Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

(Excellente) Présentation

  • : Blog de Georges Flipo, auteur
  • Blog de Georges Flipo, auteur
  • : Dans ce blog : chroniques sur l'actualité littéraire (la mienne et celle des autres), sur l'écriture, sur l'édition, sur les auteurs, et tout ce qui se réclame de lalittérature.
  • Contact

Actualité brûlante

Blog au repos

Mais rien ne vous empêche d'aller faire un tour sur le site www.georges-flipo-auteur.com  

Recherche

Avant d'entrer ou de sortir

Pour une lecture plus structurée, cliquez juste en dessous : pavé "pages" ou pavé "catégories".

Pour des informations pérennes, impitoyablement classées, allez faire un saut sur mon site d'auteur

Il vient d'être entièrement remanié. Tout y est très beau, très chic. Même le chien.

Archives

Des attaches et des liens

Des blogs que je fréquente souvent ou parfois, mais avec plaisir, sans forcément y laisser de commentaires, des blogs dont le tenancier vient parfois faire un coucou en dessous de mes billets, des blogs qui aiguillent vers le mien, des blogs qui ont donné un coup de pouce à un ou plusieurs de mes livres, tout cela crée des liens.

Si vous pensez que votre absence dans cette liste est un scandale, faites un scandale. Ou, plus simple, faites-moi signe.

-------
 
813
Actu du noir (Jean-Marc Laherrère)
Actualitte.com, Nicolas
Alex (Mot à mots)
Amanda Meyre
Annick Dor
Antigone (Les écrits d’Antigone)
Armande 22,  Les livres-bonheur
Aude (Mots dits)
Balmeyer
Biblioblog (Laurence)
BibliObs
Bibliophagie (Sybilline)
Bibliosurf
Biffures chroniques
Blog de Thomas Clément
Bloghotel
Blog-o-book
Boojum
Bookingdom
Bric à book, Leiloona
Brigit Hache
BSC News
C’était demain, Dominique Boudou
Cabinet de curiosités d’Eric Poindron
Cafebook (Emma)
Calipso,
Calibre 47 (Claude Mesplède)
Calou, L’Ivre de lectures
Carnet de lectures
Carnets de Pierre
Carnets de sel (Essel)
Caro[line] 5ème de couverture, 
Catherine (La culture se partage)
Cathulu
Chaperlipopette
Chez Lo
Chiffonnette
Chimère (A livre ouvert)
Choupynette (Y'a d'la joie)
Chroniques littéraires
Clair et net
Clarinesse (L'œil du vent)
Claude Le Nocher
Clopin-clopant (Clopine)  
Comme dans un livre
Cozop
Critico-blog
CulturesFrance
Cunéipage (Cuné)
Daniel Fattore
Danielle, Maux d’auteurs
Dasola
De livres en livres
Digressions (Joseph Vebret)
Ecrivains-voyageurs
Eireann (Yvon)
Eloah (À lire, à croquer)
Emmanuelle Urien
En lisant, en voyageant, (Keisha)
Encres vagabondes, Patricia Châtel
Enna lit, Enna vit
Eric Fouassier
Espaces, CNES
Eulalie
Evene
Extra-ball, (Dorham)
Fabelire
Fabula Bovarya,
Flof 13 (Lire et délires)
Florinette, Les lectures de Florinette,
Fluctuat.net
Forum A vos plumes
Forum Tir Na N’Og et Cie
Frédérique Martin
Gaëlle Pingault
Géothèque
Géraldine (Les coups de cœur)
Gwenaelle (Skriban)
Happy Few, Fashion Victim
Hautefort, club Littérature
Hebdo des notes,
Indications
Initiales
Interlignage
Jean Calbrix
Journal  d’une lectrice (Papillon)
Kalistina
Kathel, Lettres exprès
Kheops
La bibliothèque du dolmen
La caverne d'Ankya
La cuisine des mots (Ciorane)
La Factory
La liseuse (au fil de mes lectures)
La Mère Castor
La Péniche.net ( Bureau des Arts de Sc. Po )
La pile à lire d'Hécléa
La plume et le citoyen
La Revue Littéraire (Blog Leo Scheer)
La scribouillarde
La tête dans les pages
Labyrinthes avec vue
Le bibliomane
Le blog d’Ameleia,
Le goût des livres (Aifelle)
Le retour de l'être aimé
Le Scribe
Lechoixdesbibliothécaires
Lecture & Ecriture
Lectures et autres (Sylvie)
Leo Scheer (La revue littéraire)
Les chroniques de Mandor
Les jardins d’Hélène
Les lectures de Martine,
Les livres de l'Arrajou
Les penchants du roseau
Levraoueg (La tourneuse de pages)
Librairie des voyageurs, Les 5 continents.
Lignes de fuite
L'île, la petite île
Lili (Des livres et moi)
Liliba
Lily et ses livres
Lire et délires (Flof13)
Litote en tête
Livres pour vous
Livres et Cinéma (Yohann)
Lou, My Loubook 
LVE, Lire Voir Entendre
Lyvres (Yv)
Magali Duru
Maïté Bernard (sur Bibliosurf)
Malice
Manu Causse
Marc Sefaris
Mary's colors
Maud et les mots
Mercedes G.F.
Mes lectures (Phil)
Mille et une pages (Stephie)
Miss Orchidée 
Monde du livre.com,
Mot Compte Double (Françoise Guérin)
Mots en bouche
N.U.L.L.E., Erzebeth
Nicolas Ancion
Nuit blanche
Obiwi
Oceanicus in folio
One big day
Pages à pages
Parfum de livres
Pascal, Le disque 
Pickendorf (Qui hodie agisti)
Pimprenelle
Posuto
Pralineries (Pralines)
Pr'Ose (Emma Bovary)
Prudence
Quichottine,
Quoi de 9 Cécile ?
Roseau
Rue des Livres
Salondulivre.net
Saxaoul
Scriptural (Schlabaya)
Serial lecteur
Site de Brigitte Niquet
 
