Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

(Excellente) Présentation

  • : Blog de Georges Flipo, auteur
  • Blog de Georges Flipo, auteur
  • : Dans ce blog : chroniques sur l'actualité littéraire (la mienne et celle des autres), sur l'écriture, sur l'édition, sur les auteurs, et tout ce qui se réclame de lalittérature.
  • Contact

Actualité brûlante

Blog au repos

Mais rien ne vous empêche d'aller faire un tour sur le site www.georges-flipo-auteur.com  

Recherche

Avant d'entrer ou de sortir

Pour une lecture plus structurée, cliquez juste en dessous : pavé "pages" ou pavé "catégories".

Pour des informations pérennes, impitoyablement classées, allez faire un saut sur mon site d'auteur

Il vient d'être entièrement remanié. Tout y est très beau, très chic. Même le chien.

Archives

Des attaches et des liens

Des blogs que je fréquente souvent ou parfois, mais avec plaisir, sans forcément y laisser de commentaires, des blogs dont le tenancier vient parfois faire un coucou en dessous de mes billets, des blogs qui aiguillent vers le mien, des blogs qui ont donné un coup de pouce à un ou plusieurs de mes livres, tout cela crée des liens.

Si vous pensez que votre absence dans cette liste est un scandale, faites un scandale. Ou, plus simple, faites-moi signe.

-------
 
813
Actu du noir (Jean-Marc Laherrère)
Actualitte.com, Nicolas
Alex (Mot à mots)
Amanda Meyre
Annick Dor
Antigone (Les écrits d’Antigone)
Armande 22,  Les livres-bonheur
Aude (Mots dits)
Balmeyer
Biblioblog (Laurence)
BibliObs
Bibliophagie (Sybilline)
Bibliosurf
Biffures chroniques
Blog de Thomas Clément
Bloghotel
Blog-o-book
Boojum
Bookingdom
Bric à book, Leiloona
Brigit Hache
BSC News
C’était demain, Dominique Boudou
Cabinet de curiosités d’Eric Poindron
Cafebook (Emma)
Calipso,
Calibre 47 (Claude Mesplède)
Calou, L’Ivre de lectures
Carnet de lectures
Carnets de Pierre
Carnets de sel (Essel)
Caro[line] 5ème de couverture, 
Catherine (La culture se partage)
Cathulu
Chaperlipopette
Chez Lo
Chiffonnette
Chimère (A livre ouvert)
Choupynette (Y'a d'la joie)
Chroniques littéraires
Clair et net
Clarinesse (L'œil du vent)
Claude Le Nocher
Clopin-clopant (Clopine)  
Comme dans un livre
Cozop
Critico-blog
CulturesFrance
Cunéipage (Cuné)
Daniel Fattore
Danielle, Maux d’auteurs
Dasola
De livres en livres
Digressions (Joseph Vebret)
Ecrivains-voyageurs
Eireann (Yvon)
Eloah (À lire, à croquer)
Emmanuelle Urien
En lisant, en voyageant, (Keisha)
Encres vagabondes, Patricia Châtel
Enna lit, Enna vit
Eric Fouassier
Espaces, CNES
Eulalie
Evene
Extra-ball, (Dorham)
Fabelire
Fabula Bovarya,
Flof 13 (Lire et délires)
Florinette, Les lectures de Florinette,
Fluctuat.net
Forum A vos plumes
Forum Tir Na N’Og et Cie
Frédérique Martin
Gaëlle Pingault
Géothèque
Géraldine (Les coups de cœur)
Gwenaelle (Skriban)
Happy Few, Fashion Victim
Hautefort, club Littérature
Hebdo des notes,
Indications
Initiales
Interlignage
Jean Calbrix
Journal  d’une lectrice (Papillon)
Kalistina
Kathel, Lettres exprès
Kheops
La bibliothèque du dolmen
La caverne d'Ankya
La cuisine des mots (Ciorane)
La Factory
La liseuse (au fil de mes lectures)
La Mère Castor
La Péniche.net ( Bureau des Arts de Sc. Po )
La pile à lire d'Hécléa
La plume et le citoyen
La Revue Littéraire (Blog Leo Scheer)
La scribouillarde
La tête dans les pages
Labyrinthes avec vue
Le bibliomane
Le blog d’Ameleia,
Le goût des livres (Aifelle)
Le retour de l'être aimé
Le Scribe
Lechoixdesbibliothécaires
Lecture & Ecriture
Lectures et autres (Sylvie)
Leo Scheer (La revue littéraire)
Les chroniques de Mandor
Les jardins d’Hélène
Les lectures de Martine,
Les livres de l'Arrajou
Les penchants du roseau
Levraoueg (La tourneuse de pages)
Librairie des voyageurs, Les 5 continents.
Lignes de fuite
L'île, la petite île
Lili (Des livres et moi)
Liliba
Lily et ses livres
Lire et délires (Flof13)
Litote en tête
Livres pour vous
Livres et Cinéma (Yohann)
Lou, My Loubook 
LVE, Lire Voir Entendre
Lyvres (Yv)
Magali Duru
Maïté Bernard (sur Bibliosurf)
Malice
Manu Causse
Marc Sefaris
Mary's colors
Maud et les mots
Mercedes G.F.
Mes lectures (Phil)
Mille et une pages (Stephie)
Miss Orchidée 
Monde du livre.com,
Mot Compte Double (Françoise Guérin)
Mots en bouche
N.U.L.L.E., Erzebeth
Nicolas Ancion
Nuit blanche
Obiwi
Oceanicus in folio
One big day
Pages à pages
Parfum de livres
Pascal, Le disque 
Pickendorf (Qui hodie agisti)
Pimprenelle
Posuto
Pralineries (Pralines)
Pr'Ose (Emma Bovary)
Prudence
Quichottine,
Quoi de 9 Cécile ?
Roseau
Rue des Livres
Salondulivre.net
Saxaoul
Scriptural (Schlabaya)
Serial lecteur
Site de Brigitte Niquet
 
