Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

(Excellente) Présentation

  • : Blog de Georges Flipo, auteur
  • Blog de Georges Flipo, auteur
  • : Dans ce blog : chroniques sur l'actualité littéraire (la mienne et celle des autres), sur l'écriture, sur l'édition, sur les auteurs, et tout ce qui se réclame de lalittérature.
  • Contact

Actualité brûlante

Blog au repos

Mais rien ne vous empêche d'aller faire un tour sur le site www.georges-flipo-auteur.com  

Recherche

Avant d'entrer ou de sortir

Pour une lecture plus structurée, cliquez juste en dessous : pavé "pages" ou pavé "catégories".

Pour des informations pérennes, impitoyablement classées, allez faire un saut sur mon site d'auteur

Il vient d'être entièrement remanié. Tout y est très beau, très chic. Même le chien.

Archives

Des attaches et des liens

Des blogs que je fréquente souvent ou parfois, mais avec plaisir, sans forcément y laisser de commentaires, des blogs dont le tenancier vient parfois faire un coucou en dessous de mes billets, des blogs qui aiguillent vers le mien, des blogs qui ont donné un coup de pouce à un ou plusieurs de mes livres, tout cela crée des liens.

Si vous pensez que votre absence dans cette liste est un scandale, faites un scandale. Ou, plus simple, faites-moi signe.

-------
 
813
Actu du noir (Jean-Marc Laherrère)
Actualitte.com, Nicolas
Alex (Mot à mots)
Amanda Meyre
Annick Dor
Antigone (Les écrits d’Antigone)
Armande 22,  Les livres-bonheur
Aude (Mots dits)
Balmeyer
Biblioblog (Laurence)
BibliObs
Bibliophagie (Sybilline)
Bibliosurf
Biffures chroniques
Blog de Thomas Clément
Bloghotel
Blog-o-book
Boojum
Bookingdom
Bric à book, Leiloona
Brigit Hache
BSC News
C’était demain, Dominique Boudou
Cabinet de curiosités d’Eric Poindron
Cafebook (Emma)
Calipso,
Calibre 47 (Claude Mesplède)
Calou, L’Ivre de lectures
Carnet de lectures
Carnets de Pierre
Carnets de sel (Essel)
Caro[line] 5ème de couverture, 
Catherine (La culture se partage)
Cathulu
Chaperlipopette
Chez Lo
Chiffonnette
Chimère (A livre ouvert)
Choupynette (Y'a d'la joie)
Chroniques littéraires
Clair et net
Clarinesse (L'œil du vent)
Claude Le Nocher
Clopin-clopant (Clopine)  
Comme dans un livre
Cozop
Critico-blog
CulturesFrance
Cunéipage (Cuné)
Daniel Fattore
Danielle, Maux d’auteurs
Dasola
De livres en livres
Digressions (Joseph Vebret)
Ecrivains-voyageurs
Eireann (Yvon)
Eloah (À lire, à croquer)
Emmanuelle Urien
En lisant, en voyageant, (Keisha)
Encres vagabondes, Patricia Châtel
Enna lit, Enna vit
Eric Fouassier
Espaces, CNES
Eulalie
Evene
Extra-ball, (Dorham)
Fabelire
Fabula Bovarya,
Flof 13 (Lire et délires)
Florinette, Les lectures de Florinette,
Fluctuat.net
Forum A vos plumes
Forum Tir Na N’Og et Cie
Frédérique Martin
Gaëlle Pingault
Géothèque
Géraldine (Les coups de cœur)
Gwenaelle (Skriban)
Happy Few, Fashion Victim
Hautefort, club Littérature
Hebdo des notes,
Indications
Initiales
Interlignage
Jean Calbrix
Journal  d’une lectrice (Papillon)
Kalistina
Kathel, Lettres exprès
Kheops
La bibliothèque du dolmen
La caverne d'Ankya
La cuisine des mots (Ciorane)
La Factory
La liseuse (au fil de mes lectures)
La Mère Castor
La Péniche.net ( Bureau des Arts de Sc. Po )
La pile à lire d'Hécléa
La plume et le citoyen
La Revue Littéraire (Blog Leo Scheer)
La scribouillarde
La tête dans les pages
Labyrinthes avec vue
Le bibliomane
Le blog d’Ameleia,
Le goût des livres (Aifelle)
Le retour de l'être aimé
Le Scribe
Lechoixdesbibliothécaires
Lecture & Ecriture
Lectures et autres (Sylvie)
Leo Scheer (La revue littéraire)
Les chroniques de Mandor
Les jardins d’Hélène
Les lectures de Martine,
Les livres de l'Arrajou
Les penchants du roseau
Levraoueg (La tourneuse de pages)
Librairie des voyageurs, Les 5 continents.
Lignes de fuite
L'île, la petite île
Lili (Des livres et moi)
Liliba
Lily et ses livres
Lire et délires (Flof13)
Litote en tête
Livres pour vous
Livres et Cinéma (Yohann)
Lou, My Loubook 
LVE, Lire Voir Entendre
Lyvres (Yv)
Magali Duru
Maïté Bernard (sur Bibliosurf)
Malice
Manu Causse
Marc Sefaris
Mary's colors
Maud et les mots
Mercedes G.F.
Mes lectures (Phil)
Mille et une pages (Stephie)
Miss Orchidée 
Monde du livre.com,
Mot Compte Double (Françoise Guérin)
Mots en bouche
N.U.L.L.E., Erzebeth
Nicolas Ancion
Nuit blanche
Obiwi
Oceanicus in folio
One big day
Pages à pages
Parfum de livres
Pascal, Le disque 
Pickendorf (Qui hodie agisti)
Pimprenelle
Posuto
Pralineries (Pralines)
Pr'Ose (Emma Bovary)
Prudence
Quichottine,
Quoi de 9 Cécile ?
Roseau
Rue des Livres
Salondulivre.net
Saxaoul
Scriptural (Schlabaya)
Serial lecteur
Site de Brigitte Niquet
 
