Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

(Excellente) Présentation

  • : Blog de Georges Flipo, auteur
  • Blog de Georges Flipo, auteur
  • : Dans ce blog : chroniques sur l'actualité littéraire (la mienne et celle des autres), sur l'écriture, sur l'édition, sur les auteurs, et tout ce qui se réclame de lalittérature.
  • Contact

Actualité brûlante

Blog au repos

Mais rien ne vous empêche d'aller faire un tour sur le site www.georges-flipo-auteur.com  

Recherche

Avant d'entrer ou de sortir

Pour une lecture plus structurée, cliquez juste en dessous : pavé "pages" ou pavé "catégories".

Pour des informations pérennes, impitoyablement classées, allez faire un saut sur mon site d'auteur

Il vient d'être entièrement remanié. Tout y est très beau, très chic. Même le chien.

Archives

Des attaches et des liens

Des blogs que je fréquente souvent ou parfois, mais avec plaisir, sans forcément y laisser de commentaires, des blogs dont le tenancier vient parfois faire un coucou en dessous de mes billets, des blogs qui aiguillent vers le mien, des blogs qui ont donné un coup de pouce à un ou plusieurs de mes livres, tout cela crée des liens.

Si vous pensez que votre absence dans cette liste est un scandale, faites un scandale. Ou, plus simple, faites-moi signe.

-------
 
813
Actu du noir (Jean-Marc Laherrère)
Actualitte.com, Nicolas
Alex (Mot à mots)
Amanda Meyre
Annick Dor
Antigone (Les écrits d’Antigone)
Armande 22,  Les livres-bonheur
Aude (Mots dits)
Balmeyer
Biblioblog (Laurence)
BibliObs
Bibliophagie (Sybilline)
Bibliosurf
Biffures chroniques
Blog de Thomas Clément
Bloghotel
Blog-o-book
Boojum
Bookingdom
Bric à book, Leiloona
Brigit Hache
BSC News
C’était demain, Dominique Boudou
Cabinet de curiosités d’Eric Poindron
Cafebook (Emma)
Calipso,
Calibre 47 (Claude Mesplède)
Calou, L’Ivre de lectures
Carnet de lectures
Carnets de Pierre
Carnets de sel (Essel)
Caro[line] 5ème de couverture, 
Catherine (La culture se partage)
Cathulu
Chaperlipopette
Chez Lo
Chiffonnette
Chimère (A livre ouvert)
Choupynette (Y'a d'la joie)
Chroniques littéraires
Clair et net
Clarinesse (L'œil du vent)
Claude Le Nocher
Clopin-clopant (Clopine)  
Comme dans un livre
Cozop
Critico-blog
CulturesFrance
Cunéipage (Cuné)
Daniel Fattore
Danielle, Maux d’auteurs
Dasola
De livres en livres
Digressions (Joseph Vebret)
Ecrivains-voyageurs
Eireann (Yvon)
Eloah (À lire, à croquer)
Emmanuelle Urien
En lisant, en voyageant, (Keisha)
Encres vagabondes, Patricia Châtel
Enna lit, Enna vit
Eric Fouassier
Espaces, CNES
Eulalie
Evene
Extra-ball, (Dorham)
Fabelire
Fabula Bovarya,
Flof 13 (Lire et délires)
Florinette, Les lectures de Florinette,
Fluctuat.net
Forum A vos plumes
Forum Tir Na N’Og et Cie
Frédérique Martin
Gaëlle Pingault
Géothèque
Géraldine (Les coups de cœur)
Gwenaelle (Skriban)
Happy Few, Fashion Victim
Hautefort, club Littérature
Hebdo des notes,
Indications
Initiales
Interlignage
Jean Calbrix
Journal  d’une lectrice (Papillon)
Kalistina
Kathel, Lettres exprès
Kheops
La bibliothèque du dolmen
La caverne d'Ankya
La cuisine des mots (Ciorane)
La Factory
La liseuse (au fil de mes lectures)
La Mère Castor
La Péniche.net ( Bureau des Arts de Sc. Po )
La pile à lire d'Hécléa
La plume et le citoyen
La Revue Littéraire (Blog Leo Scheer)
La scribouillarde
La tête dans les pages
Labyrinthes avec vue
Le bibliomane
Le blog d’Ameleia,
Le goût des livres (Aifelle)
Le retour de l'être aimé
Le Scribe
Lechoixdesbibliothécaires
Lecture & Ecriture
Lectures et autres (Sylvie)
Leo Scheer (La revue littéraire)
Les chroniques de Mandor
Les jardins d’Hélène
Les lectures de Martine,
Les livres de l'Arrajou
Les penchants du roseau
Levraoueg (La tourneuse de pages)
Librairie des voyageurs, Les 5 continents.
Lignes de fuite
L'île, la petite île
Lili (Des livres et moi)
Liliba
Lily et ses livres
Lire et délires (Flof13)
Litote en tête
Livres pour vous
Livres et Cinéma (Yohann)
Lou, My Loubook 
LVE, Lire Voir Entendre
Lyvres (Yv)
Magali Duru
Maïté Bernard (sur Bibliosurf)
Malice
Manu Causse
Marc Sefaris
Mary's colors
Maud et les mots
Mercedes G.F.
Mes lectures (Phil)
Mille et une pages (Stephie)
Miss Orchidée 
Monde du livre.com,
Mot Compte Double (Françoise Guérin)
Mots en bouche
N.U.L.L.E., Erzebeth
Nicolas Ancion
Nuit blanche
Obiwi
Oceanicus in folio
One big day
Pages à pages
Parfum de livres
Pascal, Le disque 
Pickendorf (Qui hodie agisti)
Pimprenelle
Posuto
Pralineries (Pralines)
Pr'Ose (Emma Bovary)
Prudence
Quichottine,
Quoi de 9 Cécile ?
Roseau
Rue des Livres
Salondulivre.net
Saxaoul
Scriptural (Schlabaya)
Serial lecteur
Site de Brigitte Niquet
 
