Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

(Excellente) Présentation

  • : Blog de Georges Flipo, auteur
  • Blog de Georges Flipo, auteur
  • : Dans ce blog : chroniques sur l'actualité littéraire (la mienne et celle des autres), sur l'écriture, sur l'édition, sur les auteurs, et tout ce qui se réclame de lalittérature.
  • Contact

Actualité brûlante

Blog au repos

Mais rien ne vous empêche d'aller faire un tour sur le site www.georges-flipo-auteur.com  

Recherche

Avant d'entrer ou de sortir

Pour une lecture plus structurée, cliquez juste en dessous : pavé "pages" ou pavé "catégories".

Pour des informations pérennes, impitoyablement classées, allez faire un saut sur mon site d'auteur

Il vient d'être entièrement remanié. Tout y est très beau, très chic. Même le chien.

Archives

Des attaches et des liens

Des blogs que je fréquente souvent ou parfois, mais avec plaisir, sans forcément y laisser de commentaires, des blogs dont le tenancier vient parfois faire un coucou en dessous de mes billets, des blogs qui aiguillent vers le mien, des blogs qui ont donné un coup de pouce à un ou plusieurs de mes livres, tout cela crée des liens.

Si vous pensez que votre absence dans cette liste est un scandale, faites un scandale. Ou, plus simple, faites-moi signe.

-------
 
813
Actu du noir (Jean-Marc Laherrère)
Actualitte.com, Nicolas
Alex (Mot à mots)
Amanda Meyre
Annick Dor
Antigone (Les écrits d’Antigone)
Armande 22,  Les livres-bonheur
Aude (Mots dits)
Balmeyer
Biblioblog (Laurence)
BibliObs
Bibliophagie (Sybilline)
Bibliosurf
Biffures chroniques
Blog de Thomas Clément
Bloghotel
Blog-o-book
Boojum
Bookingdom
Bric à book, Leiloona
Brigit Hache
BSC News
C’était demain, Dominique Boudou
Cabinet de curiosités d’Eric Poindron
Cafebook (Emma)
Calipso,
Calibre 47 (Claude Mesplède)
Calou, L’Ivre de lectures
Carnet de lectures
Carnets de Pierre
Carnets de sel (Essel)
Caro[line] 5ème de couverture, 
Catherine (La culture se partage)
Cathulu
Chaperlipopette
Chez Lo
Chiffonnette
Chimère (A livre ouvert)
Choupynette (Y'a d'la joie)
Chroniques littéraires
Clair et net
Clarinesse (L'œil du vent)
Claude Le Nocher
Clopin-clopant (Clopine)  
Comme dans un livre
Cozop
Critico-blog
CulturesFrance
Cunéipage (Cuné)
Daniel Fattore
Danielle, Maux d’auteurs
Dasola
De livres en livres
Digressions (Joseph Vebret)
Ecrivains-voyageurs
Eireann (Yvon)
Eloah (À lire, à croquer)
Emmanuelle Urien
En lisant, en voyageant, (Keisha)
Encres vagabondes, Patricia Châtel
Enna lit, Enna vit
Eric Fouassier
Espaces, CNES
Eulalie
Evene
Extra-ball, (Dorham)
Fabelire
Fabula Bovarya,
Flof 13 (Lire et délires)
Florinette, Les lectures de Florinette,
Fluctuat.net
Forum A vos plumes
Forum Tir Na N’Og et Cie
Frédérique Martin
Gaëlle Pingault
Géothèque
Géraldine (Les coups de cœur)
Gwenaelle (Skriban)
Happy Few, Fashion Victim
Hautefort, club Littérature
Hebdo des notes,
Indications
Initiales
Interlignage
Jean Calbrix
Journal  d’une lectrice (Papillon)
Kalistina
Kathel, Lettres exprès
Kheops
La bibliothèque du dolmen
La caverne d'Ankya
La cuisine des mots (Ciorane)
La Factory
La liseuse (au fil de mes lectures)
La Mère Castor
La Péniche.net ( Bureau des Arts de Sc. Po )
La pile à lire d'Hécléa
La plume et le citoyen
La Revue Littéraire (Blog Leo Scheer)
La scribouillarde
La tête dans les pages
Labyrinthes avec vue
Le bibliomane
Le blog d’Ameleia,
Le goût des livres (Aifelle)
Le retour de l'être aimé
Le Scribe
Lechoixdesbibliothécaires
Lecture & Ecriture
Lectures et autres (Sylvie)
Leo Scheer (La revue littéraire)
Les chroniques de Mandor
Les jardins d’Hélène
Les lectures de Martine,
Les livres de l'Arrajou
Les penchants du roseau
Levraoueg (La tourneuse de pages)
Librairie des voyageurs, Les 5 continents.
Lignes de fuite
L'île, la petite île
Lili (Des livres et moi)
Liliba
Lily et ses livres
Lire et délires (Flof13)
Litote en tête
Livres pour vous
Livres et Cinéma (Yohann)
Lou, My Loubook 
LVE, Lire Voir Entendre
Lyvres (Yv)
Magali Duru
Maïté Bernard (sur Bibliosurf)
Malice
Manu Causse
Marc Sefaris
Mary's colors
Maud et les mots
Mercedes G.F.
Mes lectures (Phil)
Mille et une pages (Stephie)
Miss Orchidée 
Monde du livre.com,
Mot Compte Double (Françoise Guérin)
Mots en bouche
N.U.L.L.E., Erzebeth
Nicolas Ancion
Nuit blanche
Obiwi
Oceanicus in folio
One big day
Pages à pages
Parfum de livres
Pascal, Le disque 
Pickendorf (Qui hodie agisti)
Pimprenelle
Posuto
Pralineries (Pralines)
Pr'Ose (Emma Bovary)
Prudence
Quichottine,
Quoi de 9 Cécile ?
Roseau
Rue des Livres
Salondulivre.net
Saxaoul
Scriptural (Schlabaya)
Serial lecteur
Site de Brigitte Niquet
 