Sylire
Tamara (Tamacultire)
Thaïs, Arc-en-ciel, 
Turquoise (Un moment Turquoise)
Valérie (Un fil à la page)
Vers Minuit, Franck Garot
Voyage au bout de la lettre (Pitou)

Yspaddaden

Yves Mabon, Prix Orange du Livre
Zoé Lucider
Zoridae

Copinage éhonté.

Voici une rubrique dans laquelle je présente des livres écrits par des auteurs avec lesquels j'entretiens d'amicales relations. Bien entendu, il ne s'agit pas ici d'emplacement publicitaire. C'est beaucoup plus honorable, c'est du copinage. Les livres présentés dans cette rubrique ne seront pas toujours les mêmes : à défaut de renouveler mes copains, mes amis, mes relations, je vais renouveler leurs parutions.

 

Cherche-jeunes-filles-200-x315.jpg

  Le tout dernier de Françoise Guérin

virages-dangereux-copie-1.jpg

La-vieille-dame-du-riad.jpg


Frederique-Martin-Belfond-Le-Vase-ou-meurt-cette-verveine-3.jpg
Tu-ne-mourras-plus-demain.jpg

 

Les pays

Moulins A paroles


L-eau-des-reves.jpg

Lotus Seven

Un homme perdu-copie-1


Langue-de-pub-copie-1.jpg

Livre-Magali-Duru.jpgLe tout dernier de Magali Duru

tous-nos-petits-morceaux.jpg

      Le tout dernier d'Emmanuelle Urien

Fouad.jpg

Dominique-Guerin.jpg

 

Quatre carnages..

