Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

(Excellente) Présentation

  • : Blog de Georges Flipo, auteur
  • Blog de Georges Flipo, auteur
  • : Dans ce blog : chroniques sur l'actualité littéraire (la mienne et celle des autres), sur l'écriture, sur l'édition, sur les auteurs, et tout ce qui se réclame de lalittérature.
  • Contact

Actualité brûlante

Blog au repos

Mais rien ne vous empêche d'aller faire un tour sur le site www.georges-flipo-auteur.com  

Recherche

Avant d'entrer ou de sortir

Pour une lecture plus structurée, cliquez juste en dessous : pavé "pages" ou pavé "catégories".

Pour des informations pérennes, impitoyablement classées, allez faire un saut sur mon site d'auteur

Il vient d'être entièrement remanié. Tout y est très beau, très chic. Même le chien.

Archives

Des attaches et des liens

Des blogs que je fréquente souvent ou parfois, mais avec plaisir, sans forcément y laisser de commentaires, des blogs dont le tenancier vient parfois faire un coucou en dessous de mes billets, des blogs qui aiguillent vers le mien, des blogs qui ont donné un coup de pouce à un ou plusieurs de mes livres, tout cela crée des liens.

Si vous pensez que votre absence dans cette liste est un scandale, faites un scandale. Ou, plus simple, faites-moi signe.

-------
 
813
Actu du noir (Jean-Marc Laherrère)
Actualitte.com, Nicolas
Alex (Mot à mots)
Amanda Meyre
Annick Dor
Antigone (Les écrits d’Antigone)
Armande 22,  Les livres-bonheur
Aude (Mots dits)
Balmeyer
Biblioblog (Laurence)
BibliObs
Bibliophagie (Sybilline)
Bibliosurf
Biffures chroniques
Blog de Thomas Clément
Bloghotel
Blog-o-book
Boojum
Bookingdom
Bric à book, Leiloona
Brigit Hache
BSC News
C’était demain, Dominique Boudou
Cabinet de curiosités d’Eric Poindron
Cafebook (Emma)
Calipso,
Calibre 47 (Claude Mesplède)
Calou, L’Ivre de lectures
Carnet de lectures
Carnets de Pierre
Carnets de sel (Essel)
Caro[line] 5ème de couverture, 
Catherine (La culture se partage)
Cathulu
Chaperlipopette
Chez Lo
Chiffonnette
Chimère (A livre ouvert)
Choupynette (Y'a d'la joie)
Chroniques littéraires
Clair et net
Clarinesse (L'œil du vent)
Claude Le Nocher
Clopin-clopant (Clopine)  
Comme dans un livre
Cozop
Critico-blog
CulturesFrance
Cunéipage (Cuné)
Daniel Fattore
Danielle, Maux d’auteurs
Dasola
De livres en livres
Digressions (Joseph Vebret)
Ecrivains-voyageurs
Eireann (Yvon)
Eloah (À lire, à croquer)
Emmanuelle Urien
En lisant, en voyageant, (Keisha)
Encres vagabondes, Patricia Châtel
Enna lit, Enna vit
Eric Fouassier
Espaces, CNES
Eulalie
Evene
Extra-ball, (Dorham)
Fabelire
Fabula Bovarya,
Flof 13 (Lire et délires)
Florinette, Les lectures de Florinette,
Fluctuat.net
Forum A vos plumes
Forum Tir Na N’Og et Cie
Frédérique Martin
Gaëlle Pingault
Géothèque
Géraldine (Les coups de cœur)
Gwenaelle (Skriban)
Happy Few, Fashion Victim
Hautefort, club Littérature
Hebdo des notes,
Indications
Initiales
Interlignage
Jean Calbrix
Journal  d’une lectrice (Papillon)
Kalistina
Kathel, Lettres exprès
Kheops
La bibliothèque du dolmen
La caverne d'Ankya
La cuisine des mots (Ciorane)
La Factory
La liseuse (au fil de mes lectures)
La Mère Castor
La Péniche.net ( Bureau des Arts de Sc. Po )
La pile à lire d'Hécléa
La plume et le citoyen
La Revue Littéraire (Blog Leo Scheer)
La scribouillarde
La tête dans les pages
Labyrinthes avec vue
Le bibliomane
Le blog d’Ameleia,
Le goût des livres (Aifelle)
Le retour de l'être aimé
Le Scribe
Lechoixdesbibliothécaires
Lecture & Ecriture
Lectures et autres (Sylvie)
Leo Scheer (La revue littéraire)
Les chroniques de Mandor
Les jardins d’Hélène
Les lectures de Martine,
Les livres de l'Arrajou
Les penchants du roseau
Levraoueg (La tourneuse de pages)
Librairie des voyageurs, Les 5 continents.
Lignes de fuite
L'île, la petite île
Lili (Des livres et moi)
Liliba
Lily et ses livres
Lire et délires (Flof13)
Litote en tête
Livres pour vous
Livres et Cinéma (Yohann)
Lou, My Loubook 
LVE, Lire Voir Entendre
Lyvres (Yv)
Magali Duru
Maïté Bernard (sur Bibliosurf)
Malice
Manu Causse
Marc Sefaris
Mary's colors
Maud et les mots
Mercedes G.F.
Mes lectures (Phil)
Mille et une pages (Stephie)
Miss Orchidée 
Monde du livre.com,
Mot Compte Double (Françoise Guérin)
Mots en bouche
N.U.L.L.E., Erzebeth
Nicolas Ancion
Nuit blanche
Obiwi
Oceanicus in folio
One big day
Pages à pages
Parfum de livres
Pascal, Le disque 
Pickendorf (Qui hodie agisti)
Pimprenelle
Posuto
Pralineries (Pralines)
Pr'Ose (Emma Bovary)
Prudence
Quichottine,
Quoi de 9 Cécile ?
Roseau
Rue des Livres
Salondulivre.net
Saxaoul
Scriptural (Schlabaya)
Serial lecteur
Site de Brigitte Niquet
 