Sylire
Tamara (Tamacultire)
Thaïs, Arc-en-ciel, 
Turquoise (Un moment Turquoise)
Valérie (Un fil à la page)
Vers Minuit, Franck Garot
Voyage au bout de la lettre (Pitou)

Yspaddaden

Yves Mabon, Prix Orange du Livre
Zoé Lucider
Zoridae

Copinage éhonté.

Voici une rubrique dans laquelle je présente des livres écrits par des auteurs avec lesquels j'entretiens d'amicales relations. Bien entendu, il ne s'agit pas ici d'emplacement publicitaire. C'est beaucoup plus honorable, c'est du copinage. Les livres présentés dans cette rubrique ne seront pas toujours les mêmes : à défaut de renouveler mes copains, mes amis, mes relations, je vais renouveler leurs parutions.

 

Cherche-jeunes-filles-200-x315.jpg

  Le tout dernier de Françoise Guérin

virages-dangereux-copie-1.jpg

La-vieille-dame-du-riad.jpg


Frederique-Martin-Belfond-Le-Vase-ou-meurt-cette-verveine-3.jpg
Tu-ne-mourras-plus-demain.jpg

 

Les pays

Moulins A paroles


L-eau-des-reves.jpg

Lotus Seven

Un homme perdu-copie-1


Langue-de-pub-copie-1.jpg

Livre-Magali-Duru.jpgLe tout dernier de Magali Duru

tous-nos-petits-morceaux.jpg

      Le tout dernier d'Emmanuelle Urien

Fouad.jpg

Dominique-Guerin.jpg

 

Quatre carnages..

 

 

 

  Teignes

 

 

 

 

Un escarpin de soie bleue

 

 

Est-ce ainsi

28 janvier 2010 4 28 /01 /janvier /2010 09:49

 On me signale un débat intéressant : pourquoi si peu d’écrivains tiennent-ils un blog ?

C'est paru sur le blog de Wrath. Si, si.

 

C’est une bonne et simple question. Dommage qu’elle y ait ajouté une flèche du Parthe avant de fermer. Je cite :


Mon hypothèse est que la plupart des écrivains français sont mal à l’aise dans l’arène publique.
Si vous voulez tenir un blog, un vrai, il faut accepter les critiques. Même François Bon essuie des coups, c’est dire ! Vous allez me répondre qu’un écrivain accepte forcément les réactions du public, puisqu’il a choisi d’être publié. Eh bien non, pas forcément. Il est bien plus confortable de produire un petit navet une fois tous les deux ans puis de se rendre dans les soirées littéraires où tout le monde dit du bien de votre livre...

