci.

 

Psst, huissiers, la prochaine fois, faites quand même un tri sélectif parmi les requérants.

 

blague de fin d’étude

J’en ai une terrible : vous venez voir vos parents et vous leur dites « J’ai le bac ! » Ouah, leur tête, pas possible, la tronche, qu’est-ce qu’on se marre ! 

 

bonne fête georges sexy

Roooh, c’est très gentil, mais vous me flattez. Il est vrai que j’ai un certain charme et qu’il émane de ma personne un puissant appel qui va chercher l’autre jusque dans les tréfonds de sa sensualité, mais ne venez pas dire ça devant tout le monde, cela va finir par se savoir. Oooooh, ça y est, la foule arrive, c’est l’émeute, huissiers, expulsez toutes ces requérantes.

 

carton d'invitation décoration palmes académiques

 

Ah, ne soyez pas cruelle, madame ! Oui, je l’ai préparé, ce carton, et je l’ai joliment décoré. Ce qui me manque, ce sont les Palmes académiques. Si vous pouviez faire quelque chose...

 

comme j’ai commencé à écrire…

 

Vous êtes venu me le dire, c’est très bien. Et maintenant, comme vous avez commencé à dire, allez donc l’écrire. Allez, au revoir, merci pour votre visite. Merci, merci, non, à droite la porte.

 

Et alors, huissiers, ce tri sélectif ?

 

coeur humain a imprimer

Il n’en est pas question. J’ai suffisamment de peines de cœur sans que vous veniez y imprimer quoi que ce soit. Ah, vous me gâchez l'ingestion de mon bouillon Viandox, voilà qu'il passe de travers !

 

commencer un roman par de la description

Ah, ça c’est une bonne idée ! Faites ça en spirale, madame : commencez par décrire vos mains qui écrivent, puis votre clavier sur lequel s’agitent vos petits doigts de fée. Puis vous, votre bureau, vos murs, votre plancher, votre plafond, votre porte. En attendant, tenez cette porte fermée à clef, de peur que vos lecteurs ne s’enfuient.

 

comment faire éditer livre spirituel

Allez au salon du livre et, devant chaque stand, posez-leur votre question « comment faire éditer livre spirituel ». S’il est drôlement spirituel, déguisez-vous en clown blanc et ajoutez « Hi, hi ! ». S’il est gravement spirituel, déguisez-vous en cardinal, et ajoutez… euh, c’est idiot, mais je ne connais pas le cri du cardinal. Bon, tant pis, ajoutez aussi « Hi, hi ». Oui, je sais, c’est moins convaincant, mais quelle idée, aussi, de vouloir faire éditer un livre gravement spirituel…

 

connerie a faire en fin d'anner

Lâchez-vous, mon vieux, et ça viendra tout seul. Et même, sans doute, bien avant la fin de l’année.

Huissiers, faites votre boulot, enfin ! Triez, triez donc !

 

coupe horizontale du coeur humain

Vous êtes certaine que c’est indispensable ? Bien, j’ai confiance, je vous laisse faire. Mais dès que je crie « Aïe », vous arrêtez, hein. Et ce niveau à bulle, il fait mal, à quoi sert-il ? Ah, à vérifier la bonne horizontalité. Bon, si vous y tenez…

 

corriger une expression c'est mon dernier de mes soucis

Bon, dans ce cas-là, parlez-moi des autres, puisque vous êtes là, ça occupera la salle. Excusez-moi, je veux dire « Parlez-nous de vos autres de vos soucis ». Vous ne comprenez pas ? Moi non plus.

Huissiers, emmenez monsieur dehors, qu’il aille chercher d’autres soucis que son dernier de ses.

 

 derrière le livre entre les pages l'auteur

Elle est bizarre, comme cachette, on va me trouver tout de suite. Bon, j’essaie : derrière mon livre, ça va. Et là, entre les pages, oups, c’est difficile. Et maintenant… ah non, mais ça ne va pas, je me suis perdu. Au secours, huissiers, venez me délivrer, je suis là, derrière le livre, entre les pages, je suis l'auteur !

 

des tit image avec des ecriture stupide decu

Voilà, vous avez très bien résumé mon métier. Sauf que dans mes livres, il n’y a point de tit images. Quant à l’écriture stupide decu, j’essaie de m’améliorer. Mais merci de m’avoir parlé aussi franchement. Au revoir.

Connard ! Je lui en foutrai des tit image et des ecriture stupide decu !

 

dois-je continuer à écrire des nouvelles ?

Non, sincèrement non. Laissez-moi m’en occuper, j’étais là avant.

 

ecoutez une en n’écrivant

Une quoi ? Ah, j’ai compris ! Merci de nous avoir proposé ce grand jeu : les 784 visiteurs de ce blog sont invités à compléter la phrase. Qu’est donc cette une que monsieur écoute en n’écrivant ? Le gagnant recevra les Palmes académiques. Ou bien une...

 

en littérature trouver le climat dans une histoire ou un livre qu'est-ce que je dois chercher ?

Votre question me bouleverse. Ce qu'il y a de bien quand on ne sait pas ce qu'on cherche, c'est qu'il est facile de le trouver. Là, vous avez trouvé, vous ne savez pas ce que vous devez chercher : vous avez la réponse, mais quelle est la question ? Non, ne répondez pas, ce n'est pas la réponse qui m'intéresse, c'est la question. Vertigineuse, cette histoire, non ?

 

est-ce vraiment à l’écrivain de chercher des issues ?

Non, je suis formel, ce n’est pas à l’écrivain. Il n’a pas que ça à faire, l’écrivain. Il doit préparer l’achat de ses prochaines pantoufles, il doit échapper à cette folledingue qui prétend lui scier le cœur à l’hortizontale, il doit trouver un déguisement de cardinal pour faire hi hi devant les stands du Salon du livre, il doit chercher à trouver ce qu'un ahuri a trouvé à chercher. Il cherchera une issue plus tard, l'écrivain, quand tout le monde sera sorti.

 

existe t il l la couleur beaude rose ?

Elle est très rare, mais elle existe, mademoiselle. Le beaude rose, c’est la couleur de mes slips. Oui, le beaude rose est une couleur très capricieuse qui ne se pose que sur les slips kangourous, coupe en V, ceinture haute, taille 4. Je suis désolé de vous priver de cette émotion artistique, mais il n’est pas question que je vous en offre la révélation. Pour vos harnachements intimes, il vous reste le bois de rose.

 

gallimard ou grasset, choisir éditeur

Faites jouer la concurrence : enfermez-les dans une pièce, jetez-leur votre manuscrit, un seul pour les deux, ça dramatisera la situation. Et annoncez : « Le premier qui m’édite aura l’immunité. Le second sera éliminé, et la sentence est irrévocable. » Vous les verrez, qui perdront leur superbe, qui s’arracheront les pages. Et vous, impavide, dominateur…

 

georges il merde

Vos propos n’engagent que vous.  

 

georges flipo sa santé

Bon, puisque vous posez cette question en toute discrétion, je vous dis tout sous le sceau du secret. Je viens de consulter mon médecin, j’ai un durillon sous la voûte plantaire. Hi, hi, un durillon, vous ne trouvez pas que ça fait film comique à la française ?

 

je ne vous hais

C’est très gentil d’être venue me le dire. Moi aussi je ne pas.

 

l’art n’est-il que beau ?

Ah, madame, si au moins il l’était !

 

le plus dur c'est de commencer

C’est intéressant, je vous écoute, continuez, continuez…

 

les éditeurs publient-ils des nouvelles

Non, jamais, mademoiselle. Moi, c’est un cas à part, c’est parce que je fréquente en pantoufles à carreaux les soirées littéraires de Saint-Germain-des-Prés.

Allez, hop, une concurrente de moins !

 

les romans les plus oubliees

Eh bien il y a… aaaah, zut, j’ai un trou de mémoire. Et bien sûr, il y a aussi, comment s’appelle-t-il, déjà, j’ai le nom sur le bout de la langue. Ttt, je devrais me le rappeler, celui-là, c’est moi qui l’ai écrit. Et, au fait, quelle était votre question ?

 

ma femme ma fille 2 bébés personnages

Oh la belle, la grande idée ! Là, coco, tu tiens un gros truc. C’est pré-vendu, ton bouquin. Et toutes les majors vont t’appeler pour l’adapter. Huissiers, retenez monsieur quelques semaines, le temps que je lui pique son idée et que je porte ça à mon éditeur… ma femme, ma fille, 2 bébés, personnages, c’est un pitch en une ligne, une mine d’or !

 

magnifique phrase pour amitier

Très simple : « Cher ami, je vais te dire une magnifique phrase pour amitier, écoute bien, cher ami très cher que je chéris… » et puis là vous improvisez et, à la fin, vous lui empruntez cent balles. Puis vous me versez 15% de droits là-dessus, en témoignage d'amitier.


muscript à les 400 coups edition

Vous êtes sûr ? Pas croyable, votre histoire, je n’aurais jamais cru ça de muscript.

 

Phrase d’amitié.

Encore vous ? Bon, je vous en donne une magnifique : « Albert les Galoches, la Terreur des Ardennes, le Bonheur des dames. Mon pote. L'empereur des cons. » C’est du Audiard, dit par Gabin, devant le cadavre de son copain, à la fin du film « Le Pacha ».

 

phrase mechante sur les amies en ecriture

Toujours vous ? Elle est stupide, votre question. Il n’y a pas d’amies en écriture.

 

pourquoi les épisodes bibliques sont-ils utilisés par les publicitaires.

Alors là, vous me surprenez. J’ignorais cela, il faut dire que j'ai quitté le métier depuis longtemps, il va falloir que j’y retourne. Préparez-moi un trône sur le Mont Sinaï, avec choeurs de séraphins et vols d'angelots, puisqu'apparemment les publicitaires aiment ça.

 

que faire face aux refus des éditeurs?

Faire face. Au suivant ! 

 

signification bougie noire qu'on ma fait acheter

Sorcellerie ! Arrière Satan ! Huissiers, emparez-vous de ce damné et jetez-le en enfer ! Oh, et puis non, brûlez-le, ce sera plus rigolo. Faites ça avec la bougie noire.

 

vends vélo de facteur

Vous auriez aussi la casquette ? Et la sacoche ? Et une centaine de plis ? Parfait ! Je me lance dans le métier : enfin faire carrière dans les lettres me rapportera quelque chose.

 

Bon, c’est tout pour aujourd’hui ? La séance est close.

Huissiers, apportez-moi mes pantoufles écossaises,

que je puisse regagner dignement mon bureau.