Sylire
Tamara (Tamacultire)
Thaïs, Arc-en-ciel, 
Turquoise (Un moment Turquoise)
Valérie (Un fil à la page)
Vers Minuit, Franck Garot
Voyage au bout de la lettre (Pitou)

Yspaddaden

Yves Mabon, Prix Orange du Livre
Zoé Lucider
Zoridae

Copinage éhonté.

Voici une rubrique dans laquelle je présente des livres écrits par des auteurs avec lesquels j'entretiens d'amicales relations. Bien entendu, il ne s'agit pas ici d'emplacement publicitaire. C'est beaucoup plus honorable, c'est du copinage. Les livres présentés dans cette rubrique ne seront pas toujours les mêmes : à défaut de renouveler mes copains, mes amis, mes relations, je vais renouveler leurs parutions.

 

Cherche-jeunes-filles-200-x315.jpg

  Le tout dernier de Françoise Guérin

virages-dangereux-copie-1.jpg

La-vieille-dame-du-riad.jpg


Frederique-Martin-Belfond-Le-Vase-ou-meurt-cette-verveine-3.jpg
Tu-ne-mourras-plus-demain.jpg

 

Les pays

Moulins A paroles


L-eau-des-reves.jpg

Lotus Seven

Un homme perdu-copie-1


Langue-de-pub-copie-1.jpg

Livre-Magali-Duru.jpgLe tout dernier de Magali Duru

tous-nos-petits-morceaux.jpg

      Le tout dernier d'Emmanuelle Urien

Fouad.jpg

Dominique-Guerin.jpg

 

Quatre carnages..

 

 

 

  Teignes

 

 

 

 

Un escarpin de soie bleue

 

 

Est-ce ainsi

7 février 2009 6 07 /02 /février /2009 11:58


J’ai reçu plusieurs commentaires, et même quelques mails privés, à propos de mon dernier billet sur le bon vieux problème du plan d’un roman.

