Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

(Excellente) Présentation

  • : Blog de Georges Flipo, auteur
  • Blog de Georges Flipo, auteur
  • : Dans ce blog : chroniques sur l'actualité littéraire (la mienne et celle des autres), sur l'écriture, sur l'édition, sur les auteurs, et tout ce qui se réclame de lalittérature.
  • Contact

Actualité brûlante

Blog au repos

Mais rien ne vous empêche d'aller faire un tour sur le site www.georges-flipo-auteur.com  

Recherche

Avant d'entrer ou de sortir

Pour une lecture plus structurée, cliquez juste en dessous : pavé "pages" ou pavé "catégories".

Pour des informations pérennes, impitoyablement classées, allez faire un saut sur mon site d'auteur

Il vient d'être entièrement remanié. Tout y est très beau, très chic. Même le chien.

Archives

Des attaches et des liens

Des blogs que je fréquente souvent ou parfois, mais avec plaisir, sans forcément y laisser de commentaires, des blogs dont le tenancier vient parfois faire un coucou en dessous de mes billets, des blogs qui aiguillent vers le mien, des blogs qui ont donné un coup de pouce à un ou plusieurs de mes livres, tout cela crée des liens.

Si vous pensez que votre absence dans cette liste est un scandale, faites un scandale. Ou, plus simple, faites-moi signe.

-------
 
813
Actu du noir (Jean-Marc Laherrère)
Actualitte.com, Nicolas
Alex (Mot à mots)
Amanda Meyre
Annick Dor
Antigone (Les écrits d’Antigone)
Armande 22,  Les livres-bonheur
Aude (Mots dits)
Balmeyer
Biblioblog (Laurence)
BibliObs
Bibliophagie (Sybilline)
Bibliosurf
Biffures chroniques
Blog de Thomas Clément
Bloghotel
Blog-o-book
Boojum
Bookingdom
Bric à book, Leiloona
Brigit Hache
BSC News
C’était demain, Dominique Boudou
Cabinet de curiosités d’Eric Poindron
Cafebook (Emma)
Calipso,
Calibre 47 (Claude Mesplède)
Calou, L’Ivre de lectures
Carnet de lectures
Carnets de Pierre
Carnets de sel (Essel)
Caro[line] 5ème de couverture, 
Catherine (La culture se partage)
Cathulu
Chaperlipopette
Chez Lo
Chiffonnette
Chimère (A livre ouvert)
Choupynette (Y'a d'la joie)
Chroniques littéraires
Clair et net
Clarinesse (L'œil du vent)
Claude Le Nocher
Clopin-clopant (Clopine)  
Comme dans un livre
Cozop
Critico-blog
CulturesFrance
Cunéipage (Cuné)
Daniel Fattore
Danielle, Maux d’auteurs
Dasola
De livres en livres
Digressions (Joseph Vebret)
Ecrivains-voyageurs
Eireann (Yvon)
Eloah (À lire, à croquer)
Emmanuelle Urien
En lisant, en voyageant, (Keisha)
Encres vagabondes, Patricia Châtel
Enna lit, Enna vit
Eric Fouassier
Espaces, CNES
Eulalie
Evene
Extra-ball, (Dorham)
Fabelire
Fabula Bovarya,
Flof 13 (Lire et délires)
Florinette, Les lectures de Florinette,
Fluctuat.net
Forum A vos plumes
Forum Tir Na N’Og et Cie
Frédérique Martin
Gaëlle Pingault
Géothèque
Géraldine (Les coups de cœur)
Gwenaelle (Skriban)
Happy Few, Fashion Victim
Hautefort, club Littérature
Hebdo des notes,
Indications
Initiales
Interlignage
Jean Calbrix
Journal  d’une lectrice (Papillon)
Kalistina
Kathel, Lettres exprès
Kheops
La bibliothèque du dolmen
La caverne d'Ankya
La cuisine des mots (Ciorane)
La Factory
La liseuse (au fil de mes lectures)
La Mère Castor
La Péniche.net ( Bureau des Arts de Sc. Po )
La pile à lire d'Hécléa
La plume et le citoyen
La Revue Littéraire (Blog Leo Scheer)
La scribouillarde
La tête dans les pages
Labyrinthes avec vue
Le bibliomane
Le blog d’Ameleia,
Le goût des livres (Aifelle)
Le retour de l'être aimé
Le Scribe
Lechoixdesbibliothécaires
Lecture & Ecriture
Lectures et autres (Sylvie)
Leo Scheer (La revue littéraire)
Les chroniques de Mandor
Les jardins d’Hélène
Les lectures de Martine,
Les livres de l'Arrajou
Les penchants du roseau
Levraoueg (La tourneuse de pages)
Librairie des voyageurs, Les 5 continents.
Lignes de fuite
L'île, la petite île
Lili (Des livres et moi)
Liliba
Lily et ses livres
Lire et délires (Flof13)
Litote en tête
Livres pour vous
Livres et Cinéma (Yohann)
Lou, My Loubook 
LVE, Lire Voir Entendre
Lyvres (Yv)
Magali Duru
Maïté Bernard (sur Bibliosurf)
Malice
Manu Causse
Marc Sefaris
Mary's colors
Maud et les mots
Mercedes G.F.
Mes lectures (Phil)
Mille et une pages (Stephie)
Miss Orchidée 
Monde du livre.com,
Mot Compte Double (Françoise Guérin)
Mots en bouche
N.U.L.L.E., Erzebeth
Nicolas Ancion
Nuit blanche
Obiwi
Oceanicus in folio
One big day
Pages à pages
Parfum de livres
Pascal, Le disque 
Pickendorf (Qui hodie agisti)
Pimprenelle
Posuto
Pralineries (Pralines)
Pr'Ose (Emma Bovary)
Prudence
Quichottine,
Quoi de 9 Cécile ?
Roseau
Rue des Livres
Salondulivre.net
Saxaoul
Scriptural (Schlabaya)
Serial lecteur
Site de Brigitte Niquet
 
