Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

(Excellente) Présentation

  • : Blog de Georges Flipo, auteur
  • Blog de Georges Flipo, auteur
  • : Dans ce blog : chroniques sur l'actualité littéraire (la mienne et celle des autres), sur l'écriture, sur l'édition, sur les auteurs, et tout ce qui se réclame de lalittérature.
  • Contact

Actualité brûlante

Blog au repos

Mais rien ne vous empêche d'aller faire un tour sur le site www.georges-flipo-auteur.com  

Recherche

Avant d'entrer ou de sortir

Pour une lecture plus structurée, cliquez juste en dessous : pavé "pages" ou pavé "catégories".

Pour des informations pérennes, impitoyablement classées, allez faire un saut sur mon site d'auteur

Il vient d'être entièrement remanié. Tout y est très beau, très chic. Même le chien.

Archives

Des attaches et des liens

Des blogs que je fréquente souvent ou parfois, mais avec plaisir, sans forcément y laisser de commentaires, des blogs dont le tenancier vient parfois faire un coucou en dessous de mes billets, des blogs qui aiguillent vers le mien, des blogs qui ont donné un coup de pouce à un ou plusieurs de mes livres, tout cela crée des liens.

Si vous pensez que votre absence dans cette liste est un scandale, faites un scandale. Ou, plus simple, faites-moi signe.

-------
 
813
Actu du noir (Jean-Marc Laherrère)
Actualitte.com, Nicolas
Alex (Mot à mots)
Amanda Meyre
Annick Dor
Antigone (Les écrits d’Antigone)
Armande 22,  Les livres-bonheur
Aude (Mots dits)
Balmeyer
Biblioblog (Laurence)
BibliObs
Bibliophagie (Sybilline)
Bibliosurf
Biffures chroniques
Blog de Thomas Clément
Bloghotel
Blog-o-book
Boojum
Bookingdom
Bric à book, Leiloona
Brigit Hache
BSC News
C’était demain, Dominique Boudou
Cabinet de curiosités d’Eric Poindron
Cafebook (Emma)
Calipso,
Calibre 47 (Claude Mesplède)
Calou, L’Ivre de lectures
Carnet de lectures
Carnets de Pierre
Carnets de sel (Essel)
Caro[line] 5ème de couverture, 
Catherine (La culture se partage)
Cathulu
Chaperlipopette
Chez Lo
Chiffonnette
Chimère (A livre ouvert)
Choupynette (Y'a d'la joie)
Chroniques littéraires
Clair et net
Clarinesse (L'œil du vent)
Claude Le Nocher
Clopin-clopant (Clopine)  
Comme dans un livre
Cozop
Critico-blog
CulturesFrance
Cunéipage (Cuné)
Daniel Fattore
Danielle, Maux d’auteurs
Dasola
De livres en livres
Digressions (Joseph Vebret)
Ecrivains-voyageurs
Eireann (Yvon)
Eloah (À lire, à croquer)
Emmanuelle Urien
En lisant, en voyageant, (Keisha)
Encres vagabondes, Patricia Châtel
Enna lit, Enna vit
Eric Fouassier
Espaces, CNES
Eulalie
Evene
Extra-ball, (Dorham)
Fabelire
Fabula Bovarya,
Flof 13 (Lire et délires)
Florinette, Les lectures de Florinette,
Fluctuat.net
Forum A vos plumes
Forum Tir Na N’Og et Cie
Frédérique Martin
Gaëlle Pingault
Géothèque
Géraldine (Les coups de cœur)
Gwenaelle (Skriban)
Happy Few, Fashion Victim
Hautefort, club Littérature
Hebdo des notes,
Indications
Initiales
Interlignage
Jean Calbrix
Journal  d’une lectrice (Papillon)
Kalistina
Kathel, Lettres exprès
Kheops
La bibliothèque du dolmen
La caverne d'Ankya
La cuisine des mots (Ciorane)
La Factory
La liseuse (au fil de mes lectures)
La Mère Castor
La Péniche.net ( Bureau des Arts de Sc. Po )
La pile à lire d'Hécléa
La plume et le citoyen
La Revue Littéraire (Blog Leo Scheer)
La scribouillarde
La tête dans les pages
Labyrinthes avec vue
Le bibliomane
Le blog d’Ameleia,
Le goût des livres (Aifelle)
Le retour de l'être aimé
Le Scribe
Lechoixdesbibliothécaires
Lecture & Ecriture
Lectures et autres (Sylvie)
Leo Scheer (La revue littéraire)
Les chroniques de Mandor
Les jardins d’Hélène
Les lectures de Martine,
Les livres de l'Arrajou
Les penchants du roseau
Levraoueg (La tourneuse de pages)
Librairie des voyageurs, Les 5 continents.
Lignes de fuite
L'île, la petite île
Lili (Des livres et moi)
Liliba
Lily et ses livres
Lire et délires (Flof13)
Litote en tête
Livres pour vous
Livres et Cinéma (Yohann)
Lou, My Loubook 
LVE, Lire Voir Entendre
Lyvres (Yv)
Magali Duru
Maïté Bernard (sur Bibliosurf)
Malice
Manu Causse
Marc Sefaris
Mary's colors
Maud et les mots
Mercedes G.F.
Mes lectures (Phil)
Mille et une pages (Stephie)
Miss Orchidée 
Monde du livre.com,
Mot Compte Double (Françoise Guérin)
Mots en bouche
N.U.L.L.E., Erzebeth
Nicolas Ancion
Nuit blanche
Obiwi
Oceanicus in folio
One big day
Pages à pages
Parfum de livres
Pascal, Le disque 
Pickendorf (Qui hodie agisti)
Pimprenelle
Posuto
Pralineries (Pralines)
Pr'Ose (Emma Bovary)
Prudence
Quichottine,
Quoi de 9 Cécile ?
Roseau
Rue des Livres
Salondulivre.net
Saxaoul
Scriptural (Schlabaya)
Serial lecteur
Site de Brigitte Niquet
 
