Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

(Excellente) Présentation

  • : Blog de Georges Flipo, auteur
  • Blog de Georges Flipo, auteur
  • : Dans ce blog : chroniques sur l'actualité littéraire (la mienne et celle des autres), sur l'écriture, sur l'édition, sur les auteurs, et tout ce qui se réclame de lalittérature.
  • Contact

Actualité brûlante

Blog au repos

Mais rien ne vous empêche d'aller faire un tour sur le site www.georges-flipo-auteur.com  

Recherche

Avant d'entrer ou de sortir

Pour une lecture plus structurée, cliquez juste en dessous : pavé "pages" ou pavé "catégories".

Pour des informations pérennes, impitoyablement classées, allez faire un saut sur mon site d'auteur

Il vient d'être entièrement remanié. Tout y est très beau, très chic. Même le chien.

Archives

Des attaches et des liens

Des blogs que je fréquente souvent ou parfois, mais avec plaisir, sans forcément y laisser de commentaires, des blogs dont le tenancier vient parfois faire un coucou en dessous de mes billets, des blogs qui aiguillent vers le mien, des blogs qui ont donné un coup de pouce à un ou plusieurs de mes livres, tout cela crée des liens.

Si vous pensez que votre absence dans cette liste est un scandale, faites un scandale. Ou, plus simple, faites-moi signe.

-------
 
813
Actu du noir (Jean-Marc Laherrère)
Actualitte.com, Nicolas
Alex (Mot à mots)
Amanda Meyre
Annick Dor
Antigone (Les écrits d’Antigone)
Armande 22,  Les livres-bonheur
Aude (Mots dits)
Balmeyer
Biblioblog (Laurence)
BibliObs
Bibliophagie (Sybilline)
Bibliosurf
Biffures chroniques
Blog de Thomas Clément
Bloghotel
Blog-o-book
Boojum
Bookingdom
Bric à book, Leiloona
Brigit Hache
BSC News
C’était demain, Dominique Boudou
Cabinet de curiosités d’Eric Poindron
Cafebook (Emma)
Calipso,
Calibre 47 (Claude Mesplède)
Calou, L’Ivre de lectures
Carnet de lectures
Carnets de Pierre
Carnets de sel (Essel)
Caro[line] 5ème de couverture, 
Catherine (La culture se partage)
Cathulu
Chaperlipopette
Chez Lo
Chiffonnette
Chimère (A livre ouvert)
Choupynette (Y'a d'la joie)
Chroniques littéraires
Clair et net
Clarinesse (L'œil du vent)
Claude Le Nocher
Clopin-clopant (Clopine)  
Comme dans un livre
Cozop
Critico-blog
CulturesFrance
Cunéipage (Cuné)
Daniel Fattore
Danielle, Maux d’auteurs
Dasola
De livres en livres
Digressions (Joseph Vebret)
Ecrivains-voyageurs
Eireann (Yvon)
Eloah (À lire, à croquer)
Emmanuelle Urien
En lisant, en voyageant, (Keisha)
Encres vagabondes, Patricia Châtel
Enna lit, Enna vit
Eric Fouassier
Espaces, CNES
Eulalie
Evene
Extra-ball, (Dorham)
Fabelire
Fabula Bovarya,
Flof 13 (Lire et délires)
Florinette, Les lectures de Florinette,
Fluctuat.net
Forum A vos plumes
Forum Tir Na N’Og et Cie
Frédérique Martin
Gaëlle Pingault
Géothèque
Géraldine (Les coups de cœur)
Gwenaelle (Skriban)
Happy Few, Fashion Victim
Hautefort, club Littérature
Hebdo des notes,
Indications
Initiales
Interlignage
Jean Calbrix
Journal  d’une lectrice (Papillon)
Kalistina
Kathel, Lettres exprès
Kheops
La bibliothèque du dolmen
La caverne d'Ankya
La cuisine des mots (Ciorane)
La Factory
La liseuse (au fil de mes lectures)
La Mère Castor
La Péniche.net ( Bureau des Arts de Sc. Po )
La pile à lire d'Hécléa
La plume et le citoyen
La Revue Littéraire (Blog Leo Scheer)
La scribouillarde
La tête dans les pages
Labyrinthes avec vue
Le bibliomane
Le blog d’Ameleia,
Le goût des livres (Aifelle)
Le retour de l'être aimé
Le Scribe
Lechoixdesbibliothécaires
Lecture & Ecriture
Lectures et autres (Sylvie)
Leo Scheer (La revue littéraire)
Les chroniques de Mandor
Les jardins d’Hélène
Les lectures de Martine,
Les livres de l'Arrajou
Les penchants du roseau
Levraoueg (La tourneuse de pages)
Librairie des voyageurs, Les 5 continents.
Lignes de fuite
L'île, la petite île
Lili (Des livres et moi)
Liliba
Lily et ses livres
Lire et délires (Flof13)
Litote en tête
Livres pour vous
Livres et Cinéma (Yohann)
Lou, My Loubook 
LVE, Lire Voir Entendre
Lyvres (Yv)
Magali Duru
Maïté Bernard (sur Bibliosurf)
Malice
Manu Causse
Marc Sefaris
Mary's colors
Maud et les mots
Mercedes G.F.
Mes lectures (Phil)
Mille et une pages (Stephie)
Miss Orchidée 
Monde du livre.com,
Mot Compte Double (Françoise Guérin)
Mots en bouche
N.U.L.L.E., Erzebeth
Nicolas Ancion
Nuit blanche
Obiwi
Oceanicus in folio
One big day
Pages à pages
Parfum de livres
Pascal, Le disque 
Pickendorf (Qui hodie agisti)
Pimprenelle
Posuto
Pralineries (Pralines)
Pr'Ose (Emma Bovary)
Prudence
Quichottine,
Quoi de 9 Cécile ?
Roseau
Rue des Livres
Salondulivre.net
Saxaoul
Scriptural (Schlabaya)
Serial lecteur
Site de Brigitte Niquet
 
