Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

(Excellente) Présentation

  • : Blog de Georges Flipo, auteur
  • Blog de Georges Flipo, auteur
  • : Dans ce blog : chroniques sur l'actualité littéraire (la mienne et celle des autres), sur l'écriture, sur l'édition, sur les auteurs, et tout ce qui se réclame de lalittérature.
  • Contact

Actualité brûlante

Blog au repos

Mais rien ne vous empêche d'aller faire un tour sur le site www.georges-flipo-auteur.com  

Recherche

Avant d'entrer ou de sortir

Pour une lecture plus structurée, cliquez juste en dessous : pavé "pages" ou pavé "catégories".

Pour des informations pérennes, impitoyablement classées, allez faire un saut sur mon site d'auteur

Il vient d'être entièrement remanié. Tout y est très beau, très chic. Même le chien.

Archives

Des attaches et des liens

Des blogs que je fréquente souvent ou parfois, mais avec plaisir, sans forcément y laisser de commentaires, des blogs dont le tenancier vient parfois faire un coucou en dessous de mes billets, des blogs qui aiguillent vers le mien, des blogs qui ont donné un coup de pouce à un ou plusieurs de mes livres, tout cela crée des liens.

Si vous pensez que votre absence dans cette liste est un scandale, faites un scandale. Ou, plus simple, faites-moi signe.

-------
 
813
Actu du noir (Jean-Marc Laherrère)
Actualitte.com, Nicolas
Alex (Mot à mots)
Amanda Meyre
Annick Dor
Antigone (Les écrits d’Antigone)
Armande 22,  Les livres-bonheur
Aude (Mots dits)
Balmeyer
Biblioblog (Laurence)
BibliObs
Bibliophagie (Sybilline)
Bibliosurf
Biffures chroniques
Blog de Thomas Clément
Bloghotel
Blog-o-book
Boojum
Bookingdom
Bric à book, Leiloona
Brigit Hache
BSC News
C’était demain, Dominique Boudou
Cabinet de curiosités d’Eric Poindron
Cafebook (Emma)
Calipso,
Calibre 47 (Claude Mesplède)
Calou, L’Ivre de lectures
Carnet de lectures
Carnets de Pierre
Carnets de sel (Essel)
Caro[line] 5ème de couverture, 
Catherine (La culture se partage)
Cathulu
Chaperlipopette
Chez Lo
Chiffonnette
Chimère (A livre ouvert)
Choupynette (Y'a d'la joie)
Chroniques littéraires
Clair et net
Clarinesse (L'œil du vent)
Claude Le Nocher
Clopin-clopant (Clopine)  
Comme dans un livre
Cozop
Critico-blog
CulturesFrance
Cunéipage (Cuné)
Daniel Fattore
Danielle, Maux d’auteurs
Dasola
De livres en livres
Digressions (Joseph Vebret)
Ecrivains-voyageurs
Eireann (Yvon)
Eloah (À lire, à croquer)
Emmanuelle Urien
En lisant, en voyageant, (Keisha)
Encres vagabondes, Patricia Châtel
Enna lit, Enna vit
Eric Fouassier
Espaces, CNES
Eulalie
Evene
Extra-ball, (Dorham)
Fabelire
Fabula Bovarya,
Flof 13 (Lire et délires)
Florinette, Les lectures de Florinette,
Fluctuat.net
Forum A vos plumes
Forum Tir Na N’Og et Cie
Frédérique Martin
Gaëlle Pingault
Géothèque
Géraldine (Les coups de cœur)
Gwenaelle (Skriban)
Happy Few, Fashion Victim
Hautefort, club Littérature
Hebdo des notes,
Indications
Initiales
Interlignage
Jean Calbrix
Journal  d’une lectrice (Papillon)
Kalistina
Kathel, Lettres exprès
Kheops
La bibliothèque du dolmen
La caverne d'Ankya
La cuisine des mots (Ciorane)
La Factory
La liseuse (au fil de mes lectures)
La Mère Castor
La Péniche.net ( Bureau des Arts de Sc. Po )
La pile à lire d'Hécléa
La plume et le citoyen
La Revue Littéraire (Blog Leo Scheer)
La scribouillarde
La tête dans les pages
Labyrinthes avec vue
Le bibliomane
Le blog d’Ameleia,
Le goût des livres (Aifelle)
Le retour de l'être aimé
Le Scribe
Lechoixdesbibliothécaires
Lecture & Ecriture
Lectures et autres (Sylvie)
Leo Scheer (La revue littéraire)
Les chroniques de Mandor
Les jardins d’Hélène
Les lectures de Martine,
Les livres de l'Arrajou
Les penchants du roseau
Levraoueg (La tourneuse de pages)
Librairie des voyageurs, Les 5 continents.
Lignes de fuite
L'île, la petite île
Lili (Des livres et moi)
Liliba
Lily et ses livres
Lire et délires (Flof13)
Litote en tête
Livres pour vous
Livres et Cinéma (Yohann)
Lou, My Loubook 
LVE, Lire Voir Entendre
Lyvres (Yv)
Magali Duru
Maïté Bernard (sur Bibliosurf)
Malice
Manu Causse
Marc Sefaris
Mary's colors
Maud et les mots
Mercedes G.F.
Mes lectures (Phil)
Mille et une pages (Stephie)
Miss Orchidée 
Monde du livre.com,
Mot Compte Double (Françoise Guérin)
Mots en bouche
N.U.L.L.E., Erzebeth
Nicolas Ancion
Nuit blanche
Obiwi
Oceanicus in folio
One big day
Pages à pages
Parfum de livres
Pascal, Le disque 
Pickendorf (Qui hodie agisti)
Pimprenelle
Posuto
Pralineries (Pralines)
Pr'Ose (Emma Bovary)
Prudence
Quichottine,
Quoi de 9 Cécile ?
Roseau
Rue des Livres
Salondulivre.net
Saxaoul
Scriptural (Schlabaya)
Serial lecteur
Site de Brigitte Niquet
 
