Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

(Excellente) Présentation

  • : Blog de Georges Flipo, auteur
  • Blog de Georges Flipo, auteur
  • : Dans ce blog : chroniques sur l'actualité littéraire (la mienne et celle des autres), sur l'écriture, sur l'édition, sur les auteurs, et tout ce qui se réclame de lalittérature.
  • Contact

Actualité brûlante

Blog au repos

Mais rien ne vous empêche d'aller faire un tour sur le site www.georges-flipo-auteur.com  

Recherche

Avant d'entrer ou de sortir

Pour une lecture plus structurée, cliquez juste en dessous : pavé "pages" ou pavé "catégories".

Pour des informations pérennes, impitoyablement classées, allez faire un saut sur mon site d'auteur

Il vient d'être entièrement remanié. Tout y est très beau, très chic. Même le chien.

Archives

Des attaches et des liens

Des blogs que je fréquente souvent ou parfois, mais avec plaisir, sans forcément y laisser de commentaires, des blogs dont le tenancier vient parfois faire un coucou en dessous de mes billets, des blogs qui aiguillent vers le mien, des blogs qui ont donné un coup de pouce à un ou plusieurs de mes livres, tout cela crée des liens.

Si vous pensez que votre absence dans cette liste est un scandale, faites un scandale. Ou, plus simple, faites-moi signe.

-------
 
813
Actu du noir (Jean-Marc Laherrère)
Actualitte.com, Nicolas
Alex (Mot à mots)
Amanda Meyre
Annick Dor
Antigone (Les écrits d’Antigone)
Armande 22,  Les livres-bonheur
Aude (Mots dits)
Balmeyer
Biblioblog (Laurence)
BibliObs
Bibliophagie (Sybilline)
Bibliosurf
Biffures chroniques
Blog de Thomas Clément
Bloghotel
Blog-o-book
Boojum
Bookingdom
Bric à book, Leiloona
Brigit Hache
BSC News
C’était demain, Dominique Boudou
Cabinet de curiosités d’Eric Poindron
Cafebook (Emma)
Calipso,
Calibre 47 (Claude Mesplède)
Calou, L’Ivre de lectures
Carnet de lectures
Carnets de Pierre
Carnets de sel (Essel)
Caro[line] 5ème de couverture, 
Catherine (La culture se partage)
Cathulu
Chaperlipopette
Chez Lo
Chiffonnette
Chimère (A livre ouvert)
Choupynette (Y'a d'la joie)
Chroniques littéraires
Clair et net
Clarinesse (L'œil du vent)
Claude Le Nocher
Clopin-clopant (Clopine)  
Comme dans un livre
Cozop
Critico-blog
CulturesFrance
Cunéipage (Cuné)
Daniel Fattore
Danielle, Maux d’auteurs
Dasola
De livres en livres
Digressions (Joseph Vebret)
Ecrivains-voyageurs
Eireann (Yvon)
Eloah (À lire, à croquer)
Emmanuelle Urien
En lisant, en voyageant, (Keisha)
Encres vagabondes, Patricia Châtel
Enna lit, Enna vit
Eric Fouassier
Espaces, CNES
Eulalie
Evene
Extra-ball, (Dorham)
Fabelire
Fabula Bovarya,
Flof 13 (Lire et délires)
Florinette, Les lectures de Florinette,
Fluctuat.net
Forum A vos plumes
Forum Tir Na N’Og et Cie
Frédérique Martin
Gaëlle Pingault
Géothèque
Géraldine (Les coups de cœur)
Gwenaelle (Skriban)
Happy Few, Fashion Victim
Hautefort, club Littérature
Hebdo des notes,
Indications
Initiales
Interlignage
Jean Calbrix
Journal  d’une lectrice (Papillon)
Kalistina
Kathel, Lettres exprès
Kheops
La bibliothèque du dolmen
La caverne d'Ankya
La cuisine des mots (Ciorane)
La Factory
La liseuse (au fil de mes lectures)
La Mère Castor
La Péniche.net ( Bureau des Arts de Sc. Po )
La pile à lire d'Hécléa
La plume et le citoyen
La Revue Littéraire (Blog Leo Scheer)
La scribouillarde
La tête dans les pages
Labyrinthes avec vue
Le bibliomane
Le blog d’Ameleia,
Le goût des livres (Aifelle)
Le retour de l'être aimé
Le Scribe
Lechoixdesbibliothécaires
Lecture & Ecriture
Lectures et autres (Sylvie)
Leo Scheer (La revue littéraire)
Les chroniques de Mandor
Les jardins d’Hélène
Les lectures de Martine,
Les livres de l'Arrajou
Les penchants du roseau
Levraoueg (La tourneuse de pages)
Librairie des voyageurs, Les 5 continents.
Lignes de fuite
L'île, la petite île
Lili (Des livres et moi)
Liliba
Lily et ses livres
Lire et délires (Flof13)
Litote en tête
Livres pour vous
Livres et Cinéma (Yohann)
Lou, My Loubook 
LVE, Lire Voir Entendre
Lyvres (Yv)
Magali Duru
Maïté Bernard (sur Bibliosurf)
Malice
Manu Causse
Marc Sefaris
Mary's colors
Maud et les mots
Mercedes G.F.
Mes lectures (Phil)
Mille et une pages (Stephie)
Miss Orchidée 
Monde du livre.com,
Mot Compte Double (Françoise Guérin)
Mots en bouche
N.U.L.L.E., Erzebeth
Nicolas Ancion
Nuit blanche
Obiwi
Oceanicus in folio
One big day
Pages à pages
Parfum de livres
Pascal, Le disque 
Pickendorf (Qui hodie agisti)
Pimprenelle
Posuto
Pralineries (Pralines)
Pr'Ose (Emma Bovary)
Prudence
Quichottine,
Quoi de 9 Cécile ?
Roseau
Rue des Livres
Salondulivre.net
Saxaoul
Scriptural (Schlabaya)
Serial lecteur
Site de Brigitte Niquet
 
