Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

(Excellente) Présentation

  • : Blog de Georges Flipo, auteur
  • Blog de Georges Flipo, auteur
  • : Dans ce blog : chroniques sur l'actualité littéraire (la mienne et celle des autres), sur l'écriture, sur l'édition, sur les auteurs, et tout ce qui se réclame de lalittérature.
  • Contact

Actualité brûlante

Blog au repos

Mais rien ne vous empêche d'aller faire un tour sur le site www.georges-flipo-auteur.com  

Recherche

Avant d'entrer ou de sortir

Pour une lecture plus structurée, cliquez juste en dessous : pavé "pages" ou pavé "catégories".

Pour des informations pérennes, impitoyablement classées, allez faire un saut sur mon site d'auteur

Il vient d'être entièrement remanié. Tout y est très beau, très chic. Même le chien.

Archives

Des attaches et des liens

Des blogs que je fréquente souvent ou parfois, mais avec plaisir, sans forcément y laisser de commentaires, des blogs dont le tenancier vient parfois faire un coucou en dessous de mes billets, des blogs qui aiguillent vers le mien, des blogs qui ont donné un coup de pouce à un ou plusieurs de mes livres, tout cela crée des liens.

Si vous pensez que votre absence dans cette liste est un scandale, faites un scandale. Ou, plus simple, faites-moi signe.

-------
 
813
Actu du noir (Jean-Marc Laherrère)
Actualitte.com, Nicolas
Alex (Mot à mots)
Amanda Meyre
Annick Dor
Antigone (Les écrits d’Antigone)
Armande 22,  Les livres-bonheur
Aude (Mots dits)
Balmeyer
Biblioblog (Laurence)
BibliObs
Bibliophagie (Sybilline)
Bibliosurf
Biffures chroniques
Blog de Thomas Clément
Bloghotel
Blog-o-book
Boojum
Bookingdom
Bric à book, Leiloona
Brigit Hache
BSC News
C’était demain, Dominique Boudou
Cabinet de curiosités d’Eric Poindron
Cafebook (Emma)
Calipso,
Calibre 47 (Claude Mesplède)
Calou, L’Ivre de lectures
Carnet de lectures
Carnets de Pierre
Carnets de sel (Essel)
Caro[line] 5ème de couverture, 
Catherine (La culture se partage)
Cathulu
Chaperlipopette
Chez Lo
Chiffonnette
Chimère (A livre ouvert)
Choupynette (Y'a d'la joie)
Chroniques littéraires
Clair et net
Clarinesse (L'œil du vent)
Claude Le Nocher
Clopin-clopant (Clopine)  
Comme dans un livre
Cozop
Critico-blog
CulturesFrance
Cunéipage (Cuné)
Daniel Fattore
Danielle, Maux d’auteurs
Dasola
De livres en livres
Digressions (Joseph Vebret)
Ecrivains-voyageurs
Eireann (Yvon)
Eloah (À lire, à croquer)
Emmanuelle Urien
En lisant, en voyageant, (Keisha)
Encres vagabondes, Patricia Châtel
Enna lit, Enna vit
Eric Fouassier
Espaces, CNES
Eulalie
Evene
Extra-ball, (Dorham)
Fabelire
Fabula Bovarya,
Flof 13 (Lire et délires)
Florinette, Les lectures de Florinette,
Fluctuat.net
Forum A vos plumes
Forum Tir Na N’Og et Cie
Frédérique Martin
Gaëlle Pingault
Géothèque
Géraldine (Les coups de cœur)
Gwenaelle (Skriban)
Happy Few, Fashion Victim
Hautefort, club Littérature
Hebdo des notes,
Indications
Initiales
Interlignage
Jean Calbrix
Journal  d’une lectrice (Papillon)
Kalistina
Kathel, Lettres exprès
Kheops
La bibliothèque du dolmen
La caverne d'Ankya
La cuisine des mots (Ciorane)
La Factory
La liseuse (au fil de mes lectures)
La Mère Castor
La Péniche.net ( Bureau des Arts de Sc. Po )
La pile à lire d'Hécléa
La plume et le citoyen
La Revue Littéraire (Blog Leo Scheer)
La scribouillarde
La tête dans les pages
Labyrinthes avec vue
Le bibliomane
Le blog d’Ameleia,
Le goût des livres (Aifelle)
Le retour de l'être aimé
Le Scribe
Lechoixdesbibliothécaires
Lecture & Ecriture
Lectures et autres (Sylvie)
Leo Scheer (La revue littéraire)
Les chroniques de Mandor
Les jardins d’Hélène
Les lectures de Martine,
Les livres de l'Arrajou
Les penchants du roseau
Levraoueg (La tourneuse de pages)
Librairie des voyageurs, Les 5 continents.
Lignes de fuite
L'île, la petite île
Lili (Des livres et moi)
Liliba
Lily et ses livres
Lire et délires (Flof13)
Litote en tête
Livres pour vous
Livres et Cinéma (Yohann)
Lou, My Loubook 
LVE, Lire Voir Entendre
Lyvres (Yv)
Magali Duru
Maïté Bernard (sur Bibliosurf)
Malice
Manu Causse
Marc Sefaris
Mary's colors
Maud et les mots
Mercedes G.F.
Mes lectures (Phil)
Mille et une pages (Stephie)
Miss Orchidée 
Monde du livre.com,
Mot Compte Double (Françoise Guérin)
Mots en bouche
N.U.L.L.E., Erzebeth
Nicolas Ancion
Nuit blanche
Obiwi
Oceanicus in folio
One big day
Pages à pages
Parfum de livres
Pascal, Le disque 
Pickendorf (Qui hodie agisti)
Pimprenelle
Posuto
Pralineries (Pralines)
Pr'Ose (Emma Bovary)
Prudence
Quichottine,
Quoi de 9 Cécile ?
Roseau
Rue des Livres
Salondulivre.net
Saxaoul
Scriptural (Schlabaya)
Serial lecteur
Site de Brigitte Niquet
 