Sylire
Tamara (Tamacultire)
Thaïs, Arc-en-ciel, 
Turquoise (Un moment Turquoise)
Valérie (Un fil à la page)
Vers Minuit, Franck Garot
Voyage au bout de la lettre (Pitou)

Yspaddaden

Yves Mabon, Prix Orange du Livre
Zoé Lucider
Zoridae

Copinage éhonté.

Voici une rubrique dans laquelle je présente des livres écrits par des auteurs avec lesquels j'entretiens d'amicales relations. Bien entendu, il ne s'agit pas ici d'emplacement publicitaire. C'est beaucoup plus honorable, c'est du copinage. Les livres présentés dans cette rubrique ne seront pas toujours les mêmes : à défaut de renouveler mes copains, mes amis, mes relations, je vais renouveler leurs parutions.

 

Cherche-jeunes-filles-200-x315.jpg

  Le tout dernier de Françoise Guérin

virages-dangereux-copie-1.jpg

La-vieille-dame-du-riad.jpg


Frederique-Martin-Belfond-Le-Vase-ou-meurt-cette-verveine-3.jpg
Tu-ne-mourras-plus-demain.jpg

 

Les pays

Moulins A paroles


L-eau-des-reves.jpg

Lotus Seven

Un homme perdu-copie-1


Langue-de-pub-copie-1.jpg

Livre-Magali-Duru.jpgLe tout dernier de Magali Duru

tous-nos-petits-morceaux.jpg

      Le tout dernier d'Emmanuelle Urien

Fouad.jpg

Dominique-Guerin.jpg

 

Quatre carnages..

 

 

 

  Teignes

 

 

 

 

Un escarpin de soie bleue

 

 

Est-ce ainsi

21 octobre 2008 2 21 /10 /octobre /2008 20:03

Téléportage raté de Ségolène R. à Saint-Étienne.
Nous deux sous ma tente.