 

Repost 0
Published by Georges F. - dans Chambre des requêtes
commenter cet article
23 avril 2012 1 23 /04 /avril /2012 11:48

Ouverture de la 12ème Chambre des requêtes

 

 Nous rappelons que toutes les requêtes sont citées dans leur formulation et leur orthographe d’origine.

 

 visu chambre des requêtes

Faites entrer les requérants !

 

 

amitié belle phrase

 Vous avez raison, mon ami, l’amitié n’est jamais qu’une belle phrase. Bon, je suis peut-être pessimiste, il peut y en avoir plusieurs, l’amitié, ce n’est jamais que des belles phrases. Puisque nous sommes tellement d’accord sur un sujet si important, pourquoi ne deviendrions-nous pas amis ? Qu’en pensez-vous, mon ami ?

 

blog ou on c est tout sur ulysse

 Sais tout ?

 

bonne fête parfaite

 Non, aujourd’hui, c’est la Saint Georges. Revenez à la barre et souhaitez-moi « Bonne fête, Georges », et surtout, n’oubliez pas le cadeau. Si vous n’avez pas d’idée de cadeau, ce n'est pas grave, donnez-moi des euros, les verts de préférence, pour que ce soit assorti à mes chaussettes, ça fait toujours plaisir. Voilà, glissez-les dans mes chaussettes. Comme ça, ma bonne fête sera parfaite.

 

Comment se faire éditer chez Gallimard ou Grasset ?

 C’est un peu vexant, Madame, j’ai écrit tout un livre sur le sujet, « Le Vertige des auteurs », un vrai livre qui a été co-lauréat du Festival du Premier Roman, rien que ça, et vous semblez ne même pas l’avoir lu. Comment ? Vous ne lisez jamais les premiers romans ? Eh bien, puisque c’est comme ça, Gallimard non plus. Et Grasset pareil, pas mieux. Huissier, infligez la lecture du « Vertige des auteurs » à Madame.

 

 

ce trouve le joint le decument

 Eh bien, euh… Huissier, faites venir le traducteur. Quelle langue ? Je vais demander à la dame. Comment dites-vous ? « Du français, c’teu question ! » ? Huissier, faites venir un traducteur français ­– français c’teu question.

 

comment commencer un récit

 Moi, je les commence presque toujours par « Voici mon récit : »Il y en a un autre que j’aime bien, c’est : « L’autre soir, alors que je coupais les ongles de mon chat avec la râpe à fromage… » C’est plus original, mais il faut avoir chez soi une râpe à fromage et, bien sûr, un chat qui se laisse faire. Il faut aussi avoir une suite à mettre derrière. Je vous dis ça, mais je vous préviens : il n’y a jamais personne pour lire mes récits.

 

comment écrire j'ai repeint

 Mais… mais vous y êtes, mon vieux ! Vous y êtes ! Un grand bravo pour le monsieur qui a repeint. Non, pas vous, monsieur, ne vous applaudissez pas, vous avez plein de peinture sur les mains, ça ferait des éclaboussures.

 

comment se faire editer en banlieue

 Allez à Choisy-le-Roi, esplanade François Mitterrand, en bas de la tour Quatre, sortez votre mégaphone et criez bien fort : « Ohé, y a-t-il ici un éditeur qui veuille m’éditer ? ». Si personne ne répond, c’est bon signe, c’est que l’éditeur, tapi derrière sa fenêtre, palpitant, attend la suite. Ne le décevez pas : ouvrez votre manuscrit, mettez votre mégaphone à fond, et commencez la lecture en articulant bien. Aucune réaction ? C’est bon signe encore, c’est qu’il ne trouve rien à corriger. Si l’on vous chasse, passez à la tour Cinq.

Huissier, donnez un mégaphone à monsieur, et arrêtez de vous esclaffer, monsieur va croire que…

 

donner moi un extrait du livre l'ile de calypso a partir de quand il arrivera

 Eh bien, c'est-à-dire, euh… Huissier, faites revenir le traducteur, oui, le même…

 

écrire un roman pour les nuls

Et pourquoi me le demandez-vous à moi ? Huissier, traitez monsieur de connard, parce que moi, je suis poli. Et bastonnez-le, parce que je suis non-violent. Il y a des moments où je le regrette.

 

  est ce que vous croyez a la meteo ?  

 Croyez-vous que je vais vous répondre ? Et si je vous réponds, croyez-vous qu’il faille me croire ?

 

facile de parler dans le dos des autres

 Pouah ! Avec la mauvaise haleine que vous avez, c’est effectivement la meilleure solution. C’est quoi, cette fragrance ? Du hareng à l’ail mariné dans du jus de tabac froid, peut-être ? Non, ne me répondez pas, passez dans mon dos si vous voulez poursuivre cette conversation.

 

fashion victime lire 4 eme de couverture

 Je ne vous laisserai pas dire de telles méchancetés, seule la jalousie inspire vos propos. Huissier, expulsez ce malotru.

 

fauteuil bien-être 9 positions

 Mon pauvre monsieur, on trouve son bien-être dans la position qu’on peut. Attendez, ne partez pas, donnez-moi quand même l’adresse du fournisseur : il coûte cher, ce fauteuil ?

 

finir vite un livre

 J’essaie, j’essaie, mais il me faut quand même au moins quatre mois, sans compter les corrections. Ne me mettez pas sous pression, ça me ralentit. Trop tard, ça y est, du coup, il va falloir que je reprenne tout à zéro. Dommage, j’en étais déjà au deuxième paragraphe.

 

qu'est ce que les autres ont de plus que moi?

 Rien de plus, petite madame, c’est simplement vous qui avez moins que les autres. Continuez à y croire.

 

recits examens medicaux genants

 Bon, puisque vous y tenez, je vais vous narrer l’opération de mon panaris purulent… attendez, ne vous évanouissez pas tout de suite ! Huissier, conduisez ce monsieur à l’hôpital, et faites-lui passer un examen médical gênant, puisqu’il semble aimer ça…

 

remerciement pour un soutien avant un vote

 Vous espérez un remerciement ? Oh, le naïf ! C’est vous qui êtes supposé le remercier de vous avoir laissé le soutenir. Comment, qui je vise ? Personne, personne, je dis ça comme ça.

 

une fille qui pleure et l'autre qui rit

 Puisque vous avez le choix, préférez la fille qui pleure. Parce que le jour où l’autre arrêtera de rire, ce sera vous qui pleurerez.

 

Pankarte jok et panneaux montcuq

 Vous avez la question, vous avez la réponse, ne revenez plus ici avec vos requêtes stupides. Bon, puisqu'il n'y plus de requêtes intelligentes, l'audience est close, il faut que j'aille voter. 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Georges F. - dans Chambre des requêtes
commenter cet article
13 avril 2011 3 13 /04 /avril /2011 19:42

   Une bonne partie de mes visiteurs arrivent sur ce blog par égarement : il suffit de lire leurs requêtes absconses pour s’en convaincre. Mais il serait inhumain de les laisser repartir dans la détresse : c’est pour eux qu’a été créée cette Chambre des Requêtes. Ils y trouveront réponse à leurs angoisses existentielles.

 

D’autres viennent ici animés par la noble ambition de se faire publier. Le plus simple serait de lire mon premier roman « Le Vertige des auteurs » publié chez Le Castor Astral. Ce roman, co-lauréat du Festival du premier roman, traite exhaustivement du sujet en 273 pages. C’est un roman très sérieux, même s’il n’a raté que d’une voix le Grand Prix de l’Humour noir. Il est assez documenté sur le sujet : tous les aspirants-écrivains qui l’ont lu pourront en témoigner. Plus de renseignements sur mon site : http://www.georges-flipo-auteur.com/pages/24als15.html   Fin du paragraphe promotionnel.

Vous trouverez dans ce blog des conseils plus techniques sur les voies de l’édition :

http://georges-flipo-auteur.over-blog.com/categorie-10494196.html .

Vous en trouverez d’autres sur mon site :

http://www.georges-flipo-auteur.com/pages/24als22.html

      

En résumé : oui, il est possible de se faire publier chez de grands et moyens éditeurs, chez les petits aussi, même si vous n’avez pas de relations dans l’édition, même si vous n’habitez pas Saint-Germain-des-Prés, même si vous ne sortez pas de Normale Sup. L’important, c’est d’avoir un bon manuscrit, un peu de persistance et d'humilité. Plus un zeste de chance.

 

Assez parlé de vos ambitions littéraires. Il y a dans l’antichambre des requérants qui piétinent et qui pleurent : huissiers, tendez-leur des mouchoirs et ouvrez-leur les portes. Je veux de l’ordre et de la joie.

 

 Ouverture de la onzième Chambre des requêtes

 

 Nous rappelons que toutes les requêtes sont citées dans leur formulation et leur orthographe d’origine.

 

 visu chambre des requêtes

Faites entrer les requérants !

 

Requête : « forme manuscrit »

Les auteurs, chère Madame, dans leur quasi-totalité, adoptent la forme rectangulaire. Certains excentriques osent la forme carrée. Il y a là, pour vous, une opportunité à saisir : pourquoi ne pas envoyer un manuscrit rond ? Certes, cela vous donnera un peu plus de travail, notamment pour taper votre texte de façon circulaire, mais le résultat n’en vaut-il pas la peine ? Imaginez l’étonnement de l’éditeur ouvrant l’enveloppe : il fera le tour de la maison en brandissant votre oeuvre, vous deviendrez célèbre avant même d’avoir été lu, vous entrerez dans la grande légende de l’édition. Honneur, puissance et gloire !

 

Requête : « c quoi le meteo »

C’est un monsieur qui vous explique avec de grands mots que le temps qu’il fera demain sera comme celui d’aujourd’hui si tout se passe bien. Les cartes, c’est pour faire joli.

 

 Requête : « c quoi la meteo »

C’est la femme du monsieur. Il faut d’ailleurs dire la metea. La metea fait la pluie et le beau temps.

 

 Requête : « blog question idiotes »

Oui, c’est ici, merci pour votre contribution.

 

Requête : « le temps de retour du manuscrit. très long, bon signe ? »

Très bon signe, mon ami. Je suis sûr que votre manuscrit a pris solidement position sur le bureau de la directrice littéraire. Elle ne le quitte plus des yeux : elle s’en sert pour poser les cafés qu’elle offre aux plus illustres de ses visiteurs. Ah, si votre manuscrit pouvait parler, il en aurait des histoires à vous raconter, autrement plus intéressantes que les vôtres !

 

Requête : « qui suis-je si je ne suis pas moi ? »

Hou la la, quelle question ! Laissez-moi réfléchir. Vous ne seriez pas moi, par hasard ?

 

Requête : « zakouski italien peu couteux »

Ma ! Plous vous en prenez, moins c'est costoso, signore ! E cosi in Italia, ayez confiance ! Luigi, sers deux douzaines de zakouskis au signore qui ne veut pas dépenser beaucoup. Si signore, peu costoso, rassourez-vous !