 

 

 

  Teignes

 

 

 

 

Un escarpin de soie bleue

 

 

Est-ce ainsi

6 juillet 2009 1 06 /07 /juillet /2009 18:35

En fait, il faudrait écrire "une éditrice", car il s'agit d'Anne Carrière. Mais le terme éditrice m' a toujours gêné. J"ai d'ailleurs du mal à mettre le plupart des métiers au féminin. Je le ferai le jour où l'on pourra dire "une sentinelle", "une vigie" ou "une recrue" au masculin".
Machisme, diront certains. Je ne sais que répondre, j'ai du mal à répondre aux sarcasmes.
En tout cas, Anne Carrière est une éditrice qui m'est chère (ah, vous voyez, je fais des efforts). Même si ce n'est pas la seule.
Certains me demandent si les difficultés que connaît actuellement cette maison me posent des problèmes. Non, mais elles me créent des inquiétudes. Car il est vital qu'une maison comme celle d'Anne puisse survivre dans le paysage de l'édition.
C'est d'abord une question de sentiments : la maison Anne Carrière est ma maison natale, c'est là que je suis né comme auteur. Elle a été la première à me sortir du sac postal ; et elle avait bien du mérite, car le manuscrit que je lui avais envoyé (Le recueil "La Diablada") était encore très perfectible, pour dire les choses gentiment. Chez Anne, j'ai aussi appris à améliorer un manuscrit. Apprentissage parfois mortifiant quand on sort du monde des concours de nouvelles avec un début de grosse tête. Mais apprentissage utile.
Ce rôle qu'Anne a joué pour moi, je ne suis pas le seul à en avoir bénéficié : chaque année, elle publie quelques nouveaux auteurs dont le manuscrit est arrivé, sans appui, par la poste. Je le dis en insistant car sur quelques blogs d'auteurs mal-aimés (là, il faudrait vraiment un féminin), on répète à longueur de chroniques, comme une sorte d'antienne consolatrice, qu'il est impossible ou rarissime de se faire publier en arrivant dans une enveloppe kraft timbrée. C'est faux, et nous sommes de nombreux auteurs, notamment chez Anne, à pouvoir en témoigner.
Ce n'est pas vrai dans toutes les maisons, j'en conviens. Mais Anne Carrière a toujours joué ce rôle de découvreuse (tiens, encore un féminin qui se glisse à mon insu), de pédagogue de l'écriture. C'est pour ça qu'il est important qu'elle demeure.
Certains auteurs lui reprochent de ne pas publier assez de "littérature". Il est vrai que la maison publie aussi des thrillers (et des bons), des romans "de société" (exemple : Fatou Diomé, qu'Anne a lancée), des témoignages, des essais. Elle publie aussi, fréquemment, de la bonne littérature, française et étrangère. Et parfois des romans plus "très grand public  (mais les lecteurs de romans grand public sont parfois, simplement, des lecteurs en apprentissage de lecture. J'aimais bien San Antonio à 20 ans ; ensuite, j'ai préféré Borges ou Kipling).
Quand on s'offre une vue d'ensemble sur le catalogue Anne Carrière, on ne peut qu'admirer cette diversité : elle ne cède jamais à la facilité, encore moins à la vulgarité.

Cette maison m'est chère, car elle est vraiment indépendante : on peut être fille de Robert Laffont sans trouver dans son sabot de Noël une petite maison d'édition à lancer. Anne et Alain son mari ont créé la leur à point zéro, avec leur audace et leurs coups de coeur.
C'est pour ça qu'il est important que cette maison survive, sans pour autant perdre son âme. Je suis certain que la réputation d'Anne et Alain, sans parler de l'affection qu'on leur porte sur la place, permettront de trouver une solution durable. Je le souhaite pour eux deux*, je le souhaite pour les auteurs candidats à l'édition, je le souhaite pour le paysage littéraire en France.

* Et, ne l'oublions pas, je le souhaite pour toute l'équipe qui les entoure : pas seulement des très bons pros (aïe, là il faudrait vraiment ajouter un féminin, vous me comprenez, Sophie, Anne-Sophie, Julia, Yasmina), mais de belles personnes qui ont un sens de l'amitié qui donne envie d'écrire.
Car, vous l'aurez compris, si j'écris, c'est surtout pour me faire des amis.

** Et pour couper court aux fielleux de service : non, il n'y a aucune servilité, aucun bas calcul,  dans ce message : mon prochain roman, ce n'est pas chez Anne que je le publie. J'écris ce long billet par simple amitié. Bon, disons qu'on m'offrira peut-être un café la prochaine fois que je passerai boulevard Saint-Germain.

Ne sachant que mettre comme visuel, j'ai mis un ornithorynque. Ca vous va ?

