Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

(Excellente) Présentation

  • : Blog de Georges Flipo, auteur
  • Blog de Georges Flipo, auteur
  • : Dans ce blog : chroniques sur l'actualité littéraire (la mienne et celle des autres), sur l'écriture, sur l'édition, sur les auteurs, et tout ce qui se réclame de lalittérature.
  • Contact

Actualité brûlante

Blog au repos

Mais rien ne vous empêche d'aller faire un tour sur le site www.georges-flipo-auteur.com  

Recherche

Avant d'entrer ou de sortir

Pour une lecture plus structurée, cliquez juste en dessous : pavé "pages" ou pavé "catégories".

Pour des informations pérennes, impitoyablement classées, allez faire un saut sur mon site d'auteur

Il vient d'être entièrement remanié. Tout y est très beau, très chic. Même le chien.

Archives

Des attaches et des liens

Des blogs que je fréquente souvent ou parfois, mais avec plaisir, sans forcément y laisser de commentaires, des blogs dont le tenancier vient parfois faire un coucou en dessous de mes billets, des blogs qui aiguillent vers le mien, des blogs qui ont donné un coup de pouce à un ou plusieurs de mes livres, tout cela crée des liens.

Si vous pensez que votre absence dans cette liste est un scandale, faites un scandale. Ou, plus simple, faites-moi signe.

-------
 
813
Actu du noir (Jean-Marc Laherrère)
Actualitte.com, Nicolas
Alex (Mot à mots)
Amanda Meyre
Annick Dor
Antigone (Les écrits d’Antigone)
Armande 22,  Les livres-bonheur
Aude (Mots dits)
Balmeyer
Biblioblog (Laurence)
BibliObs
Bibliophagie (Sybilline)
Bibliosurf
Biffures chroniques
Blog de Thomas Clément
Bloghotel
Blog-o-book
Boojum
Bookingdom
Bric à book, Leiloona
Brigit Hache
BSC News
C’était demain, Dominique Boudou
Cabinet de curiosités d’Eric Poindron
Cafebook (Emma)
Calipso,
Calibre 47 (Claude Mesplède)
Calou, L’Ivre de lectures
Carnet de lectures
Carnets de Pierre
Carnets de sel (Essel)
Caro[line] 5ème de couverture, 
Catherine (La culture se partage)
Cathulu
Chaperlipopette
Chez Lo
Chiffonnette
Chimère (A livre ouvert)
Choupynette (Y'a d'la joie)
Chroniques littéraires
Clair et net
Clarinesse (L'œil du vent)
Claude Le Nocher
Clopin-clopant (Clopine)  
Comme dans un livre
Cozop
Critico-blog
CulturesFrance
Cunéipage (Cuné)
Daniel Fattore
Danielle, Maux d’auteurs
Dasola
De livres en livres
Digressions (Joseph Vebret)
Ecrivains-voyageurs
Eireann (Yvon)
Eloah (À lire, à croquer)
Emmanuelle Urien
En lisant, en voyageant, (Keisha)
Encres vagabondes, Patricia Châtel
Enna lit, Enna vit
Eric Fouassier
Espaces, CNES
Eulalie
Evene
Extra-ball, (Dorham)
Fabelire
Fabula Bovarya,
Flof 13 (Lire et délires)
Florinette, Les lectures de Florinette,
Fluctuat.net
Forum A vos plumes
Forum Tir Na N’Og et Cie
Frédérique Martin
Gaëlle Pingault
Géothèque
Géraldine (Les coups de cœur)
Gwenaelle (Skriban)
Happy Few, Fashion Victim
Hautefort, club Littérature
Hebdo des notes,
Indications
Initiales
Interlignage
Jean Calbrix
Journal  d’une lectrice (Papillon)
Kalistina
Kathel, Lettres exprès
Kheops
La bibliothèque du dolmen
La caverne d'Ankya
La cuisine des mots (Ciorane)
La Factory
La liseuse (au fil de mes lectures)
La Mère Castor
La Péniche.net ( Bureau des Arts de Sc. Po )
La pile à lire d'Hécléa
La plume et le citoyen
La Revue Littéraire (Blog Leo Scheer)
La scribouillarde
La tête dans les pages
Labyrinthes avec vue
Le bibliomane
Le blog d’Ameleia,
Le goût des livres (Aifelle)
Le retour de l'être aimé
Le Scribe
Lechoixdesbibliothécaires
Lecture & Ecriture
Lectures et autres (Sylvie)
Leo Scheer (La revue littéraire)
Les chroniques de Mandor
Les jardins d’Hélène
Les lectures de Martine,
Les livres de l'Arrajou
Les penchants du roseau
Levraoueg (La tourneuse de pages)
Librairie des voyageurs, Les 5 continents.
Lignes de fuite
L'île, la petite île
Lili (Des livres et moi)
Liliba
Lily et ses livres
Lire et délires (Flof13)
Litote en tête
Livres pour vous
Livres et Cinéma (Yohann)
Lou, My Loubook 
LVE, Lire Voir Entendre
Lyvres (Yv)
Magali Duru
Maïté Bernard (sur Bibliosurf)
Malice
Manu Causse
Marc Sefaris
Mary's colors
Maud et les mots
Mercedes G.F.
Mes lectures (Phil)
Mille et une pages (Stephie)
Miss Orchidée 
Monde du livre.com,
Mot Compte Double (Françoise Guérin)
Mots en bouche
N.U.L.L.E., Erzebeth
Nicolas Ancion
Nuit blanche
Obiwi
Oceanicus in folio
One big day
Pages à pages
Parfum de livres
Pascal, Le disque 
Pickendorf (Qui hodie agisti)
Pimprenelle
Posuto
Pralineries (Pralines)
Pr'Ose (Emma Bovary)
Prudence
Quichottine,
Quoi de 9 Cécile ?
Roseau
Rue des Livres
Salondulivre.net
Saxaoul
Scriptural (Schlabaya)
Serial lecteur
Site de Brigitte Niquet
 
