Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

(Excellente) Présentation

  • : Blog de Georges Flipo, auteur
  • Blog de Georges Flipo, auteur
  • : Dans ce blog : chroniques sur l'actualité littéraire (la mienne et celle des autres), sur l'écriture, sur l'édition, sur les auteurs, et tout ce qui se réclame de lalittérature.
  • Contact

Actualité brûlante

Blog au repos

Mais rien ne vous empêche d'aller faire un tour sur le site www.georges-flipo-auteur.com  

Recherche

Avant d'entrer ou de sortir

Pour une lecture plus structurée, cliquez juste en dessous : pavé "pages" ou pavé "catégories".

Pour des informations pérennes, impitoyablement classées, allez faire un saut sur mon site d'auteur

Il vient d'être entièrement remanié. Tout y est très beau, très chic. Même le chien.

Archives

Des attaches et des liens

Des blogs que je fréquente souvent ou parfois, mais avec plaisir, sans forcément y laisser de commentaires, des blogs dont le tenancier vient parfois faire un coucou en dessous de mes billets, des blogs qui aiguillent vers le mien, des blogs qui ont donné un coup de pouce à un ou plusieurs de mes livres, tout cela crée des liens.

Si vous pensez que votre absence dans cette liste est un scandale, faites un scandale. Ou, plus simple, faites-moi signe.

-------
 
813
Actu du noir (Jean-Marc Laherrère)
Actualitte.com, Nicolas
Alex (Mot à mots)
Amanda Meyre
Annick Dor
Antigone (Les écrits d’Antigone)
Armande 22,  Les livres-bonheur
Aude (Mots dits)
Balmeyer
Biblioblog (Laurence)
BibliObs
Bibliophagie (Sybilline)
Bibliosurf
Biffures chroniques
Blog de Thomas Clément
Bloghotel
Blog-o-book
Boojum
Bookingdom
Bric à book, Leiloona
Brigit Hache
BSC News
C’était demain, Dominique Boudou
Cabinet de curiosités d’Eric Poindron
Cafebook (Emma)
Calipso,
Calibre 47 (Claude Mesplède)
Calou, L’Ivre de lectures
Carnet de lectures
Carnets de Pierre
Carnets de sel (Essel)
Caro[line] 5ème de couverture, 
Catherine (La culture se partage)
Cathulu
Chaperlipopette
Chez Lo
Chiffonnette
Chimère (A livre ouvert)
Choupynette (Y'a d'la joie)
Chroniques littéraires
Clair et net
Clarinesse (L'œil du vent)
Claude Le Nocher
Clopin-clopant (Clopine)  
Comme dans un livre
Cozop
Critico-blog
CulturesFrance
Cunéipage (Cuné)
Daniel Fattore
Danielle, Maux d’auteurs
Dasola
De livres en livres
Digressions (Joseph Vebret)
Ecrivains-voyageurs
Eireann (Yvon)
Eloah (À lire, à croquer)
Emmanuelle Urien
En lisant, en voyageant, (Keisha)
Encres vagabondes, Patricia Châtel
Enna lit, Enna vit
Eric Fouassier
Espaces, CNES
Eulalie
Evene
Extra-ball, (Dorham)
Fabelire
Fabula Bovarya,
Flof 13 (Lire et délires)
Florinette, Les lectures de Florinette,
Fluctuat.net
Forum A vos plumes
Forum Tir Na N’Og et Cie
Frédérique Martin
Gaëlle Pingault
Géothèque
Géraldine (Les coups de cœur)
Gwenaelle (Skriban)
Happy Few, Fashion Victim
Hautefort, club Littérature
Hebdo des notes,
Indications
Initiales
Interlignage
Jean Calbrix
Journal  d’une lectrice (Papillon)
Kalistina
Kathel, Lettres exprès
Kheops
La bibliothèque du dolmen
La caverne d'Ankya
La cuisine des mots (Ciorane)
La Factory
La liseuse (au fil de mes lectures)
La Mère Castor
La Péniche.net ( Bureau des Arts de Sc. Po )
La pile à lire d'Hécléa
La plume et le citoyen
La Revue Littéraire (Blog Leo Scheer)
La scribouillarde
La tête dans les pages
Labyrinthes avec vue
Le bibliomane
Le blog d’Ameleia,
Le goût des livres (Aifelle)
Le retour de l'être aimé
Le Scribe
Lechoixdesbibliothécaires
Lecture & Ecriture
Lectures et autres (Sylvie)
Leo Scheer (La revue littéraire)
Les chroniques de Mandor
Les jardins d’Hélène
Les lectures de Martine,
Les livres de l'Arrajou
Les penchants du roseau
Levraoueg (La tourneuse de pages)
Librairie des voyageurs, Les 5 continents.
Lignes de fuite
L'île, la petite île
Lili (Des livres et moi)
Liliba
Lily et ses livres
Lire et délires (Flof13)
Litote en tête
Livres pour vous
Livres et Cinéma (Yohann)
Lou, My Loubook 
LVE, Lire Voir Entendre
Lyvres (Yv)
Magali Duru
Maïté Bernard (sur Bibliosurf)
Malice
Manu Causse
Marc Sefaris
Mary's colors
Maud et les mots
Mercedes G.F.
Mes lectures (Phil)
Mille et une pages (Stephie)
Miss Orchidée 
Monde du livre.com,
Mot Compte Double (Françoise Guérin)
Mots en bouche
N.U.L.L.E., Erzebeth
Nicolas Ancion
Nuit blanche
Obiwi
Oceanicus in folio
One big day
Pages à pages
Parfum de livres
Pascal, Le disque 
Pickendorf (Qui hodie agisti)
Pimprenelle
Posuto
Pralineries (Pralines)
Pr'Ose (Emma Bovary)
Prudence
Quichottine,
Quoi de 9 Cécile ?
Roseau
Rue des Livres
Salondulivre.net
Saxaoul
Scriptural (Schlabaya)
Serial lecteur
Site de Brigitte Niquet
 
