Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

(Excellente) Présentation

  • : Blog de Georges Flipo, auteur
  • Blog de Georges Flipo, auteur
  • : Dans ce blog : chroniques sur l'actualité littéraire (la mienne et celle des autres), sur l'écriture, sur l'édition, sur les auteurs, et tout ce qui se réclame de lalittérature.
  • Contact

Actualité brûlante

Blog au repos

Mais rien ne vous empêche d'aller faire un tour sur le site www.georges-flipo-auteur.com  

Recherche

Avant d'entrer ou de sortir

Pour une lecture plus structurée, cliquez juste en dessous : pavé "pages" ou pavé "catégories".

Pour des informations pérennes, impitoyablement classées, allez faire un saut sur mon site d'auteur

Il vient d'être entièrement remanié. Tout y est très beau, très chic. Même le chien.

Archives

Des attaches et des liens

Des blogs que je fréquente souvent ou parfois, mais avec plaisir, sans forcément y laisser de commentaires, des blogs dont le tenancier vient parfois faire un coucou en dessous de mes billets, des blogs qui aiguillent vers le mien, des blogs qui ont donné un coup de pouce à un ou plusieurs de mes livres, tout cela crée des liens.

Si vous pensez que votre absence dans cette liste est un scandale, faites un scandale. Ou, plus simple, faites-moi signe.

-------
 
813
Actu du noir (Jean-Marc Laherrère)
Actualitte.com, Nicolas
Alex (Mot à mots)
Amanda Meyre
Annick Dor
Antigone (Les écrits d’Antigone)
Armande 22,  Les livres-bonheur
Aude (Mots dits)
Balmeyer
Biblioblog (Laurence)
BibliObs
Bibliophagie (Sybilline)
Bibliosurf
Biffures chroniques
Blog de Thomas Clément
Bloghotel
Blog-o-book
Boojum
Bookingdom
Bric à book, Leiloona
Brigit Hache
BSC News
C’était demain, Dominique Boudou
Cabinet de curiosités d’Eric Poindron
Cafebook (Emma)
Calipso,
Calibre 47 (Claude Mesplède)
Calou, L’Ivre de lectures
Carnet de lectures
Carnets de Pierre
Carnets de sel (Essel)
Caro[line] 5ème de couverture, 
Catherine (La culture se partage)
Cathulu
Chaperlipopette
Chez Lo
Chiffonnette
Chimère (A livre ouvert)
Choupynette (Y'a d'la joie)
Chroniques littéraires
Clair et net
Clarinesse (L'œil du vent)
Claude Le Nocher
Clopin-clopant (Clopine)  
Comme dans un livre
Cozop
Critico-blog
CulturesFrance
Cunéipage (Cuné)
Daniel Fattore
Danielle, Maux d’auteurs
Dasola
De livres en livres
Digressions (Joseph Vebret)
Ecrivains-voyageurs
Eireann (Yvon)
Eloah (À lire, à croquer)
Emmanuelle Urien
En lisant, en voyageant, (Keisha)
Encres vagabondes, Patricia Châtel
Enna lit, Enna vit
Eric Fouassier
Espaces, CNES
Eulalie
Evene
Extra-ball, (Dorham)
Fabelire
Fabula Bovarya,
Flof 13 (Lire et délires)
Florinette, Les lectures de Florinette,
Fluctuat.net
Forum A vos plumes
Forum Tir Na N’Og et Cie
Frédérique Martin
Gaëlle Pingault
Géothèque
Géraldine (Les coups de cœur)
Gwenaelle (Skriban)
Happy Few, Fashion Victim
Hautefort, club Littérature
Hebdo des notes,
Indications
Initiales
Interlignage
Jean Calbrix
Journal  d’une lectrice (Papillon)
Kalistina
Kathel, Lettres exprès
Kheops
La bibliothèque du dolmen
La caverne d'Ankya
La cuisine des mots (Ciorane)
La Factory
La liseuse (au fil de mes lectures)
La Mère Castor
La Péniche.net ( Bureau des Arts de Sc. Po )
La pile à lire d'Hécléa
La plume et le citoyen
La Revue Littéraire (Blog Leo Scheer)
La scribouillarde
La tête dans les pages
Labyrinthes avec vue
Le bibliomane
Le blog d’Ameleia,
Le goût des livres (Aifelle)
Le retour de l'être aimé
Le Scribe
Lechoixdesbibliothécaires
Lecture & Ecriture
Lectures et autres (Sylvie)
Leo Scheer (La revue littéraire)
Les chroniques de Mandor
Les jardins d’Hélène
Les lectures de Martine,
Les livres de l'Arrajou
Les penchants du roseau
Levraoueg (La tourneuse de pages)
Librairie des voyageurs, Les 5 continents.
Lignes de fuite
L'île, la petite île
Lili (Des livres et moi)
Liliba
Lily et ses livres
Lire et délires (Flof13)
Litote en tête
Livres pour vous
Livres et Cinéma (Yohann)
Lou, My Loubook 
LVE, Lire Voir Entendre
Lyvres (Yv)
Magali Duru
Maïté Bernard (sur Bibliosurf)
Malice
Manu Causse
Marc Sefaris
Mary's colors
Maud et les mots
Mercedes G.F.
Mes lectures (Phil)
Mille et une pages (Stephie)
Miss Orchidée 
Monde du livre.com,
Mot Compte Double (Françoise Guérin)
Mots en bouche
N.U.L.L.E., Erzebeth
Nicolas Ancion
Nuit blanche
Obiwi
Oceanicus in folio
One big day
Pages à pages
Parfum de livres
Pascal, Le disque 
Pickendorf (Qui hodie agisti)
Pimprenelle
Posuto
Pralineries (Pralines)
Pr'Ose (Emma Bovary)
Prudence
Quichottine,
Quoi de 9 Cécile ?
Roseau
Rue des Livres
Salondulivre.net
Saxaoul
Scriptural (Schlabaya)
Serial lecteur
Site de Brigitte Niquet
 