Sylire
Tamara (Tamacultire)
Thaïs, Arc-en-ciel, 
Turquoise (Un moment Turquoise)
Valérie (Un fil à la page)
Vers Minuit, Franck Garot
Voyage au bout de la lettre (Pitou)

Yspaddaden

Yves Mabon, Prix Orange du Livre
Zoé Lucider
Zoridae

Copinage éhonté.

Voici une rubrique dans laquelle je présente des livres écrits par des auteurs avec lesquels j'entretiens d'amicales relations. Bien entendu, il ne s'agit pas ici d'emplacement publicitaire. C'est beaucoup plus honorable, c'est du copinage. Les livres présentés dans cette rubrique ne seront pas toujours les mêmes : à défaut de renouveler mes copains, mes amis, mes relations, je vais renouveler leurs parutions.

 

Cherche-jeunes-filles-200-x315.jpg

  Le tout dernier de Françoise Guérin

virages-dangereux-copie-1.jpg

La-vieille-dame-du-riad.jpg


Frederique-Martin-Belfond-Le-Vase-ou-meurt-cette-verveine-3.jpg
Tu-ne-mourras-plus-demain.jpg

 

Les pays

Moulins A paroles


L-eau-des-reves.jpg

Lotus Seven

Un homme perdu-copie-1


Langue-de-pub-copie-1.jpg

Livre-Magali-Duru.jpgLe tout dernier de Magali Duru

tous-nos-petits-morceaux.jpg

      Le tout dernier d'Emmanuelle Urien

Fouad.jpg

Dominique-Guerin.jpg

 

Quatre carnages..

 

 

 

  Teignes

 

 

 

 

Un escarpin de soie bleue

 

 

Est-ce ainsi

4 avril 2008 5 04 /04 /avril /2008 18:21

Diablada bandeau rouge
Le recueil
La Diablada, à sa sortie, n’a guère reçu d’échos sur les blogs ; c’était alors un monde que j’ignorais presque autant que mon éditeur, et nous n’avons fait aucun effort de communication auprès d’eux.

La Diablada y a donc fait son trou très progressivement, par le bouche à oreille. Près de cinq ans après sa sortie, des billets sur ce recueil continuent à apparaître. Non parce que ces billets me laissent indifférents, bien au contraire. Mais simplement en raison de leur caractère répétitif (annonce résultats plus un petit clap clap. 

