Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

(Excellente) Présentation

  • : Blog de Georges Flipo, auteur
  • Blog de Georges Flipo, auteur
  • : Dans ce blog : chroniques sur l'actualité littéraire (la mienne et celle des autres), sur l'écriture, sur l'édition, sur les auteurs, et tout ce qui se réclame de lalittérature.
  • Contact

Actualité brûlante

Blog au repos

Mais rien ne vous empêche d'aller faire un tour sur le site www.georges-flipo-auteur.com  

Recherche

Avant d'entrer ou de sortir

Pour une lecture plus structurée, cliquez juste en dessous : pavé "pages" ou pavé "catégories".

Pour des informations pérennes, impitoyablement classées, allez faire un saut sur mon site d'auteur

Il vient d'être entièrement remanié. Tout y est très beau, très chic. Même le chien.

Archives

Des attaches et des liens

Des blogs que je fréquente souvent ou parfois, mais avec plaisir, sans forcément y laisser de commentaires, des blogs dont le tenancier vient parfois faire un coucou en dessous de mes billets, des blogs qui aiguillent vers le mien, des blogs qui ont donné un coup de pouce à un ou plusieurs de mes livres, tout cela crée des liens.

Si vous pensez que votre absence dans cette liste est un scandale, faites un scandale. Ou, plus simple, faites-moi signe.

-------
 
813
Actu du noir (Jean-Marc Laherrère)
Actualitte.com, Nicolas
Alex (Mot à mots)
Amanda Meyre
Annick Dor
Antigone (Les écrits d’Antigone)
Armande 22,  Les livres-bonheur
Aude (Mots dits)
Balmeyer
Biblioblog (Laurence)
BibliObs
Bibliophagie (Sybilline)
Bibliosurf
Biffures chroniques
Blog de Thomas Clément
Bloghotel
Blog-o-book
Boojum
Bookingdom
Bric à book, Leiloona
Brigit Hache
BSC News
C’était demain, Dominique Boudou
Cabinet de curiosités d’Eric Poindron
Cafebook (Emma)
Calipso,
Calibre 47 (Claude Mesplède)
Calou, L’Ivre de lectures
Carnet de lectures
Carnets de Pierre
Carnets de sel (Essel)
Caro[line] 5ème de couverture, 
Catherine (La culture se partage)
Cathulu
Chaperlipopette
Chez Lo
Chiffonnette
Chimère (A livre ouvert)
Choupynette (Y'a d'la joie)
Chroniques littéraires
Clair et net
Clarinesse (L'œil du vent)
Claude Le Nocher
Clopin-clopant (Clopine)  
Comme dans un livre
Cozop
Critico-blog
CulturesFrance
Cunéipage (Cuné)
Daniel Fattore
Danielle, Maux d’auteurs
Dasola
De livres en livres
Digressions (Joseph Vebret)
Ecrivains-voyageurs
Eireann (Yvon)
Eloah (À lire, à croquer)
Emmanuelle Urien
En lisant, en voyageant, (Keisha)
Encres vagabondes, Patricia Châtel
Enna lit, Enna vit
Eric Fouassier
Espaces, CNES
Eulalie
Evene
Extra-ball, (Dorham)
Fabelire
Fabula Bovarya,
Flof 13 (Lire et délires)
Florinette, Les lectures de Florinette,
Fluctuat.net
Forum A vos plumes
Forum Tir Na N’Og et Cie
Frédérique Martin
Gaëlle Pingault
Géothèque
Géraldine (Les coups de cœur)
Gwenaelle (Skriban)
Happy Few, Fashion Victim
Hautefort, club Littérature
Hebdo des notes,
Indications
Initiales
Interlignage
Jean Calbrix
Journal  d’une lectrice (Papillon)
Kalistina
Kathel, Lettres exprès
Kheops
La bibliothèque du dolmen
La caverne d'Ankya
La cuisine des mots (Ciorane)
La Factory
La liseuse (au fil de mes lectures)
La Mère Castor
La Péniche.net ( Bureau des Arts de Sc. Po )
La pile à lire d'Hécléa
La plume et le citoyen
La Revue Littéraire (Blog Leo Scheer)
La scribouillarde
La tête dans les pages
Labyrinthes avec vue
Le bibliomane
Le blog d’Ameleia,
Le goût des livres (Aifelle)
Le retour de l'être aimé
Le Scribe
Lechoixdesbibliothécaires
Lecture & Ecriture
Lectures et autres (Sylvie)
Leo Scheer (La revue littéraire)
Les chroniques de Mandor
Les jardins d’Hélène
Les lectures de Martine,
Les livres de l'Arrajou
Les penchants du roseau
Levraoueg (La tourneuse de pages)
Librairie des voyageurs, Les 5 continents.
Lignes de fuite
L'île, la petite île
Lili (Des livres et moi)
Liliba
Lily et ses livres
Lire et délires (Flof13)
Litote en tête
Livres pour vous
Livres et Cinéma (Yohann)
Lou, My Loubook 
LVE, Lire Voir Entendre
Lyvres (Yv)
Magali Duru
Maïté Bernard (sur Bibliosurf)
Malice
Manu Causse
Marc Sefaris
Mary's colors
Maud et les mots
Mercedes G.F.
Mes lectures (Phil)
Mille et une pages (Stephie)
Miss Orchidée 
Monde du livre.com,
Mot Compte Double (Françoise Guérin)
Mots en bouche
N.U.L.L.E., Erzebeth
Nicolas Ancion
Nuit blanche
Obiwi
Oceanicus in folio
One big day
Pages à pages
Parfum de livres
Pascal, Le disque 
Pickendorf (Qui hodie agisti)
Pimprenelle
Posuto
Pralineries (Pralines)
Pr'Ose (Emma Bovary)
Prudence
Quichottine,
Quoi de 9 Cécile ?
Roseau
Rue des Livres
Salondulivre.net
Saxaoul
Scriptural (Schlabaya)
Serial lecteur
Site de Brigitte Niquet
 