Sylire
Tamara (Tamacultire)
Thaïs, Arc-en-ciel, 
Turquoise (Un moment Turquoise)
Valérie (Un fil à la page)
Vers Minuit, Franck Garot
Voyage au bout de la lettre (Pitou)

Yspaddaden

Yves Mabon, Prix Orange du Livre
Zoé Lucider
Zoridae

Copinage éhonté.

Voici une rubrique dans laquelle je présente des livres écrits par des auteurs avec lesquels j'entretiens d'amicales relations. Bien entendu, il ne s'agit pas ici d'emplacement publicitaire. C'est beaucoup plus honorable, c'est du copinage. Les livres présentés dans cette rubrique ne seront pas toujours les mêmes : à défaut de renouveler mes copains, mes amis, mes relations, je vais renouveler leurs parutions.

 

Cherche-jeunes-filles-200-x315.jpg

  Le tout dernier de Françoise Guérin

virages-dangereux-copie-1.jpg

La-vieille-dame-du-riad.jpg


Frederique-Martin-Belfond-Le-Vase-ou-meurt-cette-verveine-3.jpg
Tu-ne-mourras-plus-demain.jpg

 

Les pays

Moulins A paroles


L-eau-des-reves.jpg

Lotus Seven

Un homme perdu-copie-1


Langue-de-pub-copie-1.jpg

Livre-Magali-Duru.jpgLe tout dernier de Magali Duru

tous-nos-petits-morceaux.jpg

      Le tout dernier d'Emmanuelle Urien

Fouad.jpg

Dominique-Guerin.jpg

 

Quatre carnages..

 

 

 

  Teignes

 

 

 

 

Un escarpin de soie bleue

 

 

Est-ce ainsi

4 septembre 2008 4 04 /09 /septembre /2008 09:23

J’ai rempli un questionnaire sans réussir à parler d’Amélie Nothomb, encore une occasion de ratée. 