 Dans la récapitulation ci-dessous, j’ai éliminé tous les échos parus au moment où La Diablada a obtenu le Prix Le Scribe "Place aux nouvelles" (Lauzerte)

 

Cuné, blog Cunéipage

http://www.cuneipage.com/archive/2007/03/07/douze-nouvelles-impressionnantes.html

…Je  viens de finir son premier recueil de nouvelles, « La Diablada », et j’en redemande toujours. C’est rare, et même rarissime, que dans un recueil aucune nouvelle ne soit plus faible que les autres, que les douze nous entraînent chacune dans une autre direction, jouent avec nous, nous retournent, nous clignent de l’œil, nous émeuvent, nous titillent.

 

Françoise Guérin, Mot Compte Double

http://motcomptedouble.blog.lemonde.fr/2006/10/25/2006_10_une_heure_tuer_

Une nouvelle de Georges Flipo, c’est une expérience extrême, un peu comme le grand-huit ou le double-cheeseburger avec supplément ketchup. On commence à lire, pépère. Au début, on n’a pas peur, on se demande presque ce qu’on fait là. Tiens, ça se passe en Amérique latine ! On s’attend à plein de clichés touristiques, pour un peu, on prendrait des photos de la visite. Et puis non ! Parce que Georges, les clichés, il ne leur laisse aucune chance.

 

Turquoise, Un moment Turquoise

http://lecturesdeturquoise.blogspirit.com/archive/2008/07/04/georges-flipo-la-diablada-ed-anne-carriere.html

A chaque début d'histoire, je me disais "Oh non, pas encore une histoire de...". Mais les chutes des récits me surprenaient (presque) toujours et me ravissaient à chaque fois ! Georges Flipo a du talent pour revisiter les traditions ! Et, en plus, il le fait avec un humour réjouissant. La majorité des nouvelles m'a plu. « Le parfum des profondeurs »  est sans conteste ma nouvelle préférée en raison de sa finesse psychologique et de sa pointe de cruauté.

 

 

Sylvie, Lectures et autres.

http://sylvie-lectures.blogspot.com/2008/09/la-diablada-georges-flipo.html

Je n'ai pas été déçue. C'est un florilège de nouvelles toutes différentes les unes des autres, qui nous régale d'histoires drôles ou touchantes, parfois inquiétantes, ou bien même légèrement fantastiques. Les fameuses chutes sont toujours là pour nous chambouler un peu même si certaines sont attendues, mais c'est aussi notre plaisir de lecteurs que d'attendre la chute...

 

 

Flo, Thé toi et lis, sur paperblog

http://www.paperblog.fr/268332/la-diablada-georges-flipo/

Ce recueil est particulièrement intéressant car […] ses textes sont très variés. Chaque nouvelle a sa vie propre, son ton. J'ai adoré, le mot n'est pas trop fort, La journée des terrines. J'ai lu ce recueil il y a près de deux mois et je me souviens encore précisément du texte, très bien ficelé, ingénieux et aux personnages attachants (...)

 

Yvon, Eireann

http://eireann561.canalblog.com/archives/2008/09/28/10748391.html

Une belle écriture très classique avec le choix du mot juste. Une lecture aisée, des nouvelles parfois dépaysantes, avec l'Amérique latine comme destination, ou plus proche pour moi un port breton. Des adultes qui se souviennent de l'enfance, des enfants qui deviennent adultes, la vie! Toutes sont de très bonne qualité […]  Une découverte que j'ai très appréciée.

 

Zazieweb, Emma

http://www.zazieweb.fr/site/fichelivre.php?num=7445

De belles histoires, avec leur dose d’humour et de mélancolie, d’exotisme également, et toujours ce mouvement interne, cette petite mécanique discrète et efficace qui rend le texte aussi réaliste que si la scène se déroulait sous vos yeux : ce premier recueil de Georges Flipo, rassemble des textes travaillés, écrits avec vitalité et justesse, de tonalités très différentes, mais qui savent, chaque fois, entraîner le lecteur vers une chute pressentie, mais en définitive toujours surprenante.

 

Fattorius

http://fattorius.over-blog.com/article-27395988.html

... Il y aurait aussi à dire sur la tendresse du regard de l'auteur (qui éclate dans "Les oiseaux n'aiment pas le sel"), ou sur la manière qu'il a d'aborder les mille et une facettes de cette compagne amère qu'on appelle la solitude - un thème qui traverse également le recueil. Mais je préfère laisser à chacun le soin de découvrir tout cela: l'ouvrage en vaut la peine...