Sylire
Tamara (Tamacultire)
Thaïs, Arc-en-ciel, 
Turquoise (Un moment Turquoise)
Valérie (Un fil à la page)
Vers Minuit, Franck Garot
Voyage au bout de la lettre (Pitou)

Yspaddaden

Yves Mabon, Prix Orange du Livre
Zoé Lucider
Zoridae

Copinage éhonté.

Voici une rubrique dans laquelle je présente des livres écrits par des auteurs avec lesquels j'entretiens d'amicales relations. Bien entendu, il ne s'agit pas ici d'emplacement publicitaire. C'est beaucoup plus honorable, c'est du copinage. Les livres présentés dans cette rubrique ne seront pas toujours les mêmes : à défaut de renouveler mes copains, mes amis, mes relations, je vais renouveler leurs parutions.

 

Cherche-jeunes-filles-200-x315.jpg

  Le tout dernier de Françoise Guérin

virages-dangereux-copie-1.jpg

La-vieille-dame-du-riad.jpg


Frederique-Martin-Belfond-Le-Vase-ou-meurt-cette-verveine-3.jpg
Tu-ne-mourras-plus-demain.jpg

 

Les pays

Moulins A paroles


L-eau-des-reves.jpg

Lotus Seven

Un homme perdu-copie-1


Langue-de-pub-copie-1.jpg

Livre-Magali-Duru.jpgLe tout dernier de Magali Duru

tous-nos-petits-morceaux.jpg

      Le tout dernier d'Emmanuelle Urien

Fouad.jpg

Dominique-Guerin.jpg

 

Quatre carnages..

 

 

 

  Teignes

 

 

 

 

Un escarpin de soie bleue

 

 

Est-ce ainsi

23 septembre 2008 2 23 /09 /septembre /2008 08:34

Lauzerte : arrosoir, vendetta, relève, carrière, bulle, tango, roman.

 

    Rappel préalable : ce jeudi 25 septembre à 17 h       

interview-présentation-débat au Furet du Nord de LILLE.

--------------                     pour le recueil Qui comme Ulysse                  ----------------

----                                               Présence exigée                                           ----

………….          Précédée le même jour, à 15 H d’une interview radio           …………

----                       sur l ‘émission littéraire de France-Bleu Nord                  -----.

 

 J’ai connu ce dimanche à Lauzerte de grandes émotions qui vont avoir une importance décisive pour l’avenir de la littérature. Classons ça pour y voir plus clair.

 

J’ai rencontré une femme de parole. Loïs de Murphy avait annoncé qu’elle viendrait avec un arrosoir plutôt qu’un chapeau à fleurs. Elle est dûment venue me voir avec un immense arrosoir vert. Aussi immense que son sourire qui, lui, était cependant très blanc. Loïs a eu raison, l’arrosoir lui va beaucoup mieux que le sombrero.