 

Requête : « je veux gagner un exemplaire plaqué or de la commissaire viviane lancier »

Vous avez raison, mon brave ami : demandez, vous obtiendrez. Mais pourquoi vous contenter d’un plaqué or ? Exigez de l’or massif. Vous l’avez demandé gentiment, vous l’aurez. Mais, si cela ne vous dérange pas, attendez qu’elle ait fini son régime. Hé, au prix où est l’once d’or...

 

Requête : « ne pas gagner concours novelles  »

Votre ambition me semble raisonnable. Je vous vois bien parti.

 

Requête : « emplacement du coeur humain»

Nous sommes ici dans un blog littéraire, mais vous avez bien fait de me poser la question : je suis devenu, à mon coeur défendant, spécialiste de la chose. Mettez-vous face à moi, monsieur et ne bougez plus tandis que je bande mon arc et que je vise. Je vous préviens, la flèche va faire un peu mal. Ayé ! Et maintenant, vous me récitez le monologue du Cid, acte I, scène 6.

Percé jusques au fond du coeur 
D'une atteinte imprévue aussi bien que mortelle, 
Misérable vengeur d'une juste querelle, 
Et malheureux objet d'une injuste rigueur, 
Je demeure immobile, et mon âme abattue 
Cède au coup qui me tue.
 

Avant de mourir, regardez bien où est plantée la flèche : le coeur, c’était là, tout au fond. Huissiers, emportez cette dépouille après lui avoir rendu les honneurs !

 

 Requête : « quiitt e de pose pour pave verres »

Vous prenez le pavé et vous le posez. Voilà, comme ça, mais non, pas sur mon durillon, imbécile !

 

Requête : « comment ecrire un mot accompagnant un cadeau »

Je vous donne le mot, et vous me donnez le cadeau, ça vous va ?

 

Requête : « interdit de clacsoné »

Comment ? Qu’est-ce que vous dites ? Parlez plus fort, je n’entends rien, j’ai mis la sono de mon autoradio à fond, je fais toujours ça dès que j’écoute du Tchaïkovski. Que dites-vous ? Ah oui, bien sûr, ne craignez rien, je ne supporte pas le bruit d’un klaxon quand j’écoute Tchaïkovski.

 

Requête : « derniere autobiographie avant de mourir »

J’y travaille, mon vieux, je me dépêche. Comment « J’ai toute la vie devant moi ? » Eh bien non, justement.

 

Requête : « sequence lettres roman et accueil ecrivain auteur »

Votre histoire me dit quelque chose, j’ai déjà lu ça quelque part. C’est fort, c’est très fort, mais je ne vois pas qui a pu écrire ça. Ah, j’y suis, c’est moi, dans « Le Vertige des auteurs ».

 

Requête : « comment ecrir un recit ou le personnage est insensible »

Ecrivez un roman animalier.

 

Requête : « c`est le printemps ! »

Ah, quelle nouvelle ! Revenez dans trois mois, et trouvez quelque chose de plus original.

 

Re quête : « j'ai du male a lir et écrire »

Mais non mais non, pas du tout, vous êtes dans la bonne moyenne. Vous l’aurez, ce bac.

 

Requête : « mon blog etait tres bien »

Oh, ma pauvre, vous venez nous raconter une histoire triste. Asseyez-vous là, chère petite madame, mouchez-vous et narrez-nous la chose en parlant bien fort, pour que tout le monde puisse rigoler.

 

Requête : « je lève la main ouverte »

Oh, incroyable, quelle souplesse, quelle acrobate vous faites ! Venez près de moi, et recommencez. Bravo, restez comme ça et ne bougez plus, je ne savais pas où poser ma perruque.

 

Requête : « ne sommes nous pas en train de créer une nouvelle élite… commentaire »

Moi, oui, mais pas avec vous. Non mais, quelle gourgandine ! Huissiers, saisissez-vous de cette intrigante ! 

 

Requête : « copié collé intelligent livre documentaliste »

COMMENT ? Vous me racontez que la documentaliste a fait un copié-collé d’un livre intelligent ? Vous avez très bien fait de la dénoncer : il s’agit certainement du mien, et je ne vais pas me laisser dépouiller de 1,8 euro de droits d’auteur. Huissiers, allez me chercher la contrevenante au C.I.D. 

 

Requête : « peintu est  ecritur  lire »

Ah, Monsieur n’est pas seulement un artiste, c’est un littéraire. Eh bien, développez le propos, mon vieux, brodez, brodez, on vous écoute. Car j’imagine que vous savez aussi broder.

 

Requête : « michel drucker a une perruque »

Vous êtes certaine ? Comment peut-on porter la perruque à son âge, c’est d’un ridicule !

 

Requête : « quand est née ulysse et quand est mort ulysse gratuit »

Si je vous comprends bien, Ulysse était une petite fille quand elle est née, et il est devenu un gros et fort gaillard solidement membré en vieillissant. Le mérou est le seul animal à connaître une telle évolution : serait-ce à dire qu’Ulysse est un mérou ? Quelle histoire, mais quelle histoire !

 

Requête : « vous en reprendrez bien encore un peu »

Oui volontiers, mais pourquoi un peu ?

 

Clôture de la onzième chambre des requêtes,

revenez le mois prochain.

( ou plus tôt si le coeur vous en dit)

 

Repost 0
Published by Georges F. - dans Chambre des requêtes
commenter cet article
9 avril 2011 6 09 /04 /avril /2011 12:11

Je prépare activement l'ouverture de la Chambre des requêtes.

auteur endormi

 

 

Je ne sais pourquoi, les requêtes d'arrivée sur ce blog deviennent de plus en plus raisonnables. C'est peut-être ce Club-couv-avec-retouche.jpgblog qui devient trop sage. Du coup, il m'est difficile de donner un peu de contenu à la prochaine "Chambre des requêtes". Je lance donc le grand jeu le plus stupide du mois : comment arriver sur mon blog par la requête la plus bizarre, la plus absurde ? Attention, c'est sans y inclure le mot "Flipo", sinon ce serait trop facile.

 

Indiquez ici, en commentaire, la requête que vous aurez effectuée avec succès. Le gagnant recevra un exemplaire dédicacé de "La commissaire n'a point l'esprit club". Le jeu prendra fin le 10 mai 2011.

C'est moi qui désignerai le gagnant, ça m'occupera.

 

Merci de signaler cette bouleversante opération promotionnelle ici ou là dans la planète blogs.

 

En attendant, je prépare cette Chambre comme je peux. Je cherche, j'imagine, je rêve, je joue à l'écrivain angoissé.  Bref, je n'en fiche pas une.

 


Repost 0
Published by Georges F. - dans Chambre des requêtes
commenter cet article
13 mars 2011 7 13 /03 /mars /2011 12:19

 

Cette chronique a pour vocation de répondre aux requêtes Google par lesquelles certains visiteurs débarquent sur ce blog.


 Les requêtes les plus fréquentes concernent la légitime ambition de se faire éditer. Vous avez le droit de demander « Je veux faire publier mon roman » ou « Comment se faire éditer » chez Gallimard, Grasset, Le Seuil, Albin Michel, Flammarion, Actes Sud et quelques autres. Mais, si j'étais vous, je lirais d’abord « Le Vertige des auteurs », publié chez Le Castor Astral. Ce roman n’est pas autobiographique – même si j’en suis l’auteur, mais il est, hélas, assez bien documenté sur le sujet (les retours de lecture des candidats à l’édition me l’ont confirmé). C’est quand même un vrai roman : il a été co-lauréat du Festival du premier roman et a raté d’une voix le Grand Prix de l’Humour noir.


 Vous pouvez aussi trouver dans ce blog ou sur mon site des avis plus techniques, des  conseils concrets et sérieux destinés aux auteurs désirant transformer un bon manuscrit en bon livre publié. Votre projet est réalisable même si vous n’avez pas de relations dans l’édition, même si vous n’habitez pas Saint-Germain-des-Prés, même si vous ne sortez pas de Normale Sup. L’important, c’est d’avoir un bon manuscrit, un peu de persistance et d'humilité. Plus un zeste de chance.


 Plus de renseignements sur mon site ou sur ce blog 

Et maintenant, assez pleuré, passons aux choses plus sérieuses.

Huissiers, qu’attendez-vous pour ouvrir l’huis, vous êtes payés pour ça, non ?

Ouverture de la dixième Chambre des requêtes

visu chambre des requêtes


 Nous rappelons que toutes les requêtes sont citées dans leur formulation et leur orthographe d’origine.

 

 

Faites entrer les requérants !

 

Requête : « elle enlève le haut »

Qu’est-ce que c’est que cette histoire ? Allons, laissez-moi voir.

 

Requête : « elle enlève tout »   

Laissez-moi voir, je vous dis. Bougez-vous de ce trou de serrure, que je puisse examiner l’objet de votre requête. Eh bien, c’est très clair : cette dame est en train de vider son lave-vaisselle . Elle a déjà enlevé le contenu du panier du haut, et maintenant elle vide celui du bas. Était-il bien nécessaire de mobiliser la dixième Chambre des requêtes pour une anecdote aussi insignifiante ?

Requête : « je ne sais pas quoi chercher »

Effectivement, vous avez raison de fouiner sur internet, vous avez trouvé la réponse : c’est moi ! Je vais vous aider. Eh bien, par exemple, cherchez donc la démonstration de la conjecture de Lagarde, selon laquelle il existe un nombre premier entre n2 et (n+1)2 pour tout entier n. Prenez votre temps, il y a plus deux siècles que les mathématiciens sont dessus.

Je suis sympa, je vais vous mettre sur la piste : cette conjecture est liée à l'hypothèse de Riemann.  Le reste, je vous laisse le chercher. Alors, heureux ?

 Requête : « déçu m'emmerdez avec vos questions »

Bon, j’aurai essayé, n’en parlons plus. Bizarre, ce type, il était venu me dire la même chose à l’audience précédente.

 

Requête : « nuisette désert »

Je comprends votre angoisse, chère madame. Je ne peux vous donner que mon expérience : dans le désert, je portais une nuisette rose à mi-cuisse en pilou, avec dentelles couleur chair. J’avais essayé le satin, mais je trouvais que ça me donnait mauvais genre, surtout dans le désert. Imaginez qu’un chamelier me surprenne au bivouac, hein ?

 

Requête : « trouver un éditeur au salon du livre ?»

Oui, oui, vous devriez en trouver trois ou quatre cents.