Sylire
Tamara (Tamacultire)
Thaïs, Arc-en-ciel, 
Turquoise (Un moment Turquoise)
Valérie (Un fil à la page)
Vers Minuit, Franck Garot
Voyage au bout de la lettre (Pitou)

Yspaddaden

Yves Mabon, Prix Orange du Livre
Zoé Lucider
Zoridae

Copinage éhonté.

Voici une rubrique dans laquelle je présente des livres écrits par des auteurs avec lesquels j'entretiens d'amicales relations. Bien entendu, il ne s'agit pas ici d'emplacement publicitaire. C'est beaucoup plus honorable, c'est du copinage. Les livres présentés dans cette rubrique ne seront pas toujours les mêmes : à défaut de renouveler mes copains, mes amis, mes relations, je vais renouveler leurs parutions.

 

Cherche-jeunes-filles-200-x315.jpg

  Le tout dernier de Françoise Guérin

virages-dangereux-copie-1.jpg

La-vieille-dame-du-riad.jpg


Frederique-Martin-Belfond-Le-Vase-ou-meurt-cette-verveine-3.jpg
Tu-ne-mourras-plus-demain.jpg

 

Les pays

Moulins A paroles


L-eau-des-reves.jpg

Lotus Seven

Un homme perdu-copie-1


Langue-de-pub-copie-1.jpg

Livre-Magali-Duru.jpgLe tout dernier de Magali Duru

tous-nos-petits-morceaux.jpg

      Le tout dernier d'Emmanuelle Urien

Fouad.jpg

Dominique-Guerin.jpg

 

Quatre carnages..

 

 

 

  Teignes

 

 

 

 

Un escarpin de soie bleue

 

 

Est-ce ainsi

22 janvier 2009 4 22 /01 /janvier /2009 11:09


Je suis assez déçu : quand j’écris des billets, tout le monde les commente, mais quand je propose que vous commentiez le discours de JMG Le Clézio, chacun passe la parole à son voisin.