Sylire
Tamara (Tamacultire)
Thaïs, Arc-en-ciel, 
Turquoise (Un moment Turquoise)
Valérie (Un fil à la page)
Vers Minuit, Franck Garot
Voyage au bout de la lettre (Pitou)

Yspaddaden

Yves Mabon, Prix Orange du Livre
Zoé Lucider
Zoridae

Copinage éhonté.

Voici une rubrique dans laquelle je présente des livres écrits par des auteurs avec lesquels j'entretiens d'amicales relations. Bien entendu, il ne s'agit pas ici d'emplacement publicitaire. C'est beaucoup plus honorable, c'est du copinage. Les livres présentés dans cette rubrique ne seront pas toujours les mêmes : à défaut de renouveler mes copains, mes amis, mes relations, je vais renouveler leurs parutions.

 

Cherche-jeunes-filles-200-x315.jpg

  Le tout dernier de Françoise Guérin

virages-dangereux-copie-1.jpg

La-vieille-dame-du-riad.jpg


Frederique-Martin-Belfond-Le-Vase-ou-meurt-cette-verveine-3.jpg
Tu-ne-mourras-plus-demain.jpg

 

Les pays

Moulins A paroles


L-eau-des-reves.jpg

Lotus Seven

Un homme perdu-copie-1


Langue-de-pub-copie-1.jpg

Livre-Magali-Duru.jpgLe tout dernier de Magali Duru

tous-nos-petits-morceaux.jpg

      Le tout dernier d'Emmanuelle Urien

Fouad.jpg

Dominique-Guerin.jpg

 

Quatre carnages..

 

 

 

  Teignes

 

 

 

 

Un escarpin de soie bleue

 

 

Est-ce ainsi

1 juillet 2008 2 01 /07 /juillet /2008 14:45

  N.B. Le texte de cette quatrième de couv est maintenant bien lisible EN BAS du billet.

 

La quatrième de couv, c’est ce qu’il y a de plus difficile à écrire dans un livre. Idéalement, il faudrait l’écrire avant le livre, pour ne pas se laisser influencer. Après tout, le lecteur, lui, ne se gêne pas : c’est par là qu’il commence. Il suffit d’observer le promeneur dans un salon du livre ou dans une librairie.

 

La quatrième de couv a cela de terrible qu’il s’agit d’un exercice à la fois littéraire et commercial.

 

Littéraire, car elle doit, en quelques lignes, présenter le livre, son intrigue ou son début d’intrigue, mais aussi donner une idée du style du livre, de son ton. Cette contrainte n’est écrite nulle part, mais elle traîne là, flottante, dans l’esprit du lecteur quand il n’est encore que chaland. Ne me demandez pas d’où je le tiens, je le tiens, c’est le principal. Pour cet exercice littéraire, nul n’est mieux placé que l’auteur. C’est pour ça qu’il est généralement nommé premier de corvée. Les plus paresseux se contentent alors de citer un paragraphe pioché au hasard, mais ce n'est jamais le bon, il faut présenter le livre, le résumer de façon intéressante.


 

La contraction de texte n’est pas au programme des entretiens de recrutement des auteurs. L’écrivain souffre, il est toujours trop bavard, trop elliptique, trop subtil ; c’est le moment où il se relâche, il a écrit tout un livre, il peut enfin se faire plaisir, cette quatrième, il va l’écrire pour lui.  « Voilà, c’est ça, c’est exactement ce que j’ai voulu me dire ».

