Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

(Excellente) Présentation

  • : Blog de Georges Flipo, auteur
  • Blog de Georges Flipo, auteur
  • : Dans ce blog : chroniques sur l'actualité littéraire (la mienne et celle des autres), sur l'écriture, sur l'édition, sur les auteurs, et tout ce qui se réclame de lalittérature.
  • Contact

Actualité brûlante

Blog au repos

Mais rien ne vous empêche d'aller faire un tour sur le site www.georges-flipo-auteur.com  

Recherche

Avant d'entrer ou de sortir

Pour une lecture plus structurée, cliquez juste en dessous : pavé "pages" ou pavé "catégories".

Pour des informations pérennes, impitoyablement classées, allez faire un saut sur mon site d'auteur

Il vient d'être entièrement remanié. Tout y est très beau, très chic. Même le chien.

Archives

Des attaches et des liens

Des blogs que je fréquente souvent ou parfois, mais avec plaisir, sans forcément y laisser de commentaires, des blogs dont le tenancier vient parfois faire un coucou en dessous de mes billets, des blogs qui aiguillent vers le mien, des blogs qui ont donné un coup de pouce à un ou plusieurs de mes livres, tout cela crée des liens.

Si vous pensez que votre absence dans cette liste est un scandale, faites un scandale. Ou, plus simple, faites-moi signe.

-------
 
813
Actu du noir (Jean-Marc Laherrère)
Actualitte.com, Nicolas
Alex (Mot à mots)
Amanda Meyre
Annick Dor
Antigone (Les écrits d’Antigone)
Armande 22,  Les livres-bonheur
Aude (Mots dits)
Balmeyer
Biblioblog (Laurence)
BibliObs
Bibliophagie (Sybilline)
Bibliosurf
Biffures chroniques
Blog de Thomas Clément
Bloghotel
Blog-o-book
Boojum
Bookingdom
Bric à book, Leiloona
Brigit Hache
BSC News
C’était demain, Dominique Boudou
Cabinet de curiosités d’Eric Poindron
Cafebook (Emma)
Calipso,
Calibre 47 (Claude Mesplède)
Calou, L’Ivre de lectures
Carnet de lectures
Carnets de Pierre
Carnets de sel (Essel)
Caro[line] 5ème de couverture, 
Catherine (La culture se partage)
Cathulu
Chaperlipopette
Chez Lo
Chiffonnette
Chimère (A livre ouvert)
Choupynette (Y'a d'la joie)
Chroniques littéraires
Clair et net
Clarinesse (L'œil du vent)
Claude Le Nocher
Clopin-clopant (Clopine)  
Comme dans un livre
Cozop
Critico-blog
CulturesFrance
Cunéipage (Cuné)
Daniel Fattore
Danielle, Maux d’auteurs
Dasola
De livres en livres
Digressions (Joseph Vebret)
Ecrivains-voyageurs
Eireann (Yvon)
Eloah (À lire, à croquer)
Emmanuelle Urien
En lisant, en voyageant, (Keisha)
Encres vagabondes, Patricia Châtel
Enna lit, Enna vit
Eric Fouassier
Espaces, CNES
Eulalie
Evene
Extra-ball, (Dorham)
Fabelire
Fabula Bovarya,
Flof 13 (Lire et délires)
Florinette, Les lectures de Florinette,
Fluctuat.net
Forum A vos plumes
Forum Tir Na N’Og et Cie
Frédérique Martin
Gaëlle Pingault
Géothèque
Géraldine (Les coups de cœur)
Gwenaelle (Skriban)
Happy Few, Fashion Victim
Hautefort, club Littérature
Hebdo des notes,
Indications
Initiales
Interlignage
Jean Calbrix
Journal  d’une lectrice (Papillon)
Kalistina
Kathel, Lettres exprès
Kheops
La bibliothèque du dolmen
La caverne d'Ankya
La cuisine des mots (Ciorane)
La Factory
La liseuse (au fil de mes lectures)
La Mère Castor
La Péniche.net ( Bureau des Arts de Sc. Po )
La pile à lire d'Hécléa
La plume et le citoyen
La Revue Littéraire (Blog Leo Scheer)
La scribouillarde
La tête dans les pages
Labyrinthes avec vue
Le bibliomane
Le blog d’Ameleia,
Le goût des livres (Aifelle)
Le retour de l'être aimé
Le Scribe
Lechoixdesbibliothécaires
Lecture & Ecriture
Lectures et autres (Sylvie)
Leo Scheer (La revue littéraire)
Les chroniques de Mandor
Les jardins d’Hélène
Les lectures de Martine,
Les livres de l'Arrajou
Les penchants du roseau
Levraoueg (La tourneuse de pages)
Librairie des voyageurs, Les 5 continents.
Lignes de fuite
L'île, la petite île
Lili (Des livres et moi)
Liliba
Lily et ses livres
Lire et délires (Flof13)
Litote en tête
Livres pour vous
Livres et Cinéma (Yohann)
Lou, My Loubook 
LVE, Lire Voir Entendre
Lyvres (Yv)
Magali Duru
Maïté Bernard (sur Bibliosurf)
Malice
Manu Causse
Marc Sefaris
Mary's colors
Maud et les mots
Mercedes G.F.
Mes lectures (Phil)
Mille et une pages (Stephie)
Miss Orchidée 
Monde du livre.com,
Mot Compte Double (Françoise Guérin)
Mots en bouche
N.U.L.L.E., Erzebeth
Nicolas Ancion
Nuit blanche
Obiwi
Oceanicus in folio
One big day
Pages à pages
Parfum de livres
Pascal, Le disque 
Pickendorf (Qui hodie agisti)
Pimprenelle
Posuto
Pralineries (Pralines)
Pr'Ose (Emma Bovary)
Prudence
Quichottine,
Quoi de 9 Cécile ?
Roseau
Rue des Livres
Salondulivre.net
Saxaoul
Scriptural (Schlabaya)
Serial lecteur
Site de Brigitte Niquet
 