 

Photo Danielle Akakpo. Au centre, le champion des ventes d'aspirateurs. A sa droite, la talentueuse Bénédicte des Mazery (La vie tranchée). A sa gauche, le boxeur absent (il vient de regagner son coin de ring). En arrière-plan, la foule béate de l'allée centrale. Mais moins béate que le sourire du champion des ventes d'aspirateurs.

 

 Il y avait tout pour faire de cette Fête du livre à Saint-Étienne une fête. Hélas, il semble qu’un Dieu de l’Olympe s’acharne sur moi, disons même sur nous. Oui, nous, vous verrez. En tout cas, moi : un peu comme Poséidon avait choisi Ulysse comme tête de turc. D’ailleurs, je suis sûr que c’est encore une fois Poséidon. Ou BHL. Pourquoi BHL ? Parce que ces temps-ci c’est la mode de persifler sur BHL, alors je suis. C’est ça, la vie d’auteur.

 

Tout était bien parti. Dans le train qui nous menait vers Saint-Étienne, j’ai retrouvé la chère Julia, responsable des salons chez Anne Carrière, et j'ai fait la connaissance des autres auteurs de notre écurie, qui partaient au même salon. Il y avait plein d’autres auteurs de chez les autres éditeurs, c’est très chic ces trains des auteurs. La vraie raison pour laquelle je publie, c’est celle-là : se présenter à l’hôtesse en mentionnant négligemment « Je suis auteur, où est-il, notre train ? » et monter, l’air blasé. Le seul truc que je regrette, c’est l’absence de gros badges « AUTEUR INVITÉ » que je pourrais accrocher sur mes bagages, sur mes vêtements. Je me promènerais, très digne mais affable, dans la gare. On se ruerait vers moi, on me tendrait des manuscrits, on me présenterait des petits-enfants pour que je les bénisse.

 

A l’arrivée, nous avons filé sous la grande tente où se tenait la Fête du Livre. J’avais une bonne place, en allée latérale. On croit que l’allée centrale c’est mieux, car il y a plus de monde. Erreur, il y a TROP de monde, les passants ne peuvent s’arrêter. Ils ont tout au plus le temps de photographier les auteurs au passage, mais il ne faut pas se leurrer, c’est juste pour régler leur appareil, avant d’aller shooter les pipeules. Car les pipeules sont toujours dans l’allée centrale, celle où il y a de la foule. Ils sont venus là pour ça, pour voir la foule venue voir les pipeules.

 

Moi, j’étais donc en allée latérale, heureux. Ou presque : à côté de moi, il y avait un auteur à tête de boxeur, ce qui ne gêne pas. Mais à poings de boxeur, ce qui est plus problématique : il ne pouvait pas enfiler plus d’une phrase sans la ponctuer d’un vigoureux coup de poing sur la table. Moi, pendant ce temps, je n’enfilais rien, mais je dédicaçais. J’essayais de pondre des phrases courtes, mais elles étaient toujours trop longues, juste assez pour que la fin de chaque phrase tressaille en une longue biffure, c’était l’effet coup de poing. Je lui ai demandé plusieurs fois de s’abstenir, mais il ne pouvait pas : il avait écrit un livre « Mad in U.S.A » sur « Les ravages du modèle américain ». Ces ravages lui tenaient beaucoup cœur, il fallait qu’il cogne sur la table. Bon, ç’aurait pu être sur moi. C'est comme ça, la vie d'auteur.

 

J’étais quand même heureux, je recevais beaucoup de visites, je signais beaucoup. J’ai été impressionné par le nombre de chalands qui venaient « de la part de » tel ou tel blog . Certains étaient peu connus, je ne dirai pas lesquels, je veux rester ami avec tout le monde. De toute façon, tous les blogs sont excellents dès lors qu’ils m’envoient des clients. Mais pour qu’ils m’envoient des clients, il faut qu’ils parlent de mon  « Qui comme Ulysse ». Tous les blogs qui parlent de mon « Qui comme Ulysse » sont donc excellents, C.Q.F.D.