Sylire
Tamara (Tamacultire)
Thaïs, Arc-en-ciel, 
Turquoise (Un moment Turquoise)
Valérie (Un fil à la page)
Vers Minuit, Franck Garot
Voyage au bout de la lettre (Pitou)

Yspaddaden

Yves Mabon, Prix Orange du Livre
Zoé Lucider
Zoridae

Copinage éhonté.

Voici une rubrique dans laquelle je présente des livres écrits par des auteurs avec lesquels j'entretiens d'amicales relations. Bien entendu, il ne s'agit pas ici d'emplacement publicitaire. C'est beaucoup plus honorable, c'est du copinage. Les livres présentés dans cette rubrique ne seront pas toujours les mêmes : à défaut de renouveler mes copains, mes amis, mes relations, je vais renouveler leurs parutions.

 

Cherche-jeunes-filles-200-x315.jpg

  Le tout dernier de Françoise Guérin

virages-dangereux-copie-1.jpg

La-vieille-dame-du-riad.jpg


Frederique-Martin-Belfond-Le-Vase-ou-meurt-cette-verveine-3.jpg
Tu-ne-mourras-plus-demain.jpg

 

Les pays

Moulins A paroles


L-eau-des-reves.jpg

Lotus Seven

Un homme perdu-copie-1


Langue-de-pub-copie-1.jpg

Livre-Magali-Duru.jpgLe tout dernier de Magali Duru

tous-nos-petits-morceaux.jpg

      Le tout dernier d'Emmanuelle Urien

Fouad.jpg

Dominique-Guerin.jpg

 

Quatre carnages..

 

 

 

  Teignes

 

 

 

 

Un escarpin de soie bleue

 

 

Est-ce ainsi

5 juin 2008 4 05 /06 /juin /2008 21:06

 

Mon PC va prendre quelques jours de pause technique : il sera de retour dans huit jours. Mes chroniques aussi. Mon blog-ranking va dévisser, tant pis.

Pendant ce temps, je vais lire Proust. Toute La Recherche du temps perdu en huit jours : Du côté de chez Swann, À l’Ombre des jeunes filles en fleurs, Le Côté de Guermantes, Sodome et Gomorrhe, La Prisonnière, Albertine disparue, Le temps retrouvé. Sept  livres de Proust en une semaine, c’est raisonnable.

L’entreprise est d’autant plus raisonnable qu’il s’agit d’une édition abrégée et adaptée, par Laurence Grenier. Toute La recherche en un seul volume, moins de 500 pages au lieu de 3 000 ! (je cite). N’est-ce pas merveilleux ?

La démarche m’enchante : pour la première fois, j’aurai une vue d’ensemble de l’œuvre de l’exquis Marcel. Les passages dilués sont condensés, les méandres deviennent vecteurs. Toutes les bavasseries oiseuses sont ôtées. Il ne reste rien que les actions. « Donc rien » me direz-vous ? Non, ça occupe quand même 500 pages. De temps à autre des passages sont cités intégralement, pour calmer le dépit du lecteur. En voici un exemple : « L’amitié, dont tout l’effort est de nous faire sacrifier la partie seule réelle et incommunicable (autrement que par le moyen de l’art) de nous-même, à un moi superficiel, qui ne trouve pas comme l’autre de joie en lui-même, mais trouve un attendrissement confus à se sentir soutenu sur des étais extérieurs […] Mais quelle que fût mon opinion  sur l’amitié, même pour ne parler que du plaisir qu’elle me procurait, d’une qualité si médiocre qu’elle ressemblait à quelque chose d’intermédiaire entre la fatigue et l’ennui, il n’est breuvage si funeste qui ne puisse à certaines heures devenir précieux et réconfortant en nous apportant le coup de fouet qui nous était nécessaire, la chaleur que nous ne pouvons pas trouver en nous-même. » (Le côté de Guermantes, page 689).

Relisez plusieurs fois ce passage. Qu’en concluez-vous ? Moi, j’en ai conclu que je ne veux plus avoir d’amis, c’est trop compliqué.