Sylire
Tamara (Tamacultire)
Thaïs, Arc-en-ciel, 
Turquoise (Un moment Turquoise)
Valérie (Un fil à la page)
Vers Minuit, Franck Garot
Voyage au bout de la lettre (Pitou)

Yspaddaden

Yves Mabon, Prix Orange du Livre
Zoé Lucider
Zoridae

Copinage éhonté.

Voici une rubrique dans laquelle je présente des livres écrits par des auteurs avec lesquels j'entretiens d'amicales relations. Bien entendu, il ne s'agit pas ici d'emplacement publicitaire. C'est beaucoup plus honorable, c'est du copinage. Les livres présentés dans cette rubrique ne seront pas toujours les mêmes : à défaut de renouveler mes copains, mes amis, mes relations, je vais renouveler leurs parutions.

 

Cherche-jeunes-filles-200-x315.jpg

  Le tout dernier de Françoise Guérin

virages-dangereux-copie-1.jpg

La-vieille-dame-du-riad.jpg


Frederique-Martin-Belfond-Le-Vase-ou-meurt-cette-verveine-3.jpg
Tu-ne-mourras-plus-demain.jpg

 

Les pays

Moulins A paroles


L-eau-des-reves.jpg

Lotus Seven

Un homme perdu-copie-1


Langue-de-pub-copie-1.jpg

Livre-Magali-Duru.jpgLe tout dernier de Magali Duru

tous-nos-petits-morceaux.jpg

      Le tout dernier d'Emmanuelle Urien

Fouad.jpg

Dominique-Guerin.jpg

 

Quatre carnages..