 

À supposer qu’il s’en sorte, il se plantera quand même, car la quatrième a aussi un rôle commercial, presque promotionnel, elle doit faire l’éloge de l’auteur, de ses idées, de son style, de ses goûts, de sa vie. Et là, l'éditeur est généralement plus compétent. Moi, j'essaie quand même : généralement, j'écris que je fais du vélo et que j’aime bien les endives au jambon. Mais, allez donc savoir pourquoi, c’est un passage qu’on me supprime toujours « Oui, très bien, ce passage, Georges, mais il y a peut-être mieux à dire, on va s’en charger… ». Voilà pourquoi la quatrième de couverture est finalement écrite par l’éditeur, qui dit beaucoup mieux que l’auteur tout le bien qu’il faut penser de lui.

 

Reste la solution de donner la parole au chœur : citer quelques extraits de la critique du livre précédent, si elle a été laudative. Je tente chaque fois le coup : jusqu’ici, ça n’a jamais marché, on me supprime cette partie très gentiment, d’autant plus qu’elle est toujours placée à la fin. Cela avec un argument imparable « Oui, Georges, Vélo-Magazine et la Gazette Charentaise ont été très sympa, mais si on les cite, on a l’air de faire pression sur les autres ».

 

Au fond, c’est rassurant : les magazines qui disent du bien de nous risquent de faire pression sur les autres. Je précise ici que ce billet ne prétend pas faire pression sur Vélo-Magazine et la Gazette Charentaise. Cela dit…


Bon, tout ça pour dire que voilà ma quatrième de couv. Elle vous va ?

Et voilà, ça commence mal : voilà cinq minutes que mon billet est publié et je reçois déjà un appel me signalant que la quatrième de couverture est illisible. Ce qui prouve que les visiteurs abonnés visitent sérieusement. A la demande générale de cette première visiteuse, je donne donc ci-dessous le texte de cette quatrième de couv :

 À ceux dont le passeport n’a jamais le temps de moisir dans un tiroir comme aux sédentaires invétérés, Georges Flipo propose quatorze nouvelles de voyage, et plus précisément de voyageurs : voyageurs en Asie, en Europe, en Afrique, en Amérique du sud, continents que l’auteur a souvent parcourus.

.

Pas de folklorisme ni de longues descriptions de panoramas, mais de prenantes histoires qui emmènent le voyageur – et le lecteur –  un peu plus loin que prévu. Dans un cadre toujours différent, chaque personnage se révélera en allant au-delà de ses limites. Limites de ses souvenirs pour l’une, de ses préjugés pour l’autre. Tel autre ira aux confins de sa morale, ou de sa méchanceté, ou de son cynisme. Telle autre encore à la poursuite de son rêve d’adolescente.

 

Le style est fluide, le rythme enlevé, les portraits esquissés en rapides petites touches. Le ton oscille entre l’émotion et et l’humour parfois acide.

Quatorze nouvelles qui feront leur chemin dans la littérature de voyage.

 
Nouvelliste pour la radio (Radio France, France Bleu), Georges Flipo a publié deux recueils de nouvelles ainsi qu’un roman.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Lauri 09/01/2017 09:15

A la recherche de rpofessionnel à qui confier la quatrième de couverture? visitez mon site.

gaelle 03/07/2008 08:48

Bon. Et ben je préfère la couv que la 4ème de. Finalement, ça limite mon imaginaire, ce petit texte. Et si moi j'ai envie de la trouver folklorique, hein, la 6ème nouvelle du recueil, hein? Si j'ai pas la même définition du folklorisme que l'éditeur, je suis foudroyée sur place? Ce serait dommage, y'aurait une sale odeur de cochon grillé dans tout l'appartement, beurk.
Bref. Tout ça pour dire que je pense que c'est un exercice compliqué, la 4ème de couv. Je suis ravie, Françoise, de lire que Quadrature fait son boulot d'éditeur sur ce point (sur les autres, j'ai déjà pu constater qu'il le faisait, et bien!). Ouf! Je n'ai pas du tout envie de m'y coller! Je pense que ça m'échappe complètement. Et je doute que "aime la mer et les confiture de sa maman" soit plus vendeur que "aime le vélo et les endives au jambon"...