 
Repost 0
2 avril 2008 3 02 /04 /avril /2008 16:00


J'erre seul sur ce blog depuis trois jours, et c'est enivrant : je passe de rubrique en rubrique, et n'y trouve aucune trace de pas, aucun commentaire. Merveilleuse impression de visiter une île déserte sortie des flots. Robinson Crusoë n'était qu'un rigolo.
Il paraît que c'est normal, dixit Mr Over-blog, ce blog n'est encore répertorié nulle part. Dans un mois, il sera gougueulisé, tagué, fluxé, syndiqué, multilié et tout ce genre de choses. Dans un mois, il faudra mettre un portillon pour filtrer la foule.
En attendant, j'écris cet article que je serai le seul à lire.
J'offre un diplôme de Vendredi à la première personne qui déposera un commentaire sur ce blog.
Repost 0
31 mars 2008 1 31 /03 /mars /2008 19:46
Cette catégorie est plus spécialement destinée à tous les commentaires que vous ne savez pas où ranger. Je lui prédis donc un bel avenir de foutoirothèque, elle ne devrait pas tarder à ressembler à une chambre d'adolescent. Un peu mieux aérée, peut-être.
Repost 0
31 mars 2008 1 31 /03 /mars /2008 19:41

Ces blogs sont rares, car ce recueil n'était diffusé que dans la région Nord-Pas-de-Calais, ce qui était un frein à tout buzz bloguesque. Mais il y a quand même eu de bonnes surprises, comme en témoignent les quelques billets ci-dessous.
couv-L-Etage-de-Dieu-.jpg


Cathulu

http://cathulu.hautetfort.com/nouvelles-fran%C3%A7aises/

Vous l'aurez compris ces "Douze nouvelles à la gloire de la libre entreprise" sont aussi grinçantes et cyniques qu'une comédie de Jean Yanne des années 70. De coups de griffes " il n'y avait jamais eu de jolies filles au département comptable, la directrice administrative y veillait et montrait d'ailleurs le bon exemple." en réflexions lucides sur les relations humaines "J'ai alors compris que j'étais l'autre des  autres: ils ne m'avaient rien expliqué du tout. "

 

Cuné, Cunéipage

http://www.cuneipage.com/archive/2007/01/24/me-demande-si-je-vais-retravailler-un-jour-moi.html

Ce serait acerbe si ce n’était spirituel, attristant si ça ne suintait pas la tendresse. C’est en tous les cas bien vu, bien amené, une chouette récréation à s’offrir [….] On les enchaîne, on en relit une, on en raconte une autre à monsieur qui a déjà vécu exactement ça. On se dit que vraiment, ce qu’écrit Georges Flipo, ça nous plait, et ça nous réconcilie avec le plaisir de lire.

 

Monde du Livre

http://www.mondedulivre.com/modules/extcal/event.php?event=454

C’est avec le même humour acide qui le caractérise que le récent lauréat du prix du Furet 2007 (« A la découverte d’un écrivain du Nord Pas de Calais ») signe ici son troisième recueil de nouvelles. Après avoir exploré le monde de l’entreprise (L’étage de Dieu) et celui des écrivains en quête de reconnaissance (Le Vertige des auteurs), Georges Flipo nous emmène en voyage, nous emportant chaque fois un peu plus loin que prévu…

 

Stéphane Laurent

http://slaurent.over-blog.com/article-5135239.html

Un constat s'impose d'emblée: l'auteur sait de quoi il parle et la plupart des textes - délicieusement féroces - qui composent l'ouvrage sont marqués du sceau de l'authenticité. .. (..... .) Georges Flipo ne nous épargne aucune des tares de l'entreprise et brosse donc, par touches successives, un tableau à la fois crédible, signifiant et jouissif.

 

Zazieweb

http://www.zazieweb.fr/site/blog/afficherItems.php?numBlogItem=15204&ib=1

Le  texte file, sans acrimonie ni aigreur, chacun reconnaît au  passage un collègue où un chefaillon...  Quelques bouffées de tendresse néanmoins dans  ce recueil très équilibré où chaque texte m'a donné son content de plaisir. Un petit bonheur à s'offrir.