 

 

 

  Teignes

 

 

 

 

Un escarpin de soie bleue

 

 

Est-ce ainsi

19 septembre 2012 3 19 /09 /septembre /2012 15:59

 

 

lit-de-Procuste.jpg

 

Cette chronique fait suite aux trois chroniques précédentes, répondant comme elles peuvent à la question "Comment écrire une bonne nouvelle littéraire". "Bonne" et "littéraire", je ne sais pas. Le reste, j'essaie. Je vous recommande de lire l'ensemble avant de finir par cette dernière fournée de suggestions. Vous y trouverez peut-être  quelques évidences, mais ce ne seront pas les mêmes pour chacun.

 

Mes précédentes chroniques sur mes techniques, certains diront même conseils, pour écrire des nouvelles m’ont valu très peu de commentaires, ce qui m’a déçu. J’aurais aimé entendre sur ce blog quelques points de vue différents. Je révère la contradiction (merci, Didouchka). D’autant plus que je suis toujours d’accord avec mes contradicteurs, ce qui les frustre beaucoup.

 

Très peu de commentaires, dis-je, je les apprécie donc particulièrement.

 

Mais beaucoup de visites.

 

Les unes viennent de forums littéraires,  disons fora pour faire plus pédant, ou laissons au singulier : disons le bon forum « Maux d’auteurs »  où j’ai toujours de bons amis et de bons souvenirs, datant de l’époque de mes débuts.

 

D’autres visites viennent de recherches Google.  Je suis admiratif devant tous ces auteurs qui ont l’humilité de chercher à apprendre sur Google « comment écrire une nouvelle ». Il y a les plus ambitieux, j’en ai déjà parlé, qui ne tergiversent pas et veulent savoir : « comment écrire une bonne nouvelle littéraire ». Sans oublier les plus circonspects qui ne viennent que pour « écrire une nouvelle policière », « écrire une nouvelle fantastique », « écrire une nouvelle de S.F. » ou même "écrire une nouvelle érotique".  Pour eux, c’est simple : écrivez une bonne nouvelle, mais parlez-y  de police, de fantastique ou de SF. Ou d'érotisme, si ça vous fait du bien.

Et saluons le paresseux venu demander comment « écrire une nouvelle à plusieurs mains ». Celui-là, je lui conseille de chercher d’abord les autres mains, hé, profiteur. En revanche, pas de requête "comment écrire une nouvelle érotique à plusieurs mains". Là, je ne suis pas la bonne adresse : je n'aurais pas pu répondre, ne voyant que faire de toutes ces mains désoeuvrées. 

 

Tous  ces visiteurs arrivent chez moi, et je suis honteux de les recevoir si simplement. Asseyez-vous, je n’ai qu’un paquet de chips, ça ira ? Il est entamé, ce n’est pas grave ? Et à boire, un verre d’eau, je suis certain que vous aimez ça, vous avez une tête à aimer l’eau. Moi aussi, mais je la préfère avec un verre de vin à côté, ça permet de mieux apprécier.

 

Bon, puisque vous êtes là, deux autres conseils, notamment pour ceux venus savoir « comment gagner des concours de nouvelles ».

 

Mon premier conseil, c’est de jouer au lit de Procuste. Si vous ne savez pas ce que c’est, allez sur Google. Inutile de chercher ce lit sur « Au bon coin ». C’est un « truc » qui m’est resté de mes débuts dans la nouvelle, quand je m’adonnais aux concours. Ceux-ci avaient souvent un calibrage imposé, parfois par maximum (exemple : 15.000 signes, blancs et signes inclus), parfois, plus rares, aussi par minimum (exemple : 10.000 signes).

Il m’est donc fréquemment arrivé de devoir alléger une nouvelle de 20 ou 30% (mon calibrage naturel tourne plutôt vers les 20.000 signes). Très souvent, cette nouvelle n’en souffrait pas, au contraire. Il ne s’agissait pas de supprimer seulement quelques adverbes ou adjectifs, mais de couper des paragraphes entiers, dans des pages apparemment indispensables, pour produire des nouvelles plus nerveuses, notamment dans les introductions, mais aussi dans les portraits ou cadres, que j’ai appris à brosser en deux ou trois touches.

