Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

(Excellente) Présentation

  • : Blog de Georges Flipo, auteur
  • Blog de Georges Flipo, auteur
  • : Dans ce blog : chroniques sur l'actualité littéraire (la mienne et celle des autres), sur l'écriture, sur l'édition, sur les auteurs, et tout ce qui se réclame de lalittérature.
  • Contact

Actualité brûlante

Blog au repos

Mais rien ne vous empêche d'aller faire un tour sur le site www.georges-flipo-auteur.com  

Recherche

Avant d'entrer ou de sortir

Pour une lecture plus structurée, cliquez juste en dessous : pavé "pages" ou pavé "catégories".

Pour des informations pérennes, impitoyablement classées, allez faire un saut sur mon site d'auteur

Il vient d'être entièrement remanié. Tout y est très beau, très chic. Même le chien.

Archives

Des attaches et des liens

Des blogs que je fréquente souvent ou parfois, mais avec plaisir, sans forcément y laisser de commentaires, des blogs dont le tenancier vient parfois faire un coucou en dessous de mes billets, des blogs qui aiguillent vers le mien, des blogs qui ont donné un coup de pouce à un ou plusieurs de mes livres, tout cela crée des liens.

Si vous pensez que votre absence dans cette liste est un scandale, faites un scandale. Ou, plus simple, faites-moi signe.

-------
 
813
Actu du noir (Jean-Marc Laherrère)
Actualitte.com, Nicolas
Alex (Mot à mots)
Amanda Meyre
Annick Dor
Antigone (Les écrits d’Antigone)
Armande 22,  Les livres-bonheur
Aude (Mots dits)
Balmeyer
Biblioblog (Laurence)
BibliObs
Bibliophagie (Sybilline)
Bibliosurf
Biffures chroniques
Blog de Thomas Clément
Bloghotel
Blog-o-book
Boojum
Bookingdom
Bric à book, Leiloona
Brigit Hache
BSC News
C’était demain, Dominique Boudou
Cabinet de curiosités d’Eric Poindron
Cafebook (Emma)
Calipso,
Calibre 47 (Claude Mesplède)
Calou, L’Ivre de lectures
Carnet de lectures
Carnets de Pierre
Carnets de sel (Essel)
Caro[line] 5ème de couverture, 
Catherine (La culture se partage)
Cathulu
Chaperlipopette
Chez Lo
Chiffonnette
Chimère (A livre ouvert)
Choupynette (Y'a d'la joie)
Chroniques littéraires
Clair et net
Clarinesse (L'œil du vent)
Claude Le Nocher
Clopin-clopant (Clopine)  
Comme dans un livre
Cozop
Critico-blog
CulturesFrance
Cunéipage (Cuné)
Daniel Fattore
Danielle, Maux d’auteurs
Dasola
De livres en livres
Digressions (Joseph Vebret)
Ecrivains-voyageurs
Eireann (Yvon)
Eloah (À lire, à croquer)
Emmanuelle Urien
En lisant, en voyageant, (Keisha)
Encres vagabondes, Patricia Châtel
Enna lit, Enna vit
Eric Fouassier
Espaces, CNES
Eulalie
Evene
Extra-ball, (Dorham)
Fabelire
Fabula Bovarya,
Flof 13 (Lire et délires)
Florinette, Les lectures de Florinette,
Fluctuat.net
Forum A vos plumes
Forum Tir Na N’Og et Cie
Frédérique Martin
Gaëlle Pingault
Géothèque
Géraldine (Les coups de cœur)
Gwenaelle (Skriban)
Happy Few, Fashion Victim
Hautefort, club Littérature
Hebdo des notes,
Indications
Initiales
Interlignage
Jean Calbrix
Journal  d’une lectrice (Papillon)
Kalistina
Kathel, Lettres exprès
Kheops
La bibliothèque du dolmen
La caverne d'Ankya
La cuisine des mots (Ciorane)
La Factory
La liseuse (au fil de mes lectures)
La Mère Castor
La Péniche.net ( Bureau des Arts de Sc. Po )
La pile à lire d'Hécléa
La plume et le citoyen
La Revue Littéraire (Blog Leo Scheer)
La scribouillarde
La tête dans les pages
Labyrinthes avec vue
Le bibliomane
Le blog d’Ameleia,
Le goût des livres (Aifelle)
Le retour de l'être aimé
Le Scribe
Lechoixdesbibliothécaires
Lecture & Ecriture
Lectures et autres (Sylvie)
Leo Scheer (La revue littéraire)
Les chroniques de Mandor
Les jardins d’Hélène
Les lectures de Martine,
Les livres de l'Arrajou
Les penchants du roseau
Levraoueg (La tourneuse de pages)
Librairie des voyageurs, Les 5 continents.
Lignes de fuite
L'île, la petite île
Lili (Des livres et moi)
Liliba
Lily et ses livres
Lire et délires (Flof13)
Litote en tête
Livres pour vous
Livres et Cinéma (Yohann)
Lou, My Loubook 
LVE, Lire Voir Entendre
Lyvres (Yv)
Magali Duru
Maïté Bernard (sur Bibliosurf)
Malice
Manu Causse
Marc Sefaris
Mary's colors
Maud et les mots
Mercedes G.F.
Mes lectures (Phil)
Mille et une pages (Stephie)
Miss Orchidée 
Monde du livre.com,
Mot Compte Double (Françoise Guérin)
Mots en bouche
N.U.L.L.E., Erzebeth
Nicolas Ancion
Nuit blanche
Obiwi
Oceanicus in folio
One big day
Pages à pages
Parfum de livres
Pascal, Le disque 
Pickendorf (Qui hodie agisti)
Pimprenelle
Posuto
Pralineries (Pralines)
Pr'Ose (Emma Bovary)
Prudence
Quichottine,
Quoi de 9 Cécile ?
Roseau
Rue des Livres
Salondulivre.net
Saxaoul
Scriptural (Schlabaya)
Serial lecteur
Site de Brigitte Niquet
 
