Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

(Excellente) Présentation

  • : Blog de Georges Flipo, auteur
  • Blog de Georges Flipo, auteur
  • : Dans ce blog : chroniques sur l'actualité littéraire (la mienne et celle des autres), sur l'écriture, sur l'édition, sur les auteurs, et tout ce qui se réclame de lalittérature.
  • Contact

Actualité brûlante

Blog au repos

Mais rien ne vous empêche d'aller faire un tour sur le site www.georges-flipo-auteur.com  

Recherche

Avant d'entrer ou de sortir

Pour une lecture plus structurée, cliquez juste en dessous : pavé "pages" ou pavé "catégories".

Pour des informations pérennes, impitoyablement classées, allez faire un saut sur mon site d'auteur

Il vient d'être entièrement remanié. Tout y est très beau, très chic. Même le chien.

Archives

Des attaches et des liens

Des blogs que je fréquente souvent ou parfois, mais avec plaisir, sans forcément y laisser de commentaires, des blogs dont le tenancier vient parfois faire un coucou en dessous de mes billets, des blogs qui aiguillent vers le mien, des blogs qui ont donné un coup de pouce à un ou plusieurs de mes livres, tout cela crée des liens.

Si vous pensez que votre absence dans cette liste est un scandale, faites un scandale. Ou, plus simple, faites-moi signe.

-------
 
813
Actu du noir (Jean-Marc Laherrère)
Actualitte.com, Nicolas
Alex (Mot à mots)
Amanda Meyre
Annick Dor
Antigone (Les écrits d’Antigone)
Armande 22,  Les livres-bonheur
Aude (Mots dits)
Balmeyer
Biblioblog (Laurence)
BibliObs
Bibliophagie (Sybilline)
Bibliosurf
Biffures chroniques
Blog de Thomas Clément
Bloghotel
Blog-o-book
Boojum
Bookingdom
Bric à book, Leiloona
Brigit Hache
BSC News
C’était demain, Dominique Boudou
Cabinet de curiosités d’Eric Poindron
Cafebook (Emma)
Calipso,
Calibre 47 (Claude Mesplède)
Calou, L’Ivre de lectures
Carnet de lectures
Carnets de Pierre
Carnets de sel (Essel)
Caro[line] 5ème de couverture, 
Catherine (La culture se partage)
Cathulu
Chaperlipopette
Chez Lo
Chiffonnette
Chimère (A livre ouvert)
Choupynette (Y'a d'la joie)
Chroniques littéraires
Clair et net
Clarinesse (L'œil du vent)
Claude Le Nocher
Clopin-clopant (Clopine)  
Comme dans un livre
Cozop
Critico-blog
CulturesFrance
Cunéipage (Cuné)
Daniel Fattore
Danielle, Maux d’auteurs
Dasola
De livres en livres
Digressions (Joseph Vebret)
Ecrivains-voyageurs
Eireann (Yvon)
Eloah (À lire, à croquer)
Emmanuelle Urien
En lisant, en voyageant, (Keisha)
Encres vagabondes, Patricia Châtel
Enna lit, Enna vit
Eric Fouassier
Espaces, CNES
Eulalie
Evene
Extra-ball, (Dorham)
Fabelire
Fabula Bovarya,
Flof 13 (Lire et délires)
Florinette, Les lectures de Florinette,
Fluctuat.net
Forum A vos plumes
Forum Tir Na N’Og et Cie
Frédérique Martin
Gaëlle Pingault
Géothèque
Géraldine (Les coups de cœur)
Gwenaelle (Skriban)
Happy Few, Fashion Victim
Hautefort, club Littérature
Hebdo des notes,
Indications
Initiales
Interlignage
Jean Calbrix
Journal  d’une lectrice (Papillon)
Kalistina
Kathel, Lettres exprès
Kheops
La bibliothèque du dolmen
La caverne d'Ankya
La cuisine des mots (Ciorane)
La Factory
La liseuse (au fil de mes lectures)
La Mère Castor
La Péniche.net ( Bureau des Arts de Sc. Po )
La pile à lire d'Hécléa
La plume et le citoyen
La Revue Littéraire (Blog Leo Scheer)
La scribouillarde
La tête dans les pages
Labyrinthes avec vue
Le bibliomane
Le blog d’Ameleia,
Le goût des livres (Aifelle)
Le retour de l'être aimé
Le Scribe
Lechoixdesbibliothécaires
Lecture & Ecriture
Lectures et autres (Sylvie)
Leo Scheer (La revue littéraire)
Les chroniques de Mandor
Les jardins d’Hélène
Les lectures de Martine,
Les livres de l'Arrajou
Les penchants du roseau
Levraoueg (La tourneuse de pages)
Librairie des voyageurs, Les 5 continents.
Lignes de fuite
L'île, la petite île
Lili (Des livres et moi)
Liliba
Lily et ses livres
Lire et délires (Flof13)
Litote en tête
Livres pour vous
Livres et Cinéma (Yohann)
Lou, My Loubook 
LVE, Lire Voir Entendre
Lyvres (Yv)
Magali Duru
Maïté Bernard (sur Bibliosurf)
Malice
Manu Causse
Marc Sefaris
Mary's colors
Maud et les mots
Mercedes G.F.
Mes lectures (Phil)
Mille et une pages (Stephie)
Miss Orchidée 
Monde du livre.com,
Mot Compte Double (Françoise Guérin)
Mots en bouche
N.U.L.L.E., Erzebeth
Nicolas Ancion
Nuit blanche
Obiwi
Oceanicus in folio
One big day
Pages à pages
Parfum de livres
Pascal, Le disque 
Pickendorf (Qui hodie agisti)
Pimprenelle
Posuto
Pralineries (Pralines)
Pr'Ose (Emma Bovary)
Prudence
Quichottine,
Quoi de 9 Cécile ?
Roseau
Rue des Livres
Salondulivre.net
Saxaoul
Scriptural (Schlabaya)
Serial lecteur
Site de Brigitte Niquet
 
