Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

(Excellente) Présentation

  • : Blog de Georges Flipo, auteur
  • Blog de Georges Flipo, auteur
  • : Dans ce blog : chroniques sur l'actualité littéraire (la mienne et celle des autres), sur l'écriture, sur l'édition, sur les auteurs, et tout ce qui se réclame de lalittérature.
  • Contact

Actualité brûlante

Blog au repos

Mais rien ne vous empêche d'aller faire un tour sur le site www.georges-flipo-auteur.com  

Recherche

Avant d'entrer ou de sortir

Pour une lecture plus structurée, cliquez juste en dessous : pavé "pages" ou pavé "catégories".

Pour des informations pérennes, impitoyablement classées, allez faire un saut sur mon site d'auteur

Il vient d'être entièrement remanié. Tout y est très beau, très chic. Même le chien.

Archives

Des attaches et des liens

Des blogs que je fréquente souvent ou parfois, mais avec plaisir, sans forcément y laisser de commentaires, des blogs dont le tenancier vient parfois faire un coucou en dessous de mes billets, des blogs qui aiguillent vers le mien, des blogs qui ont donné un coup de pouce à un ou plusieurs de mes livres, tout cela crée des liens.

Si vous pensez que votre absence dans cette liste est un scandale, faites un scandale. Ou, plus simple, faites-moi signe.

-------
 
813
Actu du noir (Jean-Marc Laherrère)
Actualitte.com, Nicolas
Alex (Mot à mots)
Amanda Meyre
Annick Dor
Antigone (Les écrits d’Antigone)
Armande 22,  Les livres-bonheur
Aude (Mots dits)
Balmeyer
Biblioblog (Laurence)
BibliObs
Bibliophagie (Sybilline)
Bibliosurf
Biffures chroniques
Blog de Thomas Clément
Bloghotel
Blog-o-book
Boojum
Bookingdom
Bric à book, Leiloona
Brigit Hache
BSC News
C’était demain, Dominique Boudou
Cabinet de curiosités d’Eric Poindron
Cafebook (Emma)
Calipso,
Calibre 47 (Claude Mesplède)
Calou, L’Ivre de lectures
Carnet de lectures
Carnets de Pierre
Carnets de sel (Essel)
Caro[line] 5ème de couverture, 
Catherine (La culture se partage)
Cathulu
Chaperlipopette
Chez Lo
Chiffonnette
Chimère (A livre ouvert)
Choupynette (Y'a d'la joie)
Chroniques littéraires
Clair et net
Clarinesse (L'œil du vent)
Claude Le Nocher
Clopin-clopant (Clopine)  
Comme dans un livre
Cozop
Critico-blog
CulturesFrance
Cunéipage (Cuné)
Daniel Fattore
Danielle, Maux d’auteurs
Dasola
De livres en livres
Digressions (Joseph Vebret)
Ecrivains-voyageurs
Eireann (Yvon)
Eloah (À lire, à croquer)
Emmanuelle Urien
En lisant, en voyageant, (Keisha)
Encres vagabondes, Patricia Châtel
Enna lit, Enna vit
Eric Fouassier
Espaces, CNES
Eulalie
Evene
Extra-ball, (Dorham)
Fabelire
Fabula Bovarya,
Flof 13 (Lire et délires)
Florinette, Les lectures de Florinette,
Fluctuat.net
Forum A vos plumes
Forum Tir Na N’Og et Cie
Frédérique Martin
Gaëlle Pingault
Géothèque
Géraldine (Les coups de cœur)
Gwenaelle (Skriban)
Happy Few, Fashion Victim
Hautefort, club Littérature
Hebdo des notes,
Indications
Initiales
Interlignage
Jean Calbrix
Journal  d’une lectrice (Papillon)
Kalistina
Kathel, Lettres exprès
Kheops
La bibliothèque du dolmen
La caverne d'Ankya
La cuisine des mots (Ciorane)
La Factory
La liseuse (au fil de mes lectures)
La Mère Castor
La Péniche.net ( Bureau des Arts de Sc. Po )
La pile à lire d'Hécléa
La plume et le citoyen
La Revue Littéraire (Blog Leo Scheer)
La scribouillarde
La tête dans les pages
Labyrinthes avec vue
Le bibliomane
Le blog d’Ameleia,
Le goût des livres (Aifelle)
Le retour de l'être aimé
Le Scribe
Lechoixdesbibliothécaires
Lecture & Ecriture
Lectures et autres (Sylvie)
Leo Scheer (La revue littéraire)
Les chroniques de Mandor
Les jardins d’Hélène
Les lectures de Martine,
Les livres de l'Arrajou
Les penchants du roseau
Levraoueg (La tourneuse de pages)
Librairie des voyageurs, Les 5 continents.
Lignes de fuite
L'île, la petite île
Lili (Des livres et moi)
Liliba
Lily et ses livres
Lire et délires (Flof13)
Litote en tête
Livres pour vous
Livres et Cinéma (Yohann)
Lou, My Loubook 
LVE, Lire Voir Entendre
Lyvres (Yv)
Magali Duru
Maïté Bernard (sur Bibliosurf)
Malice
Manu Causse
Marc Sefaris
Mary's colors
Maud et les mots
Mercedes G.F.
Mes lectures (Phil)
Mille et une pages (Stephie)
Miss Orchidée 
Monde du livre.com,
Mot Compte Double (Françoise Guérin)
Mots en bouche
N.U.L.L.E., Erzebeth
Nicolas Ancion
Nuit blanche
Obiwi
Oceanicus in folio
One big day
Pages à pages
Parfum de livres
Pascal, Le disque 
Pickendorf (Qui hodie agisti)
Pimprenelle
Posuto
Pralineries (Pralines)
Pr'Ose (Emma Bovary)
Prudence
Quichottine,
Quoi de 9 Cécile ?
Roseau
Rue des Livres
Salondulivre.net
Saxaoul
Scriptural (Schlabaya)
Serial lecteur
Site de Brigitte Niquet
 
