Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

(Excellente) Présentation

  • : Blog de Georges Flipo, auteur
  • Blog de Georges Flipo, auteur
  • : Dans ce blog : chroniques sur l'actualité littéraire (la mienne et celle des autres), sur l'écriture, sur l'édition, sur les auteurs, et tout ce qui se réclame de lalittérature.
  • Contact

Actualité brûlante

Blog au repos

Mais rien ne vous empêche d'aller faire un tour sur le site www.georges-flipo-auteur.com  

Recherche

Avant d'entrer ou de sortir

Pour une lecture plus structurée, cliquez juste en dessous : pavé "pages" ou pavé "catégories".

Pour des informations pérennes, impitoyablement classées, allez faire un saut sur mon site d'auteur

Il vient d'être entièrement remanié. Tout y est très beau, très chic. Même le chien.

Archives

Des attaches et des liens

Des blogs que je fréquente souvent ou parfois, mais avec plaisir, sans forcément y laisser de commentaires, des blogs dont le tenancier vient parfois faire un coucou en dessous de mes billets, des blogs qui aiguillent vers le mien, des blogs qui ont donné un coup de pouce à un ou plusieurs de mes livres, tout cela crée des liens.

Si vous pensez que votre absence dans cette liste est un scandale, faites un scandale. Ou, plus simple, faites-moi signe.

-------
 
813
Actu du noir (Jean-Marc Laherrère)
Actualitte.com, Nicolas
Alex (Mot à mots)
Amanda Meyre
Annick Dor
Antigone (Les écrits d’Antigone)
Armande 22,  Les livres-bonheur
Aude (Mots dits)
Balmeyer
Biblioblog (Laurence)
BibliObs
Bibliophagie (Sybilline)
Bibliosurf
Biffures chroniques
Blog de Thomas Clément
Bloghotel
Blog-o-book
Boojum
Bookingdom
Bric à book, Leiloona
Brigit Hache
BSC News
C’était demain, Dominique Boudou
Cabinet de curiosités d’Eric Poindron
Cafebook (Emma)
Calipso,
Calibre 47 (Claude Mesplède)
Calou, L’Ivre de lectures
Carnet de lectures
Carnets de Pierre
Carnets de sel (Essel)
Caro[line] 5ème de couverture, 
Catherine (La culture se partage)
Cathulu
Chaperlipopette
Chez Lo
Chiffonnette
Chimère (A livre ouvert)
Choupynette (Y'a d'la joie)
Chroniques littéraires
Clair et net
Clarinesse (L'œil du vent)
Claude Le Nocher
Clopin-clopant (Clopine)  
Comme dans un livre
Cozop
Critico-blog
CulturesFrance
Cunéipage (Cuné)
Daniel Fattore
Danielle, Maux d’auteurs
Dasola
De livres en livres
Digressions (Joseph Vebret)
Ecrivains-voyageurs
Eireann (Yvon)
Eloah (À lire, à croquer)
Emmanuelle Urien
En lisant, en voyageant, (Keisha)
Encres vagabondes, Patricia Châtel
Enna lit, Enna vit
Eric Fouassier
Espaces, CNES
Eulalie
Evene
Extra-ball, (Dorham)
Fabelire
Fabula Bovarya,
Flof 13 (Lire et délires)
Florinette, Les lectures de Florinette,
Fluctuat.net
Forum A vos plumes
Forum Tir Na N’Og et Cie
Frédérique Martin
Gaëlle Pingault
Géothèque
Géraldine (Les coups de cœur)
Gwenaelle (Skriban)
Happy Few, Fashion Victim
Hautefort, club Littérature
Hebdo des notes,
Indications
Initiales
Interlignage
Jean Calbrix
Journal  d’une lectrice (Papillon)
Kalistina
Kathel, Lettres exprès
Kheops
La bibliothèque du dolmen
La caverne d'Ankya
La cuisine des mots (Ciorane)
La Factory
La liseuse (au fil de mes lectures)
La Mère Castor
La Péniche.net ( Bureau des Arts de Sc. Po )
La pile à lire d'Hécléa
La plume et le citoyen
La Revue Littéraire (Blog Leo Scheer)
La scribouillarde
La tête dans les pages
Labyrinthes avec vue
Le bibliomane
Le blog d’Ameleia,
Le goût des livres (Aifelle)
Le retour de l'être aimé
Le Scribe
Lechoixdesbibliothécaires
Lecture & Ecriture
Lectures et autres (Sylvie)
Leo Scheer (La revue littéraire)
Les chroniques de Mandor
Les jardins d’Hélène
Les lectures de Martine,
Les livres de l'Arrajou
Les penchants du roseau
Levraoueg (La tourneuse de pages)
Librairie des voyageurs, Les 5 continents.
Lignes de fuite
L'île, la petite île
Lili (Des livres et moi)
Liliba
Lily et ses livres
Lire et délires (Flof13)
Litote en tête
Livres pour vous
Livres et Cinéma (Yohann)
Lou, My Loubook 
LVE, Lire Voir Entendre
Lyvres (Yv)
Magali Duru
Maïté Bernard (sur Bibliosurf)
Malice
Manu Causse
Marc Sefaris
Mary's colors
Maud et les mots
Mercedes G.F.
Mes lectures (Phil)
Mille et une pages (Stephie)
Miss Orchidée 
Monde du livre.com,
Mot Compte Double (Françoise Guérin)
Mots en bouche
N.U.L.L.E., Erzebeth
Nicolas Ancion
Nuit blanche
Obiwi
Oceanicus in folio
One big day
Pages à pages
Parfum de livres
Pascal, Le disque 
Pickendorf (Qui hodie agisti)
Pimprenelle
Posuto
Pralineries (Pralines)
Pr'Ose (Emma Bovary)
Prudence
Quichottine,
Quoi de 9 Cécile ?
Roseau
Rue des Livres
Salondulivre.net
Saxaoul
Scriptural (Schlabaya)
Serial lecteur
Site de Brigitte Niquet
 