Sylire
Tamara (Tamacultire)
Thaïs, Arc-en-ciel, 
Turquoise (Un moment Turquoise)
Valérie (Un fil à la page)
Vers Minuit, Franck Garot
Voyage au bout de la lettre (Pitou)

Yspaddaden

Yves Mabon, Prix Orange du Livre
Zoé Lucider
Zoridae

Copinage éhonté.

Voici une rubrique dans laquelle je présente des livres écrits par des auteurs avec lesquels j'entretiens d'amicales relations. Bien entendu, il ne s'agit pas ici d'emplacement publicitaire. C'est beaucoup plus honorable, c'est du copinage. Les livres présentés dans cette rubrique ne seront pas toujours les mêmes : à défaut de renouveler mes copains, mes amis, mes relations, je vais renouveler leurs parutions.

 

Cherche-jeunes-filles-200-x315.jpg

  Le tout dernier de Françoise Guérin

virages-dangereux-copie-1.jpg

La-vieille-dame-du-riad.jpg


Frederique-Martin-Belfond-Le-Vase-ou-meurt-cette-verveine-3.jpg
Tu-ne-mourras-plus-demain.jpg

 

Les pays

Moulins A paroles


L-eau-des-reves.jpg

Lotus Seven

Un homme perdu-copie-1


Langue-de-pub-copie-1.jpg

Livre-Magali-Duru.jpgLe tout dernier de Magali Duru

tous-nos-petits-morceaux.jpg

      Le tout dernier d'Emmanuelle Urien

Fouad.jpg

Dominique-Guerin.jpg

 

Quatre carnages..

 

 

 

  Teignes

 

 

 

 

Un escarpin de soie bleue

 

 

Est-ce ainsi

22 août 2012 3 22 /08 /août /2012 09:44

Puisque j'ai fini d'écrire mes nouvelles (pour cette année), je me goinfre maintenant des nouvelles des autres. Les deux derniers que j'ai lus n'ont rien à voir avec ce que j'écris, c'est pour cela qu'ils sont intéressants. Attendez, je vous rassure, le mien aussi est intéressant. Il commence mal, ce billet, tant pis.


Les voici, ces deux recueils. J'aurais bien aimé vous montrer aussi la couverture du mien : elle est très belle, on vient de m'envoyer (hier soir) le document définitif. Je pourrai bientôt vous la présenter. En attendant, je peux déjà vous donner le titre ; ce sera "Tous ensemble, mais sans plus". Inutile de le celer plus longtemps, il est déjà annoncé sur le site de la Fnac. 


A ce propos, je recommande au vilain individu tout haineux d'attendre la publication du recueil pour en dire le mal qu'il a déjà décidé d'en penser. La première fois, quand sortait La Diablada, il en a écrit quelques lignes toutes fielleuses sur le site de la Fnac, mais il l'a fait trop tôt : le bouquin n'était pas encore imprimé. Ah, il faut savoir patienter quand on veut jeter des cailloux !

 

Je reviens à ces deux recueils : "Cocktail Sugar et autres nouvelles de Corée", par différents nouvellistes coréens, chez Zulma, et "Les bulles", par Claire Castillon, chez Fayard.