 

Je vais donc m’y coller.

 

JMG et moi sommes très bons amis. Dans mon premier roman, le Vertige des auteurs, j’ai voulu conclure le dernier chapitre en citant un copain. C’est Le Clézio que j’ai choisi, avec cette phrase qui m’a toujours semblé d’une terrible vérité : « La finalité de l'acte d'écrire n'est pas de terminer une histoire, mais bien d'en finir avec soi-même » Rien que pour ça, il méritait le Prix Nobel. Il méritait même de prononcer un discours.

 

Ce discours de JMG Le Clézio est très important : il donne la liste des auteurs qu’il faut avoir lus, des livres qu’il faut savoir citer, ne serait-ce que pour avoir le Prix Nobel de Littérature.

 

Il faut en avoir lu beaucoup : quatre-vingt quatorze, oui, 94, vous pouvez vérifier. La liste commence par l’Abbé Rochon, Abdelatif Laâbi, Abdourahman Waberi, Abhimanyu Unnuth, Ahmadou Kourouma, et elle se termine par Vénus Koury Ghata , Victor Hugo, Wilfrid Owen, William Faulkner, Wole Soyinka.

 

On se sent bêtes, hein ! Ha, vous croyez que c’est facile, de mériter un Prix Nobel ? Non, il faut avoir beaucoup lu. Et pas seulement Victor Hugo.

J’ai préféré citer les cinq premiers et les cinq derniers par leurs prénoms, ça m’a permis d’en glisser deux que je connais, tout à la fin. Heureusement qu’Hugo se prénommait Victor et Faulkner Williams : si leurs parents avaient préféré Jules ou James, cela me faisait 0/10.

 

94 noms. C’est dommage, JMG aurait pu aller jusqu’à la centaine, on aurait pu en tirer un petit vademecum « Les 100 auteurs qu’il faut avoir lus… » Non, 94, ça lui a suffi, il est jeune et modeste, il lui en reste encore quelques-uns à découvrir. D’ailleurs, il n’y en a même pas 94, mais 84 : certains sont cités deux fois : Sartre, Colette, Rabelais. Et le champion est cité 8 fois. Vous avez bien lu, 8 fois. C’est Stig Dagerman. Comment, vous ne connaissez pas ? C’est un écrivain suédois. C’est un coup de chance, le Prix Nobel est remis en Suède

 

Le jeune JMG Le Clézio aura son bac avec une belle mention, il a cité à l’oral de français un auteur qui plaira à l’examinateur.

 

C’est ce qui me gêne dans ce discours, ce côté bon élève qui veut cartonner au bac blanc. Ce besoin de citer tous les pays, on se croirait à l’Unesco. Vous avez vu, Monsieur, il y a plein d’auteurs qui ne sont pas du programme ? Ce besoin de panacher savamment les auteurs phares et les inconnus, en suggérant que les uns valent les autres. Toutes les littératures sont bonnes, tous leurs porte-paroles aussi. C’est quand même dommage qu’il n’ait pas cité de Japonais ou de Belge. Ou moi. Oui, ça m’aurait fait plaisir de figurer dans sa liste, il me devait bien ça, puisque moi je l’avais cité.

 

Le plus triste, c’est que je ne peux pas contredire JMG, je ne les ai pas tous lus, ces auteurs, loin de là. Si je compte ceux dont je n’ai lu, vraiment lu, ne serait-ce qu’une œuvre, je n’arrive qu’au tiers de la liste. Y a-t-il un visiteur qui ait atteint la moitié ? Si oui, qu’il se signale, nous lui ferons tous passer un examen de contrôle.

En attendant, je n’ai donc qu’un tiers de culture, j’ai honte : peut-être qu’ils sont vraiment très bons, les 56 autres. Sûrement même, JMG, ce ne doit pas être le genre à chercher à bluffer pour nous en mettre plein la vue.