Sylire
Tamara (Tamacultire)
Thaïs, Arc-en-ciel, 
Turquoise (Un moment Turquoise)
Valérie (Un fil à la page)
Vers Minuit, Franck Garot
Voyage au bout de la lettre (Pitou)

Yspaddaden

Yves Mabon, Prix Orange du Livre
Zoé Lucider
Zoridae

Copinage éhonté.

Voici une rubrique dans laquelle je présente des livres écrits par des auteurs avec lesquels j'entretiens d'amicales relations. Bien entendu, il ne s'agit pas ici d'emplacement publicitaire. C'est beaucoup plus honorable, c'est du copinage. Les livres présentés dans cette rubrique ne seront pas toujours les mêmes : à défaut de renouveler mes copains, mes amis, mes relations, je vais renouveler leurs parutions.

 

Cherche-jeunes-filles-200-x315.jpg

  Le tout dernier de Françoise Guérin

virages-dangereux-copie-1.jpg

La-vieille-dame-du-riad.jpg


Frederique-Martin-Belfond-Le-Vase-ou-meurt-cette-verveine-3.jpg
Tu-ne-mourras-plus-demain.jpg

 

Les pays

Moulins A paroles


L-eau-des-reves.jpg

Lotus Seven

Un homme perdu-copie-1


Langue-de-pub-copie-1.jpg

Livre-Magali-Duru.jpgLe tout dernier de Magali Duru

tous-nos-petits-morceaux.jpg

      Le tout dernier d'Emmanuelle Urien

Fouad.jpg

Dominique-Guerin.jpg

 

Quatre carnages..

 

 

 

  Teignes

 

 

 

 

Un escarpin de soie bleue

 

 

Est-ce ainsi

14 juin 2008 6 14 /06 /juin /2008 13:03

 

Parcourir toute la Sicile en huit jours est une bienfaisante expérience. J’ai été séduit par cette île ouverte, chaleureuse, digne, dont j’ai apprécié l’histoire rebondissante. C’est une fête pour l’œil et pour l’esprit.

Pendant ces mêmes huit jours, j’ai parcouru tout Proust : pour faire court, c’est exactement le contraire de la Sicile.

 Et pour faire un peu plus long ?

 Invocation préalable : je sais combien il est imprudent de ne pas vénérer Proust, surtout quand on prétend écrire. C’est passer pour un butor, un va-de-la-gueule. Au mieux, pour un brave imbécile au cœur joyeux.

Mais j’ai un alibi : j’ai lu les sept livres de la Recherche du temps perdu, mais simplement en « version condensée et adaptée, 500 pages au lieu de 3 000 comme le dit délicieusement son auteur. Je ne le regrette pas : ce parti pris m'a permis d’avoir enfin une vue d’ensemble de l’œuvre. Cela dit, c’est comme observer la pampa d’une montgolfière : quel que soit le recul pris, la répétition et la planitude de la vision créent plus d’ennui que de frisson.