Sylire
Tamara (Tamacultire)
Thaïs, Arc-en-ciel, 
Turquoise (Un moment Turquoise)
Valérie (Un fil à la page)
Vers Minuit, Franck Garot
Voyage au bout de la lettre (Pitou)

Yspaddaden

Yves Mabon, Prix Orange du Livre
Zoé Lucider
Zoridae

Copinage éhonté.

Voici une rubrique dans laquelle je présente des livres écrits par des auteurs avec lesquels j'entretiens d'amicales relations. Bien entendu, il ne s'agit pas ici d'emplacement publicitaire. C'est beaucoup plus honorable, c'est du copinage. Les livres présentés dans cette rubrique ne seront pas toujours les mêmes : à défaut de renouveler mes copains, mes amis, mes relations, je vais renouveler leurs parutions.

 

Cherche-jeunes-filles-200-x315.jpg

  Le tout dernier de Françoise Guérin

virages-dangereux-copie-1.jpg

La-vieille-dame-du-riad.jpg


Frederique-Martin-Belfond-Le-Vase-ou-meurt-cette-verveine-3.jpg
Tu-ne-mourras-plus-demain.jpg

 

Les pays

Moulins A paroles


L-eau-des-reves.jpg

Lotus Seven

Un homme perdu-copie-1


Langue-de-pub-copie-1.jpg

Livre-Magali-Duru.jpgLe tout dernier de Magali Duru

tous-nos-petits-morceaux.jpg

      Le tout dernier d'Emmanuelle Urien

Fouad.jpg

Dominique-Guerin.jpg

 

Quatre carnages..

 

 

 

  Teignes

 

 

 

 

Un escarpin de soie bleue

 

 

Est-ce ainsi

9 juillet 2008 3 09 /07 /juillet /2008 14:20

 

 

 

Faire éditer un manuscrit, c’est aussi facile que de passer dans Gala

 Mon dernier billet sur « la démarche pilotée » permettant de trouver un bon éditeur pour son bon manuscrit s’est poursuivi par de nombreux commentaires fort intéressants, et quelques mails privés assez éclairants.

Rappel de la question de cours : La méthode pilotée consiste à entrer avec un bon manuscrit X dans une maison d’édition A pour vous y adresser à un interlocuteur précis B, en étant chaleureusement recommandé par un influenceur C. Il faut que les trois paramètres A, B, C soient réunis pour que l’on puisse parler de méthode pilotée. Il est aussi préférable d’avoir le manuscrit X, mais je ne suis pas sûr que ce soit indispensable, surtout après avoir lu ces réactions. 

Je vais essayer de synthétiser les réponses apportées à la question : à quoi servent ces influenceurs C ? Pourquoi se verraient-ils remettre des meilleurs manuscrits que les comités de lecture ? 

Parce que, si la recommandation de l’influenceur est active/impliquée, « cela rassure l’éditeur ».

> MAIS… En quoi, sur quoi, cela devrait-il le rassurer ? Sur la capacité de l’auteur à mobiliser l’influenceur ? Donc sur son réseau d’appuis ?  Est-ce que ça suppose que ce réseau d’appuis sera déterminant pour l’avenir du candidat auteur ? pour un auteur, est-ce important de rassurer un éditeur sur sa peoplabilité ?