 

Grosse erreur pour commencer : on peut très bien tenir un blog ET courir les cocktails littéraires. Moi, par exemple, hein, moi, je suis un grand mondain, une figure de la jet-set ET un forçat du blog : je tiens le mien depuis deux ans (près de trois billets par semaine) et cela ne m’a pas empêché de m’exhiber à DEUX cocktails littéraires en deux ans (si, si, le dernier pas plus tard qu’il y a 8 jours), et d’y boire les compliments sur mes livres, encore, encore ! Et, pendant le temps qui me restait, j’ai publié deux livres dont je ne sais s'ils sont "des petits navets".  
 

La réponse à la bonne et simple question est en fait assez complexe : je connais plusieurs bons écrivains qui bloguent, et surtout d’autres bons qui ne bloguent pas. Pourquoi ? C’est une question qu’on ne se pose jamais entre nous. Je ne vais donc parler que pour moi, c’est déjà beaucoup. Voir la suite en dessous...


scribe 

POURQUOI BLOGUÉ-JE ?

 

- Parce que ça m’amuse. Vous l’avez sans doute compris.

 

- Parce que l’écriture d’un billet constitue un jogging de l’écriture, surtout en période sèche. Nulla dies sin linea, c’est plus facile en blog.

 

- Parce qu’un blog d’auteur donne une petite visibilité, ne serait-ce que dans l’univers des blogs littéraires et de leurs visiteurs (ce qui fait du monde, si j’en crois les retours en salons du livre). Il permet parfois d’offrir une vitrine aux médias qui viennent se renseigner.

 

- Parce que ça crée un rapport direct avec les lecteurs, et même un dialogue, y compris quand leurs réactions sont négatives. Si, si, c’est vrai : les visiteurs qui m’ont rencontré, lors de salons du livre, peuvent témoigner de ma demande systématique après dédicace « Postez vos commentaires sur mon blog, surtout s’ils sont négatifs ». Je ne supprime jamais ces commentaires, je ne censure que les méchancetés qui concernent mon blog proprement dit *. Celles-là, je les efface avec moins de tolérance que Wrath. Je dois reconnaître que sa capacité d’encaissement, son stoïcisme sous les jets de fiel, m’impressionnent.

 

- Parce que c’est une assez bonne caisse de résonance lors de lancement de mes livres : annonce de la sortie, présentation des critiques médias, revue des commentaires sur blogs, annonce des participations aux salons du livre.  C’est ce que je vais commencer à faire – je préviens pour ceux qui n’aiment pas ça.

 

De nombreux auteurs préfèrent la formule du site, qui leur permet de se présenter, de bénéficier de visibilité et d’effet de résonance, et même de mettre en avant leur actualité, sans être soumis aux inconvénients de la tenue d’un blog, qui ne sont pas forcément ceux que vous croyez : 

 

POURQUOI DEVRAIS-JE CESSER DE BLOGUER ?

 

- Parce que ça prend du temps, bien plus qu’on ne croit. Quand j’écris un billet, je le mets aussitôt en ligne, mais j’y reviens ensuite pour le peaufiner, le corriger.

 

- Parce ça dévore l’énergie créative : la capacité d’invention, le plaisir d’écrire se font bouffer par le blog. C’est comme un trop long jogging : on croit s’échauffer en pondant un billet et on se retrouve exsangue, hors d’haleine, une fois qu’on l’a mis en ligne.

 

- Parce que ça déforme l’écriture. Chaque fois que je commence l’écriture d’un roman, j’ai du mal à me défaire de mon ton bloguesque, plus relâché, plus approximatif, plus sincère (si, si !), plus dialoguant. Il me faut une quarantaine de pages avant de trouver un vrai ton pour le roman. Dans le cas de nouvelles, c’est encore plus périlleux : on peut écrire la nouvelle entière avant de constater que le style n’y est pas.

 

- Parce que ça crée un brouillage : les visiteurs de ce blog qui lisent aussi mes livres (il paraît qu’il y en a) voudraient parfois que les romans, les nouvelles, soient dans le même style que celui de mon blog. Au risque de les décevoir, je dois leur expliquer qu’une « écriture blog » ne tiendrait pas la distance.

 

- Parce que la tenue d’un blog prive l’auteur de son mystère : bloguer, c’est s’exposer, c’est se dévoiler, même si l’on ne tient pas de journal intime à longueur de billets. Trop ? C’est possible. Sans tomber dans le juliengracquisme, j’aimerais parfois me dissocier de ce que je publie : un livre doit vivre sa vie tout seul, sans le portrait de l’auteur en filigrane.