Rappel du constat : me lançant dans un roman à l’intrigue très complexe, j’en ai écrit le plan, sous forme d’une très longue note ( plus de 40.000 signes), assez proche d’un synopsis. Avec des vraies phrases, comme si je racontais vraiment toute l’histoire à un ami. avec ses détails parfois anecdotiques, ses effets de conteur, presque avec ses intonations. J’ai récrit et récrit encore cette note, maintenant, tout y est. Mais une étrange sensation me vient parfois : elle est très bien, cette histoire. Á quoi bon écrire ce roman ?

Certains, eux-mêmes très bons auteurs, m’ont assuré de leur compassion : c’est un bon vieux problème qu’ils ont déjà rencontré. D’autres ont avoué avoir bloqué à ce stade et archivé pour toujours le roman en germe, déjà trop achevé pour commencer à naître. D’autres m’ont gentiment conseillé d’écrire autre chose, de me lancer dans un grand roman sans plan.

Beaucoup de romanciers, et non des moindres, écrivent sans plan. Simenon n’avait aucune idée de la fin avant d’avoir écrit la centième page. Beaucoup d’auteurs français qui font l’actualité pondent leur roman comme ils écriraient leur journal intime, en se complaisant dans le présent de la page, sans se demander de quoi demain sera fait. Il arrive que, chez certains auteurs sud-américains, je pense notamment à Cortázar et Garcia-Marquez, on sente, pendant une cinquantaine de pages qu’ils sont en train de chercher la suite, comme une guêpe se cogne aux vitres en cherchant la sortie – et ce sont pourtant de brillants auteurs.

Quand l’intrigue est complexe, je préfère construire un plan. Je n’ai pourtant jamais été très scolaire, c’est simplement par paresse : dans un roman écrit sans plan, les modifications de l’histoire vaguement imaginée créent des problèmes d’écriture qui relèvent du cauchemar : il faut aller rechercher, dans les chapitres précédents, tous les points de bascule, les modifier pour bien les emboîter. Ces modifications entraînent à leur tour de nouvelles recherches… c’est très ennuyeux. Ennuyeux, il n’y a pas d’autre mot. Et, à l’arrivée, ça se voit : les pages ravaudées ne sont pas écrites dans le même élan, elles n’ont pas le même tonus d’écriture.

J’écris donc désormais un plan. Un plan, c’est le squelette, on ne le dira jamais assez.

Mais on ne tombe pas amoureux d’un squelette. Le désir naît de la chair, de la peau.

Pour être plus clair : je tiens beaucoup à l’histoire, j'y travaille longuement, j’aime raconter. Mais l’histoire ne sert qu’à maintenir le lecteur en haleine (enfin, disons… quand tout se passe bien). En termes d’écriture, je vais oser dire en termes littéraires, l’histoire n’a aucune importance, elle n’apporte aucun plaisir à l’auteur.

Le bonheur d’inventer une histoire est un bonheur de scénariste (métier honorable et mieux payé). Le bonheur de l’auteur est d’une autre nature, il vient de la chair et de la peau du roman, pas de son squelette.

Le vrai plaisir, ce sont les incidentes, les notules. Le plaisir ce sont les brèves digressions. Il m’arrive de modifier légèrement l’intrigue, de glisser des silhouettes, qui faciliteront ces petits égarements. C’est ce qui m’amuse dans l’écriture.

Le plaisir, c’est aussi le travail du style (plaisir plus ingrat, je le confesse). Il arrive que le récit impose des passages techniques dont l’écriture est inintéressante ou sans grâce. Ces passages-là sont ma terreur, je ne vois plus qu’eux, ils me font l’impression de taches de transpiration sur une chemise claire. Il m’arrive alors de changer l’intrigue pour me débarrasser de ces passages, ou pour pouvoir les raconter autrement. Ce fut le cas dans « Le film va faire un malheur » : au début, la poursuite dans les escaliers de la rue du Mont-Cenis était narrée en récit focalisé, du point de vue d’Alexis, qui tentait d’intervenir. C’était besogneux, on se serait cru dans un thriller américain. J’ai laissé au commissaire le soin de la raconter, et tant pis pour Alexis : le tout était plus élégant, plus distancié.