Sylire
Tamara (Tamacultire)
Thaïs, Arc-en-ciel, 
Turquoise (Un moment Turquoise)
Valérie (Un fil à la page)
Vers Minuit, Franck Garot
Voyage au bout de la lettre (Pitou)

Yspaddaden

Yves Mabon, Prix Orange du Livre
Zoé Lucider
Zoridae

Copinage éhonté.

Voici une rubrique dans laquelle je présente des livres écrits par des auteurs avec lesquels j'entretiens d'amicales relations. Bien entendu, il ne s'agit pas ici d'emplacement publicitaire. C'est beaucoup plus honorable, c'est du copinage. Les livres présentés dans cette rubrique ne seront pas toujours les mêmes : à défaut de renouveler mes copains, mes amis, mes relations, je vais renouveler leurs parutions.

 

Cherche-jeunes-filles-200-x315.jpg

  Le tout dernier de Françoise Guérin

virages-dangereux-copie-1.jpg

La-vieille-dame-du-riad.jpg


Frederique-Martin-Belfond-Le-Vase-ou-meurt-cette-verveine-3.jpg
Tu-ne-mourras-plus-demain.jpg

 

Les pays

Moulins A paroles


L-eau-des-reves.jpg

Lotus Seven

Un homme perdu-copie-1


Langue-de-pub-copie-1.jpg

Livre-Magali-Duru.jpgLe tout dernier de Magali Duru

tous-nos-petits-morceaux.jpg

      Le tout dernier d'Emmanuelle Urien

Fouad.jpg

Dominique-Guerin.jpg

 

Quatre carnages..

 

 

 

  Teignes

 

 

 

 

Un escarpin de soie bleue

 

 

Est-ce ainsi

25 octobre 2008 6 25 /10 /octobre /2008 20:42

 En montant mes placards,
j’ai construit cette réflexion sur les blogs

  

J’ai vu arriver cette semaine deux mails qui m’ont plongé dans un gouffre de réflexions. J’y ai repensé tout le temps en construisant mes placards. Je résume ces mails, car ils étaient décorés de multiples gentillesses qui ne regardent que moi – mais merci aux émetteurs.

 

1er mail, d’une blogueuse. « J’ai lu votre « Qui comme Ulysse », que j’ai beaucoup aimé » –excellent début de mail, continuons… « … Mais je ne crois pas que je vais en faire un  billet sur mon blog, car il y en a déjà eu tellement sur la blogosphère que je ne vois pas quoi dire d’original ».