Sylire
Tamara (Tamacultire)
Thaïs, Arc-en-ciel, 
Turquoise (Un moment Turquoise)
Valérie (Un fil à la page)
Vers Minuit, Franck Garot
Voyage au bout de la lettre (Pitou)

Yspaddaden

Yves Mabon, Prix Orange du Livre
Zoé Lucider
Zoridae

Copinage éhonté.

Voici une rubrique dans laquelle je présente des livres écrits par des auteurs avec lesquels j'entretiens d'amicales relations. Bien entendu, il ne s'agit pas ici d'emplacement publicitaire. C'est beaucoup plus honorable, c'est du copinage. Les livres présentés dans cette rubrique ne seront pas toujours les mêmes : à défaut de renouveler mes copains, mes amis, mes relations, je vais renouveler leurs parutions.

 

Cherche-jeunes-filles-200-x315.jpg

  Le tout dernier de Françoise Guérin

virages-dangereux-copie-1.jpg

La-vieille-dame-du-riad.jpg


Frederique-Martin-Belfond-Le-Vase-ou-meurt-cette-verveine-3.jpg
Tu-ne-mourras-plus-demain.jpg

 

Les pays

Moulins A paroles


L-eau-des-reves.jpg

Lotus Seven

Un homme perdu-copie-1


Langue-de-pub-copie-1.jpg

Livre-Magali-Duru.jpgLe tout dernier de Magali Duru

tous-nos-petits-morceaux.jpg

      Le tout dernier d'Emmanuelle Urien

Fouad.jpg

Dominique-Guerin.jpg

 

Quatre carnages..

 

 

 

  Teignes

 

 

 

 

Un escarpin de soie bleue

 

 

Est-ce ainsi

29 août 2008 5 29 /08 /août /2008 11:08

Un scoop : depuis huit jours, je cohabite avec Christine Angot.

 

Elle bouge beaucoup, et moi un peu. Mais ne croyez pas que je vais vous déballer ça comme ça, il faudra d’abord lire ce billet. Et défense de sauter des paragraphes.

Pour calmer votre impatience, je vais vous parler du libraire. Celui qui vend les livres, c’est le libraire, celui qui les achète, c’est le client. On ne le dira jamais assez. Sans client, pas de libraire. Sans libraire, pas de client. Ah, il y a aussi le livre, c’est celui-là qui embrouille tout.

Quand un libraire aime un livre, il en favorise la vente. Quand il ne l’aime pas, il laisse le livre se défendre tout seul, ou de défendre ailleurs. Là où tout se complique, c’est que pour aimer ou ne pas aimer, il faut l’avoir lu. Imaginons un livre qui sort, je dis une période au hasard, bien sûr, qui sort, euh… en fin août. Il débarquera au milieu de 675 autres. Si le libraire veut les avoir tous lus dans le mois qui suit leur sortie, ça lui en fait 22 par jour. Si on laisse le libraire dormir deux heures par jour, il devra donc lire un livre par heure. Pendant cette heure, il devra aussi, s’il est consciencieux, vendre les livres déjà lus, en dire du bien. Ajoutez à cela que certains libraires veulent dormir plus de deux heures par jour en septembre. Tout ça pour dire que c’est dur d’être libraire, bien plus dur que d’être client.