Il m’est aussi arrivé de devoir rallonger, de devoir muscler des nouvelles trop rachitiques. Là encore, pas question d’ajouter des adverbes ou adjectifs (pouah !), mais d'épaissir un personnage secondaire, de me permettre une séquence plus nonchalante, souvent à caractère plus psy, ou de donner plus de souffle à l’action.

 

Pourquoi vous raconter tout cela ? Parce que je continue à pratiquer l’exercice, alors que je n’ai plus de calibrage imposé.  Quand une nouvelle me paraît terminée, j’en tente pârfois, en parallèle, une version allégée, en me posant la question « Et si je supprime 20 %, où vais-je les trouver ? ». Puis de tenter, en parallèle à la parallèle (donc toujours en parallèle, on apprend ça en géométrie), une version avec rondeurs, avec 20% de plus. Et je compare. J’obtiens souvent des résultats intéressants, parfois surprenants.

Il m’arrive même que la nouvelle finalement retenue soit de même longueur qu’au départ, mais avec à la fois une partie des dégraissements et des ajouts apportés. C’est le cas dans certaines nouvelles de mon prochain recueil, (Tous ensemble, mais sans plus) notamment dans « La montée vers le ciel ». Il va bientôt être temps que je vienne en parler.

 

Mon deuxième conseil, c’est de lire des nouvelles de bons auteurs, surtout ceux écrivant souvent des nouvelles. Cela ne manque pas. En France, bien sûr. Mais aussi chez les Sud-américains, les Espagnols, les Russes, les Vietnamiens, les Coréens, je vous laisse faire votre marché chez votre libraire. Demandez-lui des conseils, il en sera ravi. Ou changez de libraire.  S’il vous conseille Georges Flipo, félicitez-le et donnez-moi son nom, j’irai lui porter un paquet de chips – même pas entamé.

 

Et lisez-les. Pas seulement pour passer vite à la suivante. Décortiquez votre bonheur ou votre admiration après chaque nouvelle qui vous a plu. Comment a fait l’auteur pour entrer dans son texte ? Quelles sont ses digressions qui créent du plaisir  ou de l’intérêt ? A quels moments change-t-il de rythme pour tonifier le récit ? Quel ton utilise-t-il pour dérouler son texte ? A-t-il des techniques propres, des trucs ? C’est en pratiquant ces exercices que j’ai appris à écrire des nouvelles. En lisant Kipling, Borges, Buzzati, Mrozeck, Maupassant et quelques autres. Pas en allant sur internet.

 

Bon, Pierre, ai-je bien répondu à votre question de la semaine dernière ? C'était bien Pierre ? Pfff, les prénoms et moi, si je vous disais que pas plus tard que cet été...  bon, c'est une autre histoire.

 

Le visuel, c’est le lit de Procuste. En fait, on devrait dire les lits de Procuste, puisqu’il en avait deux. Mais dans le cas présent, on peut se contenter d’un seul, c’est vraiment son lit, et même son lit de mort, puisque Thésée y vient lui couper le chef. Mais Thésée n’est pas un méchant, c’est Procuste qui est un brigand. Ayons une pensée pour tous les voyageurs athéniens qui se sont fourvoyés dans ces lits, et gardez-les à l’esprit quand vous relisez vos nouvelles.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

elodie 19/09/2012 17:07

merci pour les "tuyaux" concernant l'écriture de nouvelles
très instructif

j'écris des nouvelles parfois très courtes depuis quelques années à titre personnel mais quand un ami m'a suggéré de publier, je ne savais pas par où commencer
l'article m'a aidée à structurer mon travail avant de songer à l'envoyer à qui que ce soit

voilà un petit commentaire puisque apparemment vous n'en avez pas eus beaucoup

Georges F. 21/09/2012 15:57



Surtout pas vous "structurer", Elodie, j'ai bien assez de mal à me structurer tout seul. mais je suis content de vous avoir été utile. Et bon courage dans la
grande traversée !