 Qu’en ai-je tiré ? Une grande tristesse.

 Tristesse devant le gaspillage que constituent ces trois mille pages : il y avait là de quoi écrire une très belle nouvelle. Peut-être même deux ou trois, mais avec des risques de redites.

 Tristesse devant cette fascination de l’auteur pour lui-même, pour ses comportements et attitudes, pour ses pensées, ses arrière-pensées, ses contre-pensées, que Proust s’épuise à nous présenter comme des messages de la plus haute importance.

 Tristesse devant le style de l’auteur – oui, je sais, c’est mal, mais si Proust a le droit d’être sincère, moi aussi – et sa phrase qui se déploie en laborieux tortillements autour d’idées simples, comme ces trop longs bolducs qui veulent faire oublier la petitesse du cadeau. Il y a dans la construction de Proust une tendance à la circonvolution intestinale qui me laisse perplexe : où cela mène-t-il ?

 Tristesse immense dans le dernier livre du Temps Perdu (Le Temps retrouvé). Avec ce que je crois être un magnifique humour, l’auteur disloque le puzzle patiemment assemblé depuis six livres, et le reconstitue à la va-vite en quelques pages comme pour s’en moquer : Madame Verdurin devient Princesse de Guermantes, le jeune Bloch change son nom en Jacques du Rozier, et ce chenapan de Baron de Charlus se met à jouer les Roi Lear. On se sent soudain complice d’une longue mystification qui s’achève en un royal pied-de-nez, mais c’était trop beau. Marcel ne peut s’arrêter là, il faut alors qu’il nous reparle de lui et nous explique doctement comment et pourquoi il va devenir écrivain. La chute est ratée, la fête est finie.

 Que faut-il admirer chez Proust ? Je ne le sais toujours pas et les fréquents allers et retours entre l’œuvre condensée et l’œuvre in extenso ma laissent encore plus perplexe.

 Est-ce cette vision d’un monde « d’invertis », comme il appelle le plus fréquemment les adeptes de Sodome et Gomorrhe ? Je crois qu’il y a pourtant là  de quoi briser toute vocation : ce ne sont qu’histoires d’argent, histoires presque toujours exemptes d’amour, histoires de gens de bonne société qui se paient des garçons d’ascenseur et des lessiveuses. Il est d’ailleurs piquant de noter que l’auteur, si prompt à se mettre habituellement au centre de son récit, se tient soudain bizarrement en retrait. La mémoire, la chère mémoire, lui ferait-elle soudain défaut ? 

 Est-ce cette capacité de marathonien à tenir trois mille pages sur un sujet aussi minuscule ? J’ai du mal à admirer cette attention d’entomologiste à noter le moindre battement d’aile d’une termitière épuisée.

 Est-ce cette formidable persistance à nous intéresser aux états d’âme d’une personnalité aussi vaine ? Je n’ai pas su me passionner pour un individu dont le seul ressort semble être de vouloir ce qu’il ne veut pas, de ne pas vouloir ce qu’il veut, de n’aimer que ce qui le fuit, et de fuir qui l’aime. J’admire en revanche cette capacité à rendre très complexes des idées d’une extrême simplicité, voire d'une grande platitude (En gros :  parfois les choses nous rappellent quelque chose – l’art ça crée des émotions – l’amour, c’est plus ou moins compliqué selon les jours, – souvent, les disparus nous manquent – les femmes sont parfois menteuses ).

 Je ne sais pas. Je ne comprends pas. Je ne comprends guère le narrateur *. J’ai fini par le comprendre, en une fulgurance, quand il décrit, dans la Prisonnière, la façon dont Marcel découvre Albertine endormie tout habillée sur son propre lit. Il s’allonge à côté d’elle, l’enlace, l’embrasse (Elle a le sommeil lourd, Albertine, ou elle fait bien semblant, la pauvre), puis, toujours à côté d’elle, sa jambe pendant contre la sienne avec une oscillation légère, Marcel prend son plaisir. « Il me semblait à ces moments-là que je venais de la posséder plus complètement, comme une chose inconsciente et sans résistance de la muette nature ».

 Finalement, c’est ça, Proust. C’est très simple et je n’ai plus besoin d’en parler**. Et voilà pourquoi je préfère la Sicile.

 La prochaine chronique ne parlera cependant pas de la Sicile. Elle aura pour sujet « Comment se faire éditer ». Préférez-vous que je traite le sujet de façon proustienne ou de façon normale ?