2ème mail, que je vais ré-écrire car il était formulé de façon tellement complexe qu’on s’y perdait : en gros « Les blogs, c’est une illusion, pour les auteurs : ils croient toucher beaucoup de monde, mais ce sont presque toujours les mêmes cent ou deux cents personnes. C’est un petit monde qui tourne en rond : ce sont les mêmes qui tiennent un blog, qui fréquentent le deuxième, qui déposent un commentaire sur le troisième. Il suffit de voir les noms des commentaires, ce sont toujours les mêmes. »

 

Il y a là une apparence de vérité. Une apparence seulement, comme le montre le croquis dessiné ci-dessus. C’est une fleur. Ne riez pas, dans notre couple, ce n’est pas moi l’artiste. C’est ma femme, elle peint franchement mieux que moi. Je croyais que c’était connu de toute la blogosphère, grâce à son site. Mais nous venons de découvrir que ce site est fermé depuis plusieurs mois : nous avions oublié de payer la facture de l’hébergeur. Je dis « nous », car quand il y a une bêtise, c’est toujours nous, même si c’est moi qui avais promis de m’en occuper. C’est ainsi qu’on construit les couples inaltérables.

Tiens, pour que ce paragraphe serve à quelque chose et rattrape les dégâts, allez donc y faire un tour, c’est bien mieux qu’à la FIAC. Je ne m’étends pas sur le sujet, car je pondrai bientôt un billet sur la FIAC.

 

Revenons à nos blogs. Où est l’erreur de mes correspondants ? Dans la fleur.

 

Il y a effectivement une apparence de pistil jaune sur lequel viendraient brouter les abeilles (oui, brouter, elles ne vont pas toujours butiner, ça ferait cliché). Ce pistil jaune serait le petit monde des blogs littéraires : le dessin ne doit pas oublier qu’environ 90% des personnes qui fréquentent les blogs ne laissent pas de commentaires. Ceux qui commentent sont très majoritairement des blogueurs qui, s’ils sont connus,  se saluent entre eux pour se sentir un peu moins seuls, ou pour laisser un lien dans l’espoir d’une visite, dans le cas de blogs qui se lancent.

 

Il y a donc aussi des pétales, sur ce pistil. Ce sont les trucs rose saumon que j’ai dessinés. Ces pétales, ce sont les visiteurs propres à chaque blog. Pas forcément des visiteurs exclusifs, ils peuvent fréquenter deux ou trois blogs. Ces visiteurs, on ne les voit presque jamais, sauf dans les statistiques : ils passent, ils lisent, ils s’en vont. Ils aiment leur blog, ils lui sont fidèles sans forcément être accros.

 

Or, ces visiteurs-pétales, c’est pour eux que le blogueur doit écrire ses billets, et non pour ses collègues, les gestionnaires d’autres blogs. L’objectif ne doit pas être de faire l’original par rapport aux collègues, mais d’être intéressant pour ses fidèles. Croyez-vous que les critiques des magazines, (Le Magazine Littéraire, par exemple, et plus précisément le numéro de novembre page 38, je lance ça au hasard) écrivent en se souciant de ce qu’ont pondu les autres magazines ? Bien sûr que non, ils les lisent à peine : ils étalent leurs idées dans leur style pour leurs lecteurs, et peu importe le reste.

 

Voilà, avec tout ça, j’ai répondu aux deux mails qui me turlupinaient.

>>  Blogueuse du mail N°1, écris comme tu le sens. Juste pour tes visiteurs à toi (et pour moi). Dépêche-toi, l’excellence t’attend.

>>  Blogueur du mail N°2, tu as raison mais tu as tort : le petit monde, c’est uniquement celui des commentateurs-blogueurs. C’est le petit bout de l’iceberg qui fait saillie dans le grand océan.

 

Quelles preuves, me direz-vous ? Eh bien, je les compte sur les salons : je dédicace beaucoup, et de nombreux visiteurs arrivent de la part de tel ou tel blog. Ils y sont inconnus, y compris sur le mien. Rares sont ceux qui me signalent qu’ils m’ont vu sur plusieurs blogs. Plus rares encore sont ceux qui ont leur propre blog.

 

Les boules fuschia ajoutées, ce n’est pas pour faire joli : ce sont les autres communautés que fréquentent les lecteurs de chaque pétale. Quand un blog réputé comme celui de Thomas Clément me consacre cette semaine un (joli) billet, je vois arriver des visiteurs que je n’aurais normalement jamais aperçus jusqu’ici : autres profils, autres fréquentations. Asseyez-vous, je prépare les cafés : quelles couleurs, les capsules Nespresso ? J’ai de vieilles tuiles aux mandes dans la boîte en fer, ça vous ferait plaisir ?