Sylire
Tamara (Tamacultire)
Thaïs, Arc-en-ciel, 
Turquoise (Un moment Turquoise)
Valérie (Un fil à la page)
Vers Minuit, Franck Garot
Voyage au bout de la lettre (Pitou)

Yspaddaden

Yves Mabon, Prix Orange du Livre
Zoé Lucider
Zoridae

Copinage éhonté.

Voici une rubrique dans laquelle je présente des livres écrits par des auteurs avec lesquels j'entretiens d'amicales relations. Bien entendu, il ne s'agit pas ici d'emplacement publicitaire. C'est beaucoup plus honorable, c'est du copinage. Les livres présentés dans cette rubrique ne seront pas toujours les mêmes : à défaut de renouveler mes copains, mes amis, mes relations, je vais renouveler leurs parutions.

 

Cherche-jeunes-filles-200-x315.jpg

  Le tout dernier de Françoise Guérin

virages-dangereux-copie-1.jpg

La-vieille-dame-du-riad.jpg


Frederique-Martin-Belfond-Le-Vase-ou-meurt-cette-verveine-3.jpg
Tu-ne-mourras-plus-demain.jpg

 

Les pays

Moulins A paroles


L-eau-des-reves.jpg

Lotus Seven

Un homme perdu-copie-1


Langue-de-pub-copie-1.jpg

Livre-Magali-Duru.jpgLe tout dernier de Magali Duru

tous-nos-petits-morceaux.jpg

      Le tout dernier d'Emmanuelle Urien

Fouad.jpg

Dominique-Guerin.jpg

 

Quatre carnages..

 

 

 

  Teignes

 

 

 

 

Un escarpin de soie bleue

 

 

Est-ce ainsi

4 décembre 2008 4 04 /12 /décembre /2008 19:24

Ce visuel, c’est pour expliquer que je vais commencer
à vous dévoiler, peu à peu, tous les secrets de mon prochain roman.

 

Comment écrire une quatrième de couverture : entrez, asseyez-vous, j’explique avec un cas concret, celui de mon prochain roman. Prenez des notes, s’il vous plaît.

 

Grande nouvelle, nous nous sommes enfin mis d’accord, mon éditeur et moi, sur la quatrième de couverture de mon nouveau roman. Je me dépêche d’en parler avant qu’on ne change d’avis : le coup du fait accompli, il n’y a que ça de vrai.