 

Pour Nicolas Ancion, qui semble bien placé pour en parler, « ce jeu-là est parfaitement normal : être éditeur, c'est avoir un réseau et un prestige qui attirent les bons manuscrits mais aussi les bons lecteurs et les bons auteurs, qui, lorsqu'ils connaissent bien la maison, jouent les filtres et les barrages, pour ne proposer que des manuscrits qui leur semblent correspondre à la ligne et à la qualité attendues ».

> MAIS…il y a pour moi un couac dans cette logique :

pourquoi les bons auteurs sont-ils supposés connaître suffisamment la maison pour savoir jouer des filtres et des barrages ? Est-ce que vraiment cela fait partie des tests de sélection ?


Une correspondante, qui tient à garder l’anonymat, me donne par mail une réponse longue et argumentée, plus inquiétante, que je résume : NON,
l’influenceur C ne rend pas service à l’éditeur, c’est l’éditeur qui rend service à l’influenceur C. En clair : certains influenceurs ont un pouvoir suffisant (pouvoir de nuisance, pouvoir de prescription) pour que l’éditeur ne puisse pas leur refuser de publier le manuscrit poussé par l’influenceur. Ce serait d’ailleurs la raison pour que le système implique une prescription personnalisée, insistante (appel téléphonique).

> MAIS... Mais rien. Je reste abasourdi par ce point de vue, dont je ne peux apprécier la pertinence. Qu’en pensez-vous ?


Quelques remarques complémentaires :

-          on me signale que l’appui d’un influenceur peut être un facteur de nuisance : l’éditeur, s’il n’est vraiment pas emballé, n’osera pas le dire franchement, pour ne fâcher personne. Il jouera la stratégie du pourrissement, laissera traîner le manuscrit pendant des mois, tout en le couvrant de louanges, il invoquera des hésitations au sein du comité de lecture, des problèmes (illusoires) qu’il fera traîner, des modifications qu’il demandera en espérant que l’auteur lui claquera la porte au nez. Pendant ce temps, l’auteur n’osera pas proposer son manuscrit ailleurs, de crainte de se griller avec l’influenceur. Le petit jeu peut durer très longtemps jusqu’à ce que l’auteur reprenne son manuscrit sans jamais avoir reçu de niet.

-          Il n’est pas déshonorant de passer par un influenceur, si on en connaît un, me rappelle-t-on, ne serait-ce que pour gagner du temps, ou pour éviter les lectures trop hâtives de la première page.  De très bons auteurs arrivent ainsi, chaque année, sur le marché. J’en suis entièrement d’accord.

-          Envoyer un manuscrit à un interlocuteur « éditeur » trop précis dans une maison d’édition peut s’avérer dangereux, plus dangereux qu’un envoi au comité de lecture, si vous n’avez pas très bien identifié les profils d’auteurs qu’il pilote. En cas d’erreur de ciblage, il prendra rarement la peine d’aller voir le collègue du bureau d’à côté « Hé, Lulu, j’ai un manuscrit dont je ne veux pas, c’est trop mélo, tu serais intéressée ? »


-         
À ce propos, je crois que les grosses maisons d’édition pourraient faire un effort ; je parle de celles qui disposent de plusieurs « éditeurs » en leur sein. Elles pourraient aisément prendre une mesure qui rassurerait sur leur volonté de transparence : afficher, sur leur site, la liste de ces éditeurs. Bien sûr il est douteux qu’elles puissent afficher un « profil » de chacun de ces éditeurs, mais elles pourraient au moins donner la liste des auteurs que chacun a en portefeuille. Cela ne ferait aucun tort à ces éditeurs, et cela aiderait les auteurs à moins gaspiller leurs manuscrits.


Bilan ? La méthode pilotée, je ne sais qu’en penser. J’ai découvert qu’elle existe, qu'elle est ardue et quand même aléatoire, c’est déjà beaucoup. Quant à la méthode courageuse, elle ne demande comme courage que celui d’aller à la poste déposer une grande enveloppe, et elle donne de bons résultats.
Bien sûr, on ne peut négliger le climat de compétition dans lequel chaque manuscrit débarque sur la table de la lectrice, il faut simplement en tenir compte. Mais ce climat existe aussi pour les manuscrits arrivant « pilotés ».


Pour en finir avec ce sujet que je maîtrise beaucoup moins bien après l’avoir traité, il y aurait donc deux types d’auteur.

 

Les auteurs en arroi. L’arroi, rappelons-le, c’est l’ensemble des personnes entourant un grand personnage.

Les autres resteront des auteurs en désarroi. Ils continueront à entretenir d’excellentes relations avec le facteur.