 

Requête : « declaration de travaux pour la création d'une piece »

Vous avez raison, c’est la procédure, il faut la respecter : avant de créer votre pièce de théâtre, le premier travail consistera à la déclarer à la commission du visa. Vous demandez le formulaire « comédie », « tragédie » ou « héroïcomédie », vous donnez le sujet de votre future oeuvre en cent mots, pas un de plus. Vous décrivez les personnages, vous exposez les enjeux moraux de cette pièce, et vous déposez cela à la sous-commission d’accueil qui transmettra à la commission après validation des pièces jointes dont je vous donne la liste.... ah bah zut, il est parti ! Voilà comment on brise une vocation, ça me fera un concurrent de moins.

 

Requête : «comment on ecrire; mon billet liest du ? »

Comme ça se prononce, mon brave. Ah, que feriez-vous sans moi !

 

Requête : « poser des maux sur du papier skyblog »

Eh bien, posez donc ! Et maintenant, ces maux, ça va mieux ?

 

Requête : « abstrait labyrinthe peinture colorée »

Je ne suis pas sûr de bien comprendre. Soyez gentil, précisez-moi cela de façon très concrète. Vous aurez beau y mettre de la peinture colorée (colorée ! Il ne manquerait plus que ça, vous en avez déjà vu, de la peinture pas colorée ?), je sens que je vais m’y perdre, dans votre labyrinthe, surtout s’il est abstrait.

 

Requête : «a quel moment l'auteur ecrit-il la 4ème de couverture»

Il ne l’écrit pas, c’est l’éditeur qui s’en charge. Au suivant !

 

Requête : « comment faire un recueille de roman »

"Un recueille de roman..." bon, je vais essayer de rester calme... je prends sur moi, sois zen, Georges.

 

Requête : « réparer une orchidée cassée »

C’est très simple : vous prenez un tube dentifrice, vous le videz sur le bord de votre lavabo, puis vous remettez la pâte dentifrice dans le tube... mais non, je ne me fiche pas de vous, c’est le début de la réparation. Ensuite, c'est un peu compliqué, c’est tout.

 

Requête : « blague de soeur »

J’en ai une, ha, ha, ha, non pas de sœur, mais de blague, ha, ha, ha, elle est bonne ! Vous avez compris, la blague de sœur, elle est bonne, bonne sœur, bonne sœur, ha, ha, n’est-ce pas qu’elle est bonne, c’est à se tordre, pas vrai ? Eh bien, riez un peu !

 

Requête : «un filme un francai des sirenes »

Formidable pitch, bravo mon vieux. Ne laissez pas traîner sur le net, Spielberg va vous le piquer.

 

Requête : «un squelette je semble »

Oh non, madame, vous lisez trop Ronsard, ce n’est pas à ce point, vous êtes quand même un peu dodue, mais si, là... ah, c’est un goitre, oh, pardon, où avais-je la tête !

 

Requête : « rébus facile de 8 mots »

Euh,jeune homme, vous n’avez pas compris, un rébus, ce n’est pas des mots, c’est... ah, comment vous expliquer... huissier, faites-lui un dessin ! Pssst, faites simple, pas plus de 8 mots.

 

Re quête : « à l'ombre des jeunes filles en fleurs commentaire mon plaisir… »

Grand dégoûtant ! Vous pourriez au moins faire ça au soleil !

 

Requête : « couronne mortuaire humour »

Hi, hi ! C’est à mourir de rire !

 

Requête : « christine angot seins »

Deux, je crois. Vous savez, elle et moi, nous nous connaissons, mais sans plus.

 

Requête : « quesqu'il y a à buenos aires »

Magnifique question !

Sachez. À main droite du poteau routinier

(En venant bien sûr du Nord Nord-Ouest)

Un squelette s’ennuie. ― Couleur ? Blanc céleste ―

qui donne à l’enclos aux brebis allure d’ossuaire.

Ne prenez pas cet air étonné, non, je ne n’esquive pas la question, je suis pile dedans, c’est le poème de Carlos Argentino, dans L’Aleph de Borges. Ah, vous ne savez pas ce que c’est qu’un aleph ? Et un borges non plus ? C’est bien la peine de se mettre en peine pour un inculte pareil ! Bon, puisque c’est comme ça, allez voir vous-même à Buenos Aires. Habillez-vous léger, il y fait 42°C en ce moment.

 

Requête : « avez-vous 5 minutes pour cette enquête »

La dernière fois que j’ai répondu oui à cette question, je me suis finalement retrouvé avec une encyclopédie en 18 volumes et 18 mensualités sur les bras. Non, je n’ai pas 5 minutes pour les enquêtes, allez en piéger d’autres, malotru !

 

Requête : « j'ai besoin de savoir comme est-ce que je peux descendre le film la tourneuse de pages »

Si vous voulez le descendre, demandez à la monteuse. Hi, hi, n'est-ce pas qu'elle est cocasse, ma réponse, descendre, la monteuse, vous comprenez ? Non ? Bon, tant pis. Huissiers, faites monter monsieur chez la descendeuse.

 

Requête : « pantoufles ridicules »

Comment, ridicules, mes pantoufles ? Vous êtes très vexante, madame. Et vous, avec vos bottes de soudard, vous vous êtes regardée ? Bon, puisqu’il en est ainsi, je me retire, avec mes ridicules pantoufles ridicules. L’audience est close !

 

Clôture de la dixième chambre des requêtes,

revenez le mois prochain.

( ou plus tôt si ma littérature vous intéresse, sait-on jamais )

 


Repost 0
Published by Georges F. - dans Chambre des requêtes
commenter cet article
13 février 2011 7 13 /02 /février /2011 15:36

 Rappel préalable : dans cette chronique, je réponds aux requêtes Google par lesquelles certains visiteurs débarquent sur ce blog.

Nombre d’entre elles sont du type « Je veux faire publier mon roman » ou « Comment se faire éditer » chez Gallimard, Grasset, Le Seuil, Albin Michel, Flammarion, Actes Sud et quelques autres.

Si vraiment vous voulez vous faire éditer, allez faire un tour sur mon site,  ou sur les archives de ce blog

Vous y trouverez des conseils concrets et sérieux pour les auteurs désirant transformer un bon manuscrit en bon livre publié. Votre projet n’a rien d’insensé, même si vous n’avez pas de relations dans l’édition, même si vous n’habitez pas Saint-Germain-des-Prés, même si vous ne sortez pas de Normale Sup. L’important, c’est d’avoir un bon manuscrit, un peu de persistance et d'humilité. Plus un zeste de chance.

Et si vous voulez savoir comment ça se passe quand on veut se faire éditer et quand on y parvient, je vous suggère de lire « Le Vertige des auteurs », publié chez Le Castor Astral. Ce roman n’est pas autobiographique – même si j’en suis l’auteur, mais il est, hélas, assez bien documenté. Les retours de lecture des candidats à l’édition me l’ont confirmé. C’est quand même un vrai roman : il a été co-lauréat du Festival du premier roman et a raté d’une voix le Grand Prix de l’Humour noir.

Plus de renseignements sur mon site    ou sur ce blog    

 

  Ouverture de la neuvième Chambre des requêtes

 visu chambre des requêtes

     

Nous rappelons que toutes les requêtes sont citées dans leur formulation et leur orthographe d’origine.

 

 

Huissiers, faites entrer les requérants !

 

Requête : « on est inséparable »

Et vous venez toute seule pour me dire ça ? Sans même un petit pluriel ? Je ne veux pas vous inquiéter, ma brave dame, mais c’est mal parti. Attendez, restez, restez : vous faites quelque chose ce soir ?

 

Requête : « quand ils ont cassé leur ficelle »   

Quand ils ont cassé leur ficelle, euh...attendez, je vais trouver... « Quand ils ont cassé leur ficelle, les strings ne savent plus à quoi se raccrocher ? » C’est ça que vous vouliez me faire dire ? C'est moi le plus drôle, non ? Qu’est-ce que je gagne ?

 

Requête : « palme académique mauve  »

C’est très gentil à vous, mais je la préfèrerais en bleu ciel, et une seule ne suffira pas. Les palmes, je veux les palmes !

 

Requête : « ceci n'est pas une pipe une blague »

Ha, ha, ha, elle est bien bonne, elle est fumante ! Eh, huissier, psst, venez que je vous cause en catimini : vous avez compris, vous ? Qu’est-ce qu’il y a de drôle ?

  

Requête : « qelle sont les autres écrivain qui écris antigone »

Vous voulez vraiment les lire ? Je ne veux pas jouer les rabat-joie, mais... Puisque vous y tenez, vous notez ? Sophocle, Anouilh, Brecht...  comment, qu’est-ce que ça raconte ? Ah, il faudrait aussi que je les lise ? Il n’en est pas question, je suis écrivain, je ne lis que mes oeuvres.

 

Requête : « aurait il une librairie de manga a chatellerault »  

Je n’ai pas l’adresse en tête, mais je sais y aller. Vous voyez, la grande avenue, celle qui part de la gare, non, pas celle-là, l’autre, avec des arbres. Vous la descendez, vous tournez dans la rue, après le café à gauche. Ou à droite, vous verrez bien. Quand vous aurez dépassé la boîte aux lettres, vous tournez juste après la vieille 2 CV, vous voyez ? Comment, il n’y a plus de 2 CV ? Moi, la dernière fois que j’ai acheté un manga, elle y était. C’était l’année avant celle où j’ai eu une crevaison de vélo... ou peu après, je ne sais plus, ce n’est pas grave, j’ai l’impression que vous ne m’écoutez plus. Ils sont comme ça, les lecteurs de manga, ils veulent du facile, de l’immédiat. Ah, je me souviens, c’était à Château-Thierry, pas à Châtellerault. Non, non, c'était au métro Château-Rouge.

  

Requête : « lettre d'accompagnement manuscrit georges flipo »  

Vous allez offrir à l’être aimé un manuscrit de Georges Flipo ? Mon conseil, c’est de ne pas l’envoyer, ça a trop de valeur. Portez-le vous même à l'objet de vos désirs. Tendez le livre, tendez aussi les lèvres et venez recevoir votre récompense.

 

Requête : « que risque ulysse si il écouter les chant des sirènes »  

Plouf. Au suivant !

 

Requête : « écrire un roman est difficile »  

Et le lire, mon pauvre vieux ! Et le lire ! Surtout quand on l’a écrit.

 

Requête : « je c'est écrire plutôt »  

Oui, je aussi moi pareil. Plutôt.

 

Requête : « listes de mauvais écrivains »  

C’est très gênant, ce que vous me demandez là, ce sont d’estimables concurrents, presque des collègues, nous finirons même par devenir amis.  Surtout s’ils sont jurés de prix littéraires.