Sylire
Tamara (Tamacultire)
Thaïs, Arc-en-ciel, 
Turquoise (Un moment Turquoise)
Valérie (Un fil à la page)
Vers Minuit, Franck Garot
Voyage au bout de la lettre (Pitou)

Yspaddaden

Yves Mabon, Prix Orange du Livre
Zoé Lucider
Zoridae

Copinage éhonté.

Voici une rubrique dans laquelle je présente des livres écrits par des auteurs avec lesquels j'entretiens d'amicales relations. Bien entendu, il ne s'agit pas ici d'emplacement publicitaire. C'est beaucoup plus honorable, c'est du copinage. Les livres présentés dans cette rubrique ne seront pas toujours les mêmes : à défaut de renouveler mes copains, mes amis, mes relations, je vais renouveler leurs parutions.

 

Cherche-jeunes-filles-200-x315.jpg

  Le tout dernier de Françoise Guérin

virages-dangereux-copie-1.jpg

La-vieille-dame-du-riad.jpg


Frederique-Martin-Belfond-Le-Vase-ou-meurt-cette-verveine-3.jpg
Tu-ne-mourras-plus-demain.jpg

 

Les pays

Moulins A paroles


L-eau-des-reves.jpg

Lotus Seven

Un homme perdu-copie-1


Langue-de-pub-copie-1.jpg

Livre-Magali-Duru.jpgLe tout dernier de Magali Duru

tous-nos-petits-morceaux.jpg

      Le tout dernier d'Emmanuelle Urien

Fouad.jpg

Dominique-Guerin.jpg

 

Quatre carnages..

 

 

 

  Teignes

 

 

 

 

Un escarpin de soie bleue

 

 

Est-ce ainsi

16 octobre 2008 4 16 /10 /octobre /2008 13:02

Révélation : j’ai cohabité  avec Ségolène R.
Cinq minutes
 

 

 

 

 

 

 

Je vous devine haletants depuis dimanche : quelle était donc cette auteure, cette mystérieuse troisième femme avec laquelle j’ai cohabité cinq minutes à la 25ème Heure du Livre (Le Salon du Livre du Mans, pour ceux qui n’auraient pas suivi) ?

