Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

(Excellente) Présentation

  • : Blog de Georges Flipo, auteur
  • Blog de Georges Flipo, auteur
  • : Dans ce blog : chroniques sur l'actualité littéraire (la mienne et celle des autres), sur l'écriture, sur l'édition, sur les auteurs, et tout ce qui se réclame de lalittérature.
  • Contact

Actualité brûlante

Blog au repos

Mais rien ne vous empêche d'aller faire un tour sur le site www.georges-flipo-auteur.com  

Recherche

Avant d'entrer ou de sortir

Pour une lecture plus structurée, cliquez juste en dessous : pavé "pages" ou pavé "catégories".

Pour des informations pérennes, impitoyablement classées, allez faire un saut sur mon site d'auteur

Il vient d'être entièrement remanié. Tout y est très beau, très chic. Même le chien.

Archives

Des attaches et des liens

Des blogs que je fréquente souvent ou parfois, mais avec plaisir, sans forcément y laisser de commentaires, des blogs dont le tenancier vient parfois faire un coucou en dessous de mes billets, des blogs qui aiguillent vers le mien, des blogs qui ont donné un coup de pouce à un ou plusieurs de mes livres, tout cela crée des liens.

Si vous pensez que votre absence dans cette liste est un scandale, faites un scandale. Ou, plus simple, faites-moi signe.

-------
 
813
Actu du noir (Jean-Marc Laherrère)
Actualitte.com, Nicolas
Alex (Mot à mots)
Amanda Meyre
Annick Dor
Antigone (Les écrits d’Antigone)
Armande 22,  Les livres-bonheur
Aude (Mots dits)
Balmeyer
Biblioblog (Laurence)
BibliObs
Bibliophagie (Sybilline)
Bibliosurf
Biffures chroniques
Blog de Thomas Clément
Bloghotel
Blog-o-book
Boojum
Bookingdom
Bric à book, Leiloona
Brigit Hache
BSC News
C’était demain, Dominique Boudou
Cabinet de curiosités d’Eric Poindron
Cafebook (Emma)
Calipso,
Calibre 47 (Claude Mesplède)
Calou, L’Ivre de lectures
Carnet de lectures
Carnets de Pierre
Carnets de sel (Essel)
Caro[line] 5ème de couverture, 
Catherine (La culture se partage)
Cathulu
Chaperlipopette
Chez Lo
Chiffonnette
Chimère (A livre ouvert)
Choupynette (Y'a d'la joie)
Chroniques littéraires
Clair et net
Clarinesse (L'œil du vent)
Claude Le Nocher
Clopin-clopant (Clopine)  
Comme dans un livre
Cozop
Critico-blog
CulturesFrance
Cunéipage (Cuné)
Daniel Fattore
Danielle, Maux d’auteurs
Dasola
De livres en livres
Digressions (Joseph Vebret)
Ecrivains-voyageurs
Eireann (Yvon)
Eloah (À lire, à croquer)
Emmanuelle Urien
En lisant, en voyageant, (Keisha)
Encres vagabondes, Patricia Châtel
Enna lit, Enna vit
Eric Fouassier
Espaces, CNES
Eulalie
Evene
Extra-ball, (Dorham)
Fabelire
Fabula Bovarya,
Flof 13 (Lire et délires)
Florinette, Les lectures de Florinette,
Fluctuat.net
Forum A vos plumes
Forum Tir Na N’Og et Cie
Frédérique Martin
Gaëlle Pingault
Géothèque
Géraldine (Les coups de cœur)
Gwenaelle (Skriban)
Happy Few, Fashion Victim
Hautefort, club Littérature
Hebdo des notes,
Indications
Initiales
Interlignage
Jean Calbrix
Journal  d’une lectrice (Papillon)
Kalistina
Kathel, Lettres exprès
Kheops
La bibliothèque du dolmen
La caverne d'Ankya
La cuisine des mots (Ciorane)
La Factory
La liseuse (au fil de mes lectures)
La Mère Castor
La Péniche.net ( Bureau des Arts de Sc. Po )
La pile à lire d'Hécléa
La plume et le citoyen
La Revue Littéraire (Blog Leo Scheer)
La scribouillarde
La tête dans les pages
Labyrinthes avec vue
Le bibliomane
Le blog d’Ameleia,
Le goût des livres (Aifelle)
Le retour de l'être aimé
Le Scribe
Lechoixdesbibliothécaires
Lecture & Ecriture
Lectures et autres (Sylvie)
Leo Scheer (La revue littéraire)
Les chroniques de Mandor
Les jardins d’Hélène
Les lectures de Martine,
Les livres de l'Arrajou
Les penchants du roseau
Levraoueg (La tourneuse de pages)
Librairie des voyageurs, Les 5 continents.
Lignes de fuite
L'île, la petite île
Lili (Des livres et moi)
Liliba
Lily et ses livres
Lire et délires (Flof13)
Litote en tête
Livres pour vous
Livres et Cinéma (Yohann)
Lou, My Loubook 
LVE, Lire Voir Entendre
Lyvres (Yv)
Magali Duru
Maïté Bernard (sur Bibliosurf)
Malice
Manu Causse
Marc Sefaris
Mary's colors
Maud et les mots
Mercedes G.F.
Mes lectures (Phil)
Mille et une pages (Stephie)
Miss Orchidée 
Monde du livre.com,
Mot Compte Double (Françoise Guérin)
Mots en bouche
N.U.L.L.E., Erzebeth
Nicolas Ancion
Nuit blanche
Obiwi
Oceanicus in folio
One big day
Pages à pages
Parfum de livres
Pascal, Le disque 
Pickendorf (Qui hodie agisti)
Pimprenelle
Posuto
Pralineries (Pralines)
Pr'Ose (Emma Bovary)
Prudence
Quichottine,
Quoi de 9 Cécile ?
Roseau
Rue des Livres
Salondulivre.net
Saxaoul
Scriptural (Schlabaya)
Serial lecteur
Site de Brigitte Niquet
 