 

Requête : « photo de chien zakouski »  

Ah, c’est idiot, vous seriez venue dix minutes plus tôt, il était là, dans mon assiette. Vous auriez pu la prendre tranquillement, votre photo. Il reste des olives et des crevettes. Je sais, en photo c'est moins bien, mais c’est plus goûtu. Plus léger, surtout.   

 

 

Requête : « je veux ecrire un texte puis l imprimer sur l hodi »  

J’ai confiance, vous y arriverez. C’est très impressionnant, j’assiste en direct à la naissance d’un écrivain.

 

 Requête : « pub actuel (monsieur je vous masse le pied »  

Bon, puisque vous y tenez, passez sous mon bureau et soyez discret.  

 

Requête : « la tendresse.. qu'est-ce que c'est exactement »  

Vous avez raison, l’important, c’est de savoir e-xac-te-ment. Moi, je le sais, mais je ne vais pas vous l’expliquer. Vous avez une tête à ne pas comprendre e-xac-te-ment. Comment, je vous prends pour un naze ? Oui monsieur, e-xac-te-ment.  

 

Requête : « juste pour vous rappeler »  

Vous avez très bien fait, merci. J’ai failli l’oublier. Attendez, revenez, je ne me souviens plus : qu’est-ce que j’ai failli oublier ?

 

Requête : « j'ai gagné un concours de nouvelles »   

Vous êtes absolument extraordinaire. Prodigieux. Permettez que je me prosterne pour vous baiser les pieds. Oh, ils sont un peu enflés, là, au niveau de la cheville. Et encore, ce n’est rien, attendez d’être devenu écrivain, et alors là, vous verrez.

 

Requête : « femme écriture »   

Femme écriture, mari vaisselle, oui, je sais, c’est dur. Mais c’est comme ça, il ne fallait pas épouser une femme écriture.

 

Requête : « merci pour vos soutien »   

Je vous en prie, madame, c’était volontiers. Vous êtes la vingtième à venir me le dire ce mois-ci, merci pour ce soutien, Georges ! Wouah, soutien-georges, qu’est-ce que je suis drôle, vous ne trouvez pas ?

 

Requête :  « je suis en passe de changer »   

Vous vous rendez compte, mesdames et messieurs de l’assistance, cette demoiselle est en passe de changer ! Qui aurait cru ça d’elle, hein ? Vous avez eu le courage d’en faire état devant cette immense assistance, il n’y a plus qu’à.

   

Requête : «  je veux lire les pensés des grand s'ecrivains du monde »  

Et vous voulez commencer par moi ? Je suis très ému. Eh bien, allez-y, lisez, lisez. Comment, c’est illisible ? C’est normal, puisque je suis un grand écrivain.

 

Requête : « éditeur manuscrit approche directe wrath »   

Allez-y, allez-y, ce sera très amusant, j’en suis sûr. Hi, hi, lui demander des conseils pour vous faire éditer ! C’est comme si vous demandiez des conseils de coiffure à Harry Roselmack.

 

Requête : «non non ce n'est pas pile ou face. quoi qu'il arrive c'est par moi que tout doit arriver analyse   »   

Bon, puisque c’est par vous que ça doit arriver, je vous laisse analyser, mon ami. Huissiers, accompagnez monsieur en salle d’analyse.

 

Requête : « qui a peint ces tableaux ?  vous le saurez à la fin ... (ne trichez pas !!)  »   

Très amusant, votre petit jeu. Vous surestimez la probité des visiteurs de ce blog. Regardez, ça y est, ils sont tous partis. Comment, où ça ? Mais à la fin, bien sûr.

 

Requête : «corrigé : lire un roman, c'est faire l'effort d'entrer dans un univers différent. qu'apporte cette démarche ? »   

Oh, le vilain tricheur, je vais vous dénoncer à votre professeur de français. Ah, le professeur de français, c’est vous ! Bon, je vais vous dénoncer au Ministre de l’Education nationale. Ah, c’est lui qui vous a posé la question ! Eh bien, tant pis, je vais le dénoncer... ah, c’était pour aider le... Lui-même ? Bon que Sa Seigneurie vienne me voir. J’en profiterai pour lui demander les palmes académiques.  

 

Requête :  « images gratuites des coupe de champagne  »   

Parfait. Et moi, chère madame, j’ai les images gratuites de caviar et de homard : nous allons pouvoir commencer notre petite fête. J'ai même une image gratuite de violons tziganes.

   

Requête : « dimanche au lit  »  

C’est une excellente idée, justement, je ne savais pas quoi faire. J’y vais de ce pas. Huissiers, veuillez tirer les rideaux de ce lit à baldaquin et m’y porter. Huissiers ! Huissiers ? Mais où sont-ils ? Ah, eux aussi, dimanche au lit ! Bon, puisqu’il en est ainsi, allez tous passer dimanche au lit, l’audience est close. Ah, avant de vous coucher, pensez à faire le tour de vos blogs préférés pour signaler cette chronique : un peu plus de visiteurs, ça me remontera le moral.


 

 

L'audience est close.

Fermeture de la neuvième Chambre des requêtes

Repost 0
Published by Georges F. - dans Chambre des requêtes
commenter cet article
16 janvier 2011 7 16 /01 /janvier /2011 15:37

 Rappel préalable : dans cette chronique, je réponds aux requêtes Google par lesquelles certains visiteurs s’égarent sur ce blog.

  

 Nombre d’entre elles sont du type « Je veux faire publier mon roman » ou « Comment se faire éditer » chez Gallimard, Grasset, Le Seuil, Albin Michel, Flammarion, Actes Sud et quelques autres.

 

Si vraiment vous voulez vous faire éditer, allez faire un tour sur mon site,  ou sur les archives de ce blog

 

Vous y trouverez des conseils concrets et sérieux pour les auteurs désirant transformer un bon manuscrit en bon livre publié. Ne me remerciez pas, je suis un philanthrope.

 

Et si vous voulez savoir comment ça se passe quand on veut se faire éditer et quand on y parvient, vous auriez peut-être intérêt à lire « Le Vertige des auteurs », publié chez Le Castor Astral. Ce n’est pas autobiographique – même si j’en suis l’auteur, mais c’est, hélas, assez bien documenté. C’est quand même un vrai roman : il a été co-lauréat du Festival du premier roman et a raté d’une voix le Grand Prix de l’Humour noir.

Plus de renseignements      sur mon site       ou sur ce blog  

 

  Assez rigolé, la foule trépigne à nos portes, l'émeute gronde, mesdames les ouvreuses, faites entrer le public dans l'ordre et la dignité. Et ma perruque, vite, qu'on apporte ma perruque !

 

 

Ouverture de la huitième chambre des requêtes !

 

visu chambre des requêtes

 

     

Nous rappelons que toutes les requêtes sont citées dans leur formulation et leur orthographe d’origine.

 


Huissiers, faites entrer les requérants !

 

Requête : « Allo, vous m’entendez »

Oui, mon vieux, je vous entends. Mais parlez plus fort, on n’entend rien dans cette typo. Je vous dis de parler plus fort, vous m’entendez ? Roooh, il est sourd. Je vous demande de me parler plus fort, allô, vous m’entendez ? Allô, vous m’entendez ?  Huissiers, expulsez-moi cet abruti. Je dis, huissiers, expulsez-moi cet abruti, vous m’entendez ? Allô, allô, vous m’entendez ?

 

Requête : «aurevoir valise  »

Résignez-vous, c’était son destin. Allez, faites-lui un sourire d’adieu et laissez-la partir.

 

Requête : « Marcher avec une cane »

C’est plus difficile qu’il n’y paraît : il faut respecter son rythme, calez-vous sur les coin-coin. Le premier coin, c’est le pied droit, le second c’est le gauche. Je vais vous entraîner, je vous fais les coin-coin. Coin, droit, coin, gauche, voilà, coin-coin, coin-coin, excellent, coin-coin, allez, continuez, coin-coin, c’est tout droit. Coin-coin, huissiers, laissez passer monsieur, coin-coin, casse-toi, pauv’ coin.

  

Requête : « Marcher avec une canne »

C’est presque pareil, madame. Vous voyez, le monsieur qui vient de sortir, oui, celui qui marche un peu comme Donald Duck. Vous le suivez, mettez vos pas dans les siens, en ajoutant un n à chaque enjambée. Vous serez très heureux ensemble et vous aurez plein de petits canetons.

 

  Requête : «diplomes pour non-diplomées»  

Créez le vôtre. Diplôme de non-diplômée avec mention très honorable. Mettez mon nom comme président du jury, ça fera plus honorable. Je vous laisse mon R.I.B. Comment « Pourquoi ?» ? Mais pour payer vos frais d’études, chère amie.

 

Requête : «mauvais écrivain»  

Va te faire voir ailleurs, eh, voyou. Huissiers, envoyez monsieur se faire voir ailleurs. Comment, ailleurs ? Eh bien, disons chez les Grecs. Je t’en foutrai des mauvais écrivains. Il n’a même pas lu mon prochain roman policier.

 

Requête : «comment débuter une autobiographie»  

À la naissance, ça fait plus sérieux, mieux documenté. Ou un peu avant « Quand je suis parti au bois, j’étais une mauvaise pensée dans le ventre de papa, quand j’en suis revenu, j’étais un bon souvenir dans celui de maman ». Ça vous plaît ? Très bien, huissiers, accompagnez monsieur à la comptabilité.

 

Requête : «comment ecrire sa gratitude»  

Ne l’écrivez pas. Manifestez-la : prosternez-vous devant votre bienfaiteur. Semez des pétales de rose sous ses pas. Allumez l’encensoir et agitez-le en sa présence, ajoutez-y quelques youyous pour traduire votre allégresse. Ça vous convient ? Très bien, mais non, non, ne me remerciez pas. Contentez-vous de me manifester votre gratitude quand je sortirai.

 

Requête : « confessionnal à vendre »  

Je suis là pour vous conseiller, monsieur l’abbé. Mettez ça en vente sur e-bay. Précisez bien « Spécial bonus : vendu avec coffret contenant l’intégrale des confessions de 1000 paroissiens et paroissiennes choisies parmi les plus croustillantes ». Ne vous inquiétez pas, je vous les écrirai comme si c’était moi.

 

Requête : « devenir le maître du monde »  

C’est bien, mon petit gars, il faut avoir de l’ambition dans la vie. Mais commence par obéir à ta maman et range ta chambre.

 

Requête : « hommes au travail »  

Affreux, c’est affreux. Quand je pense que, s’ils avaient bien travaillé à l’école, ils pourraient maintenant être écrivains. Ou président de la Chambre des Requêtes.

 

Requête : « je suis très sexy »  

Moi aussi, mademoiselle. Et encore, vous ne me voyez pas sous mon meilleur jour : ma perruque est un peu défrisée, je n’ai pas eu le temps de lui faire un brushing. Et je n’avais plus de mascara ce matin. Et je n’ai pas mis de paillettes sur ma robe.