Sylire
Tamara (Tamacultire)
Thaïs, Arc-en-ciel, 
Turquoise (Un moment Turquoise)
Valérie (Un fil à la page)
Vers Minuit, Franck Garot
Voyage au bout de la lettre (Pitou)

Yspaddaden

Yves Mabon, Prix Orange du Livre
Zoé Lucider
Zoridae

Copinage éhonté.

Voici une rubrique dans laquelle je présente des livres écrits par des auteurs avec lesquels j'entretiens d'amicales relations. Bien entendu, il ne s'agit pas ici d'emplacement publicitaire. C'est beaucoup plus honorable, c'est du copinage. Les livres présentés dans cette rubrique ne seront pas toujours les mêmes : à défaut de renouveler mes copains, mes amis, mes relations, je vais renouveler leurs parutions.

 

Cherche-jeunes-filles-200-x315.jpg

  Le tout dernier de Françoise Guérin

virages-dangereux-copie-1.jpg

La-vieille-dame-du-riad.jpg


Frederique-Martin-Belfond-Le-Vase-ou-meurt-cette-verveine-3.jpg
Tu-ne-mourras-plus-demain.jpg

 

Les pays

Moulins A paroles


L-eau-des-reves.jpg

Lotus Seven

Un homme perdu-copie-1


Langue-de-pub-copie-1.jpg

Livre-Magali-Duru.jpgLe tout dernier de Magali Duru

tous-nos-petits-morceaux.jpg

      Le tout dernier d'Emmanuelle Urien

Fouad.jpg

Dominique-Guerin.jpg

 

Quatre carnages..

 

 

 

  Teignes

 

 

 

 

Un escarpin de soie bleue

 

 

Est-ce ainsi

12 novembre 2012 1 12 /11 /novembre /2012 17:24

 

Quelle réussite ! Moi qui, il n’y a pas si longtemps, ne me déplaçais qu’en métro et ne faisais ma toilette qu’avec du savon de Marseille, je suis désormais dans le même élément que la première Dame de France, ou dans celui de la First Lady (l’article joint hésite entre les deux appellations, l'important, c'est qu'il n'ait pas oublié les majuscules), en tout cas, donc, dans le même élément que Valérie Trierweiler.

 

Plus précisément, elle est dans le même élément que moi. Dans le même élément que celui des 400 écrivains invités à la Foire du Livre de Brive, d’où je reviens. C’est elle qui l’a dit, c’est même dans le titre du journal.

 

Brive--La-Montagne--avec-encadres.jpg

 

Avant d’avoir lu cette auto-intronisation, j’avais des doutes. Je la croyais très au-dessus de tout ça. Et nous, très en dessous.

 

Nous, les pauvres écrivains, nous nous contentons d’écrire de misérables livres : des trucs en noir et blanc, qui pèsent quelques centaines de milliers de signes, des histoires péniblement accouchées chaque nuit, chaque aurore, des oeuvres besogneuses qui puent la sueur.

 

Et quand, allant avec ma femme à la campagne, si je prends des photos d’elle, j’ai beau les légender sur mon album Picasa (« Lever de soleil, vu de notre chambre au gîte », « Devant Noiraude, la belle laitière de la fermière » ou « En buvant du petit lait, nous avons bu du petit lait, ha, ha ha ! »), elles n’intéressent personne. Aucun salon du livre ne m’a proposé de présenter ledit album. Aucun éditeur non plus.

 

Elle, elle n’est que grâce, elle a de belles émotions, de grands moments vécus à mettre en dessous de chacune des photos. C'est là son talent, c'est là toute son oeuvre.

 

Nous, les pauvres écrivains, quand nous sommes transportés à Brive en Trans Europe Express, nous sommes tout ébaubis. Nous prenons des photos comme un Bidochon prenant l’apéritif au salon du Grand Hôtel.  C’est notre jour de gloire. Nous nous faisons même apporter une deuxième bouteille de Graves, hi, hi,, c’est gratuit. Notre consœur est très au-dessus de tout ça. Elle est venue sans nous, discrète. Comment ? Par téléportage, je suppose.