 

Quand on a  fini d’écrire un livre, quand l’éditeur l’a accepté, il reste le plus dur à faire : se mettre d’accord sur la quatrième de couverture. Ensuite, bien sûr, il faut aussi l’imprimer, le faire référencer dans les bonnes librairies (pour les repérer, c’est facile : les bonnes librairies, ce sont celles qui le référencent. Celles qui ne le référencent pas, ce sont les mauvaises. Il est donc, tout compte fait, assez aisé de se faire référencer dans les bonnes librairies. La suite, c’est facile aussi : il faut obtenir des critiques dans les bons médias (c’est comme les bonnes librairies, c’est dire si c’est facile), dans les bons blog (Oui, c’est comme etc.) et il faut être acheté et lu par de bons lecteurs.

 

Le cœur du problème, c’est cette quatrième de couverture. C’est un travail d’équipe, c’est à dire qu’on bosse chacun de son côté, l’éditeur et l’auteur, et qu’on se rencontre ensuite pour décider quelle est la meilleure. En règle générale, chacun trouve que sa version est la meilleure. Attention, il ne faut pas trouver ça comme ça, il faut discuter, puis conclure : « Il y a des idées intéressantes dans ta version, mais, tout bien réfléchi, je crois que ma version est quand même la meilleure ». Idéalement, il faut le dire tous les deux en même temps, sinon le second a plus de mal à le dire. Mais s’il le dit en premier, il a l’air de ne pas avoir assez tout bien réfléchi. En même temps, et d’un air honnête et convaincu, c’est l’idéal.

 

Alors on repart chacun de son côté en décidant de garder sa version, mais en la modifiant un tantinet, de façon à y inclure les idées intéressantes de l’autre. Attention, il ne faut pas que ce soit un trop gros tantinet, sinon ça ne sert à rien d’avoir conclu d’un air convaincu. Il ne faut pas non plus que le tantinet soit trop petit, sinon ça ne sert à rien d’avoir pris l’air honnête.

 

Huit jours plus tard, on se retrouve, chacun avec sa version modifiée. Chacun doit présenter la sienne en disant « Cette fois-ci, on y est. Il n’y a plus une virgule à changer ». On lira la version de l’autre avec une moue sceptique « Ce n’est pas mal, c’est nettement mieux que la première fois, mais est-ce que ça donne envie de l’acheter ? ». On discute un peu, puis on conclut, tous les deux en même temps « Il y a des idées intéressantes dans ta version, mais, tout bien réfléchi, je crois que ma version est quand même la meilleure ». Et on repart chacun de son côté etc.

 

Le jeu s’arrête le jour où les deux reviennent avec une version identique. On tient alors la quatrième. Il faut le décider avec un sourire vainqueur, et rentrer chez soi en disant à sa femme « Ca ne ressemble plus à rien, toutes les bonnes idées ont disparu ».

 

Cette fois-ci, le jeu a duré cinq mois. Une belle partie, de beaux échanges. Voilà le résultat.  Qu’en pensez-vous ? Le premier qui dira « Ce n’est pas mal, mais est-ce que ça donne envie de l’acheter ? » sortira de ce blog immédiatement.

 

 

Jeune et ambitieux réalisateur, Alexis est harcelé par Sammy, un malfrat cinéphile qui
 l’admire et le presse de tourner un film sur sa vie.
Sammy est prêt à tout,  et même à
modifier cette vie pour qu’elle devienne le script idéal au regard du cinéaste.

 

Mais comment se débarrasser de cette amitié encombrante et de ce  rôle de coach imposé par le truand ? Alexis est inexorablement entraîné dans le plus inquiétant des scénarios : amours et carrière se disloquent. Le destin est en marche et ne lâchera plus sa proie avant le clap de fin.

 

Au-delà du thriller kafkaïen, ce roman d’humour noir est une comédie sociale où les personnages errent entre trois mondes impitoyables : ceux du cinéma, du crime et de la publicité. Reste à savoir lequel est le plus dangereux… On retrouve ici le ton acerbe d’un premier roman remarqué qui dépeignait sans ménagement le monde de l’édition et la condition de l’écrivain.

 

Georges FLIPO est publicitaire. Nouvelliste pour la radio (Radio France, France Bleu), il est l’auteur de La Diablada et Qui comme Ulysse (Anne Carrière), et du roman Le Vertige des auteurs (Le Castor Astral).