 

Ces inconvénients sont sérieux, pesants. J’ai d’ailleurs failli mettre mon blog en veilleuse il y a neuf mois et je l’avais expliqué dans un billet 

 http://georges-flipo-auteur.over-blog.com/article-29653951.html

et dans un autre, plus intime :
http://georges-flipo-auteur.over-blog.com/article-29445329.html

 

Mais on ne se refait pas, j’ai continué. La prochaine fois, je me mettrai en veilleuse sans rien dire. Si ça tombe, personne ne le remarquera...

 

Voilà, j’ai donné ici un point de vue honnête, je lui ai évité tout caractère polémique. Je n’ose donc pas le publier en « commentaire » sur le blog de Wrath, de peur de me faire mitrailler. Mais si vous voulez passer chez elle et y faire allusion dans votre commentaire, l’accueil sera peut-être meilleur. Emportez quand même un gilet pare-balles.

* Je veux bien qu’on dise du mal de mes livres, mais pas de mon blog, écrit avec mes larmes et mon sang. C’est comme Ingres qui acceptait des critiques sur ses tableaux, mais jamais sur sa façon de jouer du violon.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Khéops 01/02/2010 10:41


Très bonne question ! J'ai créé mon blog début janvier, il y avait longtemps que j'y pensais mais la question "est-ce une si bonne idée que ça ?" me taraudait. Et puis, j'ai cédé... pour certaines
des raisons que vous donnez.
Certes, je ne suis qu'un auteur publié uniquement dans des revues pour l'instant, pas un "écrivain" (pas encore... on peut rêver...) mais j'avoue qu'alimenter ce blog me fait plaisir. Et s'il ne
devait y avoir qu'une seule raison à l'avoir créé, ce serait celle-ci, le plaisir.
(j'ai mis votre blog en lien sur le mien.)


Georges F. 02/02/2010 23:43


Les trois premiers mois d'un blog sont une merveilleuse expérience.  Chaque trimestre, il faudrait recommencer les trois premiers mois de son blog.


didouchka 01/02/2010 09:21


@ georges; écrire, un boulot alimentaire? A condition de générer des revenus suffisants, oui, mais est-ce si fréquent?


Georges F. 02/02/2010 23:41


Ah, Didouchka, cela dépend : combien de fois par semaine voulez-vous vous alimenter ?


Zoë 30/01/2010 20:08


Eh bien cet article me plait tant (surtout la partie qui donne les bonnes raisons de ne pas continuer, celles qui taraudent tout blogueur ie: chronophage o'combien que j'en ferai état dans mon Vent
des blogs hebdomadaire du dimanche


Georges F. 01/02/2010 08:09


Merci : je me poste devant ma porte et j'attends le doux bruissement...


cjeanney 28/01/2010 20:54


ah mais j'aime bien avoir de vos nouvelles ici ! C'est aussi une façon de voir un écrivain dans "son salon'", enfin, de manière moins rigide, et d'entendre ses pointes d'humeur, ses joies, un peu
au quotidien...
(pis qu'est-ce qu'elle y connait Wrath en blog ? L'a écrit trois billets qu'elle fait tourner en boucle en changeant deux phrases par-ci par-là, bloguer et radoter sont deux verbes différents, me
semble...)


Georges F. 29/01/2010 19:51


Ah, j'aime beaucoup cette idée, Kiki : je me présente ici dans mon salon. Je vais me dire ça avant de pondre chaque billet. Et je vais changer de pantoufles, je
vais mettre les bleues, ça fera plus écrivain dans son salon.


didouchka 28/01/2010 16:18


je crois beaucoup à l'idée du blog comme "jogging" comme vous dites. Mais c'est vrai que ça bouffe un temps fou. Or beaucoup d'écrivain ont un boulot alimentaire en plus de leur travail d'écriture
(car ça ne fait pas vivre, parait-il ^^) ce qui fait qu'il ne leur reste plus de temps pour rien. Vous, vous avez apparemment réussi à concilier blog et écriture de votre roman...?


Georges F. 29/01/2010 19:49


Qu'est-ce que vous croyez, ô Didouchka ? Ecrire un roman, C'EST un boulot alimentaire. Et bienvenue sur ce blog.