 

Á ce propos, je repère encore parmi les visiteurs quelques visiteurs-blogueurs qui n’ont pas fait le nécessaire pour devenir excellents. Je me demande ce qu’ils attendent. Dès qu’ils auront chanté les louanges de Qui comme Ulysse sur leur blog, je chanterai les louanges de leur blog durant les salons du livre, ce sera très valorisant pour eux. Clarinesse n’est pas là ? Ah, elle est partie faire le nécessaire. Excellent, excellent.

 

J’ai même croisé quelques gestionnaires de blogs ou sites, excellents : Danielle de Maux d’auteurs avec qui je n’ai pas eu le temps de prendre un pot, mais elle a pris une photo, c’est celle en haut de page, Caro[line] et sa 5ème de couverture, que je n’ai pas invitée à prendre un pot car elle était avec deux copines et sa maman, et j’ai eu peur de devoir les inviter, tous mes droits d’auteur de la journée y seraient passés, je suis bien trop radin pour être grand seigneur, Daniel Fattore avec lequel je n’ai pas non plus eu le temps de prendre un pot, désolé, mon grand héros, après Ulysse, c’est Stakhanov,. Et aussi Bladelor dont le blog ne tardera pas à devenir excellent. Et Maijo qui, j’en suis certain, se laissera gagner par la tentation de l’excellence. Vous voyez, je m’y connais en blogs, je suis resté très proche de mon public, malgré ma réussite étincelante.

 

Bref, le bonheur ? Non, car quelqu’un me manquait. Vous avez deviné, c’était ma petite voisine du Mans, la petite auteure qui sentait si bon, la brunette timide en tailleur rose. La petite Ségolette R. au craquant sourire personnalisé. Viendrait-elle me retrouver sous ma tente ? 

 

Je pensais à elle tandis qu’un couple de chalands, Gérard et Fabienne avait entrepris de me raconter ses vacances au Club Med d’Agadir. C’est ça, le danger, quand on publie un recueil sur les voyages, il faut s’intéresser aux vacances des autres.

« L’animateur était rigolo, mais très rigolo, hein, Fabienne ! Son grand numéro, c’était de mimer différents personnages partant se baigner dans l’océan. Hein Fabienne ? »

Et soudain, une clameur. Et j’ai pensé « C’est elle ». Je me suis brièvement retourné, oui, c’était elle. Mais Gérard n’en avait cure :

« Très rigolo. Il faisait la vieille dame qui avance en serrant les fesses. Puis la gamine timide, puis le rouleur de mécanique. Tordant »

 

Là, Gérard a commencé à mimer le mime qui mimait le rouleur de mécanique, et je ne saurai jamais si c’était tordant : je me suis retourné, c’était de plus en plus Elle. Mais elle sans moi. Elle sans moi, est-ce encore elle ?

Pour me faire une surprise, Ségolène avait choisi de venir me rejoindre sous la tente comme elle était partie : en se téléportant. Hélas, son GPS était mal réglé, elle a atterri au centre de l’allée centrale. Là où la foule était la plus dense. Peut-être avait-elle cru que c’était celle de mes groupies. Et Gérard…

« Je suis sûr qu’il finira à la télé, comme Lagaff. Vous savez que Lagaff a commencé comme GM animation au Club Med ? »

 

Elle était là, à 50 mètres, perdue, affolée, si mignonne dans son discret petit manteau rouge. Elle me cherchait du regard. Alors, bravement, elle est montée sur la table de son stand – pour se retrouver du bon côté, celui où il y avait sa chaise, diront les rabat-joie, mais non, pas du tout : la preuve, c’est qu’elle est restée assez longtemps juchée sur cette table, pour me chercher au milieu de la foule féroce. Les plus pervers applaudissaient en matant ses jambes qu'elle a joliment dessinées, les plus vulgaires sifflaient, les plus haineux criaient hou, hou ! C’étaient évidemment des auteurs jaloux. Gérard, lui, ignorait ces pulsions de populace, il en était au buffet :