 

J’ai conclu la paix avec quelqu’un ! Moi qui pratique la vendetta comme l’un des beaux-arts ! J’avais, paraît-il, menacé Flo la blogueuse d’homicide par jet de livres invendus. Elle était, tout bien réfléchi, trop sympa pour que je la tue. D’autant plus que je n’avais pas un seul « Qui comme Ulysse » à gaspiller. L’armistice a été signé. Je lui ai même confié mon stand pendant que je donnais une lecture publique face à des milliers de spectateurs captivés ( ou des centaines, ou des dizaines, ou un peu moins, quand on s’aime on ne compte pas). Revenons à Flo : je suis arrivé au moment où elle allait écrire à ma place les dédicaces. Sa bonne volonté n’a pas de limites, c’est comme ma paresse.

 

Après un long travail mené sur mon ego, j’ai admis que je pouvais avoir un successeur, et je l’ai intronisé (attention, hein, je dis bien un successeur, pas un remplaçant) comme lauréat du Prix du Scribe « Place aux Nouvelles » Lauzerte 2008. Moi, c’était en 2007. Pour 2008, c’est Yves Lériadec avec son recueil « Les hommes aussi ont besoin d’amour » (assertion contestable, moi j’ai surtout besoin de lecteurs et de soutien médias). Je ne votais pas, et heureusement, car j’aurais exigé 5 bulletins de vote pour soutenir les 5 talentueux finalistes : Magali Duru, Laurence Barrère, Pierre Le Coz et Bertrand Runtz. Et Yves Lériadec, bien sûr, car je suis toujours du côté des gagnants, c’est pour moi une règle morale. Quasiment un impératif kantien. Ça s’est joué finalement à deux ou trois voix près, sur plus de vingt jurés. Le débat a été féroce, ils se sont entre-déchirés. Tout ça pour de la littérature. C’est beau.

 

Ma carrière de commercial paraît de plus en plus prometteuse, plus que celle d’auteur. J’ai dédicacé une fois encore tout mon stock de « Qui comme Ulysse ». Avec du recul, j’ai quelques remords concernant le dernier acquéreur, ce passant égaré dans la nuit : je l’ai alpagué, j’ai pratiqué sur lui un incontestable forcing. Il a perçu la vibration meurtrière qui sourdait sous mon sourire mercantile. Effrayé, il a sorti son chéquier, et s’est enfui avec son Ulysse dans les ruelles obscures.


 

À la différence de la chère Loïs de Murphy, je vais manquer à ma parole : je m’étais promis de m’enfermer dans ma bulle pour réfléchir à ma stratégie bloguesque. Impossible. Trop allègre ambiance, trop bons échanges avec les visiteurs lauzertins et forestieri, trop d’embrassades et de pots entre auteurs, trop d’enthousiasme contagieux de la part des organisateurs et des bénévoles, trop joyeuses festivités. Ma bulle a explosé. Du coup, je n’ai toujours pas de stratégie, mais ça vient.

 

Le dernier soir, j’ai laissé jouer un tango (brillamment exécuté par Cathy, la médiathécaire lauzertine à l’accordéon), un beau tango, sans inviter la nouvelliste Frédérique Martin, ni Blandine, libraire d’un jour et de tant d’autres. Je suis déshonoré. Mais si on m’avait vu le danser, j’aurais été encore plus déshonoré. L’an prochain, je reviens : je chanterai La Cumparsita puis A  Medialuz, et je les danserai ensuite. Avec qui ? Mon carnet de bal est ouvert dès maintenant, avis aux impétrantes.

 

J’ai retrouvé mes sœurs de lettres, Emmanuelle Urien, Françoise Guérin, Magali Duru, nous nous sommes connus quand nous étions pauvres, inconnus et ambitieux. Rien n’a changé, c’est merveilleux. J’ai aussi retrouvé toute la joyeuse bande des nouvellistes de Lauzerte. J’étais tellement heureux que j’ai préféré ne pas leur dire que j’écris un troisième roman. Je suis un dissimulateur.

