Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

(Excellente) Présentation

  • : Blog de Georges Flipo, auteur
  • Blog de Georges Flipo, auteur
  • : Dans ce blog : chroniques sur l'actualité littéraire (la mienne et celle des autres), sur l'écriture, sur l'édition, sur les auteurs, et tout ce qui se réclame de lalittérature.
  • Contact

Actualité brûlante

Blog au repos

Mais rien ne vous empêche d'aller faire un tour sur le site www.georges-flipo-auteur.com  

Recherche

Avant d'entrer ou de sortir

Pour une lecture plus structurée, cliquez juste en dessous : pavé "pages" ou pavé "catégories".

Pour des informations pérennes, impitoyablement classées, allez faire un saut sur mon site d'auteur

Il vient d'être entièrement remanié. Tout y est très beau, très chic. Même le chien.

Archives

Des attaches et des liens

Des blogs que je fréquente souvent ou parfois, mais avec plaisir, sans forcément y laisser de commentaires, des blogs dont le tenancier vient parfois faire un coucou en dessous de mes billets, des blogs qui aiguillent vers le mien, des blogs qui ont donné un coup de pouce à un ou plusieurs de mes livres, tout cela crée des liens.

Si vous pensez que votre absence dans cette liste est un scandale, faites un scandale. Ou, plus simple, faites-moi signe.

-------
 
813
Actu du noir (Jean-Marc Laherrère)
Actualitte.com, Nicolas
Alex (Mot à mots)
Amanda Meyre
Annick Dor
Antigone (Les écrits d’Antigone)
Armande 22,  Les livres-bonheur
Aude (Mots dits)
Balmeyer
Biblioblog (Laurence)
BibliObs
Bibliophagie (Sybilline)
Bibliosurf
Biffures chroniques
Blog de Thomas Clément
Bloghotel
Blog-o-book
Boojum
Bookingdom
Bric à book, Leiloona
Brigit Hache
BSC News
C’était demain, Dominique Boudou
Cabinet de curiosités d’Eric Poindron
Cafebook (Emma)
Calipso,
Calibre 47 (Claude Mesplède)
Calou, L’Ivre de lectures
Carnet de lectures
Carnets de Pierre
Carnets de sel (Essel)
Caro[line] 5ème de couverture, 
Catherine (La culture se partage)
Cathulu
Chaperlipopette
Chez Lo
Chiffonnette
Chimère (A livre ouvert)
Choupynette (Y'a d'la joie)
Chroniques littéraires
Clair et net
Clarinesse (L'œil du vent)
Claude Le Nocher
Clopin-clopant (Clopine)  
Comme dans un livre
Cozop
Critico-blog
CulturesFrance
Cunéipage (Cuné)
Daniel Fattore
Danielle, Maux d’auteurs
Dasola
De livres en livres
Digressions (Joseph Vebret)
Ecrivains-voyageurs
Eireann (Yvon)
Eloah (À lire, à croquer)
Emmanuelle Urien
En lisant, en voyageant, (Keisha)
Encres vagabondes, Patricia Châtel
Enna lit, Enna vit
Eric Fouassier
Espaces, CNES
Eulalie
Evene
Extra-ball, (Dorham)
Fabelire
Fabula Bovarya,
Flof 13 (Lire et délires)
Florinette, Les lectures de Florinette,
Fluctuat.net
Forum A vos plumes
Forum Tir Na N’Og et Cie
Frédérique Martin
Gaëlle Pingault
Géothèque
Géraldine (Les coups de cœur)
Gwenaelle (Skriban)
Happy Few, Fashion Victim
Hautefort, club Littérature
Hebdo des notes,
Indications
Initiales
Interlignage
Jean Calbrix
Journal  d’une lectrice (Papillon)
Kalistina
Kathel, Lettres exprès
Kheops
La bibliothèque du dolmen
La caverne d'Ankya
La cuisine des mots (Ciorane)
La Factory
La liseuse (au fil de mes lectures)
La Mère Castor
La Péniche.net ( Bureau des Arts de Sc. Po )
La pile à lire d'Hécléa
La plume et le citoyen
La Revue Littéraire (Blog Leo Scheer)
La scribouillarde
La tête dans les pages
Labyrinthes avec vue
Le bibliomane
Le blog d’Ameleia,
Le goût des livres (Aifelle)
Le retour de l'être aimé
Le Scribe
Lechoixdesbibliothécaires
Lecture & Ecriture
Lectures et autres (Sylvie)
Leo Scheer (La revue littéraire)
Les chroniques de Mandor
Les jardins d’Hélène
Les lectures de Martine,
Les livres de l'Arrajou
Les penchants du roseau
Levraoueg (La tourneuse de pages)
Librairie des voyageurs, Les 5 continents.
Lignes de fuite
L'île, la petite île
Lili (Des livres et moi)
Liliba
Lily et ses livres
Lire et délires (Flof13)
Litote en tête
Livres pour vous
Livres et Cinéma (Yohann)
Lou, My Loubook 
LVE, Lire Voir Entendre
Lyvres (Yv)
Magali Duru
Maïté Bernard (sur Bibliosurf)
Malice
Manu Causse
Marc Sefaris
Mary's colors
Maud et les mots
Mercedes G.F.
Mes lectures (Phil)
Mille et une pages (Stephie)
Miss Orchidée 
Monde du livre.com,
Mot Compte Double (Françoise Guérin)
Mots en bouche
N.U.L.L.E., Erzebeth
Nicolas Ancion
Nuit blanche
Obiwi
Oceanicus in folio
One big day
Pages à pages
Parfum de livres
Pascal, Le disque 
Pickendorf (Qui hodie agisti)
Pimprenelle
Posuto
Pralineries (Pralines)
Pr'Ose (Emma Bovary)
Prudence
Quichottine,
Quoi de 9 Cécile ?
Roseau
Rue des Livres
Salondulivre.net
Saxaoul
Scriptural (Schlabaya)
Serial lecteur
Site de Brigitte Niquet
 