 

Photographie de couverture :

© Contemporary African Art Collection Limited / Corbis

Partager cet article

Repost 0
Published by Georges F.
commenter cet article

commentaires

fournier 26/12/2008 10:56

Quid de Clara? Qu'on le veuille ou non, il faudra bien que quelqu'un consente à m'expliquer le concept qui consiste à ne pas citer les personnages principaux dans une quatrième de couverture. C'est bien de citer Alexis Pirief et le prisonnier Sammy, mais à mon goût, ça sent trop l'intimité masculine, il manque la présence féminine. Vous auriez dû mentionner le personnage de Clara, par honneteté intellectuelle et par lucidité commerciale. L'honnêteté est une vertue bien rare actuellement. C'est pour cette raison que je vais en enfiler le costume. Ne tirez pas trop la couverture sur vous, vous découvrez les autres et ils se les gèlent sous les poils. Pour ce que vous en ferez, je vous donne mon avis: la quatrième de couverture doit, pourtant ce n'est pas une obligation, être rédigée dans le même style que le roman. Si c'est drôle, elle doit être humoristique. Si c'est une tragédie, elle doit être noire. Votre style de bloggueur, qui n'est peut-être pas votre style d'écrivain, n'a rien à voir avec cette quatrième de couverture austère, serrée des cuisses et molle du genou. C'est dommage, on a plutôt envie de boire une bière avec vous et, là, on se retrouve à lire un résumé dans le plus pur style Flavie Flamand, sourire blanc et rictus au bord des yeux comme aux toilettes. Supprimez cette quatrième de couverture (vous vous en foutez, jetez les 5000 exemplaires) et rédigez-en une autre, plus drôle, plus sympa, plus dans votre style, et faites rééditer votre roman (au besoin chez quelqu'un d'autre). En effet, j'ai vraiment l'impression que cet éditeur vous bouffe la vie et vous impose ses choix. C'est un peu votre Sammy à vous. Payez-lui un coup dans un bistro et foutez le camp. Je ne plaisante pas. C'est un conseil comme un autre: jetez vos 5000 exemplaires à cause de cette quatrième de couverture et réécrivez un nouveau résumé. Allez, je vous donne une ficelle: commencez par la fin (ben oui la quatrième de couverture est bien la dernière page d'un roman?) bon alors commencez par la fin. Pour le cas de votre bouquin, ça devrait donner quelque chose comme ça (mais c'est modifiable):

"Comment le réalisateur Alexis Pirief a-t-il pu se fourrer dans une telle merde? Sammy le taulard qui lui tourne autour pour qu'il tourne pour lui, Clara sans les chics types qui lui retourne le coeur et la tête, rien ne va plus, coupez, silence, on tourne."

ou dans un autre style, peut-être plus proche du vôtre:

"Pirief est réalisateur. Sammy est taulard. Clara est une femme. C’est une course à l'échalotte qui s’élance entre les personnages. Roman drôle."

ou même:

"L'humour est présent ici grâce aux personnages hauts en couleurs de Flippo. On a Pirief, réalisateur escogriffe, Sammy, l'incarcéré des cités, et Clara, propre sur elle mais fouteuse de merde à temps partiel. On rit et on s'amuse à chaque page, on Flippo trop sa race, comme on dit chez les jeunes lecteurs."

Ou finalement :

« Comment le grand réalisateur Alexis Pirief se retrouve dans une situation aussi minable et dégradante ? Ca, il faudrait le demander à Sammy, l’ex taulard égocentrique, ou à Clara, la douce qui fait de sa vie un enfer. Ou encore à Flippo, l’écrivain de ce roman à tiroirs et à clés anglaises. »

et même pourquoi pas :

« Flippo nous montre encore ici une nouvelle facette de son génie : après avoir écrit les 256 pages de ce roman magnifique et très drôle, le voici incapable d’en rédiger la dernière page. C’est tout Flippo, cette quatrième de couverture. A lire absolument. »

ou tout simplement :

« un éditeur à la noix qui ne sait pas rédiger une quatrième de couverture basique, un auteur écrivain qui écrit surtout sur son blog, un pseudo roman pseudo drôle, des personnages à se taper le cul parterre, « Le film fera un malheur », sans doute, mais le roman, c’est certain. »

ou alors :

« Flippo le fils de pub nous revient avec un nouveau spot : comment laver plus blanc que blanc ? C’est du Coluche à chaque page, on s’en tamponne le coquillard, on aimerait boire un coup avec Alexis, fumer un joint avec Sammy et astiquer les cuisses de Clara. Le film publicitaire va faire un malheur, 30 secondes de bonheur et le lecteur éjacule sur les points de suspension… »