« Formidable, il faut que je vous raconte, c’était pas racontable. Des montagnes de trucs sur des dizaines de mètres. Au début, on essayait tout… »

 

Il m’a semblé entendre ma petite auteure implorant : « Vous n’auriez pas vu Georges ? Il a probablement une chemise noire ». Aïe, pauvre bichounette, elle ignorait que les auteurs devaient être 200 à porter une chemise noire. Et moi, pour frimer, j’arborais une chemise à petits carreaux noirs et kaki, ça n'arrangeait pas les choses. J’ai été tenté de partir la retrouver, mais Gérard, hein, que faire de Gérard ?

« Au bout de 3 jours, Fabienne est tombée malade, vous voyez ce que je veux dire, ha, ha, hein Fabienne ! C’étaient les fruits de mer… »

 

Je me devais à mon public. Je suis resté. ELLE allait me chercher. Mais non, je l’ai vue repartir, après avoir une dernière fois demandé, enfin, je crois, je ne suis pas sûr « Je voudrais trouver mon nègre ». D’autres prétendent que c’était « je voudrais poudrer mon nez ». J’ai tendu les bras vers elle. Mais dix mille militants tendaient aussi leurs bras, exprès, pour faire un rideau. Jaloux, possessifs, haïssables. Je l’ai vue, une fois encore, monter au ciel sous les regards salaces et les lazzi, et je suis resté avec Gérard et Fabienne :

« Moi, je m’en suis toujours tenu à la viande et à la charcuterie, et je n’ai bu que du vin, il était à volonté, c’est pour ça que je n’ai pas été malade, hein Fabienne ! « .

 

Je leur ai promis d’en faire un texte. Du coup, ils ne m’ont pas acheté « Qui comme Ulysse ».

« On attendra votre prochain, puisqu’on sera dedans »

Le texte, ce sera ce billet du jour, bien fait pour toi, Gérard. Hein, Fabienne !

 

J’ai repensé toute la soirée à ce rendez-vous manqué. Le dîner était un grand buffet, excellent, merci monsieur le maire, bien plus fin que celui d'Agadir et de Gérard, d’autant plus qu’il n’y avait pas de Gérard. Mais pas non plus de San Pellegrino, même pas d’eau. Du vin, beaucoup de vin. J’ai bu du vin blanc, ça ressemble à de l’eau mais en plus fort. Les heures ont passé, tous les auteurs étaient dans le même état, en manque de San Pellegrino. Avec deux autres auteurs de chez Anne Carrière, nous avons quasiment écrit un roman policier en mangeant et en buvant. Mais personne n’a pris de notes, et le matin on ne se souvenait de rien, c’était pourtant une fantastique intrigue. C’est ça aussi la vie d’auteur.

 

Le lendemain, il me fallait passer ma rage sur quelqu’un, alors je l’ai passée sur les passants, ils sont faits pour ça. Je leur ai fait acheter mes 50 « Qui comme Ulysse », et un petit paquet de « Diablada » et de «Vertige des auteurs ». Ils les ont achetés par pitié, ils ont bien vu que j’étais très malheureux.

 

Le soir, quand j’ai tout vendu, le libraire recomptait sa caisse, fébrile comme un trader, mais en bien plus heureux. Moi aussi, j’étais heureux, mais comme un commercial qui a gagné le concours de vente d’aspirateurs. C’est ça aussi, la vie d’auteur : rentrer des salons heureux comme le champion des ventes d’aspirateurs, en oubliant Ségolène. Regardez la photo : n’ai-je pas tout du vendeur d’aspirateurs heureux ? Tellement affairé qu’une pointe de col rebique à mon insu. C’est bien, ça fait vendeur qui mouille sa chemise.