Sylire
Tamara (Tamacultire)
Thaïs, Arc-en-ciel, 
Turquoise (Un moment Turquoise)
Valérie (Un fil à la page)
Vers Minuit, Franck Garot
Voyage au bout de la lettre (Pitou)

Yspaddaden

Yves Mabon, Prix Orange du Livre
Zoé Lucider
Zoridae

Copinage éhonté.

Voici une rubrique dans laquelle je présente des livres écrits par des auteurs avec lesquels j'entretiens d'amicales relations. Bien entendu, il ne s'agit pas ici d'emplacement publicitaire. C'est beaucoup plus honorable, c'est du copinage. Les livres présentés dans cette rubrique ne seront pas toujours les mêmes : à défaut de renouveler mes copains, mes amis, mes relations, je vais renouveler leurs parutions.

 

Cherche-jeunes-filles-200-x315.jpg

  Le tout dernier de Françoise Guérin

virages-dangereux-copie-1.jpg

La-vieille-dame-du-riad.jpg


Frederique-Martin-Belfond-Le-Vase-ou-meurt-cette-verveine-3.jpg
Tu-ne-mourras-plus-demain.jpg

 

Les pays

Moulins A paroles


L-eau-des-reves.jpg

Lotus Seven

Un homme perdu-copie-1


Langue-de-pub-copie-1.jpg

Livre-Magali-Duru.jpgLe tout dernier de Magali Duru

tous-nos-petits-morceaux.jpg

      Le tout dernier d'Emmanuelle Urien

Fouad.jpg

Dominique-Guerin.jpg

 

Quatre carnages..

 

 

 

  Teignes

 

 

 

 

Un escarpin de soie bleue

 

 

Est-ce ainsi

2 juin 2008 1 02 /06 /juin /2008 22:06

"Le Vertige des auteurs" a été une grande étape dans ma vie d'auteur. 
Peut-être parce que c'était mon premier roman
. Mais il n'y a là rien d'exceptionnel : tous les auteurs commencent un jour à écrire un premier roman.
La vraie grande étape que constitue ce Vertige, ce fut la découverte des blogs littéraires. J'ignorais tout d'eux à l'époque. Je savais simplement qu'ils existaient, je ne savais même pas comment les trouver.
Et ce sont eux qui m'ont trouvé : les blogs et sites littéraires ont réservé au Vertige des auteurs un très bel accueil qui en a accéléré le lancement. Les deux premiers blogs, ceux de Cuné et de Calou, puis les deux premiers sites, ceux de la Factory et d'Evene, m'ont consacré de si belles critiques que je les ai crues écrites par des copains sous pseudos. Je suis d'ailleurs devenu ensuite vraiment copain avec ces blogueuses, même pas par gratitude.
Ensuite, il y a eu tant de blogs que je n'ai pas eu le temps de copiner avec tous. C'est là que je montre mes limites comme auteur carriériste. Mais je progresse...