 

 

Je fuis les tags, et je n’aime pas les questionnaires : mes réponses ont le chic pour les rendre inintéressants. Non seulement je n’aime pas les remplir, mais je n’aime pas les lire. Très souvent, les réponses sonnent faux. On a l’impression que l’interrogé cherche, pour chaque question, la réponse la plus subtile possible, celle qui semblera à la fois candide et brillante. Et, en traitant les questions une par une, il rend une copie non cohérente, mensongère. Une identité fabriquée.

 

Quand j’ai vu débarquer sur ce blog le questionnaire d’Éric Poindron, j’ai grogné, ce questionnaire mono-thématique me paraissait répétitif, suspect. Le genre de questionnaire assené par un flic soupçonneux ou un sergent finaud qui cherche à vous coincer (le flic soupçonneux, je ne le rencontre que dans les polars, tandis que le sergent finaud, j’y ai eu droit pendant quelques heures en Amérique du Sud, je raconterai ça un jour. Dans une nouvelle, on ne me croirait pas. Sur ce blog, ça passera.). Mais le questionnaire venait d’Éric Poindron, le cher tenancier du Cabinet de curiosités, l’illustre fondateur du Club des prosélytes de Jeeves, alors je m’y suis collé. Histoire de montrer le bon exemple que vous suivrez, bien sûr. Eh, Éric, sors la bouteille de Noilly Prat et les vieux biscuits salés, ceux de la boîte en fer, je t’envoie des visiteurs !

 

Finalement, il n’est pas mal du tout, ce questionnaire, bravo Eric, c’est ce que j’ai écrit de mieux depuis très longtemps. Et, tiens, puisqu’on en cause, dans mon prochain billet, il y aura les réponses d’un autre auteur, Anouar Ben Malek, à un autre questionnaire. Vous le lirez, vous méditerez, et là je ne plaisante plus. Anouar est un type bien ; vous le rencontrerez à Lauzerte. Si, parmi vos amis, vous n’avez pas de types bien, venez vous en faire de nouveaux, de meilleurs, à Lauzerte.

 

1 – Qu’est-ce qu’un livre ?

Quand il est bon, c’est un auteur qui raconte une histoire. Quand il est excellent, c’est une histoire qui raconte un auteur.

2 – À quoi sert un livre ?

À rien, par pitié ! La peste soit de la littérature utilitaire. Celle qui sert à prouver, à convaincre, à démontrer, par exemple, ne sert qu’à me faire fuir.

3 – Quel est le livre qui vous à la plus marqué (vous pouvez expliquer pourquoi) ?

« L’Odyssée », d’Homère, en version pour enfants puis en version intégrale, lu dans la foulée. Pourquoi ? J’étais encore très enfant, c’était le premier livre sans images que je lisais, et j’avais visé gros. Je l’ai avalé jusqu’au bout. Avalé est le bon terme : une bonne partie des « Chants » a évidemment échappé à mon entendement. Ils ne m’en paraissaient que plus magiques.

4 – Quel est le livre que vous préférez (vous pouvez en citer plusieurs) ?

« Histoires comme ça », et toutes les nouvelles de Kipling. J’y ajoute « Kim » et « Puck, lutin de la colline », du même auteur. Les nouvelles de F.S.Fitzgerald. « Le Livre de sable » de J.L. Borges et quelques autres nouvelles du même auteur, dont « La loterie de Babylone » et « Guayaquil ». « Le nom de la rose » d’Umberto Eco. « Les Fleurs du mal » de Baudelaire. Il en manque, j’en ai d’autres, je ne les trouve plus. Ils ne devaient pas être si préférés que ça. Ah, tiens, « Cent ans de solitude » de Garcia Marquez.

5 – Quel est le livre qui vous a le plus dérangé (en bien, en mal, qu’importe) ?

La Bible.

6 – Quel est le livre que vous n’avez pas pu terminer (vous pouvez en citer plusieurs) ?