Sylire
Tamara (Tamacultire)
Thaïs, Arc-en-ciel, 
Turquoise (Un moment Turquoise)
Valérie (Un fil à la page)
Vers Minuit, Franck Garot
Voyage au bout de la lettre (Pitou)

Yspaddaden

Yves Mabon, Prix Orange du Livre
Zoé Lucider
Zoridae

Copinage éhonté.

Voici une rubrique dans laquelle je présente des livres écrits par des auteurs avec lesquels j'entretiens d'amicales relations. Bien entendu, il ne s'agit pas ici d'emplacement publicitaire. C'est beaucoup plus honorable, c'est du copinage. Les livres présentés dans cette rubrique ne seront pas toujours les mêmes : à défaut de renouveler mes copains, mes amis, mes relations, je vais renouveler leurs parutions.

 

Cherche-jeunes-filles-200-x315.jpg

  Le tout dernier de Françoise Guérin

virages-dangereux-copie-1.jpg

La-vieille-dame-du-riad.jpg


Frederique-Martin-Belfond-Le-Vase-ou-meurt-cette-verveine-3.jpg
Tu-ne-mourras-plus-demain.jpg

 

Les pays

Moulins A paroles


L-eau-des-reves.jpg

Lotus Seven

Un homme perdu-copie-1


Langue-de-pub-copie-1.jpg

Livre-Magali-Duru.jpgLe tout dernier de Magali Duru

tous-nos-petits-morceaux.jpg

      Le tout dernier d'Emmanuelle Urien

Fouad.jpg

Dominique-Guerin.jpg

 

Quatre carnages..

