Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

(Excellente) Présentation

  • : Blog de Georges Flipo, auteur
  • Blog de Georges Flipo, auteur
  • : Dans ce blog : chroniques sur l'actualité littéraire (la mienne et celle des autres), sur l'écriture, sur l'édition, sur les auteurs, et tout ce qui se réclame de lalittérature.
  • Contact

Actualité brûlante

Blog au repos

Mais rien ne vous empêche d'aller faire un tour sur le site www.georges-flipo-auteur.com  

Recherche

Avant d'entrer ou de sortir

Pour une lecture plus structurée, cliquez juste en dessous : pavé "pages" ou pavé "catégories".

Pour des informations pérennes, impitoyablement classées, allez faire un saut sur mon site d'auteur

Il vient d'être entièrement remanié. Tout y est très beau, très chic. Même le chien.

Archives

Des attaches et des liens

Des blogs que je fréquente souvent ou parfois, mais avec plaisir, sans forcément y laisser de commentaires, des blogs dont le tenancier vient parfois faire un coucou en dessous de mes billets, des blogs qui aiguillent vers le mien, des blogs qui ont donné un coup de pouce à un ou plusieurs de mes livres, tout cela crée des liens.

Si vous pensez que votre absence dans cette liste est un scandale, faites un scandale. Ou, plus simple, faites-moi signe.

-------
 
813
Actu du noir (Jean-Marc Laherrère)
Actualitte.com, Nicolas
Alex (Mot à mots)
Amanda Meyre
Annick Dor
Antigone (Les écrits d’Antigone)
Armande 22,  Les livres-bonheur
Aude (Mots dits)
Balmeyer
Biblioblog (Laurence)
BibliObs
Bibliophagie (Sybilline)
Bibliosurf
Biffures chroniques
Blog de Thomas Clément
Bloghotel
Blog-o-book
Boojum
Bookingdom
Bric à book, Leiloona
Brigit Hache
BSC News
C’était demain, Dominique Boudou
Cabinet de curiosités d’Eric Poindron
Cafebook (Emma)
Calipso,
Calibre 47 (Claude Mesplède)
Calou, L’Ivre de lectures
Carnet de lectures
Carnets de Pierre
Carnets de sel (Essel)
Caro[line] 5ème de couverture, 
Catherine (La culture se partage)
Cathulu
Chaperlipopette
Chez Lo
Chiffonnette
Chimère (A livre ouvert)
Choupynette (Y'a d'la joie)
Chroniques littéraires
Clair et net
Clarinesse (L'œil du vent)
Claude Le Nocher
Clopin-clopant (Clopine)  
Comme dans un livre
Cozop
Critico-blog
CulturesFrance
Cunéipage (Cuné)
Daniel Fattore
Danielle, Maux d’auteurs
Dasola
De livres en livres
Digressions (Joseph Vebret)
Ecrivains-voyageurs
Eireann (Yvon)
Eloah (À lire, à croquer)
Emmanuelle Urien
En lisant, en voyageant, (Keisha)
Encres vagabondes, Patricia Châtel
Enna lit, Enna vit
Eric Fouassier
Espaces, CNES
Eulalie
Evene
Extra-ball, (Dorham)
Fabelire
Fabula Bovarya,
Flof 13 (Lire et délires)
Florinette, Les lectures de Florinette,
Fluctuat.net
Forum A vos plumes
Forum Tir Na N’Og et Cie
Frédérique Martin
Gaëlle Pingault
Géothèque
Géraldine (Les coups de cœur)
Gwenaelle (Skriban)
Happy Few, Fashion Victim
Hautefort, club Littérature
Hebdo des notes,
Indications
Initiales
Interlignage
Jean Calbrix
Journal  d’une lectrice (Papillon)
Kalistina
Kathel, Lettres exprès
Kheops
La bibliothèque du dolmen
La caverne d'Ankya
La cuisine des mots (Ciorane)
La Factory
La liseuse (au fil de mes lectures)
La Mère Castor
La Péniche.net ( Bureau des Arts de Sc. Po )
La pile à lire d'Hécléa
La plume et le citoyen
La Revue Littéraire (Blog Leo Scheer)
La scribouillarde
La tête dans les pages
Labyrinthes avec vue
Le bibliomane
Le blog d’Ameleia,
Le goût des livres (Aifelle)
Le retour de l'être aimé
Le Scribe
Lechoixdesbibliothécaires
Lecture & Ecriture
Lectures et autres (Sylvie)
Leo Scheer (La revue littéraire)
Les chroniques de Mandor
Les jardins d’Hélène
Les lectures de Martine,
Les livres de l'Arrajou
Les penchants du roseau
Levraoueg (La tourneuse de pages)
Librairie des voyageurs, Les 5 continents.
Lignes de fuite
L'île, la petite île
Lili (Des livres et moi)
Liliba
Lily et ses livres
Lire et délires (Flof13)
Litote en tête
Livres pour vous
Livres et Cinéma (Yohann)
Lou, My Loubook 
LVE, Lire Voir Entendre
Lyvres (Yv)
Magali Duru
Maïté Bernard (sur Bibliosurf)
Malice
Manu Causse
Marc Sefaris
Mary's colors
Maud et les mots
Mercedes G.F.
Mes lectures (Phil)
Mille et une pages (Stephie)
Miss Orchidée 
Monde du livre.com,
Mot Compte Double (Françoise Guérin)
Mots en bouche
N.U.L.L.E., Erzebeth
Nicolas Ancion
Nuit blanche
Obiwi
Oceanicus in folio
One big day
Pages à pages
Parfum de livres
Pascal, Le disque 
Pickendorf (Qui hodie agisti)
Pimprenelle
Posuto
Pralineries (Pralines)
Pr'Ose (Emma Bovary)
Prudence
Quichottine,
Quoi de 9 Cécile ?
Roseau
Rue des Livres
Salondulivre.net
Saxaoul
Scriptural (Schlabaya)
Serial lecteur
Site de Brigitte Niquet
 