 

Merci et mercis. Je vais sûrement en oublier, tant pis, je me lance. Merci à Jacques et Brigitte Griffault, inépuisables maîtres d’œuvre de cette manifestation, à Blandine libraire volante à qui j’ai oublié de dire au revoir, c’est le seul point noir de cette journée, à René et Nicole formidables et généreux taverniers, à tous les rayonnants bénévoles, et tout particulièrement à Michel et Jacqueline pour leur accueil.
Merci à Françoise Guérin qui, non contente de me supporter comme voisin de stand, m’a soufflé trois idées de dédicaces qui n’ont pas fini de faire de l’usage. Merci à tous pour ne pas m’avoir volé ma bière : je l’ai pourtant plusieurs fois déposée à l’écart, fraîche et moussue, tentante, pour repérer le malandrin de l’an dernier.  

 
Ah, j’allais oublier, l’avenir de la littérature ! Après un dimanche pareil, c’est décidé : dès que mon roman sera terminé (peut-être même avant), je recommence à écrire des nouvelles.

La photo ci-dessous n'a rien à voir avec le reste de ce billet : ces petits trucs gris immondes sont des jeunes topinambours en train de se livrer à la reproduction. Il faut ça pour la survie de l'espèce. Je les ai ajoutés pour répondre au souhait de l'illustre Balmeyer, tenancier d'un blog dont je vous recommande la visite, ne serait-ce que pour y causer de la copulation des topinambours.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Loïs de Murphy 02/10/2008 11:51

Laurent me suit de longue date sur mes blogs successifs, il est donc de bon conseil :o)

Georges F. 03/10/2008 09:55


>>  Il y a donc des hommes qui vous suivent de blog en blog, Loïs ,  Sont-ils nombreux ? Forment-ils un cortège ? Entonnent-ils des chants
votifs ?


Quichottine :0010: 28/09/2008 13:17

Comme d'habitude lorsque je me hasarde chez vous, je suis ravie par votre verve malicieuse.

Merci, je n'étais pas à Lille, mais je viens d'y passer un fort agréable moment !

Je ne vais pas me perdre davantage sur vos pages, non que l'envie me manque mais mon époux n'apprécierait pas que je diffère davantage notre déjeuner dominical... mais je reviendrai, soyez-en sûr !

Bon dimanche, Georges !

Georges F. 28/09/2008 18:54


>> Il n'en est pas question, Quichottine, vous restez, c'est un ordre. Des repas du dimanche, vous en aurez toujours, mais des égarements sur ce
blog, c'est si rare.  J'ai priorité sur votre mari : qu'il aille se préparer un sandwich.


laurent 27/09/2008 00:30

Si je peux vous être utile, concernant la lettre
Un conseil, Monsieur Georges Flipo
(Ce sont ces propres mots...)
Loïs de Murphy n'aime pas les affèteries surannées et les grandiloquences romantiques.
Ca l'emmerde...
Les passions névrotiques, les mélancolies, les langueurs, les colères, les menaces de suicide et autres fièvres du coeur lui font penser à des gamins capricieux, hystériques,héliocentrés et oisifs qui s'écoutent écrire, ils lui font presque le même effet qu'un sportif qui se regarde faire l'amour avec sa femme pour admirer ses muscles.
Quelques uns font exception comme René Char par exemple, ou bien Jacques Prévert et quelques autres dont vous faîtes parti Monsieur Georges Flipo.
Entre-nous, si vous avez des petits trucs de séduction pour que les femmes en arrivent là...
Grâce à vous et à l'arrosoir, je peux mettre un nom sur ce doux visage.

GF 27/09/2008 10:30



>> Merci, Laurent, pour les frissons que vous me causez. J'ai peur. Et vous me dites que Loïs me met sur le même piédestal que Prévert ou René Char ? Vous
en êtes sûr ? Qui sont ces deux types ? Je ne serais donc pas seul ?



balmeyer 24/09/2008 17:21

Ah ! Merci pour ce coup de projecteur sur le topinambour, plante vivace de la famille des Astéracées, cultivée comme légume pour ses tubercules riches en inuline !

GF 26/09/2008 10:36



>> Merci, Balmeyer. Le topinambour a trouvé en vous son aède.



Martine Galati 23/09/2008 22:38

Merci Georges pour ce billet à l'humour imparable cause de regrets de ne point avoir été présente à Lauzerte et riche d'espoirs de vous lire à nouveau tout bientôt! Des nouvelles?!!! je m'en réjouis d'avance!!!

GF 24/09/2008 07:24


>>  Imparable ! Vous avez raison, Martine, je suis imparable. Il faut que je me répète cela toutes les heures, toute la vie. Je suis imparable. Revenez
souvent pour me le dire, Martine, car il y a quand même des jours où je me sens un peu parable.