 

Requête : « lundi je commence »  

Voilà qui est intéressant, vous avez bien fait de venir en parler, ça va passionner tout le monde. Et mardi, vous continuez ?

 

Requête : «Partir c’est revenir et revenir c’est partir»  

Merci de m’en avoir informé. Bon, bon, c’est pas tout, ça, maintenant, je vous laisse partir. Mais non, ne revenez pas. Ah oui, c’est vrai, revenir, c’est... Bon revenez dans ce cas-là. Huissiers, vous ne le laissez surtout pas revenir. Enfin, je veux dire partir, vous comprenez ? 

 

Requête : «plus court chemin»  

On va faire simple, mon vieux. Je vous recommande d’utiliser l'algorithme de Dijkstra.

Le poids du chemin entre deux sommets est la somme des poids des arêtes qui le composent. Pour une paire donnée de sommets sdeb (le sommet du départ) sfin (sommet d'arrivée) appartenant à S, l'algorithme trouve le chemin depuis sdeb vers sfin de moindre poids (autrement dit le chemin le plus léger ou encore le plus court).

L'algorithme fonctionne en construisant un sous-graphe P de manière à ce que la distance entre un sommet s de P depuis sdeb soit connue et soit un minimum dans G. Initialement P contient simplement le nœud sdeb isolé, et la distance de sdeb à lui-même vaut zéro. Des arcs sont ajoutés à P à chaque étape :

1. en identifiant toutes les arêtes ai = (si1,si2) dans tel que si1 est dans P et si2 est dans G ;

2. en choisissant l'arête aj = (sj1,sj2) dans qui donne la distance minimum depuis sdeb à sj2 en passant tous les chemins créés menant à ce nœud.

L'algorithme se termine soit quand P devient un arbre couvrant de G, soit quand tous les nœuds d'intérêt[2] sont dans P.

Ça va, je suis clair ? Comment, si c’est comme ça, vous préférez vous débrouiller tout seul ? Il n’en est pas question, je vous ré-explique tout ça. Ouvrez votre cahier et notez. Huissiers, enchaînez ce monsieur à l’algorithme de Dijkstra.

 

Requête : «qui es ce qu´une littérature »  

Moi pas comprendre. Toi reformuler question.

 

Requête : «quesque la litterature»  

Reformulez votre question.

 

Requête : «quesque la littérature»  

C’est à peine mieux, mais ça ne va pas. Reformulez votre question.

 

Requête : «qu est ce que la litterature »  

C’est mieux, et c’est moins bien Reformulez votre question.

 

Requête : «qu est ce que la littérature »  

On progresse. Relisez-vous et reformulez votre question.

 

Requête : «qu est-ce-que la littérature »  

Vous y êtes presque. Allez, un effort, reformulez votre question.

 

Requête : «Qu-est-ce-que la littérature »  

Ttt, ttt, on y est presque, reformulez votre question.

 

Requête : «Qu’est-ce que la littérature ? »  

Et voilà, bravo, elle est parfaite, votre question. Vous voyez, quand vous vous appliquez. Comment, quelle est la réponse ? Ah bah, je ne sais pas moi. Huissiers, emparez-vous du requérant, il semble devenir agressif.

 

Requête : «Tango entre hommes »  

Pour qui me prenez-vous ? C’est parce que je porte une perruque, que vous venez me proposer la chose ?

 

Requête : « Pantoufle ridicule »  

Oui, mais elle me tient chaud. C’est comme mon slip en finette et mon damart en thermolactyl.

 

Requête : «y'a t-il un nombre page pour ecire un manuscrit»  

Oui, c’est un cahier des charges très strict. C’est la règle du 284-3-1er

Appliquez-la comme moi : mon prochain roman « Le commissaire n’a point l’esprit club » comportera 284 pages réparties en 23 chapitres. Le premier chapitre doit impérativement commencer par :

¾        Attendez, brigadier, vous êtes en train de me dire que vous avez tous passé la soirée du 14 juillet à danser autour du cadavre pendu, en tapant dessus à coups de bâton ?

¾      Oui, mais c’était juste pour se marrer, on ne pensait pas à mal.

Pour le reste, on fait comme on veut. Ah, j’allais oublier le 3-3-11 : c’est mieux aussi si le livre sort le 3 mars 2011. Moi, en tout cas, c’est ce que je ferai. Non, non, ne me remerciez pas, je cherchais justement à caser ça dans le billet du jour.

 

Requête : «Je n’aime pas son odeur»  

Racontez-nous ça, ma pauvre dame. Ooooh, non, non, stop, arrêtez, pas ici, c’est infect rien que d’en parler, allez sur d’autres blogs, ou créez le vôtre. Huissiers, ouvrez grand les fenêtres, et jetez madame dehors. Roooh, ça reste, c’est entêtant. Bon, puisque c’est comme ça, on ferme l’audience.

 

 

L'audience est close.

Repost 0
Published by Georges F. - dans Chambre des requêtes
commenter cet article
12 janvier 2011 3 12 /01 /janvier /2011 21:25

La huitième chambre des requêtes ouvrira ses portes dimanche prochain, si son président est toujours vivant, s'il retrouve sa perruque, et si les huissiers ne font pas grève.

 Les places en audience seront chères, mettez vos habits du dimanche si vous voulez un siège au premier rang.

Repost 0
Published by Georges F. - dans Chambre des requêtes
commenter cet article
16 décembre 2010 4 16 /12 /décembre /2010 21:36

 

Rappel préalable : cette chronique a pour objet de répondre aux requêtes Google par lesquelles certains visiteurs s’égarent sur ce blog. Les plus nombreuses sont celles  du type "Comment se faire éditer", "Comment se faire publier", "Envoyer manuscrit", chez Gallimard, Grasset, Le Seuil, Albin Michel, Flammarion, Actes Sud, Julliard, Fayard, Robert Laffont, P.O.L., Anne Carrière, Le Castor Astral, La Table Ronde,  Calmann-Lévy, Liana Levi, Denoël, Mercure de France, Verticales, J.C. Lattès, ... j’abrège, la liste est longue.

 

Si vraiment vous vous posez la question, allez fouiner un peu plus loin dans ce blog, il y a toute une série de billets qui en parlent sérieusement.

En gros, c’est possible. Je ne dis pas facile, mais possible. Même si l’on n’a jamais mis les pieds au Quartier latin, même si l’on n’ a dans son carnet d’adresses que ses copains de rugby, même si l’on est moche comme un ou une journaliste de France 3 Ardennes, et même si l’on n’est fils ou fille que de papa et maman. Quelques blogs affirment le contraire. Ne les croyez pas : quand on veut arriver quelque part, qui faut-il croire ? Quelqu’un qui connaît la route pour y être allé plusieurs fois, ou quelqu’un qui s’égare et tourne en rond depuis dix ans ?

Allez voir :http://georges-flipo-auteur.over-blog.com/categorie-10494196.html

Ou sur mon site :

http://www.georges-flipo-auteur.com/pages/24als22.html

 

 

Assez rigolé, passons aux choses sérieuses : ô maquilleuse, remettez-moi un peu de rimmel pour enténébrer mon regard, et poudrez-moi le nez, vite, ils arrivent !

 

 

Ouverture de la septième chambre des requêtes !

 

visu chambre des requêtes 

 

   

Nous rappelons que toutes les requêtes sont citées dans leur formulation et leur orthographe d’origine.

 

Huissiers, faites entrer les requérants !

 

Requête : « Je suis très sexy ».

Sexy, je ne sais pas, mais tordu, c’est certain. Il y a 388.000 sites à aller visiter avec cette requête, c’est Google qui le dit, et c’est chez moi qui vous débarquez.  Tout le monde vous regarde, on se gausse de vous, mon pauvre vieux. Vous très sexy ? Allez, osez le redire plus fort« Je suis très sexy ». Plus fort, gros nigaud. Bon, je vais le dire à votre place : « MONSIEUR EST TRÈS SEXY. Y a-t-il des dames que ça intéresse ?... Personne ? » Désolé, mon vieux, allez vous faire voir dans les 387.999 autres. Huissiers, sortez cet individu. Attention, il est très sexy.

 

Requête : «Il n’est donc pas possible que ce soit »

Vous aussi, vous arrivez chez moi avec cette requête ? Pourquoi moi ? Quoi ? Google donne 68 400 000 résultats, et le premier de la liste, c’est mon blog ? Moi, premier quelque part ? Huissiers, servez un champagne à monsieur ! Psst, non pas celui-là, c’est du vrai. Servez une Clairette de Die e, mettant la main sur l’étiquette, il n’y boira que du feu.

 

Requête : « Dans le chant des sirènes comment les sirènes charment-elles les humains ? »

Je vais vous aider, car je crois que vous ne trouverez jamais tout seul. La réponse c’est « En chantant ».

 

Requête : « Merci à tous pour vos messages d'amitié, de sympathie, d'espoir.»  

Ne les remerciez pas, ma pauvre dame, ce sont toutes des menteries. Ils se foutent de vous.

 

  Requête : « Dessins littéraires » 

Et là encore, 1.010.000 résultats Google. Et, là encore, c’est chez moi que vous venez. Et, comment ? Vous dites que là encore, mon blog arrive en n°1.  Qu’est-ce que vous avez tous, aujourd’hui ? C’est la Clairette de Die qui vous fait venir ? 

 

 Requête : « Comman se faire édité »

Là, je ne vous crois plus : 30 700 000 résultats chez Google,  et c’est encore chez moi ? En quelle position ? Ah, 4ème sur 30 700 000, c’est déjà plus raisonnable. Et qui est juste devant moi ? Mot Compte Double , le blog de mon amie Françoise Guérin ? Ah, quel bonheur ! Et juste derrière ? Non, je ne vous crois pas ? Le blog de Wrath, le carrefour de la désespérance ? Rooh, c’est trop drôle. Huissiers, champagne pour toute la salle ! Mais non, pas de la Clairette, j’ai dit du champagne !

 

Requête : « Mots d'excuse 15 parties »

Quinze parties, c'est beaucoup trop. Vous êtes inexcusable. 

  

Requête : « Dissertation heros doit il etre sympathique »

Ah, là, j’ai la réponse toute chaude, vous êtes bien tombée.

 Dans l’introduction, vous dites que, comme pour toutes les grandes questions existentielles, il y en a des ceux qui disent que oui et il y en a d’autres ceux qui disent que non.

Première partie, vous affirmez que non, même que Georges Flipo il a dit que non, et il a écrit tout un roman pour le prouver, « Le film va faire un malheur », que ça s’appelle, où le héros n’est pas sympathique mais il est quand même le héros, en tout cas, c’est lui qui le dit.