Environ deux sur trois, et je n’exagère pas. J’ai une pratique donjuanesque de la lecture, je ne me fais jamais un devoir de finir un livre qui ne m’apporte rien. Ou plus rien au bout de cent pages.

7 – Quel est le livre que vous n’avez jamais lu et que vous vous êtes promis de lire (vous pouvez en citez plusieurs) ?

(L’intégralité de)  La  Comédie humaine. C’est déjà beaucoup.

8 – Quel est le livre que vous souhaiteriez faire découvrir (à un ami, au public) ou éditer si vous étiez éditeur ?

Les Fleurs du Mal, à l’époque de leur condamnation.

9 – Quel est le livre que vous ne lirez jamais (vous pouvez en citer plusieurs) ?

Jamais ? Je suis incapable de répondre à cette question, car une telle pensée ne m’a jamais traversé l’esprit. Et si je vous citais le livre X d’un auteur Y, il est à parier que je m’empresserais de le lire. Même Musso ? Même Marc Lévy ? Roooh, vous alors….

10 – Quel est le livre le plus « illisible » que vous ayez lu (vous pouvez en citer plusieurs) ?

- Ulysse de James Joyce, que je n’ai pas encore pu complètement lire mais je le lirai un jour jusqu’au bout (j’ai cependant lu le début et les quelques pages de la dernière phrase).

- Marelle de Cortázar (illisible mais très bien quand même).

11 – Quel est le livre que vous avez le plus acheté pour offrir (vous pouvez en citer plusieurs) ?

Longtemps, je n’ai jamais acheté de livres pour les offrir, cela me semblait constituer une sorte d’immixtion de ma pensée dans celle d’autrui.

Maintenant que j’écris, mon point de vue a changé, et je ne me gêne plus pour m’immiscer. « Le plus acheté pour offrir », c’est, ce sont les miens (La Diablada, Le Vertige des auteurs) je suis désolé de cette immodestie. Et plus fréquemment encore « L’Étage de Dieu », difficile à trouver hors du Nord-Pas-de-Calais. Je vais aussi offrir « Qui comme Ulysse », mais pas tout de suite, je ne veux pas plomber les ventes en période de lancement (hé, chaque unité compte).

Mais, récemment, j’ai aussi acheté pour offrir « Le Cœur cousu » de Carole Martinez, « La Princesse et le pêcheur » de Minh Tran Huy, « La Collecte des monstres » d’Emmanuelle Urien, et « La Donation » de Florence Noiville. Je ne sais pourquoi, j’aime offrir des livres dont je connais personnellement l’auteur (il faut aussi que je l’aime bien, et son livre aussi). Avant, je n’en connaissais aucun, je ne savais donc pas quoi offrir.

Maintenant que je rencontre des écrivains , c’est très chic, je peux offrir leur œuvre en ajoutant « C‘est une amie ». Le récipiendaire s’en fiche (de cette amitié, pas du livre), mais je me sens meilleur. Je précise ici, pour ne pas me fâcher, que ce n’est pas parce que je n’offre pas un livre que je ne l’aime pas. Ni que je n’aime pas son auteur. Je dis ça pour quelques autres amies qui ont écrit de très bons livres.  Je pense notamment à Françoise Guérin (A la vue, à la mort) et à la troisième mousquetaire. 

Ah, j’ai aussi offert, il y a peu, les Ultimes dialogues de J.L. Borges avec Osvaldo Ferrari. Et pourtant nous n’avons pas vraiment été amis, Borges et moi. Disons que je suis son ami, son proche, mais il ne l’a jamais su.

13 – Quel est le livre dont la « bonne » réputation vous semble la plus injustifiée (vous pouvez en citer plusieurs) ?

« À la recherche du temps perdu » de Marcel Proust. Il y a dans le statut de cette œuvre une vertu qui m’échappe.

14 – Quel est le livre dont vous connaissez des phrases ou des passages par cœur (vous pouvez en citer plusieurs) ?