Sylire
Tamara (Tamacultire)
Thaïs, Arc-en-ciel, 
Turquoise (Un moment Turquoise)
Valérie (Un fil à la page)
Vers Minuit, Franck Garot
Voyage au bout de la lettre (Pitou)

Yspaddaden

Yves Mabon, Prix Orange du Livre
Zoé Lucider
Zoridae

Copinage éhonté.

Voici une rubrique dans laquelle je présente des livres écrits par des auteurs avec lesquels j'entretiens d'amicales relations. Bien entendu, il ne s'agit pas ici d'emplacement publicitaire. C'est beaucoup plus honorable, c'est du copinage. Les livres présentés dans cette rubrique ne seront pas toujours les mêmes : à défaut de renouveler mes copains, mes amis, mes relations, je vais renouveler leurs parutions.

 

Cherche-jeunes-filles-200-x315.jpg

  Le tout dernier de Françoise Guérin

virages-dangereux-copie-1.jpg

La-vieille-dame-du-riad.jpg


Frederique-Martin-Belfond-Le-Vase-ou-meurt-cette-verveine-3.jpg
Tu-ne-mourras-plus-demain.jpg

 

Les pays

Moulins A paroles


L-eau-des-reves.jpg

Lotus Seven

Un homme perdu-copie-1


Langue-de-pub-copie-1.jpg

Livre-Magali-Duru.jpgLe tout dernier de Magali Duru

tous-nos-petits-morceaux.jpg

      Le tout dernier d'Emmanuelle Urien

Fouad.jpg

Dominique-Guerin.jpg

 

Quatre carnages..

 

 

 

  Teignes

 

 

 

 

Un escarpin de soie bleue

 

 

Est-ce ainsi

13 juin 2012 3 13 /06 /juin /2012 17:20

 

Couv Bonnes Nouvelles Sud-Am

Je dépose demain chez Anne Carrière les dernières épreuves de lecture de mon prochain recueil. Revues, corrigées, peaufinées. Généralement, j’apporte très peu de corrections d’auteur sur les épreuves. Cette fois –ci, je n’en ai apporté que deux – dont une faute d’orthographe invisible, que personne n’avait remarquée. Et les quelques personnes qui ont lu le manuscrit ont pourtant un regard des plus affûtés.

 

Les épreuves de lecture ont un charme tout particulier : c’est le moment où l’auteur découvre son texte en quelque sorte « récrit » par les modifications de mise en page. Les caractères ne sont plus les mêmes, les sauts de page ne sont plus situés aux mêmes endroits. Il n’y a donc plus cette lecture « automatique » qui empêche l’auteur de vraiment se lire : quand on connaît trop bien son texte, la mémoire remplace l’œil, et il suffit de lire les deux premiers mots d’un paragraphe pour que le reste se déroule tout seul. Les changements de mise en page perturbent cette mémoire : elle n’a plus ses repères, elle nous laisse tranquilles. On peut enfin lire.

 

Je vais d’ailleurs enfin lire, et plus seulement mon manuscrit. Quand je suis en phase d’écriture, j’ai le plus grand mal à lire d’autres auteurs. J’ai une certaine mauvaise conscience, comme si je trompais le texte que j’écris le reste du temps. C’est pourquoi je ne lis que des bêtises, ou des grands auteurs que je connais presque par cœur. Kipling et Borges, par exemple. J’aime encore mieux les bêtises, elles aident à s’endormir quand on lit couché. On arrête à n’importe quelle page, on reprend à n’importe quelle autre, le plaisir n’est pas perturbé, puisqu’il est inexistant.  Généralement, je ne lis rien jusqu’au bout durant cette période.