Sylire
Tamara (Tamacultire)
Thaïs, Arc-en-ciel, 
Turquoise (Un moment Turquoise)
Valérie (Un fil à la page)
Vers Minuit, Franck Garot
Voyage au bout de la lettre (Pitou)

Yspaddaden

Yves Mabon, Prix Orange du Livre
Zoé Lucider
Zoridae

Copinage éhonté.

Voici une rubrique dans laquelle je présente des livres écrits par des auteurs avec lesquels j'entretiens d'amicales relations. Bien entendu, il ne s'agit pas ici d'emplacement publicitaire. C'est beaucoup plus honorable, c'est du copinage. Les livres présentés dans cette rubrique ne seront pas toujours les mêmes : à défaut de renouveler mes copains, mes amis, mes relations, je vais renouveler leurs parutions.

 

Cherche-jeunes-filles-200-x315.jpg

  Le tout dernier de Françoise Guérin

virages-dangereux-copie-1.jpg

La-vieille-dame-du-riad.jpg


Frederique-Martin-Belfond-Le-Vase-ou-meurt-cette-verveine-3.jpg
Tu-ne-mourras-plus-demain.jpg

 

Les pays

Moulins A paroles


L-eau-des-reves.jpg

Lotus Seven

Un homme perdu-copie-1


Langue-de-pub-copie-1.jpg

Livre-Magali-Duru.jpgLe tout dernier de Magali Duru

tous-nos-petits-morceaux.jpg

      Le tout dernier d'Emmanuelle Urien

Fouad.jpg

Dominique-Guerin.jpg

 

Quatre carnages..

 

 

 

  Teignes

 

 

 

 

Un escarpin de soie bleue

 

 

Est-ce ainsi

16 avril 2012 1 16 /04 /avril /2012 14:05

 

portrait-robot.jpg

Personnages passagers, vies perdues, romans oubliés

 

Mon prochain recueil de nouvelles est achevé, il va entrer en phase corrections. En attendant, je suis en train d’écrire un nouveau roman. Le cinquième.

 

Et je croise à nouveau le problème des personnages passagers. Je veille de plus en plus à donner du corps et du caractère à mes personnages, et même une histoire qui, parfois, facilite cette entreprise de définition.


Je ne pousse pas la conscience professionnelle jusqu’à imiter les scénaristes américains qui, pour chacun de leurs personnages, créent une fiche d’identité indiquant l’origine, la carrière, les aventures, les problèmes professionnels et sentimentaux et autres turpitudes, car j’en ai trop souffert dans ma vie antérieure, quand j’étais créatif publicitaire. Un de mes clients, admirateur de ces méthodes américaines, s’obstinait à me faire tracer le portrait complet de chaque héros de mes films publicitaires ; l’entreprise était dérisoire, car ces héros ne passaient parfois que cinq secondes dans le film de pub, le temps de s’exclamer « Oh, ça sent bon, j’ai l’impression que tu as changé de lessive ! ». J’avais donc décidé que chacun de mes personnages masculins était second violon aux Concerts Pasdeloup. Cela n'influençait en rien le casting, mais cela désespérait mon client : « Un peu d’imagination, enfin, ils ne peuvent pas être tous seconds violons aux Concerts Pasdeloup » Ce à quoi je lui répondais : « Non, avant il était troisième violon, mais son prédécesseur vient d’être viré par le chef d’orchestre qui ne supportait pas l’odeur de ses chemises ».


Simenon avait une méthode assez proche : il attribuait à chaque personnage une enveloppe sur laquelle il notait son caractère, ses comportements. J’aimerais pouvoir un jour lire ces enveloppes pour voir jusqu’où allait cette fiche d’identité.


Je ne vais pas aussi loin, mais, quand je  commence un roman, j’aime fréquenter (dans ma tête) les différents personnages avant d’agir. J’ai besoin d’imaginer leurs réactions en diverses situations, leurs phrases-fétiches, leur portrait, même si je n’écris rien encore. Pour cela, je m’inspire souvent du physique d’un acteur ou d’une actrice, d’une amie, d’un présentateur de télévision. Le personnage y gagne tout de suite plus de cohérence, je le vois plus aisément en train de prononcer telle ou telle phrase, je supprime certaines répliques en pensant « Non, ça ne lui va pas ».