Voici donc la tournée des blogs qui ont parlé du "Vertige des auteurs". Comme dans les critiques de cinéma, j'ai tiré quelques lignes de chacun de ces billets. Les plus favorables, évidemment. Comme au cinéma. Mais vous pouvez cliquer sur chaque titre pour en avoir une connaissance plus nuancée.

Cunéipage, 09/01/07

Quel plaisir fou. Je suis dans l’impossibilité de mettre en avant tel ou tel point, la magie est dans l’ensemble.
On fait connaissance, on se moque un peu, on s’intéresse, on se passionne, on ricane et on rit franchement, on s’insurge, on réprouve, mais finalement, aux ¾ du roman c’est la tristesse qui s’insinue, et on termine bel et bien par un vrai pincement au cœur. N’est-ce pas là un fort complet voyage littéraire ?

La plume de Georges Flipo est chatoyante, je suis séduite, je lui trouve une finesse toujours spirituelle...

 

La Factory, 15/01/07

Notre vertigineux auteur est publicitaire, ce qui dans l'échelle darwinienne le situe entre l'être humain et le prédateur de haut niveau. De fait, il exécute son premier roman avec la grâce et l'efficacité d'un vélociraptor et non, vraiment, on n'aimerait pas être à sa place son héros. Signe de réussite, jusqu'au bout on s'interroge sur le destin de Sylvain Vasseur et comment tout cela va mal se terminer : l'on n'est pas déçu, c'est même tellement efficace qu'après avoir lu un tel livre, il faudrait être sévèrement burné pour oser écrire un livre.

 

Calou, l'Ivre de lecture Janvier 07

Georges Flipo passe le monde et la chose littéraires en revue dans un Vertige des auteurs qui déclenchera des parties de fou rire et fera souvent grincer les dents chez les déçus de l’édition ! Est-il passé par là, a-t-il essuyé tous ces plâtres pour si bien les décrire ou est-il simplement un excellent observateur ? Tous les dessous pisseux, tout le linge habituellement lavé lâchement en famille, sèchent au grand jour de sa dérision dans un style alerte et vivant

 

Evene, Guillaume Monier, Janvier 07

Premier roman du publicitaire, on ne cesse de se poser la question quant à la part de mise en abîme de Flipo : où commence et où s'arrête la fiction ? La lecture est facile, agréable, les chapitres défilent les uns après les autres. Le ton parfois acide et grinçant, offre un fil conducteur à l'histoire et permet de ne jamais tomber dans le pathos. Personne n'est épargné dans ce roman : les écrivains, leur entourage, les maisons d'édition, les médias... Pas même le lecteur qui doit revoir à deux fois ses éventuelles velléités d'écriture ! Un vrai plaisir.

Maux d'auteurs, 21/01/07

Est-il besoin de présenter Georges Flipo, dont le nom fleurit dans les palmarès de concours... ? Après deux recueils de nouvelles, il publie son premier roman,  Le Vertige des auteurs. Il y parle, avec l'humour qui lui est propre (assez féroce) du monde des auteurs amateurs, et notamment des concours de nouvelles, de la difficulté de se faire éditer... Nul doute que pas mal de forumeurs s’y retrouveront !

 

Valérie-Bulles, Tir Na N'Og / 31/01/07

La quatrième de couverture parle de ces millions de Français qui possèdent un manuscrit dans leur tiroir… et du frisson de plaisir ou d’effroi qui les saisira à la lecture du livre. Alors oui, nous serons nombreux à trouver quelques (peu ou beaucoup, pas assez ou trop) parcelles de nous dans chacun des personnages.  Bref, un livre et des questions qui vont me trotter dans la tête ! Et vous ?