 

 

 

  Teignes

 

 

 

 

Un escarpin de soie bleue

 

 

Est-ce ainsi

7 décembre 2009 1 07 /12 /décembre /2009 18:05

Je suis très ennuyé. Très ennuyé parce que j’ai lu L’Élégance du hérisson.  Et encore plus ennuyé parce que je vais donner mon avis alors que personne ne me le demande. Mais un blog, c’est fait pour ça : hululer dans le désert et recevoir quand même des seaux d’eau jetés par les fenêtres


Et je pressens les réactions que va provoquer ma réaction. Je vais peiner certaines blogueuses que j’aime bien et dont je rejoins souvent les élans de lecture. Je vais éveiller chez d’autres les commentaires inévitables dès qu’un auteur se permet de ne pas applaudir un collègue « Qu’il fasse le centième de ses ventes, et ensuite
il aura le droit de parler », « C’est de la jalousie, c’est le pipi du petit chien au pied de la statue », « C’est pour faire l’intéressant : puisque tout le monde aime, il ne pouvait pas aimer ».


Oui, tout bien réfléchi, le plus sage serait de baver d’admiration avec tout le monde, après tout le monde.


Mais quand on tient un blog, on réfléchit plus tard.


Préalable : je sais que Muriel Barbery est une femme charmante. Je reconnais qu’elle ne m’a jamais causé de tort. J'ai donc attendu que tout le monde ait dit du bien de son livre avant d'oser dire que je n'ai pas aimé ce roman. 
 
Pour commencer, je repose la question qui m’était venue en lisant «Les Onze » de Pierre Michon. Est-ce bien un roman ?

C’est un peu plus un roman que Les Onze : il y a des héros, un début, une fin. Tout ce qu’il y a entre les deux est un peu plus ennuyeux que Les Onze.

 

Le pitch de ce roman est simple : il y a trois héros. Ils sont tous les trois surdoués.

La première, c’est Paloma, une adolescente surdouée. Surdouée de l’intelligence. Et déjà un peu de la culture, de façon plus disséminée. Elle envisage de se suicider, mais c’est juste pour donner un peu de tension au roman, pour éviter que le lecteur ne baille. Elle est sympa de penser au lecteur, Paloma.

La deuxième, c'est Renée, une concierge surdouée de la culture. Elle disserte d’Husserl à vous en rendre très humble (hi, hi, une concierge qui cause d’Husserl, quel pied de nez aux conventions, hein !)

Le troisième arrive plus tard, c’est un Japonais surdoué de la gentillesse. Et de la japonaiserie, et de la délicatesse, et de la richesse. Si, si, on peut être surdoué de la richesse : il suffit de tourner une page et l’argent arrive.


Au début, on met en scène la surdouée de la culture et la surdouée de l’intelligence. Et comme on ne sait quoi leur faire faire, on les fait causer. De philosophie, de trucs profonds et graves qui donnent un sens à la vie. Les fiches se succèdent, c’est le monde de Sophie, en moins allègre. De temps en temps, pour donner du rythme, on fait entrer la copine portugaise de la concierge, une femme bonne comme le pain. Voilà, vous avez là tous les gentils. Les autres sont méchants. Ils sont sots. Et ils sont riches, parce que c’est plus pratique, quand on veut créer des contrastes : la concierge surdouée est obligée de cacher son savoir aux sots qui se croient supérieurs à cause de leur richesse (leçon de philosophie au passage ).


Même comme ça, on finit par tourner en rond entre surdoués gentils. Alors on fait entrer Monsieur Ozu, vaguement parent à un autre Monsieur Ozu, un réalisateur que tout le monde connaît et que la concierge admire. Quoi, comment ? Vous ne connaissez pas l'autre Monsieur Ozu ? Roooh, vous devriez avoir honte de votre ignorance : désormais vous parlerez plus poliment à toutes les concierges, elles sont probablement plus cultivées que vous.

Et on repart pour un tour : Monsieur Ozu est gentil avec les surdouées, ils ont tous trois de brillants échanges, de petits rires coquins entre deux portes (hi, hi, comme ils sont sots, les autres, les méchants et riches).