Je valide l’inscription de ce blog au service Paperblog sous le pseudo georgesf
Repost 0
31 mars 2008 1 31 /03 /mars /2008 19:34

C'est mon premier roman, sorti en janvier 2007 aux éditions Le Castor Astral. Comme d'habitude, pour plus de détails, allez faire un tour sur mon site, il y a une page qui lui est consacrée :

http://www.georges-flipo-auteur.com/pages/24als6pag.html 

Ce roman a été battu de très peu en finale du Grand Prix de l'Humour noir. il faut donc en rire.
Il vient à nouveau d'être battu d'extrême justesse pour le Prix de la Société Bordelaise de Lunetterie. Pour m'éviter le suicide, on m'a attribué le Prix Spécial du Jury, et j'irai le recevoir dimanche 6 avril à Bordeaux dans le cadre d'Escales du Livre.
Et sutout, il a été co-lauréat du Prix du Premier Roman qui sélectionne chaque année les meilleurs premiers romans français.

Vos commentaires, vos questions, sont donc plus que jamais d'actualité. Je les attends, là, juste en-dessous ("commentaires")
P.S. Comment écrire un roman ? me demande un auteur qui débute. Désolé, je ne sais pas, je n'en finis pas de débuter. D'autres questions ? 
Repost 0
31 mars 2008 1 31 /03 /mars /2008 19:24

 

C’est une histoire très peu parisienne. Comme moi.

 

 Etant nordiste resté incurablement nordiste malgré 30 ans de vie parisienne, je m’étais inscrit au Prix Littéraire "Découverte d’un écrivain du Nord – Pas-de-Calais", organisé par Le Furet du Nord et La Voix du Nord.

Le Furet du Nord, pour ceux qui l’ignorent, c’est une librairie située sur la Grand’Place de Lille, la plus grande d’Europe. C’est de la librairie que je parle, pas de la Grand’Place qui n’est pourtant pas ridicule. Et comme la Grand’Place ne lui suffisait pas, Le Furet du Nord a essaimé dans les 14 principales autres villes du Nord – Pas-de-Calais.

 

Ce Prix littéraire est réputé dans la région, donc tentant pour un auteur : j’avais envoyé au Furet du Nord, un recueil de nouvelles entièrement consacré à la vie en entreprise, alors intitulé Des paniers et des crabes("12 nouvelles à la gloire de la libre entreprise"). La concurrence est rude pour un prix aussi important, auquel participent les ouvrages édités et non édités, et je me faisais donc peu d’illusions.

 

  Au début de l’automne, Le Furet du Nord m’appela pour m’annoncer... que l’écrivain découvert, c’était moi ! Et quelques jours plus tard, je déjeunais avec les jurés au Pot Beaujolais, rue de Paris à Lille. Un repas qui me laisse un grand souvenir, car la gentillesse des convives semblait aussi inépuisable que leur culture : on parla beaucoup de l’actualité littéraire, et je n’étais guère à l’aise (je ne lis presque jamais les livres qui viennent de sortir). On parla aussi de ma propre actualité littéraire, et j’étais encore moins à l’aise : comment parler de ses œuvres juste après celles de Jonathan Littell ou de Nancy Huston ?

Je me suis donc contenté d’écouter et de sentir gonfler mes chevilles, car les jurés n’avaient que des mots aimables. Ils m’ont cependant demandé de changer le titre du recueil et m’ont proposé de retenir celui de la première nouvelle, L'Étage de Dieu.

 

Avec quelque recul, je pense que ce changement était une erreur : l’aspect ironique du contenu disparaît, et le titre peut aiguiller sur une fausse piste (les questions des visiteurs lors des salons montrent que beaucoup croient à un ouvrage de spiritualité). Mais le choix du titre est le privilège de l’éditeur, celui de la couverture aussi, on ne le sait pas toujours. Et c’est ainsi que les crabes ont laissé place à Dieu. 

 

Ce recueil a un avantage : il est vraiment thématique, entièrement centré sur l’entreprise. Chacune de ces nouvelles me semblait tendre, ou amusée. Rassemblées dans un même recueil, elles deviennent, me dit-on, mordantes, et souvent féroces. Je ne le savais pas, c’est dans les premières interviews, les premières critiques de presse, que je l’ai découvert.