Coree.jpgCastillon.jpg

Je n'avais jamais lu de nouvellistes coréens. Je suis sorti de ce recueil comme un ethnologue déconcerté. Il y a là toute la nouvelle vague des nouvellistes coréens. Plein, plein, et des poids lourds. Ils savent choisir leurs sujets, camper leurs situations, installer leurs personnages, trouver leur ton et raconter leur histoire. Bref, ils savent écrire des nouvelles, ce qui n'est pas donné à tout le monde.


Et pourtant, j'ai eu du mal à les lire comme de la littérature. Ce qu'ils décrivent est si étrange qu'on oublie la qualité des textes pour s'intéresser aux personnages, aux mentalités, aux coutumes, aux rapports sociaux. Il en ressort que les Coréens sont beaucoup moins normaux que nous autres. Quand on lit les nouvellistes viet-namiens, par exemple, on doit reconnaître qu'ils font de gros efforts pour nous ressembler, malgré le régime politique qui les encadre. On ne peut que les féliciter, cela facilite le travail de lire leurs nouvellistes, d'en constater l'excellence.


Mais les Coréens - je précise les Sud-Coréens, je n'imagine même pas les nouvelles nord-coréennes, d'ailleurs en existe-t-il ? leur Glorieux Leader Héréditaire leur a-t-il donné l'autorisation d'en imaginer ? - les Coréens, disais-je, sont résolument différents de nous autres, ce recueil m'en a convaincu. Je serai désormais bien plus suspicieux avant d'acheter un grille-pain ou un 4x4 coréen. J'ajouterai que les femmes, là-bas, sont encore plus différentes. Moi, à leur place, je préférerais être un homme. Mais j'aurais mauvaise conscience vis-à-vis des femmes : elles en supportent, les pauvres. C'est peut-être pour cela qu'elles écrivent des nouvelles (elles sont majoritaires dans le recueil). Un besoin de régler ses comptes.


Tout cela pour vous recommander de lire ce recueil et de venir en parler sur ce blog. Même si vous êtes une femme. Surtout si vous êtes une femme.

 

Je n'avais jamais lu Claire Castillon. Mais la quatrième de couv m'annonce d'emblée qu'elle a été traduite dans 20 langues. Je suis d'emblée archi-battu, avec mes pauvres 5 petites langues. J'en étais tout fier jusqu'ici, mais 20 ! Je n'arrive même pas à imaginer où les trouver, ces 20 langues. Le finnois ? Le croate ? Le rajahstani ? Non, le rajahstani, ça ne marche pas, c'est une langue qui, je crois, n'est que parlée. J'avais un ami indien polyglotte que j'avais aidé à préparer sa candidature à des masters français. Dans son dossier, il avait eu besoin de scotcher un rabat pour préciser toutes ses langues, avec son niveau pour chacune. En tête figurait le rajahstani (ou le penjabi ? je ne sais plus), en indiquant : Langue maternelle, parlée, non écrite. Ce qui ne faisait pas sérieux. Tout cela pour dire que je n'avais jamais lu Claire Castillon, pas même en penjabi.


Le sujet de ce recueil, c'est une galerie de personnages vivant dans leurs bulles. Des personnages odieux ou victimes, chaque fois en 4 à 10 pages. C'est bien imaginé, bien écrit. Mais vite lassant, peut-être à cause du propos même. Tous ces odieux qui viennent en jubilant "Tu l'as vue, ma sale gueule ?" ou ces victimes qui chuchotent "Excusez-moi, c'est moi, pauvre de moi ". On finit par se lasser de sa propre indignation ou de sa compassion, ce sont des sentiments vite épuisables, tant ils sortent sous pression.


La lassitude est peut-être accélérée par un petit défaut : une trop grande uniformité de ton. Quand on fait parler des gens, il me semble important que chacun ait sa voix différente (détail souvent oublié par les auteurs débutants dans les dialogues). Claire Castillon n'est pas une débutante, et il n'y a pas de dialogues dans son livre. N'empêche que tous les odieux, quand ils viennent se raconter, semblent avoir la même voix. Leur prénom est différent, son odiosité aussi, mais on a quand même l'impression de déjà le connaître chaque fois qu'il arrive.


Dans ce recueil, une perle : Elisabeth. Une perle de quatre pages, commencez par la lire debout à la Fnac : vous êtes prévenu, vous risquerez de l'acheter, ce recueil.


Il va falloir que je lise un autre recueil de Claire Castillon, j'ai dû mal tomber. Et vous ?



Partager cet article

Repost 0

commentaires

LVE 23/08/2012 09:01

J'avais été très impressionné par son recueil "Insecte" où elle règlait ses comptes filiaux au gré des histoires... (disponible en Poche)...

Georges F. 24/08/2012 10:33



Ils ont de la chance, tous ces auteurs ayant vécu des rapports pénibles avec leurs parents : ça leur donne plein de sujets pour la suite.