Brive--TEE.jpg

 

Quand nous nous asseyons derrière notre stand, pas de rush de la télé, pas de foule de photographes (hé, il fallait qu’ils fassent vite, la personne n’allait pas y passer la journée, hein !). Pas de gardes du corps, nous n’avons que nos piles de livre derrière lesquels nous abriter. Et quand nous apprenons que nous aurons, qui un pavé dans La Montagne, qui une interview à Chérie F.M, nous rosissons bêtement de vanité.

 

Le soir, quand nous trouvons, dans notre chambre d’hôtel, un joli petit sac offert par Sothys (contenant un Elixir nourrissant pour le corps, et une crème de gommage ressourçante) nous sommes éperdus de gratitude et nous gardons précieusement les troublants onguents pour nos soins égoïstes (il  y a 50 ans que je rêve de me gommer le corps).

 

Brive--Sothys.jpg

 

Notre consœur est au-dessus de tout ça. Ou en dessous, ou à côté, je ne sais. En tout cas, elle n’a pas trouvé pas son petit sac en regagnant sa chambre d’hôtel, la nuit venue. Peut-être même qu’elle n’a pas trouvé d’hôtel (mais où a-t-elle dormi ? Qui, en Corrèze, la connaît suffisamment pour lui offrir l'hospitalité ?). Elle a donc dû affronter l’humiliation de réclamer chez Sothys son petit sac. Et même plusieurs, « des cosmétiques » paraît-il, elle ne pouvait pas deviner qu’on avait droit à juste un joli petit sac, la pauvre chère consoeur .

 

 Tout cela pour qui, pour quoi ? Pour offrir à son conjoint ? Non pas : pour offrir à des femmes et mères célibataires touchées par la précarité. Elle a raison, c’est important que ces personnes dans la misère puissent conserver l’estime de soi. Moi qui, avant d’aller au salon de Brive, n’avais jamais pu m’offrir un élixir nourrissant pour mon corps délaissé, je peux vous confirmer que mon estime de moi en a été toute regonflée.

 

Je suis rentré de Brive transfiguré. Certes, je ne suis toujours qu’un pauvre écrivain, me glorifiant de mes voyage en TEE et me réjouissant de me ressourcer après la douche, mais je sais que j’ai à mon côté, une consœur, presque une sœur, qui, s’abaissant avec simplicité à partager le même élément, m’a montré la voie vers des cimes plus nobles.  

 

Tiens, je vais commencer par faire don de mon élixir nourrissant. Ah caramba ! Voilà que ça commence mal, je ne sais où aller : cela se fera par des associations qu’elle n’a pas encore identifiées. Bon, pas grave, je vais faire porter ça à son attention, aux bons soins de l’Elysée.

 


Partager cet article

Repost 0

commentaires

plombier paris 7 26/01/2015 20:28

J'apprécie votre blog , je me permet donc de poser un lien vers le mien .. n'hésitez pas à le visiter.
Cordialement

Yvonne Oter 21/11/2012 22:50

Et bien, Georges, depuis que vous fréquentez le beau monde, vous nous négligez un peu me semble-t-il. A quand la prochaine Chambre des Requêtes ?
Il est vrai que s'il faut s'oindre le corps d'élixir nourrissant, se gommer en se ressourçant (ou se ressourcer en se gommant), et se tartiner d'onguents aphrodisiaques, ça ne laisse plus beaucoup
de temps pour s'abaisser jusqu'à la vile populace que nous sommes devenus à vos yeux.
C'est dommage pour Brive : ce n'est pas trop loin de chez moi et si j'avais su que vous y seriez, je serais allée vous faire un petit coucou. Bien fait pour moi, je n'ai qu'à me tenir au courant...

Georges F. 25/11/2012 15:20



Je me néglige, je vous néglige, mais je ne peux négliger mon prochain roman, en cours d'écriture. Il court, il galope, il tente de rattrapper le retard qui fuit
devant lui.



Turquoise 18/11/2012 18:25

Ttttt ttt tttt, ne riez pas, Georges. Un chômeur au teint frais et à la peau satinée a bien plus de chance d'être recruté qu'un chômeur tout fripé ! (Et je connais bien le sujet, croyez-moi !)

Georges F. 25/11/2012 15:19



Bonne remarque, chère Turquoise. Je vais ouvrir un atelier de dégommage à côté de Pôle Emploi.



maria 15/11/2012 15:58

Le maquillage...
Comme Baudelaire, si on en faisait"L'ELOGE"?
Une sorte d'entrée dans un "paradis artificiel", histoire d'échapper à la triste réalité?

Georges F. 16/11/2012 23:40



Oui, on peut le voir comme ça, mais c'est peut-être plus compliqué chez Baudelaire : ce n'est pas la réalité qui serait triste, c'est la nature qui serait laide. En tout cas dans sa prose.



la Mère Castor 15/11/2012 11:32

n'abusez pas de la gomme et du gommage, vous pourriez tout effacer de vos livres et ce serait dommage.

Georges F. 16/11/2012 23:41



Trop tard, Mère Castor : je suis devenu en une semaine accro du gommage. D'ailleurs j'y retourne.