Deuxième partie, vous affirmez que oui, même qu’un grand réalisateur, je peux pas donner le nom, il avait trouvé le livre très bien (là, vous développez, hein) mais il n’a pas voulu en faire un film, parce qu’il trouvait que le héros n’était pas sympathique.

Conclusion : vous dites que Georges Flipo, maintenant, il ne sait plus, il affirme plus rien. Il pleure.

Et essayez d’écrire ça en meilleur français, parce que c’est un devoir noté.

 

Requête : « Tango: de quel pied démarrer ? »

Moi, je commence du droit, parce que je suis un homme. L’autre méthode, c’est de commencer par n’importe quel pied. Si votre danseuse dit « Aïe », changez vite de pied. Vite, avant qu’elle ne change de danseur.

 

Requête : « Quelles sont les formules pour commencer un roman »

Ouvrez le dernier livre de Ségolène Royal à n’importe quelle page, et prenez le premier adjectif de la première ligne. Qu’est-ce qu’il vous évoque ? Ecrivez une phrase là-dessus, et continuez : ce sera le début du roman. N’oubliez pas de reverser plus tard 10% de vos droits d’auteur à Ségolène, à titre de royalties.

Message personnel à S.R. Psst, n’oublie pas les 10% sur les 10%, comme convenu.   

 

Requête : « Comment commensser son roman »

Et comme d’habitude, 3.370.000 réponses chez Google, et preum, comme d’hab, c’est ça, hein .. Je vais finir par me vexer, plus les questions sont nazes, plus haut je suis dans le classement.

 

Requête : « Voyeur club med  »

Vous tombez à pic, c’est presque le sujet de mon nouveau roman, « La commissaire n’a point l’esprit club ».  Sauf que ça se passe dans un club lambda, pas au club med. Et que la commissaire pourrait être une voyeuse, pas un voyeur, mais vu ce qu’il y a à voir, elle préfère regarder ailleurs. Sauf quand c’est son beau lieutenant qui... mais là, elle imagine, elle ne fait qu’imaginer, il n’ y a rien de mal. Alors, il vous plaît, ce roman ?  Il faudra attendre mars. Il ne manque plus que la 4ème de couverture.

 

Requête : « Qu'est ce que la 4e de couverture ? »

Dérangez pas, vous ! Vous ne voyez pas que je suis en train de récrire ma quatrième de couverture ? ».

 

Requête : « recrire ou reecrire »

Moi, en tout cas, je suis en train de la récrire. Les 17.799 autres, ils font ce qu’ils veulent, mais puisque je suis le premier, c’est moi qui décide.  

 

Requête : « daniel filmé entrain de se fair attaché »

Sacré Daniel ! Quelle histoire attachante ! Il y a un dénouement ? 

 

Requête : « sujet de conversation avec la femme que j'aime »

Ne parlez pas. Vous gâcheriez vos chances.

  

Requête : « envoyer manuscrit chance d'être publié »

Oui. Chance.

 

Requête : « Sujet sur un matin en nous rendant en classe on rencontre un mendiant  decrive et dite quelle ont est vos impression »

Désolé, mais je ne rencontre jamais de mendiants. Des admirateurs, des groupies, des lectrices, des journalistes qui me quémandent une interview, des éditeurs qui agitent des contrats, oui. Mais pas de mendiants, je crois qu’on les chasse avant mon passage.  Alors je ne puis point decrive et dite quelle ont est mes impression. Sinon, c’eût été volontiers.

 

Requête : « ah on ferait tout pour le »

Et voilà, 5 290 000 résultats et le coup classique. C’est une conspiration organisée pour fêter mon retour ?

 

Requête : « cristau dans ma machine a vapeur »

C’est très embêtant, mais c’est de votre faute. Il ne fallait pas venir ici en laissant ouverte votre machine à vapeur. Cristau en aura profité, c’est humain.

 

Requête : « C'est ma soeur qui a brisé la machine a vapeur »

Décidément, mon vieux, vous êtes bien à plaindre. Et je ne parle pas du pauvre Cristau : il a pu sortir à temps ? 

Requête : «je ecrit un dialogue est vous me le donne la correction en 6éme »

Vous avez très bien fait de venir me voir, je suis là pour ça. Mais si j’étais vous, je ne toucherais pas au texte : pas de correction, il perdrait de sa saveur.

 

Requête : « blagues de fin d’année « 

Et bien sûr, c’est Google qui vous envoie. Bon, il n’a pas de Belges parmi vos invités ? Servez-leur quelques blagues belges, hi, hi, j’en ris d’avance. Celle que je préfère, c’est celle du routier, roooh... 

 

Requête : « auteur de ailleurs comme ici c'est pareil »

Je n’y suis pour rien, on vous a mal orientée, madame. Allez voir ailleurs. Non, pas ici, ailleurs, je vous dis. Comment ça, c’est pareil ? Huissiers !

 

Requête : «présentation d'un manuscrit interligne georges flipo »

L’interligne Georges Flipo est égal à 1,487. Mais vous pouvez arrondir à 1,5. Alors, heureux ?

 

Requête : « Homme politique interview ne sait pas parler »

Et en plus, il ne sait pas écrire, paraît-il. Des noms, des noms !  

 

Requête : « Je montre tout »

Remballez-moi tout ça, vilaine fille. Huissiers ! 

 

Requête : « écrire un roman relecture difficile correction »

Vous venez donc me proposer d’écrire un roman dont le sujet serait une difficile correction. Formidable sujet, j’en tremble d’émoi. Je m’y mets dès demain.  Préparez-moi la quatrième de couv, c’est comme si c’était fait.

 

Requête : « astuce pour se faire editer »

Ah, je me disais bien, aussi ! Allez, raconte.

 

Requête : « tout va mal blog »

Je fais ce que je peux, mon vieux, mais c’est dur, je sors de l’écriture de mon dernier roman dans un état épouvantable – l’auteur, pas le roman. Un peu d’indulgence.

 

Requête : «proust amitié lire »

Sale affaire. Et ensuite ?

 

Requête :  « j'écris mais je ne suis pas écrivain ».

Vachement intéressant, vous avez bien fait de venir en parler ici. Et moi, je souffle mais je ne suis pas souffleur. 

 

Requête :   « ou faire éditer mes haikus ».

J’ai une idée, peut-être un peu folle :  et si vous alliez voir un éditeur d’haïkus ?

 

Requête : « salaire d'ecrivain marie helene lafon ».

Elle me l’avait dit, mais j’ai oublié de le noter. Je crois me souvenir de 73.258, mais je ne sais plus en quelle monnaie.

 

Requête : « paragraphe argumentée sur bovary point fort et point faible du roman »

Point fort : c’est moral, chacun mérite ce qui lui arrive.

Point faible : je ne sais pas, je n’ai pas lu le roman. Dites que c’est trop long, ça marche toujours. Précisez « trente pages de trop », ça fait sérieux, genre la fille qui l’a vraiment lu.

 

  Requête : « Donnez moi les palmes academiques »

Pas question ! Je les ai, je les garde. Et d’ailleurs, je ne les ai pas.

 

 

L'audience est close.

Repost 0
Published by Georges F. - dans Chambre des requêtes
commenter cet article
22 avril 2010 4 22 /04 /avril /2010 09:39

 

Rappel préalable : cette chronique a pour objet de répondre aux requêtes Google par lesquelles certains visiteurs arrivent sur ce blog. Les plus nombreuses sont celles  du type "Comment se faire éditer", "Comment se faire publier", "Envoyer manuscrit", chez Gallimard, Grasset, Le Seuil, Albin Michel, Flammarion, Actes Sud, Julliard, Fayard, Robert Laffont, P.O.L., Anne Carrière, Le Castor Astral, La Table Ronde,  Calmann-Lévy, Liana Levi, Denoël, Mercure de France, Verticales, J.C. Lattès, ... j’abrège, la liste est longue.

 

Pour celles-là,  la réponse est toujours la même : La Chambre des requêtes en parle, avec un léger sourire qui peut paraître cruel aux impétrants, mais ce blog les traite aussi de façon bien plus sérieuse : oui, on peut se faire éditer, même si on n'est connu qu'à la poste, et j’en parle dans ces chroniques :

http://georges-flipo-auteur.over-blog.com/categorie-10494196.html

 

J’en parle également sur mon site :

http://www.georges-flipo-auteur.com/pages/24als22.html

 

Et maintenant, assez causé !

Huissiers, ajustez vos cravates, on va commencer.

 

 

 

visu chambre des requêtes

 

Nous rappelons que toutes les requêtes sont citées dans leur formulation et leur orthographe d’origine.

 

Ouverture de la cinquième chambre des requêtes !

Huissiers, faites entrer les requérants !

 

Requête : « beaux cul »

J’apprécie l’élévation de vos préoccupations. Mais est-ce bien l’endroit où exprimer une si noble quête ?  Je vous suggère d’exposer votre ardente aspiration dans un cadre plus approprié : « beaux cul » ça tient en huit lettres, c’est une chance ; disons neuf si vous ajoutez un s à la fin, pour faire plus intellectuel. Étalez ça en grosse typo sur une pancarte d’environ soixante centimètres sur trente, tenue au bout d’une perche. Et paradez avec le tout en tête des prochains défilés du 1er mai. Votre demande devrait aboutir. Précisez peut-être en sur-titre « Je cherche », sinon on pourrait croire qu’il s’agit d’une publicité vendant la foule qui vous suit. Bonne chance, ô intrépide ami !

 

Requête : « blog auteur débutant »

Comment ? Vous tapez blog auteur débutant et vous arrivez chez moi ? C’est une plaisanterie, mon pauvre monsieur. On se sera payé votre tronche. Ou la mienne. Huissiers, expulsez l’abruti ! Non pas moi, lui !

 

Requête : « blog tango livres »  

Vous avez une chance exceptionnelle, c’est bien ici. Il y a deux livres qui donnent les paroles des tangos les plus célèbres. L’anthologie poétique « Letras de tango » en trois volumes, de Juan Ángel Russo, et « Las mejores letras de tango » d’Héctor Ángel Benedetti. Et puisque vous en mourez d’envie, je vais vous en chanter quelques-uns en commençant par le plus sensuel de tous : « A media luz ». On y va ?

...♫ A media luz los besos,

A media luz los dos, ♪

♫ Y todo a media luz

Crepúsculo interior♪

! Que suave terciopelo

la media luz de amor ... !

 

Superbe, n’est-ce pas, ce Crepúsculo interior ? Oh, ils sont tous partis.... Huissiers, allez... ah,  les huissiers aussi.