 

Assez de cachotteries, de toute façon ça finira par se savoir, c’était Ségolène R., une bonne auteure qui ira loin ; elle est publiée chez Grasset, c’est assez chic. Moi, c’est chez Anne Carrière, mais je n’ai pas eu le temps de lui en parler.

 

Félicitons Fanbouh qui, sur ce blog, avait vu juste : ce n’était pas évident à deviner, un nom pris au hasard, dans la liste des 300 auteurs invités à la 25ème Heure. Remercions Laure qui n’a révélé le grand secret que sur son blog.

 

Allez, je raconte tout :

 

Je m’étais réjoui un peu vite en voyant ses deux livres à côté des miens sur la table de la librairie Thuard, qui m’accueillait au salon : j’ai cru que nous allions, Ségolène R. et moi, passer l’après-midi à deviser. Mais Ségolène R. a aussi, par ailleurs, des activités associatives, côté politique : en bonne militante elle est donc d’abord passée au stand du Parti Socialiste. Elle y est même restée assez longuement, Asse 42 qui l’y a vue peut le confirmer, il l’a d’ailleurs indiqué sur ce blog — ce qui a induit bien des visiteurs en erreur. À mon avis, Ségolène s’y est ennuyée, car elle a fait apporter au stand du P.S. ses livres qui dépérissaient à mon côté au stand de la librairie Thuard. C’était probablement pour les lire. C’est le coup classique, dans les salons : les auteurs qui s’ennuient relisent leurs propres livres, ils ne s’en lassent pas.

 

Une heure plus tard, j’ai vu revenir ses livres sur ma table, c’était bon signe. Et soudain, ELLE m’est apparue. Apparue. C’est le mot exact, elle n’est ni arrivée ni venue, elle a fait son apparition, surgie de nulle part. et j’ai tout de suite compris que la cohabitation avec elle, serait différente de mes deux colocs précédentes, la revêche et la réfractaire au Narta : je me suis penché vers elle, je n’ai même pas eu besoin de la renifler, elle sentait bon. Une petite odeur fleurie et coquine. Message important : qui connaît suffisamment cette auteure pour m’indiquer son eau de toilette ?

 

Je lui ai tendu la main, elle m’a tendu la sienne. J’ai admiré son tailleur rose, elle a admiré ma chemise noire… elle a tout de suite compris que j’étais un vrai écrivain : dans les salons, les vrais écrivains ont une veste noire et une chemise noire, l’harmonie kaki-kaki est aussi tolérée. Les plus excentriques peuvent combiner noir et kaki. Mais je m’en étais tenu au noir, et j’ai eu raison : avec le rose, c’est plus élégant.  

 

Je me suis alors permis une folle familiarité : je lui ai souri. Et, je le certifie, elle m’a souri, elle aussi. Un vrai et immense sourire. Les perfides insinueront qu’elle sourit souvent à droite et à gauche, mais ce serait ici fallacieux : elle n’a souri qu’à moi, qui étais à sa droite. Je me suis présenté " Georges Flipo, ...et vous ? " Trop timide pour me répondre, elle m’a souri à nouveau et s’est assise. 
 

Il y a eu alors ce geste, ce signe, dont j’ai tout de suite compris le sens à peine caché : elle a poussé légèrement vers moi son roman (je crois que c’est un roman) « Ma plus belle histoire, c’est vous ». Lumineux, non ? Et moi, avec un regard malicieux, j’ai glissé vers elle mon roman « Le vertige des auteurs ». Vertige, vertige, entre auteurs une grande histoire allait commencer !

 

Mais il y a eu à ce moment une foule d’admirateurs, beaucoup trop de foule pour moi qui crains les meutes. Je lui ai proposé, d’un regard espiègle, de se réfugier avec moi sous la table, mais elle est restée debout, stoïque. Sainte Geneviève face aux barbares. Du coup, j’ai fait pareil. Ils se sont rués vers nous et ont voulu nous photographier, elle et moi, nous filmer sous tous les angles : soucieux de ma bonne image, je me suis alors écarté. J’ai été très ferme : « Non, non, pas de photos, photographiez ma petite collègue si ça vous chante, mais moi, je vous préviens, j’ai un bon avocat ». Ils se sont donc rabattus vers ma pauvre voisine ; je reconnais que je me suis senti un peu lâche. Je suis comme ça. Lâche mais survivant.