 « Histoires comme ça » de Kipling. Il y en a d’autres, mais c’est en poésie et en théâtre.

15 – Quel est le livre dont… Vous pouvez continuer la question… et y répondre.

« Quel est le livre dont vous voudriez retrouver la trace, ou le titre ? » , c’est bien ça, la question ? Il y en a deux.

Une bande dessinée des années 50-60 dans laquelle les héros arrivent à Bagdad par un métro clandestin expressissime qu’ils découvrent par hasard dans un souterrain.

Un roman français du XXème siècle dans lequel on dit, à propos d’une femme qui vient de mourir « Encore une qui ne pétera plus ». Ce livre a été la quête de toute une vie, j’en parlerai prochainement dans un billet sur l’excellent, - l’autre excellent – blog Mot compte double

 
Je me relis, il est très bien, ce questionnaire. Mais je n’ai pas réussi à parler d’Amélie Nothomb. C’est dommage. Maintenant que je cohabite avec Christine Angot, j’aimerais bien devenir ami d’Amélie Nothomb. On parlerait peut-être de moi dans Lire. Tandis que là, pas une ligne sur moi dans leur numéro spécial sur les auteurs de la rentrée littéraire. Je suis vexé comme un pou. Si vous connaissez des gens bien placés chez Lire, dites-le leur, il en est encore temps.

 Et maintenant, retirez-vous au cabinet de curiosités d’Eric pour répondre au même questionnaire.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Lily 09/09/2008 13:03

Vous me rassurez :) et vous avez tout à fait raison pour Marcel, son immortalité à lui est dans ses livres, un peu comme ce qu'il disait au sujet de Bergotte. Et puis avouons-le tout cru, il y un certain snobisme de salon à dire apprécier ses livres sans les avoir lus, ça doit le faire rire d'où il est.
Merci pour l'anecdote "voltairienne" que je m'empresse de noter :)
Je ne lirai jamais aussi bien que Cuné, mais je vais lire (à voix basse) votre Ulysse, promis !
Sinon, petite info pratique, Ulysse était en très bonne place au Dialogue de Brest cet été (fin août)... La Bretagne semble vous apprécier !!!

GF 10/09/2008 10:33


>> Ah, Lily, la librairie Le Dialogue, à Brest, ça c'est une bonne librairie ! Messieurs les directeurs de magasins de la Fnac, envoyez vite tous vos chefs
de rayon "Littérature française - Nouveautés" en stage chez le Dialogue. Là, ils apprendront à composer une table "Nouveautés".

Plus sérieusement, AVIS A TOUS LES VISITEURS DE CE BLOG, je reste toujours très intéressé par vos "comptes-rendus de
visites" dans les librairies, petites ou grandes, et notamment Fnac, qu'ils soient positifs ou négatifs. il y a  actuellement de bonnes surprises, il y en a aussi des mauvaises. Quand
vous voyez que "Qui comme Ulysse" est mal mis en place, n'hésitez pas à vous en étonner : "Comment, il vient de sortir, il a les trois étoiles du Nouvel Obs, il est
dans La revue Littéraire, et c'est comme ça qu'on le traite ! Qu'est-ce qu'il faut de plus pour avoir droit à une présentation correcte ?" Laissez alors le chef de rayon ramper à vos pieds
pour vous présenter ses excuses. Domnez-lui une petire tape sur le crâne et glissez-lui à l'oreille "Bon, ça va pour cette fois, garnement, mais que je ne t'y reprenne plus". Dans le cas
des dames cheftaines de rayon, je ne sais que vous suggérer, car je crois qu'il n'y a pas de féminin à garnement.


BelleSahi 08/09/2008 18:15

Je sais qu'elle en écrit un autre en ce moment. Attendons patiemment.