 

Maintenant, j’en sors. Je lis. Du beau, du solide, ou de l’amusant. Le tout dernier, c’est un recueil collectif publié chez Gallimard : « Les bonnes nouvelles de l’Amérique latine ». La préface de Vargas LLosa est brève et intelligente. Il y rappelle opportunément que presque tous les grands noms de la littérature contemporaine en Amérique latine ont été aussi de grands nouvellistes. Certains comme J.L. Borges, Cortàzar, Juan Rulfo, Bioy Casares, dit-il, y ont connu leurs plus grands succès (je suis un peu moins d’accord dans le cas de Cortàzar, formidable romancier et je regrette qu’il oublie Quiroga). Les autres ont été de remarquables nouvellistes, même s’ils se considéraient d’abord comme romanciers : Alejo Carpentier, Juan Carlos Onetti, Garcia Màrquez, Roa Bastos, Carlos Fuentes, et quelques autres que je n’ai pas encore lus : Guimaràes Rosa, José Donoso, Jorge Edwards. J’y ajouterais volontiers quelques autres noms qui me sont chers, mais il faudrait que je m’assure qu’ils ont vraiment écrit des nouvelles.

 

Les auteurs de ce recueil sont moins connus : je n’en avais lu qu’un seul, Eduardo Halfon. Mais leurs nouvelles sont impressionnantes.

Les amateurs de couleur locale seront déçus : elle n’est pas absente, mais simplement invisible, diluée, en quelque sorte ; elle colore l’histoire.

Les amateurs d’histoires seront déçus, eux aussi : il y a peu de vraies histoires, plutôt des tranches de vie qui, en quelques pages, vous racontent une époque, un pays, une civilisation, de façon magistrale, par petites touches, très souvent dans un registre d’évidence.

Les amateurs de chutes seront encore plus déçus : pas de chutes dans ces nouvelles, et c’est tant mieux. La nouvelle peut continuer, dans l’esprit du lecteur, bien après le dernier paragraphe. La vitrine aux rêves, du Mexicain Eduardo Antonio Parra, par exemple, nous décrit très bien la journée d’un Mexicain qui, depuis des années, rêve de passer la frontière des États-Unis, avec le vague espoir d’y retrouver son père. Trois paragraphes avant la fin, il réussit, presque par inadvertance. On ne saura pas ce qui lui arrive ensuite, il est passé, lui, mais pas son copain. Et l’histoire s’arrête là, Parra vous laisse la continuer.

Tout cela fait beaucoup de déceptions annoncées. Riez-en. Car si vous aimez les écritures neuves, la littérature originale, vous ne serez pas déçus.

 

Je suis heureux de ne pas avoir lu ces nouvelles tandis que j’écrivais les miennes : j’aurais été très influencé. Trop. Notamment par cette façon très sud-américaine de parsemer les paragraphes de petits détails insignifiants qui créent un climat sans que le lecteur les remarque.

 

La seule influence sud-américaine que je revendique, c’est cette indifférence à l’égard de la chute. Elle ne m’obsède pas quand j’écris : il me suffit de savoir comment finira l’histoire. Je me contente le plus souvent d’ajouter une pirouette à cette fin : une sorte de formule de politesse envers le lecteur français, amateur de nouvelles françaises, pour qu’il se sente chez lui.

 

J’ai d’ailleurs fait un autre effort en ce sens : il y a une nouvelle sur le tango (Qui a crié « Bien sûr » ? Évidemment que bien sûr). Une nouvelle sur le tango, donc, mais elle se passe en France. À Tarbes, pour être plus précis. À Tarbes, durant le festival « Tarbes en Tango ». La ville de Tarbes sera contente, peut-être m’invitera-t-elle à son prochain festival. Je sais que ce n’est pas poli de réclamer, mais je ne réclame pas, je suggère.

 

P.S. Vous m’excuserez pour l’absence d’accents sur les noms des auteurs sud-américains, mais je ne dispose que d’un clavier français des plus franchouillards.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Commeunpoissondanslair 20/08/2012 11:38

Cher Georges,

Vos billets méritent bien que je prenne la peine de vous détromper: aussi franchouillard puisse-t-il être, votre clavier vous permet d'accentuer un Cortázar ou un García Márquez comme il se doit.
Et comme vous m'êtes sympathique, je vous donne le truc: Alt+0+code de la lettre. Allez, j'irai même jusqu'à vous fournir quelques codes: á=225 í=237 ó=243 ú=250 ñ=241
Nous sommes d'accord, c'est long....

Georges F. 22/08/2012 11:00



Hé bé, il ne me reste plus qu'à apprendre par coeur les codes de chaque voyelle, merci Commeunpoissondanslair !