Il faut donc aider les libraires. 

Pour cela, certains éditeurs viennent lui présenter leurs livres très en avance. Ils en disent généralement du bien, pour aider le libraire à se faire son opinion. Quand ils en pensent beaucoup de bien, ils en font un peu plus, pour prouver au libraire qu’ils croient vraiment à ce qu’ils disent. C’est, par exemple, ce qu’a fait mon éditeur en envoyant à son réseau de librairies-partenaires un petit livret, avant même les vacances : le livret, c’était un recueil de 4 courtes nouvelles. 4 parmi les 14 qui composent « Qui comme Ulysse ». Et ça a beaucoup aidé. Ne serait-ce qu’à son référencement. Car il faut maintenant vous souffler une vérité cruelle : il y a des livres qui  ne seront pas lus par le lecteur, pas lus par le libraire, et pire encore, même pas mis en place dans la librairie. Il n’y a pas de place pour tout le monde dans la librairie. Je ne le leur reproche pas : dans ma bibliothèque, il doit aussi y a voir 600 ou 700 livres, et ils ne sont toujours pas rangés. Ça fait des années que j’essaie, mais c’est chaque fois pareil : je commence à ranger, je redécouvre un livre timide qui se cachait depuis des années, je commence à le lire, et je laisse tomber les autres.  Oui, je sais, je suis bavard, je m’éloigne du sujet,  Chris-tine An-got, An-got ! clamez-vous en trépignant. Je suis en plein dans le sujet, je vais y venir.

Que peut-on faire de plus pour aider le libraire, surtout celui qui veut dormir deux heures de plus ? On peut lire les livres à sa place. C’est ce que font les critiques. Et les critiques, me direz vous, comment font-ils ? Ils s’y mettent à plusieurs, dans le même magazine. Certains lisent les critiques des autres, pour savoir quoi lire — si j’étais critique littéraire, c’est ce que je ferais. Je ne lirais même pas les livres, je lirais les critiques, j’en ferais une synthèse, en ajoutant quelques phrases de mon cru « L’auteur a un ton bien à lui », ou « Il y a des longueurs au milieu du roman ». C’est pour cela que je ne suis pas critique littéraire, on finirait par démasquer l’imposture. Je préfère être imposteur chez les auteurs, on mettra plus longtemps à me démasquer. Comment, An-got, An-got, An-got ? J’y viens. Mais, ce que je voulais dire, c’est que c’est très utile, pour aider le libraire,  d’avoir très vite de bonnes critiques. Le pavé du Nouvel Obs avec ses trois étoiles, la colonne de Femmes, les autres qui suivent et dont je vous parlerai bientôt, c’est une grosse bouffée d’oxygène pour mon « Qui comme Ulysse ».

Il y a aussi les blogs littéraires, très prisés de certains libraires. Ils ont raison de priser, il faut surtout priser ceux qui disent un peu ou beaucoup de  bien de mon livre. Merci Cuné, Hélène dans ses jardins, et quelques autres qui ne vont pas tarder à être mis en ligne. Je répète « qui ne vont pas tarder à être mis en ligne », en gras, au cas où des gestionnaires de blogs littéraires ne sauraient pas de quel livre parler en cette rentrée. Inutile de lire les 676 pour trouver des idées.

Une autre façon d’aider le libraire, c’est de lui proposer une sélection. Le libraire pourra la modifier, l’enrichir, la restreindre, mais il a une base de départ. C’est ce que fait La Revue Littéraire, très lue par les libraires ; elle propose une sélection  de 57 livres sur les 676 de la rentrée : http://www.leoscheer.com/blog/2008/08/26/722-rl-36-la-rentree-litteraire   Formidable, initiative : les libraires pourront-ils dormir ainsi 22 heures par jour ? Je ne sais. Mais ils pourront en tout cas soutenir « Qui comme Ulysse », puisque mon livre fait partie des 57 élus. Ouf ! Ce qu’il y a de bon, quand on fait partie des 8% de survivants, c’est qu’on peut regarder les autres se noyer, avec de bonnes paroles compatissantes. C’est bon d’être humaniste, quand on est sur le ponton.

Tout ça pour dire que la situation se présente bien pour Ulysse, me direz-vous (en pensant An-got, An-got ! fugacement, car votre éducation est excellente). Eh bien oui, mais même comme ça, il y a des aléas, des impedimenta. Un joli mot que je pique à Mauriac qui le met dans la bouche d’un de ses personnages. Vous savez, Mauriac a écrit… oui, An-got, An-got ! Je vous entends, j’abrège.