Sylire
Tamara (Tamacultire)
Thaïs, Arc-en-ciel, 
Turquoise (Un moment Turquoise)
Valérie (Un fil à la page)
Vers Minuit, Franck Garot
Voyage au bout de la lettre (Pitou)

Yspaddaden

Yves Mabon, Prix Orange du Livre
Zoé Lucider
Zoridae

Copinage éhonté.

Voici une rubrique dans laquelle je présente des livres écrits par des auteurs avec lesquels j'entretiens d'amicales relations. Bien entendu, il ne s'agit pas ici d'emplacement publicitaire. C'est beaucoup plus honorable, c'est du copinage. Les livres présentés dans cette rubrique ne seront pas toujours les mêmes : à défaut de renouveler mes copains, mes amis, mes relations, je vais renouveler leurs parutions.

 

Cherche-jeunes-filles-200-x315.jpg

  Le tout dernier de Françoise Guérin

virages-dangereux-copie-1.jpg

La-vieille-dame-du-riad.jpg


Frederique-Martin-Belfond-Le-Vase-ou-meurt-cette-verveine-3.jpg
Tu-ne-mourras-plus-demain.jpg

 

Les pays

Moulins A paroles


L-eau-des-reves.jpg

Lotus Seven

Un homme perdu-copie-1


Langue-de-pub-copie-1.jpg

Livre-Magali-Duru.jpgLe tout dernier de Magali Duru

tous-nos-petits-morceaux.jpg

      Le tout dernier d'Emmanuelle Urien

Fouad.jpg

Dominique-Guerin.jpg

 

Quatre carnages..

 

 

 

  Teignes

 

 

 

 

Un escarpin de soie bleue

 

 

Est-ce ainsi

10 avril 2009 5 10 /04 /avril /2009 19:09

 

Depuis deux mois, j'ai participé à deux remises de prix, qui m'avaient invité comme juré.

Le prix Plume d'agence, qui récompensait les meilleurs nouvellistes de la publicité, et le prix Sciences Po, qui récompensait les meilleurs Sciences Po et HEC, en deux catégories : nouvelles, et poèmes.

Deux expériences intéressantes, par les rencontres qu'on y fait lors des débats entre jurés, mais aussi par les découvertes de nouveaux auteurs, qui débarquent avec de nouveaux registres d'écriture, parfois de nouveaux thèmes étonnamment convergents.

 

Ces débats sont aussi formateurs par leur pédagogie en matière de relativisme, voire de modestie. On y apprend, on s'y rabâche que l'attribution d'un prix est un jeu aléatoire : tel texte excommunié par un juré sera béatifié par un autre. Cela, même quand lesdits jurés sont auteurs régulièrement publiés. En revanche, il ne viendrait pas à l'idée aux jurés de contester la pré-sélection qu'on nous propose : les meilleurs sont réputés être là.

 

Quand on passe de l'autre côté du rideau, les certitudes sont moindres. J'ai été candidat, cette année, à trois prix littéraires : le Prix du Quai des Orfèvres avec un polar (mon premier, peut-être mon dernier) qui n'a pas encore été publié, le Prix de l'Humour Noir avec "Le film va faire un malheur", et le Goncourt de la Nouvelles, avec "Qui comme Ulysse".