·          Oui, je sais, le narrateur n’est pas Proust, pas du tout du tout. Dans ce livre, « il n’y a pas un seul fait qui ne soit fictif, pas un personnage ‘à clefs’, tout a été inventé par moi selon les besoins de ma démonstration ». Il se trouve simplement que, lorsque le narrateur a besoin de se donner un prénom, il choisit Marcel. C’est donc de Marcel que je parle, pas de Proust. Entre nous, ce ne sont quand même que minauderies de coquette derrière son éventail.

 

       **        Je vais cependant lire Clopine Trouillefou qui sera certainement très intéressante.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

keisha 05/08/2008 08:52

Donc maintenant,"La recherche expliquée à mes potes" écrite par Clopinette est dans mes favoris.
J'ai presque peur d'avouer que j'ai lu "A la recherche du temps perdu" en version longue (combien longue)sans y être obligée (rien de tel que d'avoir poursuivi des études scientifiques) mais sur une dizaine d'années ... et je ne le regrette pas. A la lecture de vos deux billets et des commentaires, je constate que Proust -ou plutôt la lecture de son oeuvre- ne laisse pas indifférent.
PS Avez vous lu ses pastiches ?

GF 05/08/2008 10:41


Je suis content de compter tant d'amirateurs de Proust parmi mes visiteurs : on peut donc lire tout Proust et survivre. Tout Proust, même ses pastiches, dont on me dit grand bien. Il va falloir
que je les lise, merci, Keisha, de me l'avoir rappelé.


Dominique Poursin 17/06/2008 12:48

La dernière phrase ? le monologue de Molly ! cette bonne femme qui jacasse pendant 45 pages. Quand je pense que les féministes s'en réclament parfois!

GF 18/06/2008 09:01


C'est bien ce que j'entendais, Dominique : une phrase de 45 pages, c'est forcément un monument. Les monuments, on peut en faire le tour, on n'est pas forcé d'y entrer. Ca n'empêche pas
d'en parler. 


Franck 17/06/2008 09:22

@LVE: il s'en tape le Proust, il l'a déjà eu le Goncourt, en 1919.
@Georges: bravo pour cet article. Tu rejoins donc Stéphane. Quant à moi, il faudrait que je trouve le temps pour cette Recherche. J'ai des lacunes, pas lu Ulysse non plus, pas le tien, celui de Joyce.

GF 17/06/2008 12:30


Ulysse, j'ai lu la dernière phrase. Un monument.


Turquoise 16/06/2008 20:45

Ouf, Georges, me voici rassurée ! Je craignais que vous reveniez de cette expérience métamorphosé en proustien pur et dur (ce qui m'aurait profondemment affligée, comme vous pouvez l'imaginer !;-D)
Ceci dit, j'adore votre billet : je suis d'accord avec chaque ligne !
Pour le prochain, personnellement, je préférerais que vous gardiez votre style propre...Mais rien ne vous empêche de caser une histoire de madeleine (ou de Figolu, ce serait plus moderne...)si le coeur vous en dit...A bientôt.

GF 17/06/2008 12:29


Merci, Turquoise. J'ai essayé, mais pas moyen de caser Figolu dans le billet du jour. Pas moyen. Il va falloir que je ponde une chronique sdspécialement sur le sujet.


EmmaBovary 16/06/2008 17:19

Moi, ce que j'aime dans Proust, c'est l'idée et le principe de la Madeleine.
Lorsque j'étais enfant, je croyais que Madeleine c'était son amoureuse... Mais quand j'ai su qu'elle se disloquait en petits morceaux et fondait dans le thé, j'ai eu un doute!
En fait ce que j'aime chez Proust, c'est commencer à lire: "Longtemps, je me suis couché de bonne heure..." pour m'arrêter au bout de quelques pages, toujours au même endroit. Je n'irai sans doute jamais plus loin mais j'ai encore l'espoir d'y arriver: voilà, Proust, c'est l'espoir d'arriver un jour au bout d'une phrase...

Et sinon, j'ai ma "madeleine" sonore: "La mélancolie", une chanson de Miossec qui me ramène sur l'île d'Ouessant à chaque fois que je l'entends...

GF 16/06/2008 18:36


Ah, vous aussi, EmmaBovary, on vous parlait déjà de Proust dans votre enfance ? Nous sommes donc deux à avoir survécu.