Parfois, le personnage prend involontairement plus de poids que prévu : la tentation est alors grande d’épaissir aussi sa propre histoire, de lui inventer une vie. Le passage qui devait durer un paragraphe prend ses aises, et occupe bientôt deux ou trois pages. En tant qu’auteur, on se passionne soudain pour cette vie, on lui donne des rebondissements, des contradictions. On devient géniteur émerveillé.


Puis l’on redevient raisonnable : on sabre, on allège, on ne garde que ce qui entre vraiment dans le fil du roman. Pour se consoler, on se dit « Ce personnage, avec son histoire, est vraiment intéressant, je veux lui donner sa chance, je lui consacrerai un roman, plus tard. » – illusion, le projet de roman est vite oublié, ce n’est plus qu’une vie perdue.


J’ai quand même vécu une exception : en 2008, pour un second roman, j’ai repris le personnage d’une de mes toutes premières nouvelles, assez mauvaise, mais l’histoire était intéressante, le héros aussi. Je n’ai pu retrouver la nouvelle dans mon ordinateur, mais je l’avais bien en tête. J’ai écrit « Le film va faire un malheur » en repensant constamment à ce pauvre type, si content de lui, qui creusait avec enthousiasme sa propre tombe. Plus tard, après la sortie du roman, j’ai retrouvé la nouvelle. Grosse surprise : le récit était resté assez fidèle, mais le personnage n’avait plus rien à voir. Il avait changé sans me prévenir. Un pauvre type, vous dis-je.


J’ai repensé à tout cela ce week-end, en conduisant sous la pluie pour aller à un mariage en Savoie. Je constatais avec inquiétude que l’un des personnages était en train d’envahir mon roman, en devenait le héros. Que faire ? C’est en franchissant le col du Petit-Bornand cerné par la neige que j’ai trouvé la solution : je vais me dépêcher de le tuer. Ca lui apprendra, à faire l’intéressant.

 

Et vous, autres auteurs, comment faites-vous ? Et vous, lecteurs, êtes-vous parfois frustré par le caractère trop abstrait des personnages qui défilent sur vos pages ? Je pose la question mais réfléchissez bien avant de répondre : hé, pas des miens, hein !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

didouchka 18/04/2012 11:22

pour moi, en tant que lecteur, un personnage est réussi si j'arrive à me le représenter physiquement. Ca ne veut pas dire que l'auteur a décrit minutieusement son apparence extérieure, mais quand
c'est bien fait, il suffit d'un ou deux détails précis pour qu'il prenne corps. Je vois son visage, sa silhouette, ses vêtements. Je le vois bouger. Si je ne le visualise pas, c'est qu'il est
artificiel et en général, je n'arrive pas à rentrer dans l'histoire.

Georges F. 26/04/2012 19:03



Je vois très bien ce que vous voulez dire, Didouchka : il est d'ailleurs parfois amusant de comparer les personnages ainsi "visualisés" par des lecteurs
différents.



Lystig 17/04/2012 13:32

j'aime un personnage (même un second couteau) bien campé, des vrais gens sur des pages de papier.

Georges F. 26/04/2012 19:00



Bien Lystig, je vous en prépare une livraison pour l'automne. Et coucou ! j'allais oublier...



LVE 17/04/2012 13:06

En tant que lecteur, si je me dis "tiens ce personnage je voudrais en savoir plus sur lui", c'est que quelque chose manque probablement dans le livre, ou que je m'y ennuie... Ca ne me semble pas
bon signe du tout du tout du tout...

Georges F. 26/04/2012 18:59



Il y a aussi des cas où, volontairement, l'auteur laisse le lecteur sur sa fin pour lui offrir une révélation plus tardive. Comme dans... euh.. ah, je croyais
avoir un bel exemple, et non, rien du tout. Bon, je laisse les visiteurs proposer ici un exemple de personnage à dévoilement tardif. Ah si, dans Proust, à la fin (c'est bien, Proust, ça se case à
tout propos), quand, euh.. zut, j'ai l'exemple, mais je ne me souviens plus du nom.



la Mère Castor 16/04/2012 18:44

Quand ils sont trop abstraits ça se voit tout de suite, ce ne sont que des silhouettes de papier.
J'aime bien ces personnages qui prennent vie tout seuls, sans qu'on l'ait voulu. Ca m'est arrivé en atelier d'écriture de conte, quelqu'un avait crée un personnage si vrai et vivant qu'on
n'écrivait plus rien, on parlait de lui. Je ne sais pas ce qu'ils sont devenus...

Georges F. 26/04/2012 18:55



A mon avis, ils sont tapis sous votre clavier et ressortent de temps à autre, subrepticement, quand vous écrivez des pages qui n'ont rien à voir.