Gf 09/09/2008 09:45


>> Merci, BelleSahi, pour cette information que je garderai bien sûr confidentielle. Mais, pour bien comprendre l'enjeu de cette confidentialité, euh...
pourriez vous me préciser qui est "Elle", et "Un autre quoi ?" Ne lisez pas, ô, passants, c'est un secret entre Bellesahi et moi.


Lily 08/09/2008 17:59

Je vous trouve bien sévère avec mon ami Marcel :)
La dame qui ne pétera plus, me fait penser à ce "bon mot" de l'abbé Mugnier au sujet d'une dame un peu maigrelette invitée au même dîner que lui. L'abbé lorgnait depuis un bout un de temps sur son décolleté qui arborait une croix en or, ou en argent, que sais-je et peu importe, il se tourne vers son voisin et lui dit en lui montrant la dame :"Le calvaire du Christ"...
J'ai lu son journal, mais je ne suis plus très sûre que tout soit aussi drôle :)
J'ai beaucoup aimé la lecture faite par Cuné de L'ile de Sainte Absence...

GF 09/09/2008 09:42



>> Oh, Lily, je ne suis pas sévère avec le petit Marcel, je dis simplement qu'il me place face à une énigme, celle de son triomphe. Son vrai triomphe,
c'st celui-là.
Merci pour la belle anecdote, je ne la connaissais pas. Connaissez-vous celle de Voltaire, à côté d'une vieille coquette assez décolletée dans un dîner ?
"Oh, Monsieur, lui dit-elle en surprenant son regard en plongée, je vois que vous vous intéressez à ces deux petits coquins..."
"Deux petits coquins, Madame ? répond Voltaire, je dirais plutôt que ce sont deux grands pendards !".
Vous avez raison d'aimer la façon dont Cuné a lu l'île Sainte-Absence : je connais ce texte par coeur, mais elle m'a presque fait pleurer. Elle a donné du talent à ce texte.
Lily, si vous voulez me faire pleurer, lisez-en une autre et envoyez-moi l'enregistrement. Je vais devenir l'auteur le plus larmoyant de la rentrée, ce doit être bon pour l'image, non
?



Schlabaya 07/09/2008 22:15

En fait, je ne peux même pas dire de mal de votre recueil. Dommage, moi qui aime tant médire. Juste une petite naïveté : dans "Et à l'heure de notre mort", un évêque aussi attaché au dogme, hmmm... vous y croyez vraiment? Vous ne pensez pas qu'entre prélats ils laissent tomber le voile? "Le chrétien le plus incrédule est d'ordinaire le pape," affirmait déjà Schopenhauer. Ce brave Arthur!

GF 08/09/2008 11:26


>> Ah, Schlabaya, un évêque attaché au dogme, c'est son métier ! Je vous rappelle que, dans la nlouvelle, ils ne se parlent pas entre prélats : c'est un
vieil évêque qui recueille la quasi-confession d'un jeune prêtre. Dans ces moments-là, on est quand même supposé s'attacher au dogme. D'ailleurs, s'agit-il bien de dogme ?
Cela dit, votre commentaire me fait plaisir: mais je suis très ennuyé, je comptais sur vous pour dire du mal de ce recueil. S'il y a trop d'avis positifs, ça paraîtra truqué. Heureusement, les avis
négatifs ne vont pas tarder à arriver sur ce blog ; j'ai signé hier tout mon stock de "Qui comme Ulysse" au Salon de Fuveau, en demandant aux acquéreurs de laisser leurs commentaires, même
négatifs, sur ce blog. Ca ne devrait plus tarder.


dominique boudou 06/09/2008 08:18

Excellente réponse à la question numéro 1. Je vais peut-être en faire un article.

GF 08/09/2008 11:12


>> Un article, Dominique ! Un article de Dominique ! Un article sur un aphorisme improvisé entre deux cafés ! C'est la gloire. Je vous envoie dare-dare
ma photo (face, profil, trois quarts, plan américain), mon C.V., mon dossier de presse, mes films de vacances et un inventaire complet de ma bibliothèque, pour joindre à l'article.