 

Requête : « c’est pas moi, c’est ma sœur... » 

Vous allez rire, votre sœur est venue hier et me dit justement que ce n’est pas elle, et que c’est vous. Je vois poindre là un long et douloureux conflit familial, c’est presque un début de roman ! Racontez-moi tout ça, et...  dites-moi, ça vous dérange si j’ajoute quelques meurtres ? Ou le vol de la soupière en argent ?

 

 

 Requête : « c'est ma soeur qu'a cassé la machine à vapeur »

Ah, ce n’était donc que ça ? Eh bien, je vais vous la réparer, votre machine à vapeur, je suis assez doué en bricolage. Et qu’est-ce que c’est, votre machine ? Une bouilloire ? Un fer à repasser ? Ah, c’est... ? Euh, après tout, si c’est votre soeur qui l’a cassée, hein, qu’elle la répare elle-même. Huissiers, faites sortir cette locomotive.

 

Requête : « cherche belle peinture pour tableau »

Vous avez raison, les tableaux, à notre époque, c’est trop souvent n’importe quoi. Mieux vaut les recouvrir avec de la belle peinture, ce sera beaucoup plus joli dans le salon au-dessus de la cheminée. Mais si c’est un beau tableau que vous cherchez, je vous suggère, oh, très timidement, c’est gênant cette page de publicité en pleine audience, enfin... je vous propose ce petit clic. Elle expose au marché de l’art de la Bastille du 28 avril au 2 mai.

 

Requête : « combien de temps pour une réponse de flammarion manuscrit »

Ah, vous vous inquiétez parce que ça fait dix-huit mois que vous attendez. Je vais vous rassurer, votre manuscrit n’y est pour rien ; c’est parce qu’ils ont perdu le modèle, la lettre-type.  C’était pourtant une belle lettre, très encourageante. Je me souviens du début : « Nous avons étudié avec intérêt votre projet d’ouvrage. Cependant, malgré ses qualités, nous sommes au regret de vous informer que le comité de lecture ne l’a pas retenu.... » Allons, allons, courage, ne sanglotez pas, faites-moi un brave petit sourire d’écrivain... voilà, comme ça !

 

Requête : « commencer un roman et ne pas réussir à le lire »

Et c’est vous qui en êtes l’auteur, c’est bien ça ? Je reconnais que ce n’est pas très encourageant, mais vous n’êtes pas forcément le meilleur juge. Pourquoi ne l’envoyez-vous pas à Flammarion ?

 

Requête : « comment avouer une mauvaise note »

N’avouez jamais. Est-ce que j’avoue mes mauvaises critiques, moi ?  

 

Requête : « comment débuter en tant que ecrivain »

Ne débutez pas. Faites comme moi, prenez-vous tout de suite pour un grand écrivain. Si vous débutez, vous n’aurez que des ennuis et votre conjoint vous trompera, ce sera comme dans « Le Vertige des auteurs ». Comment ? Vous ne l’avez pas lu ? Huissier, apportez un exemplaire et donnez en lecture à l’impétrant ; Chapitre Un : « Encore deux lettres et il se présenterait devant Dieu. Allez, deux lettres à écrire, mes deux dernières lettres de président... » Aaaah, que c’est beau, quel talent ! Et vous vous rendez compte, c’est MOI qui ai écrit ça ?

 

Requête : « comment ecrire la part qui m'est du  »

Sale affaire. Très sale affaire. Dégoûtante. Vous devriez avoir honte de déposer ça en plein milieu de la chambre. Gardez-la pour vous et faites-en un sujet de nouvelle.

 

Requête : « comment écrire un long roman a sa copine »

Un roman ? Et en plus LONG roman ?Vous n’avez que ça à faire avec votre copine ? Offrez-lui plutôt un petit aphorisme coquignolet, ou un madrigal piquant ! Ou un bijou de chez Mauboussin, ce serait peut-être mieux.

 

Requête : « déçu m'emmerdez avec vos questions »

Ah, vous aussi !  

 

Requête : « écrire un livre facile ? »

Oui, mon pote, c’est de la balle. 

 

Requête : « est ce que la lécture des romans est trés importante »

Vous demandez ça à propos du mien ? Je vais être honnête : mais non, mon brave, ce n’est pas trééés important. Ce qui compte, c’est que vous l’achetiez.  

 

Requête : « facteur ivre »

Vous avez raison, dénoncez-le : les colonnes de ce blog vous sont ouvertes. Je vais créer une rubrique délation des préposés  rien que pour vous. Alors, ce facteur, son nom ? Cette ivresse, quel jour, en quel endroit ? Des témoins ? Non ? Bon, indiquez simplement « au grand scandale de tous les passants ». Ah, on le tient, le lascar !

 

Requête : « femme valise »

Racontez-moi ça, j’en frissonne d’aise. Elle est anti-choc ? Avec des poignées, des courroies ? Et, enfin, vous voyez ce que je veux dire, eh bien... à fermeture-éclair ? Ah, je vais en faire une autre nouvelle !

 

Requête : « george le plus grand chien du monde quesque c'est sa race »

A mon avis, c’est celui qui fait sa crotte tous les matins devant ma grille. Je vais lui demander. Très poliment, bien sûr, parce qu’il est grand, et désagréable,  et costaud ! Et je ne vous parle pas de son maître...

 

Requête : « je suis très belle »

Euh, je n’irais pas jusque là, disons que vous avez un visage, euh, de caractère. Ou, pour le moins, très original. En tout cas, le fait est qu’on le remarque. Et vos jambes, elles sont comment vos jambes ?

 

Requête : « grand famme arabe pleure »

Qui, mais qui donc, sur ce blog, va trouver les mots pour la consoler ?

 

Requête : « j ai 10 ans et je veux ecrire mon propre roman policier mais je ne sais pas comment mi prendre »

Demande à papa. Et fais tout le contraire.

 

Requête : « je chreche une numero téléphone françai elle parlée urdu…»

Je vois cette requête revenir constamment sur ce blog et je compatis : j’ai fini par trouver ça :

Section consulaire de l'Ambassade du Pakistan en France

18, rue Lord Byron – 75008 Paris

Tél : +33 1 45 62 23 32 - Fax +33 1 45 62 89 15

Ouverture : de 9h30 à 12h du lundi au vendredi.

E-Mail : pakemb-paris@yahoo.com

Ma bonté me perdra. Mais promettez-moi de ne plus revenir ici. Et, attendez, on ne dit pas merci, en urdu ?

                       

Requête : « moment année envoyer manuscrit »

Oh, malheureux, le moment c’était le 21 avril à 14 h 30 ! Vous l’avez raté ; ce n’est pas grave, vous attendrez un an, c’est vite passé. De toute façon, ce manuscrit, pfff, vous ne vouliez pas trop y croire, hein ?

 

Requête : « quand les tapas on t-elle etait créé ? »

Ah, enfin une bonne question, pragmatique, factuelle. Ma réponse est à l’avenant :

Les zakouskis ont été créés en Russie, puisqu’ils viennent du russe Закуски, zakouski, pluriel de Закуска, zakouska, du même sens, que du verbe закусить, zakousit’  « mettre en bouche quelque chose après avoir bu de l’alcool ». Oui, les Russes ont un verbe spécial pour mettre en bouche quelque chose après avoir bu de l’alcool, ça c’est une belle langue ! Nous allons commencer par les brochettes d’oeufs de lump... Comment ? La question concernait les tapas, pas les zakouskis ? Il fallait le dire plus tôt, mon vieux, je ne vais pas repartir à zéro. Et franchement, les tapas, pfff...

 

Requête : « que se passe-t-il quand un manuscrit arrive dans le comité de lecture chez stock »

C’est très simple : chaque membre arrive avec un manuscrit qu’il a choisi dans la montagne de la semaine, il l’ouvre avec un grand sourire et là... euh, vous avez vu « Le dîner de cons » ? Non ? Ah, du coup, ça va être difficile à expliquer...

 

Requête : « reve idiot  »

Bon, racontez-nous ça, madame, ça va détendre l’atmosphère. Comment ? Parlez plus fort ! Vous avez rêvé que vous vouliez devenir écrivain ? Enfin, vous, dans le public, arrêtez de rire, ça devient vexant pour madame. Bon, racontez-nous ça. Je fais un saut à la buvette, mais commencez sans moi.  

 

Requête : « se fair des ami dan un blog  »

Encore vous ? Vous me l’aviez déjà demandé le mois dernier, mais avec moins de fautes d’orthographe. Vous n’avez pas d’amis qui puissent vous relire, vous corriger ? Non ? Eh bien, cherchez-en, mon brave. Où ? Mais dans un blog, par exemple. Oui, c’est une bonne idée, j’ai toujours de bonnes idées...

 

Requête : « sujet de nouvelle » « sujet de nouvelles » « sujet donné d'une nouvelle »

Et voilà, c’est toujours comme ça : j’esquisse un sujet de nouvelle au début de cette audience, et hop, tous les ouanabis qui débarquent « j’en veux un, j’en veux plusieurs, j’en veux des gratuits », c’est affreux, c’est poignant, cette misère intellectuelle, on se croirait chez Wrath, allez, allez jouer, huissiers, expulsez-moi ça !

 

Requête : «  peine tristesse malheur pleur peinture portrait oeuvre »

Je vous peins ça tout de suite. Si ça ne vous dérange pas, je vais ajouter chagrin, affliction, détresse, larmes et lamentations pour faire plus gai.

 

Requête : « on croit on ai des amies »

Je vais vous faire de la peine, mais sachez que, pas plus tard qu’hier, au pot de départ en retraite de Monsieur Verjus, elle a dit à Bernard, pas celui de l’informatique, mais le Bernard de la comptabilité, le roux, vous voyez ? Alors, elle lui a dit, en parlant de vous – ce n’est pas Bernard lui-même qui me l’a dit, c’est Virginie, la grande bringue du service après-vente, oui, celle qui sent des pieds, mais ne lui dites pas que je l’ai dit, hein, alors elle m’a dit qu’elle – pas Virginie, bien sûr, mais votre amie - qu’elle avait dit comme ça à Bernard... c’est un peu gênant à raconter, parce que c’est votre amie, enfin,  puisque c’est votre amie, je crois bien faire en vous disant que, oh, et puis non, je ne veux pas vous faire de la peine, mais, vous avez vu l’heure ? On est là, on cause, on ne se rend plus compte...

 

Requête : « George  navet auteur de theatre  »

Encore vous ! Puisque c’est comme ça, on ferme : huissiers, livrez le requérant à la vindicte du public ! Navet, je t’en ficherai des navets, elle est très bonne ma pièce.

  

 

L'audience est close.
Fermeture de la sixième chambre des requêtes.

Repost 0
Published by Georges F. - dans Chambre des requêtes
commenter cet article