 

Pendant qu’ils la mitraillaient, je devais faire un peu la police, car ils s’attroupaient aussi devant mon stand, ce qui est contraire aux bons usages. Normalement, un auteur doit garder ses admirateurs face à son stand et organiser la queue pour éviter les débordements latéraux. La pauvrette n’était pas habituée aux salons, je n’ai pas voulu faire son éducation. En attendant que ça se termine, j’ai préparé une liste de questions, pour alimenter ensuite la conversation :

 

-          Quelle est votre eau de toilette ?

-          Comment avez-vous trouvé votre éditeur.

-          À combien d’éditeurs avez-vous envoyé votre manuscrit par La Poste ?

-          Combien d‘avance sur droits avez-vous touchés ?

-          Êtes-vous inscrite aux Agessa ? Qu’est-ce qu’on y gagne ?

-          À quel hôtel êtes-vous logée ce soir ? Voulez-vous que je vous y raccompagne, si vous ne trouvez personne ?

-          Vous qui semblez compter quelques amis journalistes, vous pourriez m’obtenir une interview dans La Charente Libre ? Moi, je peux vous avoir ça pour la Voix du Nord.

 

Mais pas moyen de lui parler discrètement les admirateurs ne prétendaient pas décamper. Roués comme ils étaient, ils lui tendaient ses propres livres, comme s’ils voulaient les faire dédicacer, ha, ha, ha ! La pauvre petite leur souriait, paniquée.

 

Le temps passait, et un monsieur qui l’accompagnait, posté à son côté, regardait sans cesse sa montre et la lui montrait ; j’ai compris que notre colocation risquait de tourner court. Il me fallait brusquer les choses, et poser ma question la plus importante… j’ai eu alors une idée géniale : j’ai pris son second roman (c’est aussi un roman, je crois) « Si la gauche veut des idées, en voilà » et je le lui ai tendu ! La question sous-entendue était assez claire : « Des idées, j’en ai plein, moi aussi. Des loufoques, des marrantes. Je les raconterai de façon rigolote. Si ça vous intéresse, je peux être votre nègre, d’accord, Ségolène ? »

 

Je ne connaîtrai jamais la réponse. Elle a regardé Jeeves (car, finalement, je l’ai compris, l'homme à la montre, c’était son homme de confiance, son plus-que-majordome). Et elle disparu. Plus exactement, elle s’est lentement élevée aux cieux, se nimbant de mystère sous les regards de la foule médusée.

 

 Les gens raisonnables prétendront que ce sont là fantasmes et rocamboleries d’écrivain, mais il n’en est rien, je l’ai vue, de mes yeux vue. En fait, pas longtemps, car c’était juste au-dessus de moi qu’elle était emportée par son ascension : la décence m’interdisait donc de lever les yeux en l’air (je  suis très pudique, le genre de type qui ne marche même pas derrière une femme dans un escalier, alors, au ciel, vous imaginez !).

 

Une autre version plus banale circule : Ségolène R. se serait discrètement levée, profitant de ce que je dédicaçais un livre, moi aussi (hé, il ne faut pas croire, je n’ai pas de tailleur rose, mais j’en dédicace autant qu’elle, surtout depuis que Qui comme Ulysse a été élu « Livre du Mois ». Elle n’a pas eu droit à ça, la pauvre chérie). Elle aurait, dit-on, contourné ma table et se serait enfuie, légère comme une brise d’automne. La procession, dit-on, a alors commencé : les admirateurs les mieux en cour mettaient leurs pas dans les siens et pouvaient humer le sillage fleuri. Les autres ne pouvaient humer que le sillage des admirateurs, ce qui est beaucoup moins émoustillant. Je me demande si la procession est passée devant le stand de Missiz Narta. On devient schizo pour moins que ça.