Le résultat ?
 

- Je n'ai pas été admis en sélection finale du Grand Prix du Quai des Orfèvres. Je suis un peu déçu, mais je le comprends. Le prix est remis par la Directrice de la P.J. en présence des médias. Il aurait été délicat de célébrer un roman dans lequel la commissaire est à couteaux tirés avec un juge d'instruction qui a été son amant. Un roman dans lequel les médias jouent un rôle peu honorable. Et peut-être que ce roman n'est tout simplement pas assez bon. 

 

- Je n'ai pas été admis en sélection finale du Grand Prix de l'Humour Noir. Je le regrette un peu plus. Mon premier roman, le Vertige des auteurs, avait, lui, été retenu en finale. Il avait même failli monter jusqu'à la plus belle marche. Et j'ignore si mon éditeur a donné le petit coup de pouce qui permet de considérer une candidature.

 

- Je n'ai pas été admis en sélection du Goncourt de la Nouvelle, je l'ai appris ce soir. Là, c'est franchement une amère déconvenue, car j'y croyais ferme pour mon "Qui comme Ulysse". Je vous donne les éditeurs des quatre finalistes, ce sera plus signifiant que les auteurs : deux Gallimard, un Le Seuil, et le quatrième, vous devinez ? Non, vous avez perdu, pas Grasset, car Grasset abhorre la nouvelle (on ne peut même pas déposer de manuscrit de nouvelles chez Grasset : ils ont Châteaureynaud, ils ont décidé que ça suffisait). Le quatrième est un éditeur inconnu, Diabase, il en faut toujours un pour préserver l'idée que ce Goncourt joue un rôle de découvreurs de nouveaux talents.

 

Ne pas gagner ce Goncourt, je le concevais très bien, pour des raisons données en haut de ce billet. Mais ne même pas avoir été soumis à la lecture des jurés, franchement, non, ça ne passe pas. Je le vis comme une humiliation.  C'est d'autant plus humiliant que la sélection a été, cette année, plus réduite que d'habitude. Comme si l'on voulait me faire savoir qu'il ne s'agit pas d'un manque de places à bord : c'est simplement que je n'y ai pas ma place. Ce n'est pas une claque pareille qui donne envie de se lancer dans un nouveau recueil. Je vais en tout cas attendre que la joue dégonfle.

 

Pour la première fois depuis longtemps, je ne lirai pas les recueils des finalistes du Goncourt de la nouvelle. J'aurais l'impression de voir quatre lascars me chiper mon taxi en Gare de Lyon et partir avec des bras d'honneur.

Mauvais joueur ? Oui, évidemment : je suis en train de devenir un écrivain normal.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Nicolas+Ancion 20/04/2009 15:31

C'est dans l'adversité qu'on tire le meilleur de sa plume, Georges. Quand j'avais dix-sept ans, j'ai présenté pour la première fois un texte à un concours d'écriture. C'était une pièce de théâtre sur laquelle je travaillais depuis 3 ans. J'ai eu le deuxième prix. C'était formidable aux yeux de tout le monde mais pour moi, je ne voyais que le gaillard qui avait eu le premier prix et ne le méritait pas. Ça m'a aiguillonné pour me remettre au travail et, deux ans plus tard, j'ai eu le premier prix, que je suis allé chercher à Genève. C'est là que j'ai rencontré mon futur éditeur... Si j'avais gagné le premier prix la première fois, je me serais peut-être arrêté là. Ça n'aurait pas changé la face de la littérature, je sais. Mais, à mes yeux, ce premier échec (relatif, je vous l'accorde, mais on ne peut juger un échec qu'à l'aune de celui qui le subit, sinon il est toujours très relatif) a joué un rôle salutaire.

Marco 18/04/2009 14:20

Arf! j'adore vos aveux d'écrivain presque normal, Georges! Je comprends votre rageetdésespoir, et vous le dites encore une fois si bien...

Quichottine :0010: 16/04/2009 00:20

Ben là... je suis navrée. Vraiment.

Un écrivain normal, vous ? Jamais !

Allez, Georges, il faut vous ressaisir !

Je suis désolée de vous avoir fait attendre? Quand mon billet sera prêt, je vous préviendrai.

Georges F. 12/04/2009 17:51

Thaïs, j'aurais voulu vous envoyer un courriel personnel, mais je n'ai pas votre adresse mail. Désolé. Cordialement