 

Calipso, Patrick L’Ecolier /07/02/07

Au passage, les dessous du milieu sont férocement exposés à la vindicte des laissés-pour-compte et l’on pourrait se dire que tout cela est affligeant s’il n’était question que de griefs et de rancunes mais Georges Flipo parvient à entraîner le lecteur - auteur en devenir - dans une ronde qui l’intéresse et le préoccupe suffisamment pour qu’il puisse dépasser la répulsion et se sentir éclairé sur ses propres turpitudes.

Un voyage déchirant au cœur de l’espérance littéraire.

 

Cose/calcre mars 07

Il faut lire ce roman pour rire des mésaventures d'un auteur. Peut-être vous-même...

Qu'arrive-t-il lorsqu'on se regarde dans un miroir en tenant un miroir? C'est l'abyme où on risque de se perdre.

Un livre, une bible! Les malheurs des élus de la littérature où "un auteur averti en veau d'or!"

 

Carnets de sel, 11/02/07

Si le roman n'avait été aussi irrésistiblement drôle, d'aucuns, ayant peut-être traversé ces épreuves avec plus ou moins de bonheur, s'y seraient reconnus, effrayés d'autres renonceraient définitivement à l'entreprise. Mais cet anti-héros dont l'aveuglement égoïste dans sa marche vers la gloire n'a d'égal que son orgueil déplacé, ne suscite tant chez l'auteur que chez son lecteur que railleries, et fort peu d'empathie et de pitié. 


Les lectures de Florinette,
14/03/07

Georges Flipo avec beaucoup d’humour et de causticité dresse un portrait remarquable sur les jeunes auteurs en mal de reconnaissance qui sont prêts à tous les sacrifices pour arriver à leur fin, comme son personnage 

 

Emmanuelle Urien,

C'est drôle, c'est enlevé, c'est fin, c'est perspicace, c'est parfois méchant et si, comme quelques millions de Français, vous planquez honteusement des manuscrits dans vos tiroirs, sans doute clamerez-vous, en refermant le livre, dans un sanglot hilare : " Sylvain Vasseur , c'est moi!"

Rue des livres, Jean-Marc L'Herellier, avril 07

Ecrit avec beaucoup d'humour et un brin d'autodérision, le Vertige des auteurs est le premier roman de Georges Flipo, auteur par ailleurs de nouvelles ("La Diablada" publié chez Anne Carrière). On se laisse entraîner avec plaisir par Sylvain Vasseur dans ses aventures littéraires. Côté lecteur, on sourit tout au long de ce roman. Sauf si l'on a quelques velléités d'écriture. Là, on aurait plutôt tendance à rire... jaune.

 

Livres de Malice, 22/04/07

La lecture est fort agréable, c'est un livre divertissant on passe un très bon moment de lecture. C'est une belle découverte, on est impatient de connaître la suite : que sera le prochain livre de Georges Flipo  ? Est-ce qu'il sera dans le même style grinçant ? En tout cas Georges Flipo est un amoureux de langue française il aime manier le style trouver le mot juste cela se sent.


Fattorius, mai 07

Si Georges Flipo devient génial dans ce roman, c'est parce qu'il concentre, justement, en un seul personnage tous les travers de l'écrivain un peu imbu de lui-même. C'est simple: si un homme normal peut faire des bêtises dans sa vie, Sylvain Vasseur les fait toutes. Le résultat, c'est ce roman savoureux, qui a frôlé le Prix de l'Humour Noir et s'avère extrêmement drôle - et riche en réflexions pour ceux qui taquinent la muse de l'écriture.

 

Indications, Colette Nys-Masure, 02/05/07
G. Flipo a le sens de la formule et du raccord adroit d’un univers à l’autre. Il mène son récit tambour battant, sans compassion à l’égard de ces «gueux» qui échangent leurs malheurs et poursuivent leur chimère. ... L’histoire habile d’un vertige, la description documentée d’une obsession destructrice...