En exemples d’impedimenta, trois anecdotes qu’on m’a rapportées

Guylou dans les commentaires de ce blog :

J'ai une bonne et une mauvaise nouvelle. La bonne, c'est qu'il y a, à la librairie Privat d'Orléans, trois exemplaires de "Qui comme Ulysse", la mauvaise, c'est que nul ne sait où ils sont rangés ! Après une heure de pérégrinations entre la rentrée littéraire, les nouveautés, la littérature française, les nouvelles, les deux vendeurs et moi-même avons renoncé et je suis repartie bredouille ! L'éventuelle bonne chose qui en découle, c'est que les deux vendeurs vous connaissent désormais et qu'ils ont fait un commentaire tout à fait élogieux sur la couverture de votre livre ! Mais moi, que vais-je faire ?

Rolando, par mail :

Je suis allé samedi à la Fnac, je venais d’acheter le Nouvel Obs où j’avais lu la critique de ton recueil : pas moyen de trouver « Qui comme Ulysse ». Je demande à un vendeur qui ne le trouve pas non plus. Il allait laisser tomber, mais j’ai fait un petit scandale en montrant l’article : « Comment, il a les trois étoiles du Nouvel Obs, et on ne le trouve pas à la Fnac ! ». Là, il s’est pris par la main, et  il a fini par le trouver.

Du coup, un proche à qui j’avais raconté l’histoire est directement allé à la Fnac, le Nouvel Obs ouvert à la bonne page. Qui comme Ulysse n’était toujours pas en « nouveautés » Il a demandé au vendeur « je voudrais ce livre-là, celui qui a les *** ». Stratégie crédible, puisque le billet du Nouvel Obs ne présente pas la couverture du livre. C’est bien, si tous mes lecteurs font la même chose, je ne sais pas si « Qui comme Ulysse » finira par être présenté sur la table des nouveautés de toutes les Fnac, mais les vendeurs finiront par tous lire le Nouvel Obs.

An-got, An-got ! Oui, j’y suis. Je suis allé hier visiter la plus grande librairie d’Europe, le Furet du Nord à Lille. J’y serai le jeudi 25 septembre à 17 heures, dans l’espace-débat, pour une interview-présentation publique de mon recueil. « Qui comme Ulysse », lui, y est déjà présent. Très présent, fortement mis en valeur au rayon nouveautés : trois facings verticaux. Le livre à côté a lui aussi trois facings verticaux : c’est « Le marché des amants » de Christine Angot. Les deux autres, c’étaient « Peut-être une histoire d’amour » de Martin Page, et « L’incertain » de Virginie Ollagnier. Un tel voisinage est-il favorable ou préjudiciable ? Je suis resté un quart d’heure à observer le présentoir. A la fin, j’avais vendu un livre, et Christine Angot zéro. Je vends donc plus que Christine, c’est constaté, c’est scientifique. Et seuls les esprits perfides feront remarquer que l’exemplaire du recueil, c’est moi qui l’avais acheté.

Le présentoir est là, tout en bas. J’avais pris une photo avec mon téléphone, mais elle est assez confuse. Comme ce billet, direz-vous. J’ai donc redessiné le présentoir avec Photofiltre, excellent logiciel. Dommage qu’il ne redessine pas aussi les billets.

Tout ça pour dire que c’est bien d’aider le libraire, mais qu’il faut aussi aider le livre. En achetant « Qui comme Ulysse », n’hésitez pas à évoquer devant le libraire tout le bien que vous en avez lu… ne serait-ce que sur mon blog.

Et j’allais oublier le plus important (mais, je le crains, vous ne serez plus là pour le lire, maintenant que vous savez tout sur mon histoire avec Christine Angot. Tant pis, je continue, car c'est vraiment important) : si vous envisagez d’acheter Qui comme Ulysse, passez très vite à la réalisation. Car le libraire donnera plus volontiers un coup de pouce aux livres qui commencent déjà à bien se vendre, et je le comprends. C’est bien beau de lire 22 heures par jour, mais il faut aussi qu’il bouffe, le libraire !


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Marco 03/09/2008 17:07

Concernant les "sélections" du livret, j'avais bon pour 2 sur 4 ("La route de la Soie" et "Qui comme Ulysse"); pas mal, mais pas suffisant sans doute pour pouvoir devenir éditeur; remarquez, ça tombe bien, ça ne faisait pas partie de mes projets immédiats.