 

Heureusement qu’il y a des Français dans la liste, ça nous permet de remonter la moyenne. Mais même là, il va nous en manquer. Qui a chez lui un livre de l’Abbé Rochon, ou de Madame de Duras ? C’est plus amusant quand on regarde la liste des auteurs actuels, ceux de la dernière génération, qui ont écrit dans les trente dernières années  : il ne reste plus que Sartre et Perec. Et lui, Le Clézio, bien sûr. Mais Pérec fait tache, il n’a même pas eu le Prix Nobel. C’est d’ailleurs dommage.

 

Il y a tant de monde dans cette liste que les absences en deviennent gênantes. Aucun vrai nouvelliste, d’ailleurs, avez-vous remarqué ? Sartre a bien écrit quelques nouvelles, mais si ça compte, on peut aussi le classer comme parolier : dans les deux cas ce n’est pas ce qu’il a fait de mieux. Borges n’est pas dans la liste, bien sûr. Il ne faut jamais parler de Borges chez les Nobel, c’est très mal vu. Au début, ils ne voulaient pas le nobéliser parce qu’il était politiquement mal engagé : anti-péroniste convaincu, à l’époque où ça ne se faisait pas encore. Puis ensuite, les Nobel ont continué à le snober pour ne pas se déjuger. Le vieux Borges en riait, de son doux rire d’aveugle, mais on en avait mal pour lui. Dommage, encore plus dommage que pour Pérec, ça aurait eu de la gueule, un discours de Borges recevant le Prix Nobel. Il serait arrivé sans texte, le regard flottant dans le vide, et aurait commencé une longue promenade erratique dans la littérature. Il n’aurait pas mouliné de noms d’auteurs, il les aurait enchaînés avec quelques commentaires paradoxaux, passant de Whitman à Goethe puis de Dante à Montesquieu, il aurait récité quelques vers de Baudelaire, aurait trouvé un parallèle avec Cervantès. Chaque phrase aurait eu un sens, et le discours n'aurait rien prouvé.

 

On a dû se contenter de… l’index de la Littérature mondiale pour les Nuls. On a aussi cité des livres, 49 au total. Un demi-livre par auteur, les auteurs sont apparemment plus importants que leurs œuvres. Mais attention, comme le public est chic, on cite les œuvres dans leur langue originale, ça en impose plus, ça suggère qu’on les a lus dans le texte. On en laisse la plupart en v.o., que le public se débrouille. Mais franchement, qu’est-ce que ça apporte de plus de parler de Der Prozess, des Gulliver’s Travels, de Cry, the Beloved Country ? Laissez, c’est de la culture.

Si vraiment on ne peut pas faire autrement, on traduit, pour les ploucs. Quand on parle de l’écrivain mauricien hindi Abhimanyu Unnuth, et de son Lal passina, on nous souffle « Sueur de sang », au cas où vous ne parleriez pas hindi.

Mais à nous de faire un effort, à nous de savoir que Pueblo en vilo, de Luis González, c’est devenu les Barrières de la solitude. Ou que Os Sertões, d’Euclides da Cunha, on l’a traduit par Hautes Terres. Quant à Ag ka Darya , on vous le traduit mais en anglais River of fire. Estimez-vous heureux. C’est de votre faute, aussi, à ne pas connaître la romancière urdu Hyder Qurratulain. Lisez, que diable, cultivez-vous ?

 

Et pourtant, ce n’est pas ce qui me gêne le plus. Ce qui m’insupporte dans ce discours, c’est ce besoin de se faire percevoir en parfait citoyen du monde, ayant vécu partout sur la planète s’étant nourri à des mamelles variées, originales. Accumulant les idées qui plaisent au Journal de 20 heures. Aucune idée qui puisse heurter. Là, ce n’est plus un devoir de bon élève, c’est une épreuve d’entretien pour un recrutement de Master en grande école.