 

À livre ouvert, 28/05/07

Vous voilà averti vous qui avez un manuscrit que vous rêvez de voir publier. Méditez donc sur le sort de ce pauvre Vasseur, et réfléchissez à deux fois avant de sauter le pas. Une bonne petite lecture avec un récit plutôt caustique dans son propos mais qui sonne juste sur pas mal de points. 

 

À vos plumes, 10/06/07

... ça m'a fait passer la nuit, ce truc-là! Impossible de s'en décrocher, y'a longtemps que je n'ai pas lu un truc aussi gluant. Dans le bon sens du terme. L'auteur sait mener son affaire, ça marche très fort, y'a même des effets de réel pour les maisons d'édition... Ah, quel drame! C'est bon, mais ça fait drôle.

 

Clopin-clopant, 02/06/08

Je suis entrée dans [ce] livre, tout de suite, et je l'ai lu avec gourmandise. C'est incisif, touchant, grotesque, pertinent...J'ai beaucoup ri, vraiment.

J'aimerais bien que les non-écrivants lisent Le vertige des auteurs. On imagine tant de choses fausses... sur l'édition.

 

Un moment Turquoise, 15/07/08

Je me suis énormément amusée à lire ce livre ... Le récit est efficace, et on ne s'ennuie pas une seconde aux mésaventures parfois cruelles de ce tâcheron dépourvu de talent. Editeurs, imprimeurs, publicitaires, personnalités de la télé, fans enamourées, écrivailllons de tous poils, lecteurs sans discernement, tout le monde en prend pour son grade dans ce roman de Georges Flipo. Bref, c'est corrosif et follement drôle...du moins, si l'on n'a pas l'ambition de devenir écrivain !

 

Les jardins d'Hélène 08/08/08

C’est moqueur, manipulateur, et assez réjouissant !  [..] j’ai aimé l’humour caustique qui finit en véritable pitié pour ce pauvre type : c’est vrai, quoi, pourquoi vouloir à tout prix écrire quand on n’a déjà pas assez d’une vie pour lire ?

George Flipo nous démontre avec humour et semble-t-il une bonne connaissance du milieu qu’écrire rend fou : voilà qui devrait calmer bon nombre d’écrivaillons en herbe le temps d’une lecture, celle de son roman !

 

Parfum de livres, Monilet, 04/10/08

Si vous tâtez de la plume et avez quelque ambition de publier, lisez ce livre. Vous avez le recul nécessaire pour ce faire? Vous rirez beaucoup, parfois jaune. Vous ne le possédez pas encore? Cette lecture vous aidera à l'acquérir au moins partiellement.

 

Arc-et-Ciel, 20/08/08

Vous l’aurez compris j’ai apprécié ce livre qui se laisse avaler comme un bon Bourgogne....J’ai vraiment apprécié la description de l’érémitisme du héros qui croit à son talent et fait ce qu’il faut, pour devenir écrivain.  J’ai souri à la façon dont insidieusement l’auteur nous invite à avoir de l’empathie pour son héros alors que la raison nous pousse à croire à chaque page que c’est une tête à claques, un monstre d’égoïsme.

 

Nadlrx, Nadine Leroux, 20/09/08

Vous êtes auteur ? Ah !  C'est un peu de votre vie " d'artiste " que vous allez grignoter page par page en lisant ce roman, qu'en restera-t-il ? un sourire un peu jaune si vous vous reconnaissez dans le portrait de Sylvain, peu flatteur, mais un sourire quand même.  C'est précieux.

 

Scriptural, 20/10/08

Un roman férocement drôle, grinçant et acerbe, avec tout de même une pointe de tendresse - tout à la fin, quand l'insupportable Vasseur devenu plus humble parvient à nous toucher.

L'auteur décrit visiblement des réalités qu'il connaît bien.

 

Fluctuat.net, Yasuko, 20/10/08

C'est un auteur que j'ai découvert récemment, qui écrit avec finesse et possède un humour parfois grinçant, parfois plus tendre...  "Le vertige des auteurs" raconte les déboires d'un auteur débutant complètement incompétent, mais qui s'y croit à fond. Le petit monde de l'édition, de la presse et des concours de nouvelles en prennent pour leur grade.. le don [de G.Flipo] pour l'observation fait mouche...