Le visuel tout en haut, c'est un poisson-pilote, vous l'avez certainement reconnu. Oui, je sais, ce n'est pas extraordinaire, comme idée. Vous en avez de meilleures ? 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Adn 26/01/2010 16:20


Très intéressant, comme sujet, merci. En remarque au commentaire de Turquoise, il ne faut pas oublier que l'aspect commercial prime pour l'éditeur et que les bons livres ne sont pas forcément les
mieux vendus. En conséquence, si un éditeur publie bon nombre de navets, il ne faut y voir de corrélation qu'avec le fait que bon nombre de lecteurs sont des légumes.
Partant de là, on pourrait opérer un classement des manuscrits reçus en 2 catégories : ceux destinés à "toucher le lecteur", et ceux destinés à "être touchés par les lecteurs". En gros l'éditeur
sait donc faire la différence entre une oeuvre et un navet, mais il sait bien pourquoi il sélectionne le navet plutôt que l'oeuvre. Cela signifierait-il alors que la probabilité d'être édité est
inversement proportionnelle à la qualité du manuscrit ? Damned...
J'arrête ici ces considérations douteuses pour en venir au principal : l'influenceur C et la remarque de la correspondante anonyme : c'est l'éditeur qui rend service à l'influenceur C. Au-delà d'un
lien occulte (nuisance, prescription) qui obligerait l'un envers l'autre, ne s'agirait-il pas là d'un phénomène qui tend à se généraliser : la sous-traitance ? Si je dis ça, c'est parce que
"influenceur" me fait penser à "agent littéraire", et qu'en l'occurence le service rendu consisterait dans la commission sur droits que celui-ci empocherait au passage, au travers du "service"
ainsi rendu par ailleurs à l'auteur. Ca réponderait aussi à la question "comment je fais pour employer la méthode pilotée si je ne connais personne". D'ailleurs, outre-atlantique, un auteur ne peut
envoyer son manuscrit à une maison d'édition : la primo-sélection par un agent littéraire est un passage obligé. En somme, influenceur C, c'est peut-être une profession à part entière. Qu'en
pensez-vous ?


Georges F. 27/01/2010 12:32


J'aime votre distinguo entre les livres destinés à toucher, et ceux destinés à être touchés. Mais je ne suis pas d'accord sur une partie de vos remarques : chez certains éditeurs, la
publication de certains navets pré-vendus (Mémoires de Loana, etc.) sert aussi parfois à financer la publication de bons livres.  
Pour répondre à votre question, je vais faire court : il ARRIVE que certains éditeurs se sentent obligés de faire plaisir à l'influenceur. Est-ce fréquent ? Je crois que l'éditeur serait
vite ruiné. Et encore plus vite déconsidéré par les médias, les libraires.
Autre remarque : le rôle de l'agent littéraire aux USA ne change pas tellement l'équation pour le 
candidat à la publication : c'est l'agent qui se trouve submergé de manuscrits, et non pas l'éditeur. C'est lui qui pilote ensuite vers l'éditeur ce qui lui paraît bon.
Le candidat américain enverra donc son manuscrit à une douzaine d'agents, comme le candidat français envoie le sien à une douzaine d'éditeurs. Dans les deux cas, la lecture s'arrêtera le plus
fréquemment en bas de la première page. A juste titre, hélas...


Mihal-Talia 23/07/2008 12:26

Bonjour Georges.
Souvent je suis passée sur ton site et blog. Juste te remercier pour l'ensemble de ces moments de lecture intéressants. Il y a tant à dire sur le sujet... (je reviendrai).

GF 23/07/2008 22:09


Merci. Je ne me lasse pas des compliments. Il faut revenir, Mihal-Tala, rien ne me fera plus plaisir, surtout en été.


dominique boudou 15/07/2008 19:18

Léquipement chevaux compris. Etre en désarroi, c'est perdre son arroi.Mais qui s'en soucie ?

GF 17/07/2008 10:26



Vous avez raison, Dominique. Et c'est justement parce que personne ne s'en soucie qu'il faut s'en soucier.



Loïs de Murphy 12/07/2008 11:13

Merci pour arroi, j'adore collecter de nouveaux mots. Belle provende.

GF 13/07/2008 18:20


Vérification faite, l'arroi, ce n'était pas seulement la compagnie, c'était aussi l'équipement dont s'entouraient les personnalités en voyage. Je vous prête cet arroi, Loïs, je pressens que
vous en ferez bon usage.


LVE 12/07/2008 11:11

Je trouve que c'est une bonne idée que celle de faire figurer les éditeurs en "écurie" sur le site Internet de la maison susceptible d'accueillir de nouveaux auteurs. Mais je pense que c'est bien le cadet des soucis de cette dernière.

GF 13/07/2008 18:18


Bon, LVE, nous voici deux à pargager cette bonne idée. On a fait des minorités agissantes avec moins que ça. Continuons.