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Thierry Benquey 18/07/2009 08:49

Cher Georges, cela faisait longtemps que je n'avais pas mis les pieds chez vous. J'aime bien ce nouveau design, il a le mérite de la clarté. J'aime beaucoup cet article, honorable hommage à votre éditrice. Si j'en crois ce que je peux lire sur la crise de l'édition, j'ai bien peur que cette maison ait du mal à s'en sortir, la culture n'échappant pas à la logique capitaliste du "les meilleurs survivront" et il est bien entendu qu'il n'est pas fait mention de qualité mais de ressources financières. J'ai encore assez de fierté nationale, pourtant mise à mal, pour penser que le monde du livre francais survivra au tsunami anglo-saxon.
Passez de bonne vacances si celles-ci sont au programme et prenez soin de vous.
Amitié.
Thierry

Georges F. 19/07/2009 18:19


>> Je suis plus optimiste que vous, Thierry. On verra dans peu de temps.


Marco 10/07/2009 13:18

Je m'y remets, je m'y remets... Mais j'écris lentement et je suis un garçon qui, c'est vrai, se disperse trop facilement. Bref, avant d'avoir le bonheur de récrire (hop! synthèse avec votre dernier billet), il va déjà falloir que j'écrive avec plus d'assiduité. C'est parti. Scripturus te salutat, comme disait sûrement quelqu'un de très bien.

Georges F. 19/07/2009 18:10



>> Vous avez raison, il est plus facile de récrire quand on a déjà écrit. On vous y attend, Marco.



Marco 08/07/2009 16:58

Beau billet, Georges, et magnifique ornuthyr onorthin othoringi bref, un bien splendide animal.
Plus sérieusement, ce que vous dites pourrait être seulement mélancolo, triste à mourir, carrément déprimant _ et vous arrivez au contraire à donner furieusement envie de se mettre au travail.
(et j'aime voir comme vous annihilez par anticipation les fielleux commentaires et autres mauvaises pensées qui toujours rôdent dans la gluante blogosplatch)

Georges F. 10/07/2009 09:55


Oh, Marco, quel plaisir de vous croiser ici (il m'arrive de vous croiser chez la pathétique et burlesque Wrath : vous êtes le seul commentateur qu'on puisse y lire
sérieusement.
Quand allez-vous "vous remettre au travail", comme vous dites ? Ne réprimez pas vos furieuses envies, elles pourraient se mettre en colère.


arpenteur 08/07/2009 08:49

Moi j'aime bien l'ornithorynque, car c'est le seul animal qui est aussi difficile à écrire qu'à dessiner...
Et sinon, comme j'ai adoré "Qui comme Ulysse", je devais vous laisser un mot de remerciement, à vous, et à Anne Carrière, bien évidemment

Georges F. 08/07/2009 09:18


>> Merci, cher arpenteur. Autant l'avouer, j'ai vérifié l'orthographe d'ornitorynque avant de mettre en ligne le billet. Même quand je suis sûr, je ne suis
pas sûr.
Votre retour de lecture sur "Qui comme Ulysse" me met de bonne humeur pour toute la journée. Puisque c'est comme ça, je vais aller faire les soldes.


Don Lo 08/07/2009 08:32

Non, Georges, non : un ornithorynque, ça ne nous va pas ! Surtout pour parler d'Anne Carrière. Eussiez-vous montré un phénix, ou un albatros, à la rigueur, mais ce machin hybride, non !
Bon, ne vous offusquez pas, je ne passe que pour faire la promotion de mon nouveau roman qui sort ce jeudi : "Djeeb le Chanceur", dans toutes les bonnes librairies.
Faites-en le roman de l'été, cela fera toujours plaisir à mon éditeur à moi que j'ai.

Georges F. 08/07/2009 09:22



>> Bon, Don Lo, si vous voulez que les passants se ruent sur votre nouveau roman, il faut un peu les aider, il faut leur donner le lien vers votre site
: http://lorenjy.wordpress.com/djeeb-le-chanceur/

Je ne l'ai pas lu : c'est dire si je vous fais confiance.