 

Est-ce le rôle d’un écrivain que de se poser en modèle pour le peuple ? Ou pour le petit peuple des écrivains ? Un écrivain est-il censé « bien penser » ? Je préfère le voir raisonner juste (ou paradoxalement, ce qui est une autre forme de justesse), je préfère le voir exprimer brillamment des pensées qui me dérangent. Je ne cherche pas chez les auteurs des leçons d’humanisme, ni même de morale prête à porter. Je rejette l’idée qu’on haïsse l’œuvre d’un auteur à cause du personnage. Je rejette encore plus l’idée qu’on l’applaudisse pour les mêmes raisons. Cette simple idée me gâche toute envie de lire ou d’écrire.

 

Je relis ce billet, avec quelque embarras. Il est toujours tentant, et facile, de se grandir en dénigrant plus grand que soi. L’ivrogne aura beau pisser quotidiennement sur le socle de la statue en l’insultant, il ne sera jamais plus grand que la statue. Il nous reste le droit de ne pas être d’accord, surtout avec les auteurs qu’on apprécie.

 

Car, et c’est ce qui me rend triste, j’ai bien aimé les quelques livres de Le Clézio que j’ai lus, et j’ai même beaucoup apprécié un passage de son discours, celui où il parle d’Elvira la conteuse. Merveilleuse fiction de romancier ! Car j’espère que c’est une fiction : je serais très déçu si c’était une histoire vraie.

Partager cet article

Repost 0
Published by Georges F.
commenter cet article

commentaires

liliba 28/01/2009 11:51

A ce jour, pas encore lu Le Clézio, ni livres ni discours... Oui, parfois, il faut l'avouer, j'ai des lacunes...

Georges F. 28/01/2009 15:37


>> Je vais vous faire une fiche de synthèse, Liliba : ce qu'il faut savoir de Le Clézio, en cinq lignes. Peut-être que ça vous rappellera quelque
chose...


Dominique 25/01/2009 11:47

J'ai beaucoup d'admiration pour le capitaine Nemo, qui s'est exilé dans son sous-marin avec tout le confort nécessaire.En même temps je me dis, pour réussir ce type de retraite il ne faut pas être claustrophobe....

Georges F. 27/01/2009 10:34


>> Ah, vous aussi, Dominique ! Je l'ai lu très jeune, et j'en suis resté marqué pour toujours : depuis, je traverse le monde dans un petit
sous-marin.


Dominique 24/01/2009 11:31

Je croyais Stig Dagerman norvégien! j'ai honte de le dire mais je confond encore les norvégiens et les suédois. Ibsen était-il suédien ou Norvégeois? Et Munch? mais qu'a-t-il écrit celui-là? Je me souviens d'un terrible coucher de soleil et d'un type qui crie sur le pont... Ah, c'était peut-être Dagerman avant son geste fatal. C'est difficile la littérature scandinave. Et triste aussi.
Je me demande si Le Clézio a cité Henry Roth? L'auteur d'A la merci d'un courant violent, était ami de Le Clézio et il lui a écrit uen préface sympathique pour le dernier tome de son autobiographie.

Georges F. 25/01/2009 09:41


>> Pouvoir se tromper sur la nationalité de Dagerman, c'est déjà être très cultivé, Dominique. Je le prenais pour un héros de Jules Verne.


Dorham 23/01/2009 12:49

Bon sang, c'est imbuvable et en effet si gentil...

Georges F. 25/01/2009 09:33


>> Est-ce imbuvable PARCE QUE si gentil ? Ou imbuvable et en plus si gentil ?


Léonie Colin 22/01/2009 21:45

JMG Le Clézio peut souvent être soporifique, mais Désert et Le chercheur d'or m'ont tenue bien éveillée...
Merci Georges pour cette liste d'auteurs, je n'avais pas pensé à lire le discours de JMGLC, je me la copie et je l'apprends par coeur, ça peut p'têtre servir.

Georges F. 23/01/2009 07:59


 >> Parfait, Léonie Colin : récitation lundi matin.
Je vous rejoins sur votre perception de Le Clézio, je suis souvent plus captivé par des passages, par des souffles, que par le livre entier. Cela dit, je ne l'ai plus lu depuis
longtemps.