Et quand on ne sait plus quoi faire, on boucle avec la plus vieille ficelle des romans (comme quoi, c’est quand même un roman) : le coup de la mort. On tue un héros, un gentil, au hasard. Je suis un peu déçu, j’aurais préféré qu’on tue les trois. Cela m’aurait consolé, moi qui, depuis longtemps étais mort d’ennui.

En résumé, ça manque de piquant.

C’est bien écrit, un peu comme du Gavalda : on glisse aisément d’une phrase à l’autre. Si aisément qu’en bas de chaque page on a l’impression de n’avoir rien lu.


C’est le roman le plus snob et le mieux pensant (on ne dit pas « le plus bien pensant ») que j’aie jamais lu depuis la série des Bécassine.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

gwenaelle 13/02/2010 22:30


Ouh, un blog où l'on fait du mauvais esprit... J'adore!
Indigeste, la soupe au hérisson, je suis d'accord. Et difficile d'aller contre le courant dominant qui trouve ce livre "géniâââl". La langue française réduite à des tests de niveau et le génie de
la littérature à des considérations animalières : au moins, l'époque est cohérente avec elle-même! Cher Georges, je ne sais pas ce qui se passe sur votre blog, mais il me fait écrire n'importe
quoi! ;-)
Puis-je vous inviter à aller faire un tour sur un blog ami qui a traité des "culturistes de la littérature"?
http://www.latribunedefoncee.fr


Georges F. 14/02/2010 15:33


Merci pour votre invitation, Gwenaelle, j'irai certainement faire un tour chez vos cuilturistes


Slwcat 18/12/2009 15:17


Aujourd'hui, je lis le rapport d'un grand historien disparu sur le dimanche de Bouvines. C'est moins risqué.


Georges F. 19/12/2009 08:07


Moi, je lis ce que je suis en train d'écrire (mon roman), et c'est bien plus risqué. Le premier risque, c'est la tentation de tout effacer. Le second risque, c'est
la tentation de tout garder.


Slwcat 18/12/2009 15:14


superficiel et prétentieux ? Sans doute.
J'ai pourtant pris un grand plaisir à sa lecture. ça me gênait un peu quand il était encensé et que, suivant le troupeau, j'ai acquis le dernier DVD disponible d'Ozu. ça me dérange beaucoup plus
ici.


Georges F. 19/12/2009 08:05


Je suis enchanté qu'il n'y ait pas d'unanimité. Ni sur ce blog ni sur la blogochose.


Schlabaya 17/12/2009 20:54


Dites aussi du mal de Christine Angot, de Beigbeder et de BHL, ça me fera bien plaisir (sauf si vous les aimez, s'entend). Bien sûr, je pourrais m'en charger moi-même, mais je n'ai pas la plume
aussi acérée...
Merci de m'avoir appris un nouveau mot, peut-être que grâce à vous, je ferai une faute en moins lors d'une prochaine dictée.


Georges F. 19/12/2009 07:59


Je veux bien, mais ne se font-ils pas suffisamment de mal dans leurs livres ?


Bérangère 17/12/2009 14:59


Je n'ai pas dépassé les 40 premières pages de ce roman que la plupart des gens de mon entourage portait aux nues. .
Snob, c'est le mot...
Je ne n'appesantirai pas davantage sur ce roman, on ne peut pas plaire à tout le monde...

Mais voilà que l'envie de découvrir Georges Flipo me prend !


Georges F. 17/12/2009 20:42


Bérangère, pour votre première apparition sur ce blog, vous faites un heureux : le tenancier.
Grâce à vous, j'ai découvert la façon de conquérir le monde - celui des lectrices en tout cas. Je vais écrire des billets vilipendant les auteurs à plus d'un milliond'exemplaires vendus. Si cela
suffit à donner envie de me découvrir, mon avenir est assuré. Une lectrice sur cent, cela me convient. Vous en tout cas. Prochains billets : Marc Lévy, Amélie Nothomb, Dan Brown, Guillaume
Musso.
Quoi ? Comment ? Pour en dire du mal, il faudra que je les lise ? Aïe, je n'y avais pas pensé. Je vais réfléchir...