GF 04/09/2008 07:18


Vous faites mieux que moi, Marco !


Schlabaya 02/09/2008 14:02

Misère! On ne trouve pas "Qui comme Ulysse" au Carrefour Alma de Rennes. (Boycottons le Carrefour Alma!)
En quête de lecture gratuite, j'ai tout de même déniché "Le fait du prince" d'Amélie Nothomb (honte à moi, oui je sais!) et "Sur la route de Louviers" de Myrielle Marc. J'ai apprécié ces deux lectures, même si je ne sais pas trop quoi penser du roman d'Amélie... En revanche, celui de Myrielle Marc m'a enthousiasmée, et je ne manquerai pas de lui faire de la pub.
Sinon, j'aime bien votre humour, pour ce qui est de faire votre pub à la Fnac, ça m'a bien fait rigoler... mais je crois que le scandale fait vendre, bien davantage que le bien qu'on peut dire d'un bouquin (sinon Christine Angot n'aurait plus qu'à faire directement commerce de ses charmes). Alors, pour attirer l'attention sur votre recueil, je ferais plutôt mine d'être scandalisée-offusquée-émoustillée... voire d'y aller avec une amie et de nous exclamer de concert sur l'inconvenance de ce recueil (on devrait rétablir la censure, ma brave dame). Je vous conseillerais bien aussi de vous créer un personnage d'artiste maudit et à vous pavaner sur les plateaux télés (comment croyez-vous qu'Amélie Nothomb arrive à faire croire qu'elle a du génie? de l'alcool, du trash et de l'esbroufe, y a que ça de vrai)
Pour ce qui est d'Emmanuelle Urien,je pense que c'est une auteure qui mérite de faire parler d'elle, plus que des auteurs marketisés comme Beigbeder et consorts. Pour mon malheur, on ne trouve pas ses livres à la bibliothèque, sauf "La collecte des Monstres" (et les vôtres non plus, dommage).

GF 03/09/2008 23:17



Vous avez raison, Schlabaya, boycottons Carrefour. Boycottez aussi votre bibliothèque. Et les plateaux télé. Boycottez tout sauf moi ! C'était ma minute de
mégalomanie, reprenez vos places.



Daniel Fattore 02/09/2008 13:52

Fribourg, ville introuvable? Je ne demande pas mieux... mais attention: il y en a au moins trois en Europe - une en Suisse (la mienne), une en France et une en Allemagne. Il est possible d'en faire la tournée en une journée.

GF 03/09/2008 23:14



Daniel, c'est trop facile d'habiter trois villes à la fois. Comment voulezt-vous que je vous agresse ?



Quichottine :0010: 02/09/2008 09:51

En regardant votre réponse au commentaire n°18, je me rends compte que vous pourriez gagner un peu de temps en rajoutant une ligne à votre "CSS". Je sais que c'est un peu barbare mais c'est très facile et ça évite de devoir préciser chaque fois la couleur et le style de sa police d'écriture. Lorsque vous l'aurez fait, vous n'aurez plus qu'à écrire sans plus vous préoccuper de rien et vos réponses seront chaque fois comme vous le désirez.

Tout est expliqué là :

http://annak.over-blog.com/article-3490596.html

GF 03/09/2008 23:10



Merci ! Je suis allé voir, c'est trop intelligent pour moi.



Papillon 01/09/2008 17:11

Bonjour !

Je peux confirmer que votre livre se trouve très facilement à la Fnac St Lazare tout comme chez Virgin Barbès. Je ne l'ai pas acheté pour les raisons que vous savez mais je suis quand même en train de le lire, histoire d'en toucher deux mots au libraire de mon quartier.

Je sais que c'est une période difficile pour les libraires et pour les auteurs peu médiatisés mais c'est aussi une période difficile pour les lecteurs : comment s'y retrouver dans ces centaines de livres, comment ne pas laisser échapper la perle rare ? Et comment gérer la rentrée littéraire avec un budget de lecteur moyen, car contrairement aux journalistes nous achetons nos livres ? Je préfèrerais une rentrée littéraire étalée sur 12 mois, sortir 600 livres en 15 jours est contre productif sur le plan économique...

GF 01/09/2008 23:46



Formidable, Papillon, les Fnac parisiennes commencent à suivre l'exemple de leurs soeurs provinciales. Avec ça, le Femina est proche. Pourquoi le Femina ? Je
crois que le Goncourt est réservé aux romans.
Je compte sur vous pour cette action pédagogique auprès de votre libraire. Vous avez droit à une béndiction spéciale First Class cum supplementibus.