 

Ce recueil a mené une belle vie. L’appui du Furet du Nord et celui de la Voix du Nord y ont été pour beaucoup : conférence-débat au Furet de Lille pour le lancement, journées de dédicaces dans différents Furet, bonne mise en place dans les magasins, chaleureuse couverture presse dans la Voix du Nord, interviews dans la presse parlée et écrite. Un tel appui a donné des ailes aux ventes : le tirage de 2.000 exemplaires s’est trouvé épuisé le 8 octobre 2009 à 15 h. La date ne fait aucun doute, j’y étais.

 

2.000 exemplaires, pour une distribution limitée à une seule région, cela fait une jolie fin pour cette belle histoire.  

On me dit que j'ai une tête de delco. Est-ce un compliment ?


 

Repost 0
31 mars 2008 1 31 /03 /mars /2008 19:15
Se lancer dans l'édition avec un recueil de nouvelles, c'est de l'optimisme. Espérer avoir droit à quelques critiques dans les médias quand on est inconnu avec un recueil de nouvelles, c'est de l'insconscience. Tout le monde le sait. Moi, je ne le savais pas, c'est peut-être pour ça que tout s'est bien passé. 



 

Le-Nouvel-Obs--La-Diablada.jpg

Place-aux-Livres--PPDA-.jpg




 

Centre-Presse, La Diablada


Marie-Claire--Diablada.jpg

 
  

Marie-France--Diablada.jpg

Le-Monde--La-Diablada.jpg

Cote-Femmes--La-Diablada.jpg

Si vous voulez en voir la critique sur blogs, cliquez ici,
Vous aurez encore plus de détails en allant voir la page Diablada sur mon site :

http://www.georges-flipo-auteur.com/pages/24als4pag.html

Repost 0
30 mars 2008 7 30 /03 /mars /2008 18:27

Gérard Azoulay, responsable de l'Observatoire de l'Espace et de la rédaction d'Espace(s), vient de m'envoyer le superbe dernier numéro de cette revue/livre : j'avais fait partie des quelques auteurs invités à y publier une nouvelle à l'occasion d'une très belle opération lancée par le Ministère de la Culture. Ouf, ce préalable est un peu long, c'est un peu compliqué à expliquer.
Le plus simple a été d'écrire la nouvelle.
Pas si simple en fait : il n'est pas fréquent, pour un auteur, de s'aventurer vers les frontières scientifiques. Et il est très bien que ce soit le Centre National d'Etudes Spatiales (on peut dire le C.N.E.S.) qui prenne l'initiative de jeter des passerelles et de proposer aux auteurs de s'y avancer.
L'expérience a été enrichissante. Dès qu'on part vers des sujets nécessitant une documentation pointue, le problème est de faire le tri dans les infos. Car Google est bien gentil, plein de zèle, mais il nous déverse ses coffres en vrac. Là, nous avions la chance de disposer d'une documentation compacte et sérieuse envoyée par Espace(s). Le résultat est intéressant. J'y ai d'ailleurs retrouvé avec plaisir la nouvelle d'un auteur dont j'aime autant l'écriture que les idées : Emmanuelle Urien. Et j'ai découvert de nouveaux auteurs que je relirai avec plaisir. Les autres nouvellistes participant à l'opération étaient : Patrick Delperdange, David Lespiau, Jérôme Mauche, Jean-Pierre Ostende, Eric Pessan, Jean-Luc Outers, Jean-Bernard Pouy, Roger Wallet.
Le plus étonnant a été le débat qui a suivi, au Bar des Sciences, durant le Salon du Livre. Nous nous sommes retrouvés à trois auteurs (Jean-Luc Outers, Roger Wallet et moi), très honorés de débattre de science et littérature devant un public qui semblait parfois mieux comprendre que nous ce que nous disions.
http://www.cnes-observatoire.net/site_0305/productions/revue_espaces/prod_revue4_evenement.html

 
Repost 0
29 mars 2008 6 29 /03 /mars /2008 21:02


 Ce recueil sera publié le 20 août 2008 chez Anne Carrière. Il est entièrement consacré aux voyages et aux voyageurs. Plusieurs billets de ce blog lui sont consacrés, vous les découvrirez en catégorie "Qui comme ulysse" (cliquez colonne de gauche, en haut). Vous pouvez aussi faire un tour sur mon site.
Si vous voulez en savoir vraiment plus, il faudra patienter encore un peu, maissez-le se lancer dans la vie. Et n'hésitez pas à lui donner la main pour qu'il marche un peu plus vite.

Repost 0