 

 

P.S.1. La tige et les feuilles vertes, par contre, c’était uniquement pour faire joli. Là, l’échec est total. 
P.S.2. Un ami à qui j'envoie ce billet en pré-lecture me fait remarquer que j'enfonce des portes ouvertes. Et alors ? Tu crois que ça ne fait pas plaisir des portes ouvertes qui s'ouvrent, quand on monte un placard ? Les miennes, d'habitude, elles coincent toujours.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Flo 01/11/2008 19:18

Je ne sais pas si ce billet enfonce les portes ouvertes mais il me parle. Il me rappelle pourquoi j'ai arrêté de blogguer (enfin une des raisons). Certes, j'ai fait de belles rencontres grâce à la blogo mais la multiplication des blogs et l'évolution du phénomène en général m'avait éloigné de cette ambiance du début où chaque billet était une bouteille à la mer, où l'évolution des stats était essentiellement dûe aux visiteurs qui arrivent par là sans vous connaître et ne laissent pas nécessairement de commentaires mais vous lisent régulièrement, etc. Mes propos ne relèvent pas juste de la nostalgie.
J'ai commencé à me sentir gênée aux entournures quand il est devenu de bon ton de linker toutes les personnes qui avaient parlé du même bouquin que celui de l'objet d'une chronique (c'est vrai que je n'ai que ça à faire de mes journées...). Je ne parle même pas (bon si en fait je le fais :D) de l'auto-censure pour cause d'avis divergent par rapport à l'écrasante majorité (je ne l'ai jamais pratiquée, je crois que tu ne douteras pas de mes propos ;) mais que d'autres le fassent me désole).
A mon sens, un blog devrait être potentiellement (mais pas obligatoirement) un lieu de dialogue avec ses commentateurs mais sûrement pas un miroir de ce qui se dit par ailleurs.
Bon, j'ai été trop longue, j'arrête là !
(j'ai commencé "Ulysse" mais ma charge de travail fait que mon temps de lecture est quasi-inexistant et puis tu n'as pas de chance, tu es en compétition avec Paul Auster ;)

Georges F. 02/11/2008 07:57


>> Flo, je trouve ton commentaire très juste : non, tu n 'as pas été trop longue, ce que tu dis est intéressant. Oui, je te suis quand tu exprimes cette gêne
d'un monde des tenanciers de blogsen quelque sorte  trop linkés entre eux. Le vrai public prioritaire, ce doit toujours rester le visiteur lambda, même quand il ne commente pas. Et,
vais-je te rassurer en disant que je demande aux passants qui achètent Ulysse dans les salons du livre, de m'envoyer leurs commentaires négétifs sur mon blog quand ils sont négatifs, plutôt
que par mail !


Thaïs 28/10/2008 10:18

@sebastien : "l'important c'est d'avoir ses mots et de prendre du temps pour le dire..." c'est tout à fait vrai ! Je trouve que le même livre raconté par plusieurs différentes n'a pas le même relief.Et la personnalité de l'auteur du blog se révèle ainsi et c'est ce qui fait que l'on est plus proche de certains blogueurs.

Quant à vous Georges, je n'y connais rien en montage de placard mais votre démonstration florale est juste. J'aurais juste parler des étamines ou du pollen qui se répand un peu partout et qui resurgit quand on ne l'attend pas quelquefois quelques mois après...

Georges F. 29/10/2008 11:23


>> Oui, les étamines, le pollen, à résurgence tardive, c'est important, Thaïs. Et le reste de votre propos me paraît très bien vu.


antigone 26/10/2008 09:55

Merci pour ce billet. On devrait écrire chaque article pour une sorte de lecteur idéal, muet, attentif et fidèle, c'est vrai...
Même si faire partie d'une communauté littéraire, accueillante et vivante, est terriblement sympathique !! Non ?

Georges F. 29/10/2008 11:14


>> Bonjour Antigone, bienvenue en ces colonnes (et merci pour votre accueil dans les vôtres). Une sorte de lecteur idéal ? Oui, vous avez raison : quand
j'écris une nouvelle, j'imagine chaque fois un lecteur idéal. Généralement un ami, parfois une simple connaissance. Cela m'aide à trouver une cohérence de propos, mais aussi un ton de récit chaque
fois différent. Ce qui est amusant, c'est que ledit ami (ou la connaissance) ne saura jamais que la nouvelle a été écrite pour lui.