Voilà, ça ne mange pas de pain, ça s'écrit en 2 minutes, ça se lit en 10 secondes dans une librairie, on achète le roman en 3 secondes. Ca vous aurait écorché le bout des ongles d'écrire une quatrième de couverture comme ça? Alors pourquoi vous ne l'avez pas fait? Vous aviez tout donné sur votre blog? Ne vous en faites pas, faites ce que je vous ai dit, suivez un conseil pour une fois: jetez les 5000 premiers exemplaires et réécrivez cette quatrième de couverture (faites un copier-coller d'un de mes modèles si vous le souhaitez, il n'y a pas de souci, cadeau). OU ALORS, je ne vois que ça, gardez votre quatrième de couverture, et réécrivez votre roman. Ca sera peut-être plus simple, finalement.

Georges F. 28/12/2008 20:29


>> Bonsoir Fournier. Je remarque que vous vous donnez beaucoup de mal pour écrire mon nom avec deux pp, Flippo. Ce doit être pour donner l'impression que
vous me connaissez à peine, mais je ne vous crois pas : mon nom figure partout en énorme dans ce blog. A quoi bon être mégalomane si les amis ne le remarquent pas.
Mais je vous qualifie un peu vite d'ami, car je ne vous connais pas. Et vous me faites beaucoup de peine, car vous avez parfois raison.
J'ai pondu un très long billet pour vous répondre, je l'ai laissé en ligne une nuit, puis je l'ai passé à la broyeuse au petit matin. Je ne sais que vous dire de plus, ce serait très compliqué.
Mais je laisse votre commentaire bien lisible, ça donne à ce blog un petit air démocratique.


Florinette 08/12/2008 10:30

Avant la quatrième, c'est surtout la couverture en premier lieu qui attire le regard, si elle est horriiible, la quatrième de couverture peut-être très attirante il n'en reste pas moins que ce n'est pas elle que l'on voit en premier !

Georges F. 08/12/2008 22:23


>> Merci Florinette. Je vais trembler encore plus demain matin, en présentant sur ce blog la couverture ! Vous serez la première à la voi en premier
!


Léonie Colin 07/12/2008 17:45

Je retire tout ce que je proposais, Georges, j'avais pas vu la photo.
Il faudrait juste la photo, en grand.
Vous avez raison, je vais suivre le conseil que vous avez donné à Balmeyer: coller la photo derrière le livre dès que je l'aurai acheté.
D'ailleurs, chacun pourrait faire sa quatrième après avoir lu le roman, ce serait plus interactif.

Georges F. 08/12/2008 22:20


>> Ciel, ne retirez rien, Léonie ! Mais vous me donnez une excellente idée : onviter chacun à écrire la quatrième de couverture idéale, et en faire un
concours sur ce blog, en vue de la première ré-édition. J'y réfléchis.


balmeyer 06/12/2008 15:04

Je préférais personnellement ma propre version, mais après tout je n'ai pas lu le livre et je ne vais pas l'éditer. Je ferais donc "un gros tantinet" profil bas.

Toujours un côté satirique dans vos billets qui ravit une tonne de tantinet.

Georges F. 06/12/2008 22:30


>> Votre version est certainement meilleure Balmeyer. Vous la taperez au format, et vous la collerez sur la quatrième de couv. Et s'il vous reste un tantinet
d'énergie, vous en ferez autant sur tous les exemplaires des fnac.


Thaïs 06/12/2008 14:41

Heu je trouve la remarque de Léonie pertinente. Je suis certainement longue à la détente ou le sujet m'inspire moins (qu'Ulysse) mais j'ai du relire deux fois...La version de Léonie est courte et limpide.
Mais je ne voudrais pas détruire 6 mois de travail acharné !Je me mets juste à ma place. Quand je traine dans une biblio ou chez un libraire je suis attirée par l'illustration sur la couverture puis je lis la 4eme de couverture en 10 secondes maxi. Si ce n'est pas limpide ou trop long, je zappe.

Georges F. 06/12/2008 22:29


>> Thaïs, vous aussi ! je vous interdis de trouver pertinente la remarque de Léonie. Ca va finir par devenir contagieux.