 

Ah, dernier message : Ségolène, je serai au salon du Livre du Touquet, les 8 et 9 novembre. J’aurai une chemise noire.

 

P.S. Je me relis. J’ai fait long : quasiment 10.000 signes. Une nouvelle courte. Vous vous rendez compte, le temps que je gaspille à écrire des conneries plutôt que d’écrire des trucs impérissables ? C’est ça aussi, la vie d’auteur.


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Laure 25/10/2008 20:05

Magnifique! Merci Georges! Ce texte me fait terminer cette belle journée avec le sourire! Bonne soirée! Martine

Georges F. 25/10/2008 21:11



>> Attendez, la journée n'est pas finie ! 



danielle 25/10/2008 11:44

Dire que j'ai failli le louper ce divin compte rendu! Dommage en effet que les auteurs n'aient pas eu droit à leur badge cette année, c'est toujours sympa de se promener avec son badge: BHL, auteur! et ça fait un souvenir!
Heureusement que je n'ai pas raté la photo! Ah si, il n'y a pas que le boxeur que l'on n'aperçoit pas, il y a aussi les divers modèles d'aspirateurs!
Dimanche, je vous ai vu filer à toute vitesse, Georges, l'air inquiet, avec votre petit sac à dos, en compagnie d'un charmante dame tout de noir vêtue. Et maintenant que j'en sais un peu plus, quelques secondes après, j'ai aussi aperçu un individu genre boxeur, courant en rugissant dans la direction que vous veniez de prendre. Mais que lui aviez-vous donc dit ou fait?

Georges F. 25/10/2008 21:04


>> Mon Dieu, un boxeur entre Ségolène et moi ? Je suis beaucoup trop lâche, je ne sais plus que faire. Qui veut l'affronter à ma place ?


Schlabaya 24/10/2008 13:30

Nostalgie... Avez-vous connu la chanson en hommage à ségolène Royal composée en 2006? http://www.william-berg.com/test/index.php?option=com_content&task=view&id=49&Itemid=29
William Berg, dans le rôle de l'amoureux transi, a fait encore plus fort que vous, voyez! Mais Ségo n'a pas vraiment apprécié.

Georges F. 25/10/2008 20:51


>> Non, Schlabaya : mon inculture musicale est prodigieuse, mis à part Brahms et Bach. Mais je vais aller écouter cette chanson, pour la susurrer à la chère
petite, quand je la croiserai au Touquet.


Dominique 24/10/2008 11:39

Ces derniers jours Ségo était occupée à pleurer soeur Emmanuelle et à rigoler des ennuis de DSK.
En matière de préférence masculine, elle aime surout Obama. S'il lui reste une petite place dans son grrand coeur je ne doute pas que ce sera pour vous, mais tout de même n'attendez pas de miracles...

Georges F. 24/10/2008 17:40



>> Je n'attends aucun miracle : cela doit se passer parce que c'est dans la logique des choses. C'est inéluctable. Un miracle !
Laissez-moi rire, un miracle, ha, ha, ha !



pom' 24/10/2008 08:59

la foire du livre de Brive approche, peut etre y serez vous!

Georges F. 24/10/2008 10:12



>> Bonjour Pom', bienvenue sur ce blog. Je sens que, pour commencer,  je vais vous faire une peine énorme : non, je ne serai pas à la foire du livre
de Brive. J'imagine déjà votre désarroi, je vous vois, errant désemparée entre ces centaines d'auteurs qui vous tendent, implorants, leurs romans. Un seul auteur vous manque, et Brive est
dépeuplée !
Je n'y serai pas car je serai le même week-end au Salon du Livre du Touquet. C'est très chic, très bien fréquenté : tous les bons auteurs y seront, surtout les meilleurs. Venez donc y faire un
saut, c'est presque à côté de Brive, à peine plus de 700 kilomètres, et la plage y est bien plus belle.