Revenons donc à l’édition abrégée et adaptée. C’est accablant. Débarrassée de ses circonvolutions, l’action paraît infiniment plus bavarde, les errements de la pensées inutiles, les atermoiements de la conduite inconséquent (Vais-je ou ne vais-je pas faire semblant de ne pas reconnaître la cousine de Courvoisier avant qu’elle ne fasse semblant de ne pas me reconnaître tant que la Princesse de Parme ne m’aura pas appelé à son côté ?) Toutes ces pages deviennent un condensé d’ennui, plus violent. Alors, on ouvre parfois le vrai Proust, et on découvre que certains paragraphes résumés dont la platitude étonne redeviennent de petits bijoux dès qu’on en lit l’intégralité (les fanfaronnades hellénistiques du fils bien aimé dans la famille Bloch, par exemple). Et c’est peut-être là qu’on sent venir la lente inoculation du virus proustien.

À ce stade, ce qu’il en reste, c’est la chronique d’un monde effrénément snobinard et clos dont je ne vois pas l’équivalent de nos jours (Dans les médias ? Dans l’édition ? Mais certainement pas dans l’aristocratie). Des pages d’un antisémitisme tout en sourires jaunes. Une vision des rapports entre le grand monde et le petit : Ah, Proust qui fait se lever la vieille domestique à onze heures du soir pour accueillir un visiteur ! Car ce n’est quand même pas lui qui va ouvrir la porte, n’est-ce pas ! Ah la Duchesse de Guermantes qui, le soir venu, décale le soir de sortie de son valet alors que la fiancée de celui-ci l’attend !

Au-delà de l’ennui, au-delà de l’agacement, il y aura toujours entre Proust et moi une certaine gêne, celle qu’on ressent quand on a invité à sa table un vieil oncle, intarissable bavard, qui se croit le centre de la conversation « Il faut que je vous raconte… ».

Aurai-je changé d’avis quand j’aurai fermé la dernière page condensée du Temps retrouvé ? Je le saurai dans huit jours, si j’ai survécu.

 Note biographique : Kipling écrivait Histoires comme ça en 1902, onze ans avant que Proust n’écrive Du Côté de chez Swann (1913). Le premier me paraît tellement plus jeune, plus moderne. C’est peut-être pour ça que personne n’a eu idée d’en pondre une édition abrégée et adaptée.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

laurence grenier 26/06/2012 12:17

Cher critique,
Comme je n'ai pas eu que des éloges en ce qui concerne ma version abrégée de "La Recherche", (ni cependant que des critiques acerbes), j'ai continué ma mission (faire lire Proust), par d'autres
moyens: http://sceaux.blog.lemonde.fr/2012/04/10/la-pharmacienne-qui-declame-proust-sous-un-arbre/ Peut-être aurai-je le plaisir de vous y voir un de ces dimanches ? Amicalement.
Laurence Grenier

Georges F. 11/07/2012 18:54



Oui, peut-être, sous quel arbre ? 



laurence grenier 27/03/2011 08:46


par l'auteur de l'abrégé de la recherche


Georges F. 30/03/2011 19:30



C'est gentil de venir le dire, Laurence. Vous avez fait court, mais ce doit être une habitude. Soyez la bienvenue en ces lieux mal fréquentés.C'est comme dans
les bons chapitres de Proust, c'est ce qui fait leur charme.



bergeret 15/04/2010 13:47


Pour les réfractaires à la lecture de la Recherche, je conseillerais le Contre Sainte-Beuve. Ensuite, peut-être, aurez-vous envie de voir plus loin.

J'arrive beaucoup trop tard.


Georges F. 16/04/2010 11:55



J'essaierai, merci



Valérie 10/05/2009 23:53

C'est pas que l'amitié c'est compliqué, c'est surtout que c'est rare, tellement rare qu'il est difficile de la trouver et tellement difficile à trouver qu'on ne la trouve pratiquement voir même jamais.
Quelqu'un qui ne juge ni vos actes ni votre attitudes sans penssées négatives cela n'existe pas, c'est propre à l'être humain de juger car il veut se sentir toujours en position de supérioritée c'est comme ça depuis toujours et ca changera pas.
Quoi qu'il en soi quand on la trouve on la préserve on la garde pour soi elle reste discrète car l'amitiè peut être de bon conseil et le monde extérieur est jalou de cette complicitée qui peut exiter forcément 1 opinion que l'on affirme à deux et plus forte qu'une opinion que l'on affirme tout seul, bon j'arrête de parler car à force d'y pensser je m'embrouille l'esprit et je sais plus ce que je dit, je vais me coucher à bientôt

Lou 19/06/2008 11:22

Parlez-vous de Proust en particulier ? Allez, lançons un pari (soyons fou(s)) : je vais lire "du côté de chez Swann" cet été pour un avant goût (attention, je me donne les 50 prochaines années pour lire toute son oeuvre!).

GF 19/06/2008 21:53


Lou, votre pari est très raisonnable en ce qui concerne Swann. Un été avec Swann, c'est jouable. Le drame, c'est quand Proust arrive et s'incruste.