 

Ainsi prit fin notre cohabitation. Mais la question demeure : quelle est son eau de toilette ?

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

asse42 22/10/2008 15:48

Bravo pour style littéraire et merci pour l'humour;-) Voyez-vous je m'en doutais un peu que c'était elle car elle ne laisse personne indifférent. j'ai pu m'en rendre compte à la foire du livre de St Etienne ce dernier week-end ou j(ai assisté à une émeute populaire gentille. Elle s'est même fait huée à la fin parce qu'elle est partie trop tôt!:o)

Ségolène Royal c'est l'espoir de la gauche tout simplement. d'une gauche authentique et républicaine. C'est d'ailleurs ce que je rappelle dans mon dernier billet qui n'égale pas votre style, mais qui exprime clairement ce que je veux dire!;-)
http://la-loire-soutient-segolene-royal.over-blog.com/article-23990014.html

Georges F. 22/10/2008 19:22



>> Bon, pour les blogueurs récemment débarqués, une précision s'impose : il n'y a pas de messages politiques sur ce blog. Il y a eu UNE exception, accordée
par moi-même, durant les J.O. Sinon, jamais. Ce sont les seuls que je coupe dès lecture, sans me poser de question. Je le fais pour garder une certaine innocence de débats, au vu de ce que ça
donne sur d'autres blogs.
Le cas de la petite Ségolène est bien sûr différent : c'est en tant qu'auteure quasi-débutante, jetée dans le tsunami de la rentrée, que je m'intéresse à elle. Je veux l'aider, la protéger. Elle
a, je crois, des activités associatives dans un petit club à mouvance politique mal exprimée, c'est son droit, mais ça NE ME REGARDE PAS.  ni vous, ni personne. A part les quelques membres
du club. Nous avons des débats bien plus importants à mener, elle et moi.
Puisque vous êtes de son petit club, Asse42, pourriez-vous lui poser les questions suivantes :
- Son eau de parfum, finalement, c'est quelle marque ? En porte-t-elle une différente pour le soir ? Pour la nuit ?
- Le travail de nègre, c'est OK ? Sur quelle base peut-elle me rétribuer ?
- Le rendez-vous très discret que je lui propose au Touquet, ce week-end de novembre, ça lui convient ?
Je compte sur votre diligence. Et surtout sur votre discrétion.



balmeyer 18/10/2008 17:59

Excellent, je suis encore tout chamboulé par l'hilaritude !

Georges F. 20/10/2008 09:28


>>  Merci Balmeyer, pour ce commentaire qui me plonge dans la béatité.


liliba 17/10/2008 18:46

Il faut décidément que je me décide à écrire un peu plus et à tenter de me faire publier, quelle aventure que la vie d'auteur !!!

Georges F. 20/10/2008 09:24


>> Ecrivez, vous verrez, Liliba: la vraie aventure de la vie d'auteur, c'est ce tour de France des salons. Tiens, je raconterai bientôt celui de
Etienne.


keisha 17/10/2008 18:39

Ah je comprends mieux pourquoi ce tableau dans l'article précédent !
J'aime vraiment beaucoup ce "Georges Flipo ... et vous ?"

Georges F. 20/10/2008 09:21


>>  Je me dois d'être sincère avec vous : moi aussi, je m'aime beaucoup Keisha.  Restez discrète, ça restera un secret entre vous et
moi.


Dominique 17/10/2008 15:43

http://www.lemarcheduparfumeur.com/parfums-vip.php
Là vous trouverez " Ségolène esprit de parfum Royal".
Je me demande quel homme (ou femme) politique écrit lui-même ses livres? Il doit bien y en avoir!
Votre miss-qui-ignore-Narta ne serait-ce pas Régine Desforges?

Georges F. 20/10/2008 09:19


>> 
1. L'érudition internet, ça reste de l'érudition ! Et je reste pantois devant la vôtre, Dominique.
2. Eux aussi se le demandent.
3. Non, ce n'est pas Régine