 

Kalistina, 22/10/08

C’est terrible, parce qu’on a souvent le sourire aux lèvres, voire le franc fou-rire, tout en ayant le cœur pincé en pensant à toutes ces chimères, et aussi toutes les mesquineries, dont nous, lecteurs, sommes conscients. Que les gens sont donc méchants ! Si vous aimez l’humour noir, vous allez boire du petit lait ! Moi, ça m’a beaucoup plu, je me suis bien amusée, et j’ai aussi été émue . Je vous conseille donc fortement ce roman...

 

Biblioblog, 16/12/08

Dans Le vertige des auteurs, Georges Flipo s'amuse à dévoiler une partie du petit monde de la littérature. C'est avec une plume mordante et acérée qu'il déroule les situations sordides auxquelles est confronté son apprenti scribouilleur. S vous avez envie de vous moquer avec jubilation de tout ce petit monde, Le vertige des auteurs, concentré d'humour noir, ne devrait pas vous décevoir et je vous invite prestement à le lire.

 

La cuisine des mots ribonds, 25/01/09

Un premier roman génialissime ! Le monde cruel et plein d'embûches que découvre un apprenti-écrivain dépeint avec un humour féroce et irrésistible. Des personnages affligeants de banalité mais si drôles. Une écriture fluide et agréable.  Bref, tout y est parfait ... sauf si vous êtes, vous aussi, titillé par l'envie de publier. Vous risquez alors de perdre vos derniers espoirs !

 

Le cabinet des curiosités, Eric Poindron, 25/06/09

 

Bouquins, Pascale Visseaux, 2009

Le Vertige des auteurs - Georges Flipo (2007) - (Trois étoiles * * * ) . Petit roman très drôle, vivant, original, distrayant - moi, Flipo, j'aime bien !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

dasola 08/04/2011 11:47


Bonjour Georges, je voulais vous dire que j'avais lu Le vertige des auteurs (avec votre gentille dédicace) dans le train qui m'a ramenée de Limoges à Paris, je me suis régalée: tant l'histoire
triste et cruelle avec un héros, Sylvain Vasseur pas très sympathique et que l'écriture. Une réussite. J'ai bien compris que écrire est une épreuve ardue, mais publier et se faire connaître n'est
pas une mince affaire. Délectable, merci.


Georges F. 08/04/2011 11:58



Merci pour ce commentaire, Dasola. Il me va droit au coeur. Je suis heureux que ce roman vous ait plu, même s'il est cruel.



Monilet - Claude Colson 03/01/2010 09:13


Je découvre ce jour que vous avez repris mon appréciation d'alors. je la maintiens.
J'ai échangé quelques mots avec vous à Bondues.
Je deviens accro à votre blog si avisé. J'ai apprécié aussi tout récemment votre réponse à wrath. Bonne route encore !(je n'en doute pas).


Georges F. 04/01/2010 10:02


Merci, et j'espère vous croiser à nouveau à Bondues.
Il est toujours dangereux de s'exprilmer chez Wrath :plus on parle courtoisement, plus on se fait agresser grossièrement. La frustration entraîne, chez certains, la hargne.


Cappuccinette 31/10/2009 17:29


Eh bien je me suis permis un petit billet sur votre livre sur mon blog tout neuf (ou presque) ! C'est ici :
http://capplit.blogspot.com/2009/10/le-vertige-des-auteurs-de-georges-flipo.html
Bien amicalement
--
Capp


Georges F. 02/11/2009 08:33


Merci, je suis ému. Permettez-vous, permettez-vous tant que vous le voudrez,
Cappucinette  ! Et même permets-toi puisque nous avons épuisé notre jeunesse dans les mêmes amphis !


Aude 06/06/2008 07:39

Une semaine pour l'obtenir,
après il me faudra le lire...

GF 14/06/2008 14:11



 Oui, Aude, quand vous l'aurez reçu, le plus dur restera à faire. Et quand vous l'aurez lu, il restera encore plus dur : me dire le mal que vous en avez pensé.



Aude 05/06/2008 13:59

Je suis allée commander votre livre chez mon libraire ce midi. Encore une semaine d'attente...

GF 05/06/2008 22:18



Une semaine  ! Mais c'est pour MOI que ce sera insupportable, Aude !