Voilà pourquoi je ne vais certainement pas archiver ces 40.000 signes. C’est 20% du roman, ce sont ceux dont on parlera, ceux qu’on retiendra... mais ce sont les moins importants.

Donnez à dix romanciers de talent un squelette en 20 pages, qui détaille l’histoire d’une petite cruche qui se désole au fond de sa province et qui, pour se distraire, trompe son balourd de mari. Neuf se fatigueront à animer ce squelette, ils en feront un roman ennuyeux, le dixième en fera Madame Bovary.

Partager cet article

Repost 0
Published by Georges F.
commenter cet article

commentaires

Dominique Mitton 12/02/2009 13:41

En fait je crois que les 20% de Georges + les 80% de Magali ça fait 100%! Une histoire c'est un tout...On s'y met à fond ou pas du tout!! pour le moment, j'en reste à pas du tout...pas grave!!

Georges F. 13/02/2009 10:07


>> De très bons auteurs commencent à écrire, et trouvent ensuite ce qu'ils veulent raconter. Ils ne VEULENT même pas raconter, c'est l'histoire qui se
raconte.


M agali 11/02/2009 11:48

Comme Georges, je suis très dubitative, Dominique, sur ce "ne plus savoir faire" dans ton cas! Pourquoi ne pas démarrer par les 80 pour cent pour changer?

Georges: tu m'as ouvert les yeux sur Emma (Bovary, s'entend) avec tes histoires de squelettes. Aujourd'hui, ce serait une anorexique,mais oui, c'est évident! Et Emma (nuelle Urien, pour le coup) lui conseillerait d'aller voir quelqu'un...

Georges F. 13/02/2009 09:41


>> Magali est passée, et je n'étais même pas là, il y a des semaines comme ça...aaaah !
> Dominique, le conseil de Magami est plein d'aventure, d'incertitude, donc judicieux.
> Emma Bovary anorexique ? Je l'aurais plutôt vue boulimique. Mais effectivement, elle devrait voir quelqu'un ! 


Dominique Mitton 08/02/2009 11:17

Drôlement intéressant, Georges , ce billet...ça m'aide à mieux comprendre... Même pour une nouvelle, ce sont ces 20% là du démarrage que je ne sais plus faire. Le reste, en effet, mes souvenirs me racontent que ce n'était que du plaisir...
Pas encore acheté Le film va faire un malheur, mais la semaine prochaine, sans faute!

Georges F. 08/02/2009 17:38


>> Non, Dominique, je ne peux pas te croire, pas toi, c'est impossible : les 20 % du départ, tu les as, forcément. Mais leur lâches-tu suffisamment la
bride ? Courage, fais romronner le clavier et lance-toi ! Relance-toi !


nathalie 08/02/2009 09:53

Bah, je pense qu'il faut faire comme on le sent.
Un squelette nous rassure? Va pour le squelette.
Besoin de partir à l'aventure? Va pour l'aventure.
Perso, j'écris davantage de textes étranges (réalité qui bascule dans le surnaturel) qu'autre chose, et plus le temps passe, plus je me rends compte que c'est ma tasse de thé.
En matière d'étrange, tout est permis, ou presque, on redevient cet enfant qui écarquille les yeux et s'exclamme: "ben ça alors!".

Georges F. 08/02/2009 17:35


>> Oui, effectivement, s'il fallait écrire comme on ne le sent pas, ce serait un affreux métier. Une simple nuance au passage : l'aventure, on peut très bien
la vivre en compagnie du squelette.


la Mère Castor 07/02/2009 16:39

Tout est dans la conclusion, impeccable démonstration.

Georges F. 08/02/2009 17:33


>> Mère Castor, merci, jamais je n'avais entendu à la fin d'un devoir de mon enfance "tout est dans la conclusion, impeccable démonstration". Vous venez de
mettre fin à vingt ans de frustrations écolières !