GF 03/07/2008 18:04


La sixième nouvelle, folklorique ? Ha, ha, ha, Gaelle, folklorique, j'en ris, j'en pleure. Voyons, c'est laquelle, cette sixième. C'est... ah ben ça, c'est Confiteria Ideal,
oui, c'est vrai qu'elle est folklorique. Quant à l'odeur de cochon grillé, oui, mais c'est, je crois, dans la huitième. Gaelle, enfin, que faites-vous dans mon P.C. ? Sortez de là, en vitesse,
sinon, j'appuie sur éteindre !


Clopine Trouillefou 02/07/2008 21:42

Est-ce que vous voulez dire, Georges, que c'est l'auteur qui rédige la quatrième de couv" ? Je n'y avais jamais pensé. C'est-à-dire que vous parlez de vous à la troisième personne, c'est bien ça ? Comme Alain Delon dans les années 90 "Alain Delon, le plus grand acteur de sa génération, ne tournera pas dans le film de Tartempion, parce que Tartempion n'a jamais bien compris la grandeur du jeu d'Alain Delon" ?

J'en suis toute tourneboulée, là. Quel exercice, dites donc ! Vite, on ne sait jamais, prenons de l'avance :

"Clopine Trouillefou, dont l'immense talent a été révélé à la suite d'une visite sur le blog de Georges Flipo, alors qu'elle se cognait, tel Claudel sur un pilier à Notre-Dame ou Lady Di dans un tunnel parisien, au troisième paragraphe du dernier ouvrage d'icelui, a donc depuis mis à profit les précieux enseignements du Maître et nous pouvons même dire qu'elle l'a dépassé, ce maître. Sa plume magnifique et tourmentée, sa profonde culture, son univers extraordinaire, chatoyant et bigarré promettent au lecteur un si profond dépaysement qu'il n'oubliera jamais les incroyables personnages si étrangers et si troublants que sont Dagobert, l'âne Grand Noir du Berry, ou le ramassage des oeufs des poules Cayenne. Quant à l'entrée en troisième de Clopinou, nous atteignons ici à l'extrême limite de l'expérience humaine...etc..."

Hummmmmm.... Brrrr.... OUi, n'est-ce pas.... On va dire que je vais m'exercer encore un peu, là...

Clopine, estomaquée.

03/07/2008 17:58


Cinquième tentative, pour vous, Clopine, rien que pour vous. Quatre explosions en tapant sur valider, ça finit par lasser.
Vous êtes maintenant une grande fille, Clopine, il suffit, pour s'en convaincre, d'entendre vos commentaires face à un innocent petit topinambour. Vous voici donc prête à être initiée, vous ne
pouvez plus rester innocente. Clopine, les quatrièmes de couv, ce ne sont pas les cigognes qui les apportent chez les éditeurs. C'est l'auteur qui fait ça tout seul, il est à la fois le
papa et la maman, c'est une honte. Gardez ça pour vous, n'allez pas en parler à vos petites camarades plus jeunes, laissez-les encore rêver. Ne leur dites pas non plus que l'éditeur est
obligé de couper, de modérer, de débouffir. Ne leur dites même pas que vous me connaissez, ça pourrait encore une fois finir chez Pierre Assouline.


madamedekeravel 02/07/2008 09:52

C'est drôle, la page que je suis en train d'écrire pour mon blog parle aussi de 4e de couverture ... les grands esprits se rencontrent ! ;-)
Par contre, je suis choquée du mot grossier que vous employez : "commerciale" ! Mais cher monsieur, il ne s'agit pas de commerce mais de désir ! La 4e dec ouverture doit donner envie, envie de lire (et accessoirement envie d'acheter). Soyez plus romantique !
;-)

GF 03/07/2008 14:36


Nous rencontrons, Madamede, soit-ce sur une quatrième de couv, et c'est là le plus important. Que voyez-vous de grossier à ce brave petit mot "commercial" ? Etre d'un "commerce agréable",
n'est-ce pas au moins aussi romantique que de susciter le désir ? Et c'est souvent plus durable.
Quant à mon romantisme, il est déjà si embrasé que je me demande comment il pourrait être ravivé !


Quichottine :0010: 01/07/2008 23:09

Je lis, c'est vrai, la quatrième... mais le plus souvent, pour acheter un livre, j'ai "grappillé" à l'intérieur, au hasard.

Ce n'est pas très pro... mais c'est comme ça.

Alors, chez toi, il faut aussi que je grappille ;-))))

GF 03/07/2008 14:06


Mais si, Quichottine, c'est très pro : c'est comme cela que font les éditeurs. Mais ils commencent par la première  page avant de grappiller. Je persiste à le croire, avec le mal que je me
donne pour ces premières pages. Il m'arrive de changer le construction d'un roman ou d'une nouvelle pour que la première page soit bonne. Je le dis sérieusement. Pour de vrai ? Oui, pour de
vrai.