Laetitia la liseuse 26/10/2008 09:09

Je suis bien d'accord avec vous quand vous répondez au 1° mail. Même si c'est vrai que certains livres reviennent assez souvent sur les blogs. Chaque blogueur peut apporter un éclairage nouveau et donner envie de lire le livre alors que l'avis précédent d'un autre blog n'avait pas su nous convaincre. En tant que lectrice de blogs, ça m'est déjà arrivé ! Comme quoi.

Georges F. 29/10/2008 11:10



>> Merci, Laetitia : non seulement un nouveau billet peut donner de nouveaux éclairages, mais il peut les donner à de nouveaux visiteurs. N'hésitez donc
pas à donner les vôtres !



Sébastien 25/10/2008 23:27

C'est très étonnant de voir ce billet ici aujourd'hui... non pas étonnant (car vous pouvez l'être à souhait), mais surprenant de coïncidences et de hasards et de concordances fortuites car je posais une question similaire ces derniers jour. Je suis nouveau ici, dans cette sphère virtuelle et néanmoins gigantesque qu'on appelle blogosphère. Chacun a ses tics, ses manies, ses trucs... moi le mien c'est souvent de m'interroger sur le sens de ce que je fais. Et c'est vrai qu'on peut parfaitement monter un blog, ouvrir les fenêtres, les portes (même ouvertes) sans se poser une seule fois la question du qui quand quoi où comment pourquoi, genre "de toute façon c'est forcément légitime puisqu'on est là, fenêtre sur cour". On peut aussi se demander pourquoi on le fait et on peut aussi douter de son utilité, de sa portée. C'est ce que j'ai fait. Et j'ai beaucoup navigué dans le « brouillard » comme vous l'appelez, observé mille et un placards, j'ai essayé de voir les mille et une façon du pourquoi et du comment le blogueur en arrive à prendre la parole sur ce terrain-là. Et en effet les raisons sont nombreuses mais là n'est pas le sujet de les énumérer... J'évoque ceci car tout en observant et en analysant les blogs qui parlent des livres, je suis tombé sur un débat très intéressant sur le site de Ce que tu lis qui parlait du positionnement de ces blogs dont le sujet principal est la littérature. Je résume grossièrement : on se posait les questions de savoir à quoi ça servait, à qui, si c'était prévu pour durer, si cela interférait sur le monde professionnel du livre... Enfin c'était un débat intéressant. Et là Ô surprise vous êtes apparu tel Ulysse aux yeux de Pénélope ! (je mets un peu d'emphase superflue pour la rhétorique)
Votre intervention était bienvenue car dans tout ce débat on n'avait pas eu l'avis d'un l'auteur, qui est tout de même l'autre pendant du livre. Vous avez parlé des blogs excellents (les autres, pas ceux qui parlent forcément de vous) en tentant de les définir, vous avez apporté un éclairage lumineux sur l'avantage qu'ont ces blogs que n'ont pas les autres médias (la place et le temps de s'exprimer). Vous avez ensuite évoqué leurs défauts comme l'invisibilité dans la nébuleuse, le copinage qui rend parfois imperméable la lecture, l'aspect grégaire et compact des blogs à parler d'une actualité brûlante qui par la répétition devient forcément vite froide.

Je dois avouer, sans vouloir vous flatter, que votre intervention a apporté beaucoup de sens sur les questions que je me posais ! Comme quoi on gagne parfois à réenfoncer les portes ouvertes. On a écrit un billet pour 5 personnes ? Qu'importe pourvu que ça ait produit du sens et de l'échange, ces cinq personnes ne sont pas les mêmes que dans le blog voisin et ainsi de suite. Une seule personne a laissé un commentaire ? Il n'y avait rien a ajouter, ou trop de timides dans l'assemblée et puis les commentaires c'est surtout une marge sur laquelle on peut échanger, un lieu pour ne pas s'enfermer dans sa tour d'ivoire... Quand à l'originalité... l'important c'est d'avoir ses mots et de prendre du temps pour le dire...

Voilà ! un long billet bien bavard pour relier ce billet à cet autre commentaire... ma fâcheuse manie de tisser des fils dans le labyrinthe :)

Georges F. 29/10/2008 11:09



>> Merci, Sébastien, pour ce billet. Dommage qu'il soit si court : n'hésitez